Pape François : J’observe la loi de Dieu, mais pas comme des absolus

Pope-Francis-Gods-law-not-absolute-1536x902
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Le pape François, dans sa catéchèse lors de l’audience générale du mercredi 18 août 2021, a tenu les propos controversés et blasphématoires suivants en relation avec la Loi de Dieu et la Grâce du Christ. Ces déclarations sont consignées dans les deux derniers paragraphes d’un article publié par Vatican News. Le Pape a exprimé ce qui suit :

« Il est bon que nous nous demandions si nous vivons encore dans une période où nous avons besoin de la Loi, ou si, au contraire, nous sommes pleinement conscients d’avoir reçu la grâce de devenir des enfants de Dieu pour vivre dans l’amour ». C’est une bonne question, a-t-il dit, et il en a ajouté une deuxième : « Est-ce que je méprise les commandements ? ». Il a également donné une réponse : « Non. Je les observe, mais pas comme des absolus, car je sais que c’est Jésus-Christ qui me justifie« . » [1]

Rome vomit véritablement une hérésie relativiste en confondant la loi de Dieu et l’amour. Le pape a conclu que la loi de Dieu n’est pas « absolue ». Cela fait dériver le monde chrétien dans une mer de doutes qui ne fera que conduire à plus d’anarchie et de péché. Il est évident que de nombreuses grandes dénominations ne lisent plus la Bible. Pourquoi le feraient-elles si elles croient que la parole de Dieu n’est plus absolue et qu’il ne faut pas lui faire confiance ?

Dieu aime-t-il les pécheurs non repentis ? La Bible nous dit que oui, que Dieu aime le monde entier (Jean 3:16) ; mais l’amour de Dieu n’est pas comme notre amour. L’amour de Dieu est saint, il est parfait, il est juste et droit. En parlant de Dieu, Moïse a dit : « L’œuvre du Rocher est parfaite; car toutes ses voies sont la justice même. C’est un Dieu fidèle et sans iniquité; il est juste et droit. » Deutéronome 32 : 4.

Cela signifie que Dieu agit toujours en accord avec ce qui est juste et qu’il est lui-même la norme finale et absolue de la justice. L’amour, le caractère, la vérité et les messages de Dieu sont tous absolus ! Sa vérité n’est pas soumise aux sentiments ou aux perceptions de quiconque. Son message n’est pas un point de vue parmi d’autres que nous pouvons choisir de suivre ou non. Dieu n’est pas un homme au point de mentir, de tricher, d’être influencé ou soudoyé. Dieu ne nous parlera jamais hors contexte et ne nous donnera jamais de mauvaises informations qui sont dépassées.

Et sa loi n’est pas relative, c’est-à-dire qu’elle n’est vraie que dans la mesure où elle se rapporte à ma compréhension. Lorsque Jésus est venu dans ce monde, remarquez l’état dans lequel il se trouvait. C’était semblable à ce qui se passe aujourd’hui :

« Voyant son peuple trompé, satisfait de lui-même, endormi dans ses péchés, il désirait l’éveiller à une vie plus sainte. Le message dont il avait été chargé par Dieu se proposait de le tirer de sa léthargie et de lui communiquer un saint tremblement à la vue de sa grande méchanceté. » (Jésus-Christ, p.84)

Remarquez la méthode et la stratégie que Dieu utilise dans son grand amour pour atteindre les pécheurs impénitents :

« Avant que la semence de la vérité pût se loger, le sol des cœurs devait être labouré. On ne chercherait la guérison auprès de Jésus qu’après avoir aperçu le danger provoqué par les blessures du péché. » (Jésus-Christ, p.84)

Dieu n’utilise pas un évangile subjectif, un évangile relativiste, un évangile social, un évangile arc-en-ciel ou un évangile édulcoré pour atteindre les pécheurs non repentis. Ce sont des étiquettes que l’homme utilise pour plaire au cœur charnel, pour dorloter le pécheur dans une fausse sécurité, ou pour rejeter les messages d’avertissement de Dieu. Le véritable message évangélique de Dieu est clair, digne de confiance, nécessaire, direct et complètement absolu.

« Ce n’est pas pour flatter le pécheur que Dieu envoie ses messagers. Il ne délivre pas un message de paix susceptible de bercer les âmes non sanctifiées dans une fatale sécurité. Il fait peser de lourds fardeaux sur la conscience des malfaiteurs et transperce l’âme avec les flèches de la conviction. Par le ministère des anges les redoutables jugements de Dieu lui sont présentés afin de lui donner un sens aigu de son besoin et de lui arracher le cri : “Que dois-je faire pour être sauvé ?” Alors la même main qui l’avait humilié jusque dans la poussière relève le pénitent. La voix qui s’était élevée avec vigueur contre le péché, qui avait jeté la confusion sur l’orgueil et l’ambition, demande avec une tendre sympathie : “Que veux-tu que je fasse pour toi ?” » (Jésus-Christ, p.84, 85)

C’est la méthode que Dieu utilise pour appeler les pécheurs à la repentance. C’est ainsi que le Christ a traité l’humanité lorsqu’il marchait sur la terre. Et souvenez-vous, la vérité absolue de Dieu et ses moyens pour atteindre le monde sont méprisés par le diable. Regardez qui est derrière ceux qui rejettent les messages d’avertissement de Dieu :

« L’incrédulité les rendit méchants. Dominés par Satan, ils se mirent à pousser des cris de rage contre le Sauveur. […] Ces gens qui se targuaient d’observer la loi étaient prêts à commettre un meurtre, offensés qu’ils étaient dans leurs préjugés. » (Jésus-Christ, p.223)

Qu’est-ce qui a poussé les Juifs de Nazareth à montrer tant de haine envers un Sauveur aimant qu’ils étaient prêts à sacrifier cette loi de Dieu et à commettre un meurtre ? C’était leur incrédulité et leur rébellion personnelles. C’est Satan qui les contrôlait et leur donnait son esprit de malice envers la vérité de Dieu. C’est à cela que nous avons affaire aujourd’hui et c’est le même esprit de Satan qui hait la loi de Dieu qui se manifeste dans le cœur des hommes et des femmes d’aujourd’hui :

« La vérité, qui était impopulaire aux jours du Christ, l’est encore aujourd’hui. Elle est devenue impopulaire depuis que Satan l’a fait prendre en dégoût par les hommes en leur offrant des fables qui flattent leur vanité. » (Jésus-Christ, p.226)

Qu’est-ce qui pousse les hommes d’aujourd’hui à faire la guerre à la vérité ? C’est le même esprit d’incrédulité, charnel et orgueilleux, et un refus de recevoir la correction ou l’instruction. C’est l’esprit de Satan qui est offensé par la vérité. Dieu n’est pas offensé par la vérité. C’est l’esprit du diable qui s’oppose à Christ et à sa vérité et qui pousse les hommes à vouloir commettre un meurtre et à enterrer le messager. Jésus a dit aux chefs juifs de son époque :

« 42 Jésus leur dit: Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, parce que c’est de Dieu que je suis issu, et que je viens; car je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé. 44 Le père dont vous êtes issus, c’est le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il n’a point persisté dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il dit le mensonge, il parle de son propre fonds; car il est menteur, et le père du mensonge. 45 Mais parce que je dis la vérité, vous ne me croyez point. » (Jean 8 : 42, 44, 45)

L’existence de la vérité absolue est controversée. La prédication de la vérité absolue est encore plus controversée, car elle ne convient pas à un grand nombre de personnes qui aiment que leur Dieu soit soumis à leurs propres déformations de la vérité. En cette ère moderne de multiculturalisme, personne ne veut se soucier des petits caractères de la Bible. Le monde veut simplement un Dieu qui aime tout le monde et tolère tout. C’est la doctrine des Nicolaïtes, la chose même que Dieu déteste :

« Pareillement, tu en as, toi aussi, qui tiennent la doctrine des Nicolaïtes; ce que je hais. » (Apocalypse 2 : 15)

Quelle était la doctrine des Nicolaïtes, la chose que Dieu déteste ?

« La doctrine est maintenant largement enseignée que l’évangile du Christ a rendu la loi de Dieu sans effet ; qu’en « croyant » nous sommes libérés de la nécessité d’être des pratiquants de la Parole. Mais ceci est la doctrine des Nicolaïtes. » (Signs of the Times, Jan. 2, 1912 )

Chaque jour, je suis davantage convaincu que François est le pape des Nicolaïtes, un énorme mouvement religieux qui rejette la norme morale de Dieu comme absolue. Ils ont établi leur propre moralité : justice climatique, redistribution des richesses, spiritualité de la Terre Mère, lois du dimanche vert, écocide et plusieurs autres enseignements sociaux catholiques. Voilà ce qui se passe lorsque nous rejetons la loi de Dieu comme étant absolue ; tout est permis.

En fait, si la loi de Dieu n’était pas absolue, il n’y aurait pas eu de déluge à l’époque de Noé. Sodome et Gomorrhe n’auraient pas été réduites en cendres. Jérusalem ne serait pas partie en captivité à Babylone. Il n’y aurait pas eu de crise de la foi en Daniel 3 ou Daniel 6. Jésus n’aurait pas été livré par les Juifs aux Romains pour être crucifié. Mais parce que la parole de Dieu parle en termes absolus quand elle dit que « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23), Jésus a dû s’avancer et choisir de donner sa vie pour que nous puissions vivre. Il n’y avait pas d’autre moyen que l’expiation. Sur la croix, Jésus a souffert et est mort pour que nous puissions avoir la vie éternelle.

Si la loi de Dieu n’était pas absolue, il n’y aurait pas eu de premiers martyrs chrétiens ; il n’y aurait pas eu de raison d’être persécuté. Il n’y aurait pas eu de Réforme protestante. Comment pouvez-vous avoir une réforme sans une norme absolue pour apporter des changements favorables selon la volonté de Dieu ? Sans commandements absolus, il ne peut y avoir d’obéissance, de pureté parmi les gens, de sanctification et d’Église du reste dans les derniers jours. Tragiquement, cela signifie aussi qu’il n’y aura pas de marque de la bête, pas de test entre le samedi et le dimanche. Et ne vous inquiétez pas pour Apocalypse 12, 13, 14, 17, 18. Rien de tout cela ne compte lorsque la volonté de Dieu n’est pas absolue.

Le pape François a créé un faux dilemme, et ses idées pénètrent dans toutes les églises, y compris dans de nombreux cercles adventistes. Le message des trois anges est le message d’avertissement final et absolu de Dieu donné à la dernière génération pour contrer les enseignements populaires selon lesquels la loi de Dieu est inutile ou n’est pas absolue. Tragiquement, le monde ne veut pas entendre ces messages. Pourquoi cela ? Parce que lorsque vous comprenez le cœur du message des Trois Anges, vous tremblez de voir la grande méchanceté et la rébellion dans lesquelles se trouve notre monde.

Il expose la bête et l’image et montre que le monde entier est trompé par le dragon (Apocalypse 12:9), et qu’il adore la bête et le dragon (Apocalypse 13:3, 4), et non Dieu. Dieu identifie aussi Son peuple et l’appelle le Reste qui garde les commandements (Apocalypse 12:17), et Dieu les appelle aussi Ses saints qui gardent les commandements de Dieu (Apocalypse 14:12), et ils sont vus dans le ciel pour avoir gardé les commandements de Dieu (Apocalypse 22:14).

Apocalypse 14 n’est pas un message qui provient de l’homme. Ce sont les paroles de Dieu, et Dieu les a mises là pour être appliquées. Par conséquent, il n’est pas intolérant ou malveillant d’essayer de comprendre, d’appliquer ou de prêcher ces récits apocalyptiques, de peur d’en arriver à la conclusion que la parole de Dieu ou que notre Dieu d’amour doit être classé comme tel. Le sectarisme, la haine et la confusion résident dans le fait que des êtres humains déchus et pécheurs tentent de séparer Dieu de sa propre vérité, et ils veulent que vous acceptiez leurs politiques brisées et ratées.

 

[1] https://www.vaticannews.va/en/pope/news/2021-08/pope-are-we-under-the-law-or-do-we-live-as-children-of-god.html

2 réflexions au sujet de “Pape François : J’observe la loi de Dieu, mais pas comme des absolus”

  1. La marque de la bête est bien le jour d adoration.
    Nous sommes sous un calendrier romain grégorien qui vient de grande prostituée.
    Tout ce qui vient de Rome est faux.
    Question,si ce calendrier est faux est il intelligent de positionner la samedi sabbat par rapport au
    Dimanche catholique?
    Est ce que les juifs ajourd’hui avec l’esprit pharisaique suivent le vrai jour du sabbat?
    Si cela n’est pas le cas ,voyez vous le problème?
    Le monde entier serait sous un grand et subtil mensonge.cela nous etonnerait t il?

    1. La marque de la bête est la marque d’autorité de la papauté à savoir le dimanche et donc la sanctification du dimanche. Vous dites que tout ce qui vient de Rome est faux. Il faut différencier les doctrines catholiques et le reste que l’Église catholique a pu faire. Toute doctrine catholique est fausse. Pourtant, tout chrétien va reconnaître que Pierre est mort pendu la tête en bas tout en sachant que c’est l’Église catholique, les pères de l’église plus précisément, qui ont confirmée ce point. Nous pourrions en citer plusieurs autres.

      Dieu préservera son véritable jour d’adoration, tout comme il a préservé sa parole. Si depuis les apôtres jusqu’à aujourd’hui les chrétiens observateurs du Sabbat le faisait le septième jour, en incluant les Adventistes, c’est que nous devons bien saisir les faits au lien de nous tourner vers une supposée vérité qui est fausse.

      Le Sabbat et la semaine ont tous deux commencé dans Genèse 1, et il a été préservé à travers l’histoire. Dieu lui-même a mesuré la première semaine en tant qu’échantillon pour les semaines successives jusqu’à la fin des temps. Il se composait de sept jours littéraux. Six jours ont été consacrés à l’œuvre de création ; et le septième, Dieu se reposa, et il bénit alors ce jour et le mit à part comme jour de repos pour l’homme.

      Dans la loi donnée du Sinaï, Dieu renvoie à son propre exemple : « Car en six jours, le Seigneur a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui s’y trouve, et s’est reposé le septième jour : c’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat. Et l’a sanctifié. » Exode 20 :8 – 11.

      Comment pouvons-nous être sûrs que le septième jour moderne – le samedi – est toujours le jour que Dieu a prévu pour notre sabbat ?

      Selon l’Encyclopedia Britannica, « La semaine, est une période de sept jours… Elle est utilisée depuis des temps immémoriaux dans presque tous les pays de l’Est. Notre septième jour a toujours été le samedi, même s’il y a eu quelques ajustements au calendrier. »

      Le calendrier julien, institué en 46 av. J.-C. par Jules César, était le calendrier en place à l’époque de Jésus. Les Juifs comptaient les jours de la semaine, mais donnaient au septième jour le nom de Shabat, qui signifie « repos du sabbat ». Dans de nombreuses langues, le mot samedi reflète encore ces origines.

      Le pape Grégoire a établi ce calendrier pour corriger une erreur qui avait rendu le calendrier julien de plus en plus imprécis chaque année. En fait, tous les 128 ans, le calendrier devenait, un jour, supplémentaires en décalage avec les équinoxes et les solstices.

      Grégoire a omis dix jours du calendrier en décrétant que le lendemain du jeudi 4 octobre 1582 serait le vendredi 15 octobre 1582. Ce changement a remis le calendrier en synchronisation, mais n’a pas affecté l’ordre des jours de la semaine.

      Voici ce que l’US Naval Observatory a à dire à propos de l’ordre de la semaine :

      « Nous avons eu l’occasion d’enquêter sur les résultats des travaux de spécialistes de la chronologie et nous n’en avons jamais trouvé un qui ait jamais eu le moindre doute sur la continuité du cycle hebdomadaire depuis bien avant l’ère chrétienne. »

      J’espère que cela a pu, vous aidez.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !