city-2.jpeg
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Bien que l’article de Adventist Magazine, « Sortir des grandes villes » a été mis en ligne en 2018, je trouve qu’il est d’une grande importance qu’elle face surface afin d’éclaircir ce qui a été écrit. D’après l’article, il s’avère que Sœur White nous ne recommanderait plus de vivre à la campagne et que c’est une recommandation du passé.

Maintenant, l’église met de côté les textes d’Ellen White en utilisant l’argument qu’elle ne parlait pas précisément pour nous, mais pour son époque. En fait, ce qu’il ne réalise pas c’est qu’il néglige les paroles de Dieu. Surtout lorsqu’ils prennent les passages qui leur conviennent en rejetant ce qui leur déplait. Dieu a choisi Sœur White pour nous livrer ses avertissements, nous ne devrions pas le prendre en notre guise et faire ce que nous voulons.

Voyons ce qui a été composer par le rédacteur du site web : « Il s’avère que le message d’Ellen G. White de quitter les villes était appuyé par de très bonnes raisons. À son époque, la vie urbaine était souvent carrément horrible. L’espérance de vie en ville était considérablement moindre que celle de la campagne. On a indiqué qu’au temps où Ellen White a écrit sur le sujet, les habitants de la campagne vivaient en moyenne jusqu’à la cinquantaine alors que la durée de vie moyenne en ville n’atteignait que le début de la quarantaine » (http://www.adventistemagazine.com/sortir-des-grandes-villes/0). Alors, si nous comprenons ce que la personne vient de dire, Sœur White prescrirait de vivre à la campagne seulement en raison de l’espérance de vie en ville.

« Le non-traitement des eaux, les épidémies et les maladies comme le choléra étaient très répandus. Dans une grande ville portuaire, il y a eu douze épidémies de cette peste redoutée en un an seulement ! Les conditions sanitaires et les soins de santé n’avaient rien à voir avec ce dont nous jouissons aujourd’hui. » (Idem)

Pourtant, lorsque nous prêtons attention à ce que White a écrit, nous remarquerons que la recommandation qu’elle nous disait de vivre à la campagne n’était pas seulement en raison des épidémies dans les villes. Elle dit : « Dans la mesure du possible, nos institutions devraient être situées loin des villes. Nous devons avoir des travailleurs pour ces institutions, et si elles sont situées en ville, cela signifie que les familles de notre peuple doivent s’installer près d’eux. Mais ce n’est pas la volonté de Dieu que son peuple s’établisse dans les villes, où règnent une agitation et une confusion constantes. Leurs enfants devraient être épargnés. Pour tout le système est démoralisé par la hâte et la précipitation et le bruit. Le Seigneur désire que son peuple aille s’installer dans le pays, où il peut s’installer sur la terre, élever ses propres fruits et légumes et où ses enfants peuvent être amenés en contact direct avec les œuvres de Dieu dans la nature. Emmenez vos familles loin des villes, tel est mon message.

« La vérité doit être dite, que les hommes entendent ou que les hommes s’abstiennent. Les villes sont remplies de tentations. Nous devrions planifier notre travail de manière à garder nos jeunes aussi loin que possible de cette contamination. »

Encore plus, « Lorsque l’iniquité abonde dans une nation, il doit toujours y avoir une voix qui donne un avertissement et des instructions, comme la voix de Lot a été entendue à Sodome. Pourtant, Lot aurait pu préserver sa famille de nombreux maux s’il n’avait pas élu domicile dans cette ville méchante et polluée. Tout ce que Lot et sa famille ont fait à Sodome aurait pu être fait par eux même s’ils avaient vécu dans un lieu éloigné de la ville .» — Ev, p.78 (1903).

Elle était claire dans ces écrits, Dieu ne veut pas que son peuple vit dans les villes. L’environnement n’est pas sain pour celui-ci. Le mot « environnement » dans cette phrase ne voulait pas seulement évoquer la nature, mais tout ce qui s’y trouve d’impur, dans ces coins de rues où règne la confusion. En lisant, ce qui a été écrit par la servante nous voyons que les lieux reculés amènent une meilleure santé physique, un meilleur développement du caractère et plus encore.

« Alors, la directive de sortir des villes est-elle pertinente encore aujourd’hui ? Je dirais que non, qu’elle était propre à une époque qui est révolue.» (http://www.adventistemagazine.com/sortir-des-grandes-villes/0).

En plus, ce n’est pas tout, le rédacteur a clôturé son article avec un élément qui vient heurter ce que le Seigneur a voulu pour nous. Il a mis une citation d’Ellen White qui déclare : « Si Dieu m’en donne maintenant la force, à presque 82 ans, j’irai dans les villes… Où sont ceux qui sont prêts à accomplir le travail dans les centres urbains ? » 3 SM 217. Cette personne a décidé de mettre cette citation pour persuader les lecteurs que Ellen White après 82 ans voulait retourner vivre dans les villes. Cependant, en retournant au contexte de cette citation tirée, nous voyions que c’était un sermon de Sœur White titré « Reaching the Cities » qui veut dire « Atteindre les villes ». Dans son sermon, elle parlait de l’évangélisation et comment il était important d’apporter le message à ceux qui sont dans les villes. C’est exactement ce que nous avons abordé plus haut, plusieurs utilisent les textes de White pour en faire ce qu’ils veulent sans réellement comprendre ce qu’elle voulait dire.

Pour finir, il est important pour chacun d’entre nous de faire attention de l’information qui est donnée d’Ellen White sur le web. La seule façon d’être certain de la position qu’elle prenait, pour n’importe quel sujet, est de vérifier dans ces écrits. Ce sont les ordres de Dieu qu’elle donne au sujet de la vie à la campagne. Faire de la nature notre école est la volonté de Dieu. Sommes-nous prêts à faire comme Énoch, travailler dans les villes sans y habiter ?

2 réflexions au sujet de “Ellen White recommanderait-elle les grandes villes ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !