La Cicatrice Prophétique, Partie 2

lion-2850138_1920
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Revenant maintenant à la proposition initiale, l’erreur des adventistes en 1844, un peu d’espace sera consacré à la prospection de ce sujet. Ce qui prouve trop, ne prouve rien du tout. Décidez que l’œuvre de M. Miller doit être répudiée parce qu’elle est entachée de certaines erreurs, et vous devez nécessairement rejeter tous les grands mouvements religieux qui ont été mis sur pied depuis le début du monde. Même les disciples immédiats du Christ avaient leurs idées fausses sur l’esprit et la nature de sa mission. Ce n’est qu’après que la crucifixion eut anéanti toutes leurs espérances d’un royaume temporel avec le Christ à sa tête, qu’ils ont pu être amenés, même par le Maître lui-même, à renoncer à ce dogme si cher ! Le doux Jean comprenait si imparfaitement l’animus de l’œuvre du Messie qu’il souhaitait que celui-ci fasse détruire par le feu une certaine ville parce que ses habitants ne voulaient pas le recevoir. Luc 9 : 52-54. Pierre, dans son préjugé contre les Gentils, a même dissimulé sa tentative d’entraver le travail de Paul, mieux éclairé, en faveur de cette classe. Gal. 2 : 11-13. Le concile de Jérusalem en 51 ap. J.-C. jette un flot de lumière sur le sujet de l’incompréhension qui a envahi l’Église jusqu’à cette date, concernant la véritable relation entre les convertis païens et juifs. Actes 15 : 1-22. Devons-nous nier l’authenticité du mouvement des premiers disciples, à cause de ces malentendus ? La Réforme du XVIe siècle est couvert de taches pratiques et doctrinales. Luther lui-même n’était pas exempt d’erreurs même très graves. Prenez, par exemple, son point de vue sur la question de l’eucharistie. Il adhérait à la doctrine de la consubstantiation. C’est-à-dire que, tout en rejetant l’opinion des romanistes selon laquelle le pain et le vin étaient transformés en corps et sang réels du Christ, il a adopté l’erreur connexe de la consubstantiation. C’est l’opinion selon laquelle le pain et le vin contiennent en réalité le corps et le sang du Christ, comme le fer rouge contient la chaleur qui le rend tel.

Pourquoi certains presbytériens, certains baptistes et certains méthodistes ? Pourquoi ne sont-ils pas tous luthériens ? N’est-ce pas parce que Luther était dans l’erreur sur certains points ? Mais son œuvre n’était-elle pas de Dieu ? S’il en est ainsi, il s’ensuit qu’un mouvement peut être du ciel même si ses enseignements sont à certains égards peu solides. Appliquons ce principe au grand mouvement de l’Avent de 1844, et notre controverse est terminée. Que la charité et la vérité exigent une telle application devient doublement sûr quand on se rappelle que les adventistes du septième jour, qui sont les descendants en ligne de ceux qui ont donné le premier message, ont réglé ces questions en adoptant la chronologie du jugement de M. Miller, tout en rejetant son erreur en ce qui concerne l’avènement, séparant ces deux événements par toute la durée du jugement investigatif. À ce stade, il faut abandonner l’argument de l’Écriture supplémentaire qui a trait à la cohérence du rejet comme fallacieux de tous les mouvements qui prétendent être spécialement dirigés du ciel, à moins qu’ils ne soient entièrement exempts d’erreur.

En conclusion, on se propose de montrer, d’après la parole sacrée, que Dieu lui-même, au lieu de rejeter la dernière église à cause de son erreur sur la date de l’avènement, l’a reconnue comme son serviteur et ont même fait de cette erreur un signe par lequel ils devaient être identifiés. L’apôtre Pierre dit : « Il viendra dans les derniers jours des moqueurs, marchant selon leurs propres convoitises, et disant : Où est la promesse de son avènement ? Car, depuis que les pères se sont endormis, tout continue comme au commencement de la création. » 2 Pet. 3 : 3, 4. Pour l’esprit réfléchi ces mots sont lourds de sens. Ils font plus qu’indiquer qu’à la fin de cette dispense une certaine classe devait insister sur la doctrine de l’approche prochaine de l’avènement. En face d’eux, dans le tableau, se trouvent les moqueurs qui disent : « Où est la promesse de sa venue ? « Les véritables chrétiens ne se moqueraient jamais d’un sujet aussi solennel que celui de l’avènement. Par nature, les moqueurs sont lâches, et ils resteraient généralement très silencieux lorsque ceux qui croient en la proximité de la venue du Christ insistent avec force sur leur point de vue, et le soutiennent par un argument qui a l’apparence de la vérité. Mais que les amis du Christ fixent le moment de sa venue, et que ce temps s’écoule sans qu’il apparaisse, et leurs railleries et leurs moqueries se feraient entendre partout, alors qu’ils prononceraient ces mots : « Où est la promesse de sa venue ? « . Les adventistes déçus et au cœur brisé de 1844 ont appris par une expérience amère que cette image est tirée de la vie, lorsqu’ils se sont retrouvés la cible des moqueries et des plaisanteries non seulement de l’ivrogne et de l’infidèle, mais aussi de ceux dont on aurait pu attendre de meilleures choses.

Descendant des généraux aux particuliers, le message d’Apocalypse 14 : 6, 7 est soumis à un examen critique. Premièrement, « il cria d’une voix forte » ; deuxièmement, il devait prêcher l’Évangile à toute nation, langue et peuple ; troisièmement, il annonça que l’heure du jugement de Dieu était venue ; quatrièmement, il appela les hommes à adorer celui qui « a fait le ciel, la terre, la mer et les sources d’eaux ». Rien ici ne semble présager une déception. Mais ce mouvement n’est-il pas énoncé ailleurs dans les Écritures ? Si nous ne sommes pas trompés, il l’est. Examinons de près le 10e chapitre de l’Apocalypse pour voir s’il ne s’agit pas d’une duplication du message d’Apocalypse 14, 6, 7. (1) Le dernier ange a crié « d’une voix forte » ; (2) Le premier a crié « d’une voix forte, comme celle d’un lion qui rugit » ; (3) L’ange d’Apocalypse 14 avait un message qui devait aller « à toute nation, toute tribu, toute langue et tout peuple ». (4) L’ange d’Apocalypse 10 « posa son pied droit sur la mer et son pied gauche sur la terre », c’est-à-dire que son message était également mondial ; (5) L’ange d’Apocalypse 14 prêcha l’heure du « jugement de Dieu venu ». (6) L’ange d’Apocalypse 10 a annoncé qu’ »il n’y aurait plus de temps (temps prophétique) » ; la plus longue période de temps prophétique dans la Bible est les 2300 jours de Dan 8 : 13, 14 qui devaient aboutir à la purification du sanctuaire, ou au jugement ; (7) L’ange d’Apocalypse 14 : 6, 7 appelle les hommes à l’adorer : « qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux ; » (8) L’ange d’Apocalypse 10 a juré par celui qui a fait « le ciel, et ce qu’il contient, et la terre, et ce qu’elle contient, et la mer, et ce qu’elle contient », etc ; (9) L’ange d’Apocalypse 14 a dû fonder son message sur le livre de Daniel, car c’est le seul à fournir des dates à partir desquelles on peut calculer le moment du jugement ; (10) L’ange d’Apocalypse 10 a également dû fonder son message sur le livre de Daniel, puisqu’il contient le plus long message prophétique des Écritures. (11) L’ange de l’Apocalypse 14, comme nous l’avons vu précédemment, aurait dû donner son message vers l’an 1844 ; (12) L’ange de l’Apocalypse 10 aurait dû faire sa proclamation entre 1840 et 1844 de notre ère, puisque son œuvre se situe entre la proclamation de la sixième et de la septième trompette, la première ayant cessé de retentir le 11 août 1840, et la seconde ayant commencé à sonner à peu près au moment de la session du jugement, qui a eu lieu en 1844. Apocalypse 11 15-18.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !