L’Origine de la Pâque dite Chrétienne

easter-P75CCUA
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Cet article sera basé sur le chapitre 3 du livre de Vance Ferrell : « Christmas, Easter and Halloween » qui parle très précisément et très complet sur le sujet de la Pâque. Ce chapitre commence comme suit :

Pâques est le temps des lapins, des œufs colorés, des brioches et des vêtements de printemps. Mais d’où vient Pâques ?

Peu de gens savent que « Pâques » n’est pas la résurrection du Christ ; en fait, la seule fois où ce mot apparaît dans la Bible (en Actes 12 : 4). En anglais il y a une distinction qui est faite. Le mot « easter » n’apparait seulement dans Actes 12 : 4, mais le véritable mot est « passover », qui est directement lié à la Pâque juive, celle de l’Exode. Donc je dans cet article, pour ne pas mélangé les deux fêtes, je marquerais la Pâque juive et la Pâque chrétienne.

Jésus est mort au moment de la fête de la Pâque juive. Mais la Pâque juive n’est pas la Pâques chrétienne, et Jésus n’est pas mort au moment de la Pâques chrétienne. Voici une information que vous voudrez connaître. Elle provient d’une publication intitulée « Easter : Where It Came From », imprimée il y a de nombreuses années, par la Southern Publishing Association. Un vieil homme parle :

« Les enfants s’étaient rassemblés autour de l’énorme cheminée ouverte cheminée ouverte. Les lumières étaient éteintes et les flammes du grand feu de bois éclairaient leurs visages. Plus loin derrière, dans un énorme fauteuil à bascule, était assis le Sage. Dans la journée, un personnage très personnage très prosaïque connu sous le nom de grand-père. Lors des nuits spéciales, quand les enfants étaient autorisés à « rester debout », la lumière du feu jouait sur ce qui semblait être l’âme même du vieil homme, son visage, et il devenait une forme mystique, infiniment éloignée et pourtant très proche d’eux. On l’appelait alors le Sage.

« Cette nuit de Pâques, les enfants ont réclamé l’histoire de Pâques. Ils ne comprirent pas la première partie de ce qu’il raconta, mais par la suite ils comprirent presque tout.

« Voici ce qu’ils ont appris :

« Le dimanche était tenu pour sacré des siècles avant le Sinaï. Le 25 décembre était hautement honoré ; le temps de Pâques était religieusement observé ; et le Carême était un temps de guérison, tous des milliers d’années avant la venue de l’Enfant Jésus à Bethléem ! »

« « Après le déluge, le jardin d’Eden n’était plus sur la terre. Vous vous souvenez que le Seigneur avait placé des anges avec des épées enflammées à ses portes. Lorsque les gens s’approchaient des portes pour adorer Dieu, leur visage était tourné vers l’ouest, car les portes étaient à l’est du jardin. Lorsque l’Eden a été élevé à la demeure de Dieu, et personne ne sait quand cela s’est produit, Satan avait tellement confondu certains qu’ils ont adoré les choses que Dieu avait fait au lieu de Dieu lui-même. La chose la plus brillante que les hommes virent ensuite fut le soleil, et ils se mirent à l’adorer. Dieu, à la création, leur avait donné le sabbat, pour pour leur rappeler chaque semaine qu’il avait tout créé, mais Satan a toujours essayé de faire oublier le sabbat aux hommes, pour qu’ils oublient le vrai Dieu.

« L’un des arrière-petits-fils de Noé s’appelait Nimrod. Nimrod était un grand chef, et fut le premier bâtisseur d’empire. Sa femme, selon l’histoire, s’appelait Sémiramis, et c’était une très grande reine. Satan s’efforçait de contrefaire le plan de salut de Dieu et, lorsque Nimrod est mort, le peuple a dit qu’il était un dieu. Sémiramis leur a dit qu’il était en effet le dieu du soleil, et que son esprit vivait toujours, demeurait dans le soleil.

« Pour que le peuple l’aime comme reine aussi longtemps qu’elle vivra, Sémiramis leur dit que son esprit était celui de la lune et que, lorsqu’elle mourrait, elle habiterait dans la lune comme Nimrod avait déjà habité dans le soleil.

« Satan jetait les bases de tous les systèmes de fausseté et d’erreur que le monde n’a jamais connu. Le dieu soleil, sous différents noms, était adoré à Babylone, en Égypte, en Grèce et à Rome, comme les nations conquérantes étaient conquises par la religion de leurs captifs.

« Chaque année, lorsque la saison froide commençait, les gens croyaient que leur dieu du soleil les quittait. Ils ont appris que son point le plus bas à l’horizon, vers le 21 décembre, était suivi d’un retour progressif, jusqu’à ce qu’au milieu de l’été, jusqu’à qu’il soit directement au-dessus de leur tête à midi. C’est le 25 décembre qu’ils constatèrent, chaque année, le retour, un peu, de leur dieu. Ce jour, ils l’appelaient l’anniversaire du soleil. C’est à cette croyance au voyage annuel de leur dieu qu’Élie faisait allusion dans son conflit avec les prêtres de Baal, le dieu du soleil syro-phénicien [1 Rois 18 : 19-40].

« Après la mort de Nimrod, Sémiramis ne s’est plus jamais mariée : comment la reine du ciel aurait-elle pu épouser un homme ordinaire ? Mais quelques années plus tard, elle donna naissance à un fils. Il s’appelait Tammuz et il est né le 25 décembre ! La nation dont Sémiramis était la reine connut une grande joie. Elle raconta au peuple que l’esprit du soleil, son mari Nimrod, était le père de Tammuz, et ainsi, par son péché, Satan persuada le peuple de la fausse naissance de Jésus, car Jésus est réellement né d’une vierge.

« Tammuz était salué comme le fils du Soleil, et la première lettre de son nom est devenue avec le temps le symbole du culte du soleil. Les sacrifices humains au dieu du soleil étaient offerts sur cette lettre initiale, faite de bois, connue sous le nom de la croix. Son anniversaire, le 25 décembre, était de plus en plus honoré et le premier jour de la semaine a été appelé le jour du soleil, ou dimanche. Le peuple oublia le sabbat de Dieu, et honorait le jour du soleil. Pour honorer Sémiramis ils ont mis de côté un temps en l’honneur de la lune. C’était la première pleine lune après l’équinoxe de printemps, ou le vingt et un mars. Le premier dimanche après cette pleine lune était en effet un jour de gala.

« Alors qu’il n’était encore qu’un jeune homme, Tammuz, chasseur comme son supposé père, fut tué par un sanglier. Quels pleurs il y eut dans le royaume ! Et les quarante jours précédant le moment de la célébration de la lune furent mis à part comme jours de pleurs pour Tammuz.

« Le peuple de Dieu était constamment tenté de suivre cette religion au lieu de celle de la Bible. Souvent, Satan parvenait à ses fins. Dans le huitième chapitre d’Ézéchiel, nous lisons que les femmes pleuraient sur Tammuz et que le peuple tournait le dos au temple de Dieu et adorait le soleil à l’est. Ils adoraient également la déesse de la lune, en préparant des gâteaux à la reine du ciel (Jér. 7 : 18-19). Il s’agissait de gâteaux ronds sur lesquels on avait découpé une croix.

« La grande marque distinctive des païens était le dimanche et la marque du peuple de Dieu était le sabbat (Eze. 20 : 12-20]. Les païens, eux, adoraient le soleil, célébraient le dimanche, offraient leurs enfants en sacrifice au soleil ou crucifiaient leurs victimes humaines pour détourner sa colère supposée.

« Un auteur d’un périodique réputé dit que » le dimanche était la fête sauvage et solaire de tous les temps païens « . C’est en ce jour que les pires caractéristiques du culte solaire étaient pratiquées. Trop souvent, Israël faisait aussi ces choses, mais Dieu leur envoyait constamment des messages pour qu’ils lui obéissent.

« Enfin, le Christ, le Fils de Dieu, est né. Le jour exact de sa naissance, personne ne le connaît, mais c’était probablement en octobre. Il n’avait que trente-trois ans et demi lorsqu’il a été crucifié, en avril, au moment de la Pâque. Comme Jésus aimait son peuple ! Il les a tellement aimés qu’il était prêt à subir les abus et les moqueries, la flagellation et la mort. Rappelez-vous que Tammuz a été exalté par Satan pour être le grand rival de Jésus, et que le symbole de la croix était le signe de l’adoration du soleil. Pendant toutes ces années, il avait semblé que le dieu soleil était plus grand que le vrai Dieu, car seul Israël suivait Dieu, mais souvent même Israël suivait le dieu soleil.

« Oh oui, Jésus a aimé son peuple ! Il est venu dans un monde qui L’avait oublié, Lui, son Créateur, a subi toutes les insultes de ses mains, et est finalement mort sur le symbole de l’adoration du soleil, ‘même, dit Paul, la mort de la croix’ (Phil. 2 : 8).

« Quelle réjouissance alors chez les démons ! Le Fils de Dieu, livré par son propre peuple et crucifié par les Romains adorateurs du soleil sur le symbole de l’adoration du soleil ! Oh, ce Jésus condescendant ! Comme il a dû aimer son peuple ! »

« Le visage du vieil homme s’adoucit, et les enfants virent des larmes dans ses yeux. Après un certain temps, il a continué. Ses yeux brillaient maintenant.

« Mais Dieu a honoré ce sacrifice ! Le troisième jour après sa crucifixion, le premier jour pour le culte du soleil, alors que les esprits des démons étaient dans la plus folle orgie de célébration de leur victoire ; car, à travers beaucoup d’hommes, les anges de Satan se sont tous réjouis de la victoire du faux culte en ce jour même mis à part et honoré par le nom du soleil, Dieu a ressuscité Son Fils du tombeau en vainqueur ! De même qu’après la création, Il s’était reposé, de même après la rédemption, Il s’est reposé dans la tombe le jour de son sabbat ; et maintenant, au jour du soleil, Il est ressuscité, vainqueur éternel du culte du soleil et de tous les faux systèmes de culte. C’est pourquoi Dieu l’a ressuscité le dimanche. Une fois de plus, le sabbat est le signe de Dieu entre Lui et Son peuple. Ses disciples l’ont observé de leur vivant.

« Mais Satan n’en avait pas encore fini avec le monde. D’abord, il persécuta le peuple de Dieu, puis il le tenta à nouveau. Les païens observaient encore le dimanche ; et, comme les chrétiens étaient dispersés dans le monde, Satan murmurait à l’oreille du peuple de Dieu qu’il devait essayer de s’attirer la faveur des païens en leur ressemblant davantage. Le Christ n’est-il pas né vers la fin de l’année ? La date exacte était incertaine. Pourquoi ne pas l’appeler la même date que la naissance de Tammuz ? Le 25 décembre devint donc Noël.

« Encore une fois, le Christ a été crucifié et ressuscité au printemps, à peu près au moment de la fête de la lune. Pourquoi ne pas avoir la même période que les païens, et même faire comme eux, mais l’appeler en l’honneur de la résurrection du Christ. Les gâteaux à la reine du ciel sont devenus les petits pains croisés. Les quarante jours de ‘pleurs pour Tammuz’ devinrent le Carême ; et à la fin du Carême vint le dimanche de Pâques, un chef-d’œuvre de contrefaçon.

« La voix s’est tue pendant un moment. Le visage du vieil homme s’assombrit alors qu’il semblait voir, dans les braises du feu, un événement sinistre contre lequel il allait crier. Soudain, on entendit dans l’immobilité les sons de trompette qui avaient appelé les hommes sur le champ de bataille, lorsqu’en tant que garçon tambour, il avait saisi les couleurs là où un porteur mourant était tombé, et rallié un régiment qui avait failli se briser.

« Oh les lâches ! Les lâches ! Ils ont laissé le drapeau de Dieu, son saint sabbat, tomber dans la poussière. Ils l’ont piétiné ; ils ont exalté le jour du soleil ; ils ont enfreint le commandement de Dieu, et tout cela au nom de Celui qui avait donné Sa vie pour sauver Son peuple de cette même chose !

« Oh, comme Jésus au ciel a dû pleurer quand ses soi-disant disciples, pour gagner en influence, ont mis en place la marque de rébellion contre le ciel dimanche. Et comme Il doit pleurer aujourd’hui quand des gens professent honorer Sa résurrection en piétinant Son jour et en honorant le drapeau de l’ennemi vaincu. Que Dieu pardonne à notre nation si elle adopte un jour une loi pour faire cela, si elle adopte un jour une loi nationale sur le dimanche. »

Pour conclure, ce chapitre voulait nous emmener à voir que Nimrod est celui en fait qui est adorer quand nous fêtons la Pâque soi-disant chrétienne. Peuple chrétien, réveiller vous et réformer vous selon la parole de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !