La Cicatrice Prophétique, Partie 1

lion-2850138_1920
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

La tradition veut qu’au début de l’histoire de ce pays, une cicatrice particulière sur le front d’un individu ait sauvé son porteur de la mort. L’histoire se déroule ainsi : il y avait deux frères aux dispositions et aux tempéraments très différents. L’aîné était fougueux et têtu. Le plus jeune, à l’inverse, était d’un caractère extrêmement aimable. À une certaine occasion, alors que le sang de l’aîné était chaud, il asséna au cadet un coup qui le fit tomber à terre. La tête de ce dernier, en tombant, est entrée en contact avec une substance tranchante qui lui a infligé une grave blessure. La blessure se cicatrisa avec le temps, mais laissa une cicatrice visible en forme de demi-lune. Les années ont passé, et les frères ont été séparés l’un de l’autre. Vers 1812, par un hasard singulier, ils se sont retrouvés à combattre dans des camps opposés lors d’un engagement à bord d’un navire. Ce qui est encore plus étrange, c’est qu’à un moment du combat, ils se sont unis en un seul combat, aucun des deux ne reconnaissant l’autre. Le frère aîné était un homme puissant, et en portant un coup violent à son antagoniste, il lui arracha le casque de la tête et était sur le point d’abattre son couteau sur le front non protégé de sa victime, lorsque le vent, rejetant en arrière les cheveux de ce dernier, révéla une cicatrice. L’homme fort la reconnut aussitôt comme celle qui correspondait à la blessure qu’il avait infligée, dans son enfance, à son jeune frère. Cette révélation soudaine renversa instantanément son intention. Au lieu de frapper son adversaire, il embrassa son frère disparu. La cicatrice a sauvé la vie de ce dernier.

Des incidents de même nature que celui qui vient d’être évoqué pourraient être cités à l’infini. Mais si les taches et les cicatrices ont si souvent été le moyen d’identifier et de sauver des individus, nous nous demandons s’il n’est pas possible que, dans l’ordre de la providence de Dieu, il ne soit pas parfois vrai que de grands mouvements dans le monde religieux puissent être identifiés par quelque particularité dans l’expérience de leurs promoteurs, qui en soi serait naturellement considérée comme une tache dans leur histoire. Si je ne me trompe pas, nous avons la preuve que tel est le cas dans au moins une occasion. Je fais référence au grand mouvement millérite (ou de l’Avent) de 1844. Il est bien connu qu’à cette époque William Miller et ses disciples proclamèrent au monde que le temps du jugement serait atteint le 22 octobre, et que le second avènement du Christ aurait lieu à cette date. Le Seigneur n’est pas venu, comme prédit, et le monde entier a acquis la conviction que tout ce mouvement était faux. Partout où l’on prêche la venue du Christ à l’heure actuelle, les tenants de cette doctrine sont informés en ricanant de l’erreur de M. Miller, et on leur fait comprendre qu’il ne sert à rien de passer son temps à parler de quelque chose dont personne ne sait rien. Je ne m’arrêterai pas ici pour montrer la fausseté d’un argument qui part du principe que, parce qu’un homme ou un groupe d’hommes a échoué dans certaines attentes, personne d’autre ne sera jamais capable de corriger son erreur et de donner une bonne exégèse des prophéties qu’il a mal comprises.

Laissant cela pour le moment, je m’attaque tout de suite à la question de savoir si l’erreur de M. Miller était nécessairement fatale à l’opinion selon laquelle il était dans l’ensemble dirigé par Dieu. Pour le faire de manière intelligente, il faudra procéder à un examen minutieux de son œuvre. Un aperçu concis de sa position serait le suivant : M. Miller prétendait donner le message trouvé dans Apocalypse 14 : 6, 7. Voici ce qu’il dit : » Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel, ayant un Évangile éternel, pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. Il disait d’une voix forte : Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux. » On observera que le message lui-même se rapporte au jugement, mais qu’il ne fixe aucun moment pour le début de cet événement. Pour combler ce manque, les adventistes ont recours à Dan. 8 : 13, 14. On y lit ainsi : « J’entendis parler un saint; et un autre saint dit à celui qui parlait : Pendant combien de temps s’accomplira la vision sur le sacrifice perpétuel et sur le péché dévastateur ? Jusques à quand le sanctuaire et l’armée seront-ils foulés ? Et il me dit : Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. » Curieusement, le 8e chapitre de Daniel ne nous dit pas à quelle date les 2300 jours devaient commencer. Dans le chapitre suivant, cependant, nous obtenons l’indice nécessaire. L’ange Gabriel vient une seconde fois auprès de Daniel pour compléter son explication de la vision que Daniel avait vue précédemment et qui a été enregistrée au chapitre 8 du livre de ce prophète. Le temps étant le seul point de cette vision que Daniel n’avait pas compris, il s’attaque immédiatement à ce sujet. Si le lecteur veut bien se tourner vers le chapitre en question, et lire les versets 22-27 inclus, il comprendra la portée de la communication de Gabriel. Ceci étant fait, il suffira de faire ici une déclaration aussi brève que possible. Il est dit au prophète que 70 semaines, ou 490 ans, ont été fixées (retranchées) sur le peuple de Daniel. La seule période à partir de laquelle ils ont pu être retranchés est celle des 2300 jours de Dan. 8 : 14. Trouvez où ils se terminent, calculez 490 ans en arrière, et vous avez le début de la longue période de 2300 ans.

Étienne a été fait martyr en l’an 34. À proximité de cet événement, les Juifs ont perdu leur position exclusive en tant que peuple élu de Dieu, et l’Évangile a été transmis aux Gentils. Actes 7 : 54-59 ; 9 : 13-15. Quatre cent quatre-vingt-dix ans à partir de l’an 34 de notre ère remonteraient jusqu’en 457 avant J.-C., fixant le début des 70 semaines à cette date. De nouveau, au verset 25, le prophète est amené à comprendre que le début des 490 ans serait marqué par un commandement de restaurer et de construire Jérusalem. Ce commandement se trouve dans Esdras 7 : 11-27. Il a été donné par Artaxerxès, roi de Perse, en 457 avant J.-C. Nous avons donc un pilier établi à la fin et un autre au début des 70 semaines, ou 490 années prophétiques. Le début des 70 semaines ayant été démontré comme étant 457 avant J.-C., et ce début étant identique à celui des 2300 ans, on constate que ces derniers se terminent en 1844. A cette date, selon Dan. 8 : 14, le sanctuaire devait être purifié. La purification du sanctuaire symbolisait l’œuvre du jugement. Lév. 16 : 29-31 ; Actes 3 : 19-21. Ceci étant vrai, le jugement a dû commencer dans le ciel en 1844.Les dates, d’où ces déductions sont tirées, sont essentiellement les mêmes que celles employées par M. Miller.  Elles n’ont jamais été, et ne pourront jamais être déplacées. Toutes les théories qui les ont contredites ont échoué.

Demandez-vous comment il se fait que les adventistes aient connu une si grande déception ? La réponse est qu’ils avaient raison en ce qui concerne le jugement, mais tort en ce qui concerne l’avènement. Ils devaient savoir que le jugement investigatif devait précéder l’avènement d’une série d’années. Cette doctrine est plus qu’implicite dans Apocalypse 14 : 6, 7, le texte qu’ils ont utilisé comme base pour l’authenticité de leur travail. On y trouve l’affirmation que l’ange devait prêcher l’Évangile à toute nation, toute tribu et tout peuple. Cela ne pouvait être accompli sans l’évangélisation du monde. Un tel travail, même avec tous les appareils modernes de la vapeur, de l’électricité et des services postaux, nécessiterait de nombreuses années, si des agences humaines devaient être employées à cette fin. Que l’on puisse compter sur de telles agences pour accomplir le travail assigné à l’ange, cela ne peut être contesté. Les anges peuvent avoir un rôle à jouer dans la prédication de l’Évangile, mais ce qu’ils font doit être fait en grande partie par des instruments humains. Le Christ a chargé ses disciples de prêcher l’évangile dans le monde entier. Marc 16 : 15, 16. Cette mission devait s’étendre jusqu’à la fin des temps. Matt. 28 : 19, 20. Elle couvre donc l’œuvre de l’ange du jugement d’Apocalypse 14 : 6-8. De nouveau, après que l’ange du jugement ait commencé à faire son travail, deux autres messages devaient suivre dans l’ordre.  Apocalypse 14 : 8-12. Le premier était d’annoncer la chute de Babylone. Le second devait mettre en garde contre l’adoration de la bête léopard d’Apocalypse 13 : 1-9. Ces messages, comme le premier, devaient être délivrés à la dernière génération d’hommes, et occuperaient nécessairement des années de temps. Le fait que ces années devaient tomber dans la période assignée à l’histoire de ce monde, est prouvé par deux circonstances : des hommes devaient mourir pendant que le troisième message était en cours (Apo. 14 : 13) ; et le Seigneur ne fut pas vu venant sur la nuée blanche avant que le dernier de ces messages ne soit terminé. Apocalypse 14 : 14.

Voici donc, nous le répétons, l’explication de la déception de 1844. Les adventistes de cette époque avaient raison de proclamer que le jugement serait prononcé le 22 octobre de cette année-là, mais ils avaient tort de lier si étroitement l’avènement de Christ à cet événement. La raison aussi bien que les Écritures auraient dû leur apprendre que le jugement investigatif ne pouvait pas, ou ne devait pas, être accompli en un clin d’œil. Une telle assise est trop solennelle et terrible dans ses conséquences, pour être caractérisée par une hâte indécente. « J’ai dit en mon cœur : Dieu jugera le juste et le méchant; car il y a là un temps pour toute chose et pour toute œuvre. » Eccl. 3 : 17. En accordant une seconde à chaque cas, et en admettant qu’il y ait 1.500.000.000 de personnes dans le monde à l’heure actuelle, il faudrait quarante-neuf ans pour les juger toutes. Ajoutez à cela les innombrables générations du passé, et qui dira que les quarante-sept ans qui se sont écoulés entre notre époque et la proclamation faite par les Adventistes de 1844, sont une période trop longue pour être consacrée au jugement des justes morts qui sont passés dans la terre silencieuse depuis qu’Abel a été victime de la rage de son frère aîné ? Les voies de Dieu ne sont pas celles de l’homme. Si ces derniers avaient été appelés à déterminer à l’avance le temps pendant lequel le Fils de Dieu serait séparé du Père dans l’œuvre de la rédemption, ils l’auraient probablement limité à quelques heures, ou à quelques jours tout au plus ; néanmoins, il a couvert trente-trois ans.

Les premiers disciples ont anticipé le retour du Christ en leur temps, mais 1800 ans se sont écoulés, et ses Saints fatigués et attentifs soupirent encore : « Combien de temps, Seigneur, combien de temps ? Il a été bien dit que « les moulins de Dieu broient lentement, mais ils broient aussi très petit ». Les hommes devraient étudier la signification de ces mots : « un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour ». 2 Pierre 3 : 8.

Cet article est une traduction tirée de The Review and Herald, January 12, 1891 qui a été rédigé par W. H. LittleJohn.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !