La Papauté – Son Développement

rome-5074421
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

INTRODUCTION DE CORRUPTIONS PAÏENNES

À peine les apôtres ont-ils été effacés de la scène de l’action, à peine leur attention vigilante a-t-elle disparu et leur autorité apostolique a-t-elle été supprimée, qu’est apparue la chose même dont l’apôtre avait parlé.

Certains évêques, afin de faciliter la conversion des païens, de multiplier les disciples et, surtout, d’accroître leur propre influence et leur autorité, se mirent à adopter des coutumes et des formes païennes.

Lorsque le dernier des apôtres mourut, le premier siècle était terminé ; et dans les vingt ans qui suivirent, la perversion de la vérité du Christ s’était répandue. Dans l’histoire de ce siècle et à ce sujet, l’historien Mosheim dit :

« Il est certain que le culte religieux, tant public que privé, s’est enrichi de nombreux rites, sans nécessité, et au grand dam des hommes sobres et bons. »

Et la raison de ceci est énoncée comme étant que :

« Les chrétiens ont été déclarés athées, parce qu’ils étaient dépourvus de temples, d’autels, de victimes, de prêtres, et de tout le faste dans lequel le vulgaire suppose que l’essence de la religion consiste. Car les personnes non éclairées sont portées à estimer la religion par ce qui se présente à leurs yeux. Pour faire taire cette accusation, les docteurs chrétiens ont cru devoir introduire quelques rites extérieurs, qui frappent les sens du peuple, afin qu’il puisse soutenir qu’il possède réellement toutes ces choses dont on accusait les chrétiens d’être dépourvus, quoique sous des formes différentes. »

Il s’agissait à la fois d’accommoder le culte chrétien et ses formes à celui des païens, et presque d’un seul coup de rendre le christianisme païen.

Aucun élément ou forme païenne ne peut être relié au christianisme ou à son culte, sans que le christianisme reste pur.

De toutes les cérémonies des païens, les mystères étaient les plus sacrés et les plus universellement pratiqués. Certains mystères étaient en l’honneur de Bacchus, d’autres de Cybèle ; mais les plus grands de tous, ceux qui étaient considérés comme les plus sacrés de tous et les plus largement pratiqués, étaient les mystères éleusiniens, ainsi appelés parce qu’ils étaient célébrés à Éleusis en Grèce.

Mais quel que soit le mystère célébré, il y avait toujours en lui, comme une partie essentielle, les éléments d’abomination qui caractérisaient partout le culte du soleil, car les mystères n’étaient que des formes du culte généralisé et multiforme du soleil. L’une des premières perversions du culte chrétien fut de donner à ses formes le titre et les apparences des mystères. Car, dit Mosheim :

« Chez les Grecs et les peuples de l’Orient, rien n’était tenu pour plus sacré que ce qu’on appelait les mystères. Cette circonstance amena les chrétiens, afin de donner de la dignité à leur religion, à dire qu’ils avaient aussi des mystères semblables, ou certains rites saints cachés au vulgaire ; et non seulement ils appliquèrent les termes employés dans les mystères païens aux institutions chrétiennes, notamment au baptême et au repas du Seigneur, mais ils introduisirent peu à peu aussi les rites qui étaient désignées par ces termes. »

Au sujet des mystères d’Éleusis, Anthon (« Ecclesiastical Dictionary » (Dictionnaire ecclésiastique)) dit : « Ce secret mystérieux était solennellement observé et imposé à tous les fidèles de la déesse ; et si quelqu’un se présentait à la célébration, soit intentionnellement, soit par ignorance, sans avoir été dûment introduit, il était immédiatement puni de mort. Des personnes des deux sexes et de tous âges étaient initiées lors de cette solennité, et l’on considérait comme un crime si odieux de négliger cette partie sacrée de la religion, que ce fut l’une des accusations les plus lourdes qui contribuèrent à la condamnation de Socrate. Les initiés étaient sous l’attention plus particulière des divinités, et par conséquent leur vie était censée être accompagnée de plus de bonheur et de sécurité réelle que celle des autres hommes. Ce bienfait n’était pas seulement accordé pendant la vie, mais il s’étendait au-delà de la tombe, et ils étaient honorés des premières places dans les champs élyséens, tandis que d’autres étaient laissés à se vautrer dans la saleté et l’ignominie perpétuelles. »

Il y avait les grands et les petits mystères. Les plus grands étaient en fait les mystères d’Éleusis, et les moins grands ont été inventés, selon l’histoire mythologique, parce qu’Hercule passa près d’Éleusis, où les plus grands mystères étaient célébrés, et voulut être initié ; mais comme il était un étranger et ne pouvait donc pas être admis légalement, une forme de mystères fut adoptée dans laquelle il pouvait être initié. Ceux-ci furent par la suite célébrés comme les moindres, et furent observés à Agra.

Au fil du temps, les plus petits ont été préparés aux plus grands, et le candidat devait être initié à ces derniers avant de pouvoir être initié aux plus grands. « La personne qui assistait », dit Anthon à propos des rites d’initiation, « s’appelait Hudranos, de hudor, eau, qui était utilisée lors de la purification ; et eux-mêmes étaient appelés les initiés. Un an après l’initiation aux petits mystères, ils sacrifiaient une truie à Cérès, et étaient admis dans les grands, et les secrets des fêtes leur étaient solennellement révélés. »

Ces mystères, ainsi que ceux de Bacchus et d’autres, étaient directement liés au soleil. Selon l’Encyclopedia Britannica : « Le rite le plus saint et le plus parfait des mystères éleusiniens était de montrer un épi de maïs fauché en silence, et c’était un symbole de l’Atys phrygien. » L’Atys phrygien était simplement l’incarnation du soleil, et les mystères étant une forme d’adoration du soleil ne peuvent être décrits avec décence plus loin que ne le fait l’apôtre Paul, dans des mots prononcés en référence directe à ce sujet. « Ne soyez pas en communion avec les œuvres infructueuses des ténèbres, mais réprouvez-les. Car c’est une honte de parler des choses qu’elles font en secret. » Eph. v. 11, 12.

C’est pour adapter le culte chrétien à l’esprit d’un peuple qui pratiquait des abominations telles que celles-ci que les évêques donnèrent aux ordonnances chrétiennes le nom de mystères. La Cène du Seigneur devint le plus grand mystère, le baptême le plus petit et le rite initiatique à la célébration du premier. À la manière des païens, on utilisait un vêtement blanc comme robe d’initiation, et le candidat, après avoir été baptisé et ainsi initié aux petits mystères, était admis dans ce qu’on appelait dans l’Église l’ordre des catéchumènes, dans lequel il restait un certain temps, comme dans la célébration païenne, avant d’être admis à la célébration de la Cène du Seigneur, le plus grand mystère.

Il n’est pas nécessaire de dire à quiconque est familier avec les rites de l’Église catholique d’aujourd’hui que la confirmation et la robe blanche pour la première communion ne sont que des reliques du paganisme.

Mosheim témoigne qu’avant la moitié du deuxième siècle, avant que le dernier des apôtres ne soit mort depuis quarante ans, cette apostasie, cette œuvre du mystère d’iniquité, s’était si largement répandue en Orient et en Occident, qu’il est littéralement vrai qu’« une grande partie, par conséquent, des observances et des institutions chrétiennes, même en ce siècle, avait l’aspect des mystères païens. »

Traduit du 9 Janvier 1896 du périodique The Present Truth.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !