Ganoune Diop contribue à un nouveau livre sur l’importance de l’ONU avec un prêtre catholique Jésuite

Ganoune-Diop-Book-Catholic-Priest-Jesuit
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Ganoune Diop, directeur des affaires publiques et de la liberté religieuse à la Conférence générale des adventistes du septième jour, participe désormais à la rédaction de livres avec des prêtres catholiques de l’Université jésuite pontificale Grégorienne. Le nouveau livre a été publié en 2021 et s’intitule Religious Soft Diplomacy and the United Nations (La diplomatie souple religieuse et les Nations unies). Il est disponible sur Amazon et défend l’idée que les entités religieuses devraient travailler avec les Nations unies pour aider à atteindre les objectifs de développement durable de l’ONU. Le résumé du livre, publié sur Amazon, indique ce qui suit :

« L’engagement de la diplomatie religieuse au sein des systèmes des Nations unies est devenu de plus en plus important pour atteindre les objectifs de développement durable. Les éditeurs soutiennent qu’une diplomatie religieuse efficace doit refléter la grande diversité des expressions religieuses et spirituelles au sein des communautés humaines… le meilleur moyen d’y parvenir est de changer de vision du monde au sein des systèmes des Nations Unies. »[1]

Ganoune Diop a écrit le chapitre 5 de ce livre. Le prêtre catholique romain Cesar Jaramillo a écrit le chapitre 14. Cesar Jaramillo est professeur d’université et prêtre dans le diocèse de Patterson, New Jersey, et a étudié à l’Université jésuite pontificale Grégorienne de Rome, en Italie.[2] [3]

On nous dit maintenant que les églises devraient s’associer aux Nations Unies pour aider à faire avancer leurs objectifs, leur pseudo-science, leur spiritualité de la Terre Mère, leurs philosophies païennes, leurs politiques féministes anti-famille, leur propagande radicale LGBT+ et leur programme pro-mort qui promeut l’euthanasie et l’avortement. Pourquoi nous joindrions-nous à ceux qui sont déterminés à détruire le christianisme biblique ? Nous devons résister et rejeter cette dangereuse poussée vers l’humanisme et le sécularisme.

Qu’a donc écrit Ganoune Diop dans ce livre ? Il parle de la liberté religieuse et de la nécessité de protéger notre droit d’adorer Dieu. Il a commencé à donner une défense sur le sujet de la liberté de conscience ; mais en même temps, il donne le feu vert aux mondialistes du monde entier pour continuer à supprimer les libertés civiles et religieuses avec des fermetures draconiennes, des fermetures d’entreprises et d’autres restrictions oppressives, tout cela au nom de « nous garder en sécurité. »

Ganoune Diop dit ce qui suit à propos de la liberté de religion à la page 96 de ce nouveau livre et cite les Nations Unies :

« Le droit d’une personne de manifester ou d’afficher extérieurement sa religion ou ses convictions peut être légalement limité. Cet aspect de la liberté de religion n’est pas absolu. L’article du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui a été ratifié par 179 pays depuis sa première introduction en 1996, dit spécifiquement que : « La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet que des seules restrictions prévues par la loi et qui sont nécessaires à la protection de la sécurité, de l’ordre et de la santé publique, de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d’autrui. »[4]

Laissez-moi vous dire ce qui n’est pas absolu : Les responsables d’église et les directeurs de liberté religieuse ne sont pas absolus. Les dirigeants politiques ne sont pas absolus. Les gouvernements civils ne sont pas absolus. Les Nations Unies ne sont pas absolues. Tragiquement, nous avons vu des dirigeants politiques malhonnêtes abolir unilatéralement nos libertés fondamentales simplement en les déclarant « non essentielles ». Nous avons vu comment des gouverneurs et des maires ont unilatéralement autorisé des magasins d’alcool, des épiceries, des cliniques d’avortement et des manifestants à fonctionner, tout en fermant unilatéralement des églises.

Comment peuvent-ils faire cela ? Ils ne peuvent pas révoquer les libertés qu’ils ne nous ont jamais données au départ. Nos droits ne viennent pas de l’homme ou d’un groupe d’hommes. Nos droits viennent de Dieu parce qu’Il est absolu. Ses paroles sont absolues. Et les libertés qu’Il nous a données sont absolues.

« Nous tenons ces vérités pour évidentes, que tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, que parmi ceux-ci se trouvent la Vie, la Liberté et la recherche du bonheur. »[5]

L’opinion des politiciens, des bureaucrates, des gouverneurs, des Nations unies ou même des leaders religieux ne doit pas avoir plus de poids que celle des autres. Nous ne sommes pas censés gouverner sur la base de l’opinion ; nous sommes censés gouverner sur la base d’une Constitution. Ganoune Diop pousse les déclarations mondialistes des Nations Unies tout en ignorant les principes protestants/bibliques contenus dans notre Déclaration des droits. Les politiciens utilisent cette soi-disant « pandémie » pour exercer un pouvoir absolu et imposer des politiques radicales en matière de santé et d’environnement, et Ganoune Diop fournit la licence et la justification pour le faire.

Il fut un temps où le travail sur la liberté religieuse était consacré à la promotion de la vérité biblique. On défendait les principes du protestantisme. Il fut un temps où la liberté religieuse trouvait sa légitimité dans le fait qu’elle servait tous les peuples sans distinction et restait apolitique. Aujourd’hui, le principal responsable de la liberté religieuse au sein de l’adventisme pousse à l’endoctrinement gauchiste, socialiste, marxiste et mondialiste.

 

 

Un autre contributeur à ce nouveau livre est Azza Karam. Elle est secrétaire générale de Religions pour la paix, une organisation de défense des droits de l’homme. Elle a écrit le premier chapitre du livre. Et vous pouvez voir dans le tweet suivant, qu’elle est un partisan de l’encyclique Fratelli Tutti du Pape François :

 

 

« Le professeur Azza Karam déclare : « Au nom de #ReligionspourlaPaix, je voudrais féliciter Son Éminence le Dr Ahmed Al-Tayeb et Sa Sainteté le #PapeFrancis pour l’adoption par les #NationsUnies du 4 février, date de la signature du #DocumentsurlaFraternitéHumaine, comme #JournéeInternationale de laFraternitéHumaine ». »

La liberté de conscience est attaquée. Des organisations comme Rome, les Nations Unies et le Forum économique mondial sont du côté de la dictature anti-civile, anti-liberté, anti-religieuse et anti-chrétienne. Tous les adventistes du septième jour épris de liberté devraient être terriblement inquiets de voir que nos leaders de la liberté religieuse font équipe et écrivent des livres avec des jésuites et d’autres mondialistes qui promeuvent ouvertement la fraternité universelle du pape François. Tragiquement, nos leaders de la liberté religieuse ne sont pas neutres ; non, pire encore, ils se rangent du côté des violateurs actuels et futurs de la vérité et de la liberté.

L’œuvre de la liberté religieuse est censée défendre le peuple de Dieu et son droit de prêcher l’évangile. Mais il semble que ce travail ait définitivement pris une mauvaise direction. Comment expliquer autrement que les leaders de la liberté religieuse commencent à fusionner leurs efforts avec les agnostiques séculiers de cette génération ? Pourquoi ces hommes adoptent-ils les politiques du monde et les suivent-ils en défiant ouvertement notre commission évangélique ? Comment peuvent-ils marcher ouvertement contre la foi et garder leur emploi ? Le devoir de chaque travailleur est de défendre les enseignements des Écritures et les doctrines de la foi.

Trop de dirigeants adventistes du septième jour cherchent à établir des partenariats avec des gouvernements, des organisations internationales et d’autres groupes religieux pour faire avancer des causes sociales, séculaires, politiques et révolutionnaires. La parole révélée de Dieu n’est plus la base de l’unité. Nous tendons la main au-delà des lignes confessionnelles pour être solidaires avec le monde entier ; mais sur quoi se fonde cette unité ? Des causes libérales de gauche ?

Chaque fois que les églises rejettent la vérité biblique et la foi comme principes de l’unité chrétienne, qu’est-ce qui devient alors la base de l’unité ? L’hérésie mortelle et la justice sociale ? Chaque fois que l’église choisit l’activisme politique plutôt que la parole de Dieu, le résultat final conduira à sa sécularisation et à la perte de son identité chrétienne/adventiste. Nous porterons peut-être toujours le même nom, mais le message des Trois Anges sera remplacé par un agenda politique. C’est exactement ce que veut Rome.

Nous avons appris à distinguer un faux mouvement d’un mouvement authentique. Nous avons été avertis de la manière de distinguer les tromperies de Satan de l’œuvre de Dieu. On nous a dit sans l’ombre d’un doute si Dieu approuve ou désapprouve la façon dont l’œuvre actuelle de la liberté religieuse est menée. Il n’y a aucune raison d’être confus :

« Pourtant, personne ne doit être trompé. A la lumière de la parole de Dieu, il n’est pas difficile de déterminer la nature de ces mouvements. Chaque fois que les hommes négligent le témoignage de la Bible, qu’ils se détournent de ces vérités simples et éprouvantes pour l’âme qui exigent l’abnégation et le renoncement au monde, nous pouvons être sûrs que la bénédiction de Dieu n’est pas accordée. »[6]

 

[1] https://www.amazon.com/Religious-Soft-Diplomacy-United-Nations/dp/1498597351

[2] https://rcdop.org/people/rev-cesar-jaramillo

[3] https://www.shu.edu/profiles/jaramice.cfm

[4] Assemblée générale des Nations unies 1066, article 18.

[5] La Déclaration d’indépendance, Deuxième Congrès continental, Philadelphie, Pennsylvanie, 1776.

[6] Great Controversy, p. 464.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !