Donneurs et Preneurs, Partie 2

child-holding-red-heart-in-his-little-hands-K23BMQ3
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Perdre sa vie

Jésus a dit : « Car quiconque voudra sauver sa vie la perdra; mais quiconque perdra sa vie pour l’amour de moi, celui-là la sauvera. » (Luc 9 : 24). Ceux qui cherchent égoïstement comment ils peuvent s’édifier, et s’enrichir, perdront leur vie à long terme. Il est tellement mieux de perdre notre vie maintenant à cause de Jésus, car ce n’est qu’alors que nous trouverons le vrai bonheur et la vie éternelle.

S’efforçant de tourner notre attention vers les choses éternelles, Jésus a exhorté : « Ne soyez donc point en souci, disant: Que mangerons-nous? que boirons-nous? ou de quoi serons-nous vêtus, car ce sont les païens qui recherchent toutes ces choses; et votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses-là. Mais cherchez premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par-dessus. Ne soyez donc point en souci pour le lendemain; car le lendemain aura souci de ce qui le regarde. A chaque jour suffit sa peine. » (Matthieu 6 : 31-34). Rechercher le royaume de Dieu et sa justice sera plus satisfaisant que si nous pouvions gagner toutes les richesses temporaires de ce monde. (Matthieu 5 : 6 ; Ecclésiaste 5 : 10 ; Esaïe 2 : 20)

La Bible est pleine d’instructions pour que nous vivions pour servir les autres. Jésus a dit : « Car le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie en rançon pour plusieurs. » (Marc 10 : 45). Notre Seigneur et Maître a vécu une vie de service, même dans l’humble travail de laver les pieds des sujets de son amour (Jean 13 : 4-17). Jésus « est mort pour tous, afin que ceux qui vivent, ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. » (2 Corinthiens 5 : 15).

La Bible dit : « Que personne ne cherche son avantage particulier, mais que chacun cherche celui d’autrui. » (1 Corinthiens 10 : 24). Notre vie doit être consacrée à la recherche du bien-être des autres. « Nous devons donc, nous qui sommes forts, supporter les infirmités des faibles, et ne pas nous complaire en nous-mêmes. Que chacun de nous complaise plutôt à son prochain, dans le bien, pour l’édification; Car aussi Christ ne s’est point complu en lui-même; mais selon qu’il est écrit :  “Les outrages de ceux qui t’outragent, sont tombés sur moi. “ » (Romains 15 : 1-3).

Paul a écrit : « Comme moi aussi, je m’efforce de plaire à tous en toutes choses, ne cherchant point mon intérêt, mais celui de plusieurs, afin qu’ils soient sauvés. » (1 Corinthiens 10 : 33). Le salut et les félicités des autres apportent la plus grande satisfaction à tous ceux qui sont remplis de l’amour de Dieu. « Je n’ai point de plus grande joie que d’apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. » (3 Jean 1 : 4).

La Bible dit : « Ne faites rien par contestation, ni par vaine gloire; mais que chacun de vous regarde les autres, par humilité, comme plus excellents que lui-même. Ne regardez pas chacun à votre intérêt particulier, mais aussi à celui des autres. » (Philippiens 2 : 3, 4). « Portez les fardeaux les uns des autres, et accomplissez ainsi la loi de Christ. » (Galates 6 : 2).

Paul a écrit : « Et quant à moi, je dépenserai très volontiers, et je me dépenserai entièrement moi-même pour vos âmes; dussé-je en vous aimant toujours plus, être toujours moins aimé. » (2 Corinthiens 12 : 15). Les enfants de Dieu sont prêts à être dévoués au service des autres sans attendre d’être payés en retour pour notre service. Lorsque nous avons fait tout ce que Dieu nous demande, nous disons : « Vous de même, quand vous aurez fait tout ce qui vous est commandé, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, parce que nous n’avons fait que ce que nous étions obligés de faire. » (Luc 17 : 10).

Aucune récompense terrestre

Jésus dit : « Et ce que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-le-leur aussi de même. Car si vous n’aimez que ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on? puisque les gens de mauvaise vie aiment aussi ceux qui les aiment. Et si vous ne faites du bien qu’à ceux qui vous font du bien, quel gré vous en saura-t-on? puisque les gens de mauvaise vie font la même chose. Et si vous ne prêtez qu’à ceux de qui vous espérez de recevoir, quel gré vous en saura-t-on? puisque les gens de mauvaise vie prêtent aussi aux gens de mauvaise vie, afin d’en recevoir la pareille. Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans en rien espérer, et votre récompense sera grande, et vous serez les enfants du Très-Haut, parce qu’il est bon envers les ingrats et les méchants. » (Luc 6 : 31-35).

Dieu veut que nous donnions « l’espoir pour rien » en retour. Même si nous savons qu’à la fin nous sommes perdus, nous servirons toujours Dieu parce que c’est la bonne chose à faire, et c’est la plus satisfaisante quoi qu’il arrive. Job a dit : « Voici, il me tuera; je n’ai plus d’espoir. Du moins, je défendrai ma conduite devant lui. » (Job 13 : 15). Servir Dieu et les autres sans rien espérer en retour est le véritable signe de l’amour désintéressé de Dieu dans nos cœurs.

Jésus dit : « Et il disait à celui qui l’avait invité: Quand tu fais un dîner ou un souper, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni tes voisins riches, de peur qu’ils ne t’invitent à leur tour, et qu’on ne te rende la pareille. Mais, quand tu feras un festin, convie les pauvres, les impotents, les boiteux et les aveugles; Et tu seras heureux de ce qu’ils ne peuvent pas te le rendre; car tu en recevras la récompense à la résurrection des justes. » (Luc 14 : 12-14).

Jésus nous demande de faire volontairement du bien aux personnes qui ne peuvent pas nous rembourser, afin que nous n’obtenions aucun avantage terrestre. Si vous faites partie de ceux qui ont vécu une vie de service continu, et que vous êtes toujours celui qui donne alors que tout le monde autour de vous ne fait que prendre et prendre, ne perdez pas courage, car c’est exactement ce que Jésus a dit de faire. Continuez à faire du bon travail ! « Ne nous lassons point de faire le bien, car nous moissonnerons dans la saison convenable, si nous ne nous relâchons pas. » (Galates 6 : 9).

Le pasteur Lynnford Beachy continuera au cours des prochaines semaines sur la suite de cette article fascinante avec une dernière partie de conclusion sur le sujet de l’amour pour le prochain!

1 réflexion au sujet de “Donneurs et Preneurs, Partie 2”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !