Une personne ou un système ?

question-mark-1872634_1920
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Les prophéties bibliques sont couramment un sujet qui peut engendrer des désaccords, mais en tant qu’Adventiste, il y a des prophéties qui sont la base même de la foi. Le principe fondamental numéro 13 nous dit : « Comme l’homme du péché, la papauté, a pensé à changer les temps et les lois (la loi de Dieu, Daniel 7 :25), et a induit en erreur presque toute la chrétienté en ce qui concerne le quatrième commandement, nous trouvons une prophétie de réforme à cet égard qui doit être faite parmi les croyants juste avant la venue de Christ. Esaïe 56 : 1,2 ; 1 Pierre 1 :5 ; Apocalypse 14 :12. » Voilà un exemple de prophétie qui est bien établi dans la foi Adventiste. Cette croyance affirme-t-elle que le Pape ait induit en erreur presque toute la chrétienté ou est-ce la papauté ? C’est la papauté, mais plusieurs affirment que le Pape est celui étant déjà condamné pour la mort éternelle. Est-ce nous qui condamnons ou Dieu ? Dieu dans la bible condamna le système papal, mais pas la personne à sa tête. Nous allons voir aujourd’hui plusieurs points qui supportent cela.

Comme nous avons vu au dernier paragraphe, la croyance numéro 13, un principe purement scripturaire, affirme que la papauté est le système qui induisit en erreur presque toute la chrétienté. Il y a-t-il d’autres preuves qui affirme que la bible vise à chaque fois un système plutôt qu’une personne ? Oui.

Apocalypse 12 : 1-4 nous dit : « Or, il parut un grand signe dans le ciel, une femme revêtue du soleil, et ayant la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles. Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et souffrant des douleurs de l’enfantement. Il parut aussi un autre signe dans le ciel : voici un grand dragon couleur de feu, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes, sept diadèmes ; et sa queue entraînait la troisième partie des étoiles du ciel, et elle les jeta sur la terre. Puis le dragon s’arrêta devant la femme qui allait accoucher, afin de dévorer son enfant quand elle aurait enfanté. » Dans ces versets, nous pouvons remarquer deux choses. Il y a une femme et un dragon. Les deux représentent quelque chose qui ne peut être littéral, donc il est symbolique. Que symbolisent ces choses ?

Uriah Smith nous explique : « “ Une femme ” représente la véritable Église (2 Corinthiens 11 : 2). Une femme dépravée signifie habituellement une église apostate ou corrompue (Ézéchiel 23 : 2-4 ; Apocalypse 17 : 3-6, 15, 18). Par analogie, une femme pure, comme dans ce cas, représentera la véritable Église. “ Le soleil ” évoque ici la lumière et la gloire de l’ère évangélique. “ La lune ” est le symbole de l’époque mosaïque. Comme la lune réfléchit la lumière du soleil, de même, l’ère antérieure renvoya la lumière du présent. Elles ont le type et l’ombre ; nous avons maintenant l’anticipé et la substance. “ Une couronne de douze étoiles ” symbolise de façon appropriée les douze apôtres. »[1] La femme représente l’Église apostolique, elle ne représente pas un apôtre, mais l’Église à son apogée. Un groupe de personne et non une personne en particulier. Nous pouvons relater la même observation avec le dragon :

« “ Un grand dragon rouge ” représente la Rome païenne »[2] après la première bête, la femme pure et le dragon nous pouvons remarquer que cela se rapporte toujours à un système, un groupe ou toute autre appellation qui se rapporte à une puissance et non à une personne en particulier. Pourtant plusieurs accuseront le pape, notre président de la conférence générale, le président des États-Unis comme étant déjà dans leur perdition éternelle, car ils sont au courant de leur choix. Si vous regardez aux prophéties, après ce pape ou ce président il se pourrait qu’un autre entre au pouvoir et fasse les mêmes choix contre bibliques, car un système que la bible définit comme étant corrompue restera corrompue aussi longtemps qu’il existera.

Dans Apocalypse 13 : 11 il est dit : « Puis je vis une autre bête monter de la terre, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et elle parlait comme un dragon. Elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie. »

« Il existe en Europe des nations protestantes notables ; mais pour des raisons qui apparaîtront plus loin, le symbole ne peut s’appliquer à aucune d’entre elles. Une enquête minutieuse a permis de conclure qu’il s’applique à l’Amérique protestante ou au gouvernement des États-Unis. Nous espérons que le lecteur se sentira maintenant impatient pour certaines des raisons d’une telle application, et qu’il examinera attentivement les preuves qui le justifient. »[3] Les États-Unis sont une des bêtes des prophéties bibliques, ce qui nous démontre encore une fois que ce gouvernement et non ce président, en est la cible de Dieu. Dieu vise ce gouvernement d’être la puissance qui donnera le pouvoir à la Papauté. Non pourrions citer encore les prophéties de Daniel 2, 7, 8 et 11 qui nous démontre encore différent pouvoir qui se démontrerons contre le gouvernement céleste de Dieu.

Pour ce qui est de notre conférence générale est-ce que nous pourrions dire que Ted Wilson est déjà condamné à la perdition éternelle ? Non et Ellen White ne cite jamais A. G. Daniells comme étant condamné, car il était dirigeant de la conférence générale alors qu’elle était corrompue. Elle a cependant affirmé que la conférence n’était plus la voix du Seigneur, ce qui démontre que la conférence générale est dans un état de perdition, mais pas la personne au pouvoir. Nous ne pouvons pas condamner une personne, car c’est le travail de Dieu et non à nous. Nous pouvons cependant affirmer qu’un système peut être vouer à l’échec, car la bible, par la prophétie, affirme que des systèmes seront vouer à l’échec.

Sœur White affirme : « C’est la raison pour laquelle j’ai été obligée de prendre la position qu’il n’y avait pas la voix de Dieu dans la gestion et les décisions de la Conférence générale. La méthode et les plans seraient élaborés que Dieu n’a pas sanctionnés, et pourtant frère Olsen a fait apparaître que les décisions de la Conférence générale étaient comme la voix de Dieu. Beaucoup de positions prises, devenant la voix de la Conférence générale, ont été la voix d’un, deux ou trois hommes qui ont induit la conférence en erreur. »[4]

 « Je ne trouve pas de repos dans l’esprit. Scène après scène est présentée sous forme de symboles devant moi, et je ne trouve aucun repos jusqu’à ce que je commence à écrire l’affaire. Je n’ai pas dormi depuis deux heures. Je pense que nous allons instituer au moins une fois par jour une session de prière pour que le Seigneur mette les choses en ordre au centre de l’œuvre. Les questions y sont en train d’être façonnées de sorte que toutes les autres institutions suivent le même cours. Et la Conférence générale est elle-même en train de se corrompre avec de mauvais sentiments et principes. Dans l’élaboration des plans, les mêmes principes sont manifestes qui contrôlent les affaires à Battle Creek depuis assez longtemps. »[5]

La conférence générale est maintenant corrompue et de ce fait, elle rejoint les filles de Babylone. Elle fait partie des églises protestantes apostates. Il ne faut pas s’attendre que la papauté se repente, que les États-Unis se repentent et que la Conférence générale se repente, mais il se pourrait que les gens qui dirigent dans ce système se repentent. Ils se pourrait que les gens dans ces divers systèmes se repentent, mais le système est déjà voué à l’échec.

Un système est dans les prophéties bibliques toujours citées étant positives ou négatives. Il n’est jamais pointé une personne en particulier. Elle est là l’erreur commise aujourd’hui avec diverse prophétie de la bible. Aucun humain ne peut être condamné tant que sa vie sur terre n’est pas terminée ou que Jésus n’ait pas terminé son travail sacerdotal.

 

[1] Uriah Smith, Daniel and Revelation, p.409

[2] Uriah Smith, Daniel and Revelation, p.510

[3] Uriah Smith, Daniel and Revelation, p.527

[4] Ellen G. White, Manuscript 33, 1891

[5] Ellen White, Letter 55, 19 Septembre 1895, par. 2

1 réflexion au sujet de “Une personne ou un système ?”

  1. Aucun humain ne peut être condamné tant que sa vie sur terre n’est pas terminée ou que Jésus n’ait pas terminé son travail sacerdotal.
    Amen!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !