Je te Pardonne !

mother-caring-about-child-holding-his-small-hand-o-BFLVR42
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Cela peut nous paraître facile de dire, je te pardonne. Pourtant est-ce que réellement il m’a pardonné ? Qu’est-ce que le pardon selon la bible et l’Esprit de Prophétie ?

J’aimerais vous lire un texte de Sœur White à propos du Christ :

« Le Christ a été traité selon nos mérites afin que nous puissions être traités selon ses mérites. Il a été condamné pour nos péchés, auxquels il n’avait pas participé, afin que nous puissions être justifiés par sa justice, à laquelle nous n’avions pas participé. Il a souffert la mort qui était la nôtre, afin que nous puissions recevoir la vie qui est la sienne. “C’est par ses meurtrissures que nous avons la guérison (Ésaïe 53 : 5).” »[1]

J’aimerais maintenant passer à l’étape suivante, au-delà du plan de mon salut personnel. Je comprends que Jésus a pris la punition de mes péchés pour que je puisse maintenant être traité comme il le mérite. Maintenant, je dois comprendre que les péchés commis par mon ennemi n’ont pas été balayés sous le tapis. Jésus a également été traité de la manière dont mon ennemi mérite d’être traité, afin que je puisse maintenant traiter mon ennemi de la manière dont Jésus mérite d’être traité.

La personne qui t’a fait du mal, peu importe la manière, que ce soit physiquement, sexuellement ou mentalement, Christ a subi ses injustices et il n’a rien fait. Il a dit à ses ennemis :

« Jésus disait: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. »[2]

En fait, ce pardon que Jésus a permis aussi à ses ennemis, il nous le décrit dans Ésaïe 53 : 5 :

« Mais il était meurtri pour nos péchés, et frappé pour nos iniquités; le châtiment qui nous apporte la paix est tombé sur lui, et par sa meurtrissure nous avons la guérison. »[3]

« Par sa meurtrissure nous avons la guérison ». Je comprends dans cela que les représailles contre mon ennemi ne m’apporteront jamais la guérison. Je suis guéri par les meurtrissures de Jésus, et non par les meurtrissures de mon ennemi. Jésus souffrant pour mes péchés ne peut apporter qu’une guérison et une réconciliation partielles. Je suis guéri et totalement réconcilié, non seulement avec Jésus mais aussi avec mes frères, lorsque je réalise que Jésus a souffert pour leurs péchés aussi.

La parabole du Christ à propos du roi qui pardonna la dette du serviteur me rappelle ce pardon de Dieu :

« Alors Pierre, s’étant approché, lui dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois? Jésus lui répondit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. C’est pourquoi le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut compter avec ses serviteurs. Quand il eut commencé de compter, on lui en amena un qui lui devait dix mille talents; Et parce qu’il n’avait pas de quoi payer, son maître commanda qu’il fût vendu, lui, sa femme et ses enfants, et tout ce qu’il avait, afin que la dette fût payée. Et ce serviteur, se jetant à terre, le suppliait, en disant: Seigneur, aie patience envers moi, et je te payerai tout. Alors le maître de ce serviteur, ému de compassion, le laissa aller, et lui remit la dette. Mais ce serviteur, étant sorti, rencontra un de ses compagnons de service, qui lui devait cent deniers, et, l’ayant saisi, il l’étranglait, en disant: Paye-moi ce que tu me dois. Et son compagnon de service, se jetant à ses pieds, le suppliait, en disant: Aie patience envers moi, et je te payerai tout. Mais lui ne le voulut point, et, s’en étant allé, le fit jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé la dette. Ses compagnons de service, voyant ce qui s’était passé, en furent fort attristés; et ils vinrent rapporter à leur maître tout ce qui était arrivé. Alors son maître le fit venir et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis toute cette dette, parce que tu m’en avais prié; Ne te fallait-il pas aussi avoir pitié de ton compagnon de service, comme j’avais eu pitié de toi? Et son maître, étant irrité, le livra aux sergents, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il lui devait. C’est ainsi que vous fera mon Père céleste, si vous ne pardonnez pas, chacun de vous, de tout son cœur, à son frère ses fautes. »[4]

Dans cette histoire nous retrouvons plusieurs important. Le maitre qui pardonne au serviteur, est Dieu qui nous pardonne sans aucune raison valable pour nous pardonner. Le serviteur ici représente nous, mais nous avons deux choix dans cette histoire :

  • Soit faire comme le Christ l’ordonne et pardonner soixante-dix-sept fois sept fois (Matthieu 18 : 22).
  • Faire comme Lémec et venger soixante-dix-sept fois sept fois (Genèse 4 : 24).

Dans les deux cas, soit positif ou négatif, cela représente un nombre incalculable et donc soit nous pardonnons sans raison valable à notre prochain comme Christ l’a fait ou soit nous ne pardonnons pas et nous sommes comme ce serviteur.

Si nous prenons le chemin du serviteur cité dans Matthieu, nous allons recevoir la même punition que lui, car si le péché de notre prochain envers nous ait trop gros pour recevoir le pardon du Christ, alors il n’est pas non plus suffisant pour notre péché. Dieu mettra alors en prison, la mort éternelle, ceux qui ne pardonnerons pas leur prochain.

Le pardon et la réconciliation, ce n’est pas dire « C’est bon ». Il dit: « Je réalise que Jésus a souffert pour vos péchés sur la croix. » C’est réaliser que je suis guéri par les coups que Jésus a reçus et non par les coups que mon ennemi reçoit. Nous devons être assez malades nous-mêmes pour penser que pour être guéris, quelqu’un d’autre doit être blessé. Jésus n’a pas besoin de blesser mon ennemi pour me guérir.

« Le Christ a été traité comme nous le méritons, afin que nous puissions être traités comme il le mérite. » Christ a également été traité comme mon ennemi le mérite, afin que je puisse maintenant traiter mon ennemi de la manière dont Christ mérite d’être traité.

Je vous invite donc à méditer sur cela et de ne pas être le serviteur de la parabole. D’être plutôt comme le Christ et de dire : « Pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Je vous invite de plus à lire le chapitre 4 qui se nomme « Confession », du livre Vers Jésus.

 

[1] E. G. White, Jésus-Christ, p.15.

[2] Luc 23 : 34, OST.

[3] Ésaïe 53 : 5, OST.

[4] Matthieu 18 : 23-35, OST.

1 réflexion au sujet de “Je te Pardonne !”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !