Donneurs et Preneurs, Partie 1

child-holding-red-heart-in-his-little-hands-K23BMQ3
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Vous pouvez les reconnaître assez rapidement ; les personnes qui ne sont là que pour voir ce qu’elles peuvent tirer d’une situation. Ils veulent savoir ce que cela leur apporte. Lorsqu’ils vous rencontrent pour la première fois, ils vous évaluent pour voir s’ils peuvent obtenir quelque chose de vous. « Comment cette personne va-t-elle m’aider ? Que puis-je obtenir d’elle ? » Ils sont preneurs, ils prennent toujours et donnent rarement ; lorsqu’ils donnent, c’est dans l’espoir d’obtenir quelque chose en retour.

De qui je parle ? De tout le monde ! L’égoïsme est la façon courante de vivre sur cette planète assombrie par le péché, mais ce n’est pas la façon de vivre du Christ ou de ses vrais disciples. Jésus est exactement le contraire de l’égoïsme. Lorsqu’il voit des gens, il évalue la situation pour voir comment il peut être une bénédiction pour le plus grand nombre de personnes possible. Il a toujours cherché à laisser des endroits meilleurs qu’il ne les a trouvés (Matthieu 9:35 ; Luc 9:6). C’est ainsi que Jésus a vécu sa vie à chaque instant de chaque jour.

Qu’est-ce que j’entends par égoïsme ? Agir de manière égoïste est « […] cet amour-propre suprême ou cette préférence pour soi-même, qui conduit une personne dans ses actions à orienter ses buts vers l’avancement de son propre intérêt, de son pouvoir ou de son bonheur, sans tenir compte de l’intérêt des autres. L’égoïsme, dans son sens le plus mauvais ou le plus absolu, est l’essence même de la dépravation humaine, et il s’oppose directement à la bienveillance, qui est l’essence du caractère divin. Comme Dieu est amour, ainsi l’homme, dans son état naturel, est égoïste ». (Égoïstement, Dictionnaire de Noah Webster de 1828)

 

À la recherche des leurs

Jésus a dit : « Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, est digne de foi, et il n’y a point d’injustice en lui. » (Jean 7 : 18). Beaucoup de gens cherchent à se construire, même au détriment des autres. La Bible dit : « La plupart des hommes vantent leur bonté; mais qui trouvera un homme véritable ? » (Proverbes 20 : 6).

Le caractère d’amour de Dieu est différent. La Bible décrit l’amour de cette manière : « La charité [l’amour divin] est patiente, elle est pleine de bonté; la charité n’est point envieuse; la charité ne se vante pas, elle ne s’enfle point d’orgueil; Elle n’est point malhonnête; elle ne cherche point son intérêt; elle ne s’aigrit point; elle ne pense point à mal. » (1 Corinthiens 13 : 4, 5). L’amour ne cherche pas le sien. L’amour cherche à profiter aux autres. Cela contraste avec ceux qui sont égoïstes, qui cherchent à s’enrichir eux-mêmes. L’égoïsme est une partie triste et solitaire, car, si c’est vous, vous êtes le seul à vouloir en profiter, ce qui blesse souvent ceux qui vous entourent et vous laisse seul et souffrant. Blesser les gens fait mal aux gens, donc je suis désolé pour ceux qui font du mal aux autres parce que je sais qu’ils en font. « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. » (Luc 23 : 34).

 

Mercenaire

Jésus a dit : « Je suis le bon berger; le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n’est point le berger, et à qui les brebis n’appartiennent point, voit venir le loup, et abandonne les brebis et s’enfuit; et le loup ravit les brebis et les disperse. Le mercenaire s’enfuit, parce qu’il est mercenaire, et qu’il ne se soucie point des brebis. » (Jean 10 : 11-13). Un mercenaire est une personne dont l’intérêt premier est ce qu’elle peut obtenir pour elle-même. « […] un mercenaire, il attend son salaire. » (Job 7:2). Par contraste, Jésus est le bon berger qui donne sa vie pour nous : Ses brebis.

En parlant des mercenaires dans l’église, la Bible dit : « Ses chefs jugent pour des présents, ses sacrificateurs enseignent pour un salaire, et ses prophètes prédisent pour de l’argent […] » (Michée 3 : 11). Malheureusement, de nombreux dirigeants d’église ne sont là que pour l’argent. Ils ont peut-être commencé avec de bonnes intentions, mais beaucoup trop sont devenus victimes de la racine de tout mal, « l’amour de l’argent » (1 Timothée 6 : 10).

Un avertissement surprenant est donné à cette catégorie de personnes. La Bible dit : « Fils de l’homme, prophétise contre les pasteurs d’Israël; prophétise et dis-leur, aux pasteurs: Ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel: Malheur aux pasteurs d’Israël, qui ne paissaient qu’eux-mêmes! N’est-ce pas le troupeau que les pasteurs doivent paître? Vous mangiez la graisse, et vous vous revêtiez de la laine; vous tuiez ce qui était gras, vous ne paissiez point le troupeau! Vous n’avez pas fortifié les faibles, vous n’avez pas guéri les malades, vous n’avez point bandé les blessées; vous n’avez pas ramené les égarées, et n’avez pas cherché les perdues; mais vous les avez dominées avec dureté et rigueur. Faute de pasteurs, elles se sont dispersées; elles ont été exposées à devenir la proie de toutes les bêtes des champs; elles se sont dispersées. Mes brebis sont errantes sur toutes les montagnes et sur toutes les collines élevées; mes brebis sont dispersées sur toute la surface de la terre; personne ne s’en inquiète, personne ne s’en informe. » (Ézéchiel 34 : 2-6). C’est ce qui se passe lorsque les dirigeants de l’église sont là pour l’argent.

Heureusement, Dieu a promis : « Car ainsi a dit le Seigneur, l’Éternel: Voici, je redemanderai mes brebis, et j’en ferai la revue. » (Ézéchiel 34 : 11). Dieu a dit : « Car moi-même je paîtrai mes brebis et les ferai reposer, dit le Seigneur, l’Éternel. Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai l’égarée, je panserai la blessée et fortifierai la malade […] » (Ézéchiel 34 : 15, 16). C’est une belle promesse, et dans l’amour, Dieu nous permet de participer à ce travail. Jésus a dit de lui-même : « Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. » (Luc 19 : 10). C’est l’œuvre de tous les vrais disciples du Christ qui aiment sans aucun motif égoïste ; ils n’ont aucun désir d’obtenir quelque chose en retour.

 

Le pasteur Lynnford Beachy continuera au cours des prochaines semaines sur la suite de ce sujet fascinante !

1 réflexion au sujet de “Donneurs et Preneurs, Partie 1”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !