Appeler le Mal Bien, Partie 2

wong-tai-sin-hong-kong-28-august-2018-top-view-of--BH5GM5S
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Dieu proclame maintenant la réalité du malheur, les déclarations d’appeler le mal bien et le bien mal. C’est le plan de Satan depuis le début. Satan veut que l’humanité soit confuse entre le bien et le mal, la vérité et l’erreur. C’est l’une des raisons pour lesquelles il a inventé l’alcool. C’est vrai. L’alcool est l’invention personnelle de Satan, et il sait qu’il va paralyser vos pensées et votre sens du bien et du mal. Grâce à l’Esprit de prophétie, nous avons un regard derrière le voile spirituel, là où les humains ne peuvent normalement ni voir ni entendre :

« Satan a rassemblé les anges déchus pour trouver un moyen de faire le plus de mal possible à la famille humaine. Une proposition après l’autre a été faite, jusqu’à ce que finalement, Satan lui-même pense à un plan. Il prendrait le fruit de la vigne, le blé et d’autres choses données par Dieu comme nourriture, et les convertirait en poisons, qui ruineraient les capacités physiques, mentales et morales de l’homme, et surmonteraient ainsi les sens que Satan devrait avoir le plein contrôle. Sous l’influence de l’alcool, les hommes seraient amenés à commettre des crimes de toutes sortes. Par un appétit perverti, le monde serait corrompu. En amenant les hommes à boire de l’alcool, Satan les ferait descendre de plus en plus bas dans l’échelle. »[1]

Aujourd’hui, le monde est confus sur ce qui est bien et sur ce qui est mal. L’éthique de diverses questions est débattue, et de nombreux disciples se consacrent à des domaines spécifiques de l’éthique.

Parfois, les choix éthiques nous semblent clairs, du moins à nos yeux. La décision de permettre à un bébé de naître et de vivre au lieu de le tuer dans l’utérus (avortement) parce que l’enfant pourrait être gênant pour la mère est un choix clair pour le croyant né de nouveau.

Mais il est infiniment plus difficile de savoir si certaines décisions sont les meilleures. Le président des États-Unis Harry Truman aurait-il dû utiliser des armes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale ? Des milliers de personnes ont péri à cause de ces deux bombes, mais encore plus de personnes sont mortes lors des précédents bombardements incendiaires de Tokyo. Si les armes atomiques n’avaient pas été utilisées, combien d’autres personnes auraient pu mourir lors d’une invasion du Japon ? Comment décidez-vous du point de rencontre entre la vie et la mort, surtout s’il n’y a pas de lignes directrices claires ?

Heureusement pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas à prendre de telles décisions qui modifient ou mettent fin à une vie, mais que faire lorsque nos enfants se rebellent et veulent vivre une vie de destruction et attendent ensuite que nous les soutenions ? Les parents ne peuvent certainement pas soutenir leurs enfants dans le péché. Comment font-ils preuve d’amour dans ces cas-là, lorsque les enfants croient que leurs parents les négligent ? Seule la Bible a les réponses à de telles questions morales. Nous ne pouvons savoir comment discerner le mal du bien qu’en nous appuyant sur la parole de Dieu.

Vous vous souvenez de Nadab et Abihu ? Ils étaient prêtres de Dieu, les fils d’Aaron, le saint de Dieu, mais vous n’entendez pas parler de beaucoup d’enfants nommés Nadab ou Abihu aujourd’hui. Pourquoi ? Ils étaient méchants, et Dieu devait les détruire ! Pourquoi Dieu détruirait-il ses prêtres, les fils d’Aaron, les neveux de Moïse ? Dieu les a détruits parce qu’ils se sont aventurés à mélanger un feu étrange avec un feu sacré. Ils ont peut-être pensé, le feu est le feu. Un feu est aussi bon qu’un autre, nous pouvons donc utiliser le feu commun pour le sacré. La raison pour laquelle ils pouvaient penser ainsi est qu’ils sont tombés sous le charme de Satan par l’utilisation de l’alcool.

« Nadab et Abihu n’avaient pas appris, dans leur jeunesse, à renoncer à leur volonté propre. L’extrême indulgence de leur père et son manque de fermeté à leur égard en étaient en grande partie la cause. Il avait permis à ses fils de suivre leurs inclinations. Des habitudes de mollesse et de facilité longtemps cultivées s’étaient enracinées en eux avec une force que le sentiment de leurs fonctions sacrées ne pouvait plus dominer. N’ayant pas appris à respecter l’autorité de leur père, ils ne voyaient pas la nécessité d’obéir strictement aux ordres de Dieu. La coupable indulgence d’Aaron envers ses fils avait fait d’eux les futures victimes des châtiments divins.

« Dieu voulut enseigner au peuple que l’on doit s’approcher de lui avec une grande révérence et selon ses prescriptions; qu’il ne peut accepter une obéissance partielle, et qu’il ne lui suffit pas, dans un culte solennel, que tout soit fait à peu près selon les ordres donnés. Dieu a prononcé une malédiction contre ceux qui ne font aucune distinction entre les choses sacrées et les choses profanes. Il déclare par le prophète : “Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal; qui font des ténèbres la lumière et de la lumière les ténèbres. … Malheur à ceux qui sont sages à leurs propres yeux et intelligents à leur propre sens ! … Car ils ont rejeté la loi de l’Éternel des armées; ils ont méprisé la parole du Saint d’Israël. ”(Ésaïe 5 : 20-24) Que personne ne s’abuse par la pensée qu’une partie des commandements de Dieu n’est pas essentielle, ou que le Seigneur acceptera autre chose que ce qu’il nous demande. L’obéissance aux ordres de Dieu contenus dans sa Parole n’est pas facultative. Celui qui préfère la désobéissance en supportera les conséquences. Il y a telle voie qui semble droite à l’homme, Et dont l’issue aboutit à la mort. » (Proverbes 14 : 12)[2]

Cela devrait être un grand avertissement pour nous. La confusion entre le bien et le mal est omniprésente dans le monde, mais c’est aussi l’un des plus grands problèmes de l’Église de Dieu ! J’ose dire que ce problème est aussi grave dans l’église que dans le monde. Ce problème de ne pas pouvoir discerner la différence entre le bien et le mal remonte au jardin d’Eden. Dieu a créé tout ce qui est bon et très bon, y compris un arbre avec lequel Adam et Eve pouvaient être testés pour prouver leur loyauté.

« Et l’Éternel Dieu fit germer du sol toute sorte d’arbres agréables à la vue, et bons à manger, et l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. »[3]

« L’Éternel Dieu prit donc l’homme et le plaça dans le jardin d’Éden, pour le cultiver et pour le garder. 16 Et l’Éternel Dieu commanda à l’homme, en disant: Tu peux manger librement de tout arbre du jardin. 17 Mais, quant à l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras point; car au jour où tu en mangeras, certainement tu mourras. »[4]

Dieu avait clairement établi les règles de base. Cette seule restriction, le minimum possible, était claire et sans ambiguïté ; mais Satan est entré, comme il le fait toujours, et a essayé de confondre la vérité. Il s’est adressé à Eve sous la forme du serpent :

« Mais Dieu sait qu’au jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »[5]

L’objectif de Satan n’était pas simplement de leur faire connaître le bien et le mal, mais de les rendre confus sur ce qui est bien et mal. Dès qu’Ève a mangé le fruit, elle était sûre d’avoir fait quelque chose de grand, quelque chose de merveilleux, et quelque chose qui l’exalterait :

« Elle croit ressentir en elle une force vivifiante, et s’imagine entrer dans une sphère plus élevée. »[6]

Après la tragédie de son péché, Ève a cru qu’elle était entrée dans un état d’existence supérieur. La tragédie suivante a été qu’elle voulait qu’Adam fasse la même expérience. Elle était peut-être sincère, mais elle se trompait lourdement.

Le pasteur Allen Stump nous enverra dans la dernière partie, au plus profond du sujet.

 

[1] Ellen White, The Review and Herald, 16 avril 1901, par. 7.

[2] E. G. White, Patriarches et Prophètes, p.334,335.

[3] Genèse 2 : 9, OST.

[4] Genèse 2 : 15-17, OST.

[5] Genèse 3 : 5, OST.

[6] E. G. White, Patriarches et Prophètes, p.33.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !