La Divinité de Christ, Partie 4

cloudy-sky-with-heart-shape-on-it-romance-and-love-G394HMW
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Le Christ, Législateur

Puisque tous doivent honorer le Fils comme ils honorent le Père, ils doivent l’honorer non seulement comme Créateur, mais comme Législateur, dit Ésaïe : « Car l’Éternel est notre juge, l’Éternel est notre législateur, l’Éternel est notre roi; c’est lui qui nous sauvera. » Ésaïe 33 : 22.

La déclaration du Christ, selon laquelle « Le Père ne juge personne, mais il a donné au Fils tout le jugement. Afin que tous honorent le Fils, comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé. » (Jean 5 : 22, 23), est en soi une preuve que le Christ est le législateur. Seule la puissance qui fait les lois peut pourvoir à leur exécution. Nous allons maintenant prouver que la loi a été donnée par le Christ, tout comme elle est sa justice.

Le Christ a été le chef des enfants d’Israël de l’Égypte à Canaan. Il n’y a peut-être personne qui ne croit pas cela d’une manière générale ; mais cela est susceptible de preuves très claires. Nous citons d’abord 1 Cor. 10 : 4, qui dit que les pères « ont tous bu du même breuvage spirituel; car ils buvaient de l’eau du rocher spirituel qui les suivait; et ce rocher était Christ ». Cela suffit en soi pour régler la question. Christ est le rocher sur lequel l’église de Dieu est construite, et le rocher qui réduira en poussière les ennemis de Dieu. Matt. 16 : 18 ; Éph. 2 : 20 ; 1 Pierre 2 : 4-8 ; Luc 20 : 17, 18.

Il est le rocher sur lequel ceux qui qui sont sortis de l’horrible fosse du péché ont leurs pas établis. Ps. 40 : 1, 2 ; 1 Cor. 3 : 11. « Mais Jeshurun (Israël) s’est engraissé, et a regimbé. Tu es devenu gras, gros et épais. Il a abandonné le Dieu qui l’a fait, et a méprisé le Rocher de son salut. » Deut. 32 : 15.

Ceci est encore plus clairement démontré par une comparaison entre Nom. 21 : 5, 6 et 1 Cor. 10 : 10. Le premier texte dit que : « le peuple parla donc contre Dieu et contre Moïse, et dit: Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d’Égypte, pour mourir dans le désert? car il n’y a point de pain, ni d’eau, et notre âme est dégoûtée de ce pain misérable. Et l’Éternel envoya parmi le peuple des serpents brûlants, qui mordirent le peuple, en sorte qu’un grand nombre d’Israélites moururent. » Nous voyons ici que le peuple a parlé non seulement contre Moïse, son chef visible, mais aussi contre Dieu, son chef invisible. Or, dans 1 Cor. 10 : 9, Paul dit clairement contre qui ils murmuraient. Il dit : « Et ne tentons point le Christ, comme quelques-uns d’entre eux le tentèrent; et ils périrent par les serpents. » C’était donc le Christ qui, avec le nom de Dieu, conduisait Israël, et c’est contre lui qu’ils murmuraient.

Héb. 3 : 5-11 enseigne également la même chose de manière très claire. Il suffit de le lire avec attention pour voir que le Christ est celui dont le Saint-Esprit nous avertit de ne pas rejeter la voix, comme l’ont fait les pères qui l’ont tenté pendant quarante ans dans le désert. Nous citons : « 5 Et quant à Moïse, il a été fidèle dans toute la maison, comme serviteur, pour témoigner de ce qui devait être annoncé; 6 Mais Christ, comme Fils, est établi sur sa maison; nous sommes sa maison, pourvu que nous conservions jusqu’à la fin la ferme confiance et l’espérance dont nous nous glorifions. 7 C’est pourquoi, comme dit le Saint-Esprit: Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, 8 N’endurcissez point vos coeurs, comme il arriva lors de la contestation, au jour de la tentation au désert, 9 Où vos pères me tentèrent et m’éprouvèrent, et où ils virent mes oeuvres pendant quarante ans. 10 C’est pourquoi je fus irrité contre cette génération, et je dis: Leur coeur s’égare toujours, et ils n’ont point connu mes voies. 11 Aussi j’ai juré dans ma colère, qu’ils n’entreront point dans mon repos! »

Puisque le Christ était le chef de l’ancien Israël, de l’Égypte à Canaan, il s’ensuit que le Christ était l’Ange du Seigneur qui est apparu à Moïse dans le buisson ardent, et a dit :

« 6 Puis il dit: Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac, et le Dieu de Jacob. Et Moïse cacha son visage, car il craignait de regarder vers Dieu. 7 Et l’Éternel dit: J’ai bien vu l’affliction de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu le cri qu’il jette à cause de ses exacteurs; car je connais ses douleurs. 8 Et je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens, et pour le faire monter de ce pays-là dans un pays bon et spacieux, dans un pays où coulent le lait et le miel, au lieu où sont les Cananéens, les Héthiens, les Amoréens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens. » (Ex. 3 : 6-8)

Si quelqu’un devait s’opposer à cette conclusion des plus naturelles, sous prétexte que celui qui parle ici s’appelle « JE SUIS CELUI QUI SUIS », l’Auto-Existant, Jéhovah, nous n’avons qu’à lui rappeler que le Père a donné au Fils la vie en lui-même (Jean 5, 26), que le Christ a affirmé la même chose lorsqu’il a dit : « Avant qu’Abraham fût, je suis » (Jean 8, 58) ; pour ce prétendu blasphème, les Juifs ont tenté de le lapider ; et que le prophète l’appelle très clairement Jéhovah, dans le passage suivant :

« 5 Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où je susciterai à David un germe juste. Il régnera en roi; il prospérera, et il exercera le droit et la justice sur la terre. 6 En ses jours Juda sera sauvé, et Israël habitera en assurance; et voici le nom dont on l’appellera: l’Éternel notre justice. » (Jér. 23 : 5, 6)

Mais revenons au point principal, qui est que Jésus a été le chef d’Israël de l’Égypte, le Rédempteur de son peuple de la servitude, comme le montrent les textes cités. Reliez maintenant les mots d’introduction du décalogue : « 1 Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant: 2 Je suis l’Éternel ton Dieu, qui t’ai retiré du pays d’Égypte, de la maison de servitude. 3 Tu n’auras point d’autres dieux devant ma face. » (Ex. 20 : 1-3).

Ce passage de l’Écriture identifie de manière positive le chef des enfants d’Israël en Égypte comme le dispensateur de la loi au Sinaï. S’il est dit que, dans la procédure, nous ne pouvons pas séparer le Père et le Fils, nous répondons que c’est justement le point que nous soulevons. Le Père et le Fils ne peuvent être séparés dans aucune procédure, car ils sont un. Mais de même que le Fils est celui par qui tout a été créé, de même il est celui qui a déclaré au peuple la loi de Jéhovah. Il est donc la Parole divine. Le Fils déclare la volonté du Père, qui est aussi sa propre volonté.

Le fait que c’est la voix du Christ qui a déclaré la loi du Sinaï, peut être démontré d’une autre manière, comme suit : Après avoir parlé du don de la loi, dans Héb. 12 : 18-21, l’apôtre dit : « 25 Prenez garde de ne pas mépriser celui qui vous parle; car si ceux qui méprisaient celui qui les avertissait sur la terre, de la part de Dieu, n’échappèrent point, nous échapperons encore moins, nous qui nous détournons de celui qui parle des cieux; 26 Dont la voix ébranla alors la terre, et qui maintenant a fait cette promesse en disant: Encore une fois j’ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. » (Héb. 12 : 25, 26)

Cela nous indique que la même voix qui a fait trembler la terre lors de la loi du Sinaï, fera à nouveau trembler la terre, et les cieux aussi. Notez maintenant les textes suivants, qui montrent ce qui se passe en relation avec le second avènement :

1 Thess. 4 : 16 : « Car le Seigneur lui-même descendra du ciel, à un signal donné, avec une voix d’archange et au son d’une trompette de Dieu; et les morts qui sont en Christ ressusciteront premièrement. »

Le fait que c’est la voix du Christ qui est alors entendue est démontré par Jean 5 : 26-29 :

« 26 Car, comme le Père a la vie en lui-même, il a aussi donné au Fils d’avoir la vie en lui-même. 27 Et il lui a donné le pouvoir d’exercer le jugement, parce qu’il est le Fils de l’homme. 28 Ne soyez pas surpris de cela; car l’heure vient que tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix, 29 Et sortiront: savoir, ceux qui auront bien fait, en résurrection de vie; et ceux qui auront mal fait, en résurrection de condamnation. »

C’est donc la voix du Fils de Dieu qui ouvre les tombes. Nous allons maintenant comparer quelques autres écritures. Dans le Psaume 2 : 6-9, nous apprenons que le Christ doit dominer les païens avec une verge de fer, et les réduire en pièces comme le vase d’un potier. Ésaïe dit qu’« il jugera avec justice les petits, et décidera avec droiture pour les malheureux du pays. Il frappera la terre de sa parole, comme d’une verge, et fera mourir le méchant par le souffle de ses lèvres. » Esaïe 11 : 4.

Dans Apocalypse 19 : 11-21, nous avons une description de la sortie du Christ avec les armées du ciel pour combattre et détruire les nations méchantes de la terre ; et dans Jérémie 25 : 30, 31, cette bataille est décrite ainsi :

« Et toi, tu leur prophétiseras toutes ces choses, et tu leur diras: L’Éternel rugira d’en haut; il fera entendre sa voix de sa demeure sainte; il rugira contre son habitation; il poussera des cris, comme ceux qui foulent au pressoir, contre tous les habitants de la terre. Le retentissement en parvient jusqu’au bout de la terre; car l’Éternel est en procès avec les nations, il entre en jugement contre toute chair; il livre les méchants à l’épée, a dit l’Éternel. »

Comparez avec cela Apo. 19 : 15 et Ésa. 63 : 1-6, et lisez Joël 4 : 16 : « L’Éternel rugit de Sion, et de Jérusalem il fait entendre sa voix; les cieux et la terre sont ébranlés; mais l’Éternel est pour son peuple une retraite, et une forteresse pour les enfants d’Israël. » Ces textes suffisent pour montrer que l’ébranlement des cieux et de la terre se fait par la voix de Celui qui a la controverse avec les nations, et qui doit les détruire et délivrer Son peuple. Nous avons déjà vu que la voix qui doit ébranler les cieux et la terre est la même voix qui a ébranlé la terre lors du don de la loi. Mais c’est le Christ qui va mettre les nations en pièces, et c’est donc sa voix qui va ébranler la terre et aussi le ciel. C’est donc la voix de Jésus qui a prononcé les dix commandements du haut du Sinaï. La loi est la vérité (Psaume 119 : 142), et le Christ dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14 : 6). Les dix commandements sont la justice de Dieu (Esaïe 51 : 4-7), et Sa volonté (Rom. 2 : 17, 18) ; mais ils représentent la volonté juste du Christ autant que celle du Père ; car Lui et le Père sont un.

Traduit de Presenth Truth, January 1, 1891, “The Divinity of Christ. No.4”.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !