Quand manger de la chair devient un péché, Partie 1

much-of-red-and-raw-meat-in-a-meat-grocery-QAS6MNQ
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

« Mais voici ce que l’Éternel des armées m’a fait entendre: Jamais cette iniquité ne vous sera pardonnée, que vous n’en mouriez, dit le Seigneur, l’Éternel des armées. » (Ésaïe 22 : 14)

Dieu a un temps

« A toute chose sa saison, et à toute affaire sous les cieux, son temps. » (Ecclésiaste 3 : 1)

Les Écritures nous informent qu’il y a un moment où une chose peut être appropriée et juste à faire et un moment où il ne serait pas bon de la faire. Un exemple de ce fait peut être vu dans la façon dont les Israélites ont été instruits pour observer la Pâque.

« Pendant sept jours vous mangerez des pains sans levain; et dès le premier jour vous ôterez le levain de vos maisons. Car toute personne qui mangera du pain levé, depuis le premier jour jusqu’au septième, sera retranchée d’Israël. » (Exode 12 : 15)

Le levain était autorisé à tout moment, sauf pendant la fête des pains sans levain, où il était strictement interdit sous peine de mort.

Un autre exemple de ce principe que nous pouvons trouver dans les Écritures est la manière dont les Israélites devaient observer le Jour des Expiations. Ce jour-là, ils devaient affliger leur âme, ce qui signifiait qu’ils devaient s’abstenir totalement de manger.

« Le dixième jour de ce septième mois sera le jour des expiations; vous aurez une sainte convocation, vous humilierez vos âmes, et vous offrirez à l’Éternel des sacrifices faits par le feu. » (Lévitique 23 : 27)

« Car toute personne qui ne s’humiliera pas ce jour-là, sera retranchée du milieu de son peuple. » (Lévitique 23 : 29)

Le fait qu’ils aient compris que le commandement d’« affliger l’âme » incluait un jeûne est illustré par le fait que, plus tard, le jour des expiations a été appelé « le jeûne ».

« Comme il s’était écoulé beaucoup de temps, et que la navigation devenait dangereuse, puisque le temps du jeûne était déjà passé, Paul les avertit » (Actes 27 : 9)

En outre, nous voyons l’association entre le jeûne et l’affliction de l’âme dans le verset suivant.

« Là, près du fleuve d’Ahava, je publiai un jeûne, afin de nous humilier devant notre Dieu, en le priant de nous donner un heureux voyage, pour nous et pour nos petits enfants, et pour tous nos biens. » (Esdras 8 : 21)

Ce devait être un jour mis à part pour faire le travail de réflexion sur soi décrit dans l’Écriture suivante :

« Examinez-vous vous-mêmes, pour voir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes; ne reconnaissez-vous point vous-mêmes que Jésus-Christ est en vous? à moins que, peut-être, vous ne soyez réprouvés. » (2 Corinthiens 13 : 5)

Ces lois hébraïques concernant les sacrifices et les jours de fête sont appelés dans Hébreux 10 : 1 « ayant l’ombre des biens à venir. » Nous les appelons aussi des types. Ils représentaient différents événements du plan de notre rédemption. Par exemple, l’agneau sacrifié représentait le Christ, tandis que la fête de la Pâque représentait l’événement et la date de sa crucifixion. La chose ou l’événement représenté par l’ombre ou le type est appelé l’antitype.

Le jour de l’expiation, des services sont effectués pour indiquer que le péché a été enlevé au pécheur.

« Car en ce jour on fera l’expiation pour vous, afin de vous purifier; vous serez purifiés de tous vos péchés devant l’Éternel. » (Lévitique 16 : 30)

L’apôtre Pierre a parlé du Jour des Expiations antitypique comme du moment de l’effacement des péchés (Actes 3 : 19). Dans la lettre de Jésus à l’Église représentant ceux qui vivaient peu avant le Jour antitypique des Expiations, il promet au vainqueur que son nom ne sera pas effacé (Apocalypse 3 : 5). Les Hébreux considéraient à juste titre que le Jour des Expiations signifiait le jour du jugement.

L’antitype de ce jour serait donc le temps réel du jugement, lorsque, lors de l’examen des registres, soit nos péchés, soit nos noms seront effacés. Les péchés effacés sont seulement ceux qui ont été confessés, repentis et mis de côté. Combien il est important, alors, que nous ayons l’esprit clair pour discerner le péché dans nos vies, et que nous participions au travail mentionné précédemment d’affliction de l’âme, d’examen de soi.

Concernant la signification de ce jeûne du jour de l’expiation pour nous aujourd’hui, Stephen Haskell, pionnier de l’adventisme du septième jour, a observé :

« Le jour antitypique des expiations couvre une période de plusieurs années. Dans le type, un jeûne de vingt-quatre heures était requis. Pendant ce jour, le contrôle de l’appétit devait être total, et c’était un type de la maîtrise de soi qui devait être exercée pendant la période antitypique des années. Dieu veut que Son peuple soit maître de ses appétits, et qu’il garde le corps sous contrôle. Satan voudrait donner libre cours à l’appétit, et le laisser contrôler la personne. »[1]

Les Écritures font référence au Jour des Expiations antitypique en relation avec ce contrôle de soi dans le domaine de l’alimentation dans une prophétie d’Ésaïe, que nous examinerons de plus près, mais considérons d’abord ce qui suit : La Bible décrit au moins sept époques diététiques différentes dans l’histoire du peuple de Dieu. Des régimes différents sont prescrits pour ces différentes périodes de temps. Le régime prescrit pour ce Jour des Expiations antitypique est l’une de ces périodes.

 

L’ère 1 – Fruits, noix, céréales, graines

 

Le régime alimentaire originel de l’homme, prescrit dans le jardin d’Eden, était composé de fruits, de noix, de céréales et d’autres graines.

« Et Dieu dit: Voici je vous ai donné toute herbe portant semence, qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre qui a en soi du fruit d’arbre portant semence; ce sera votre nourriture. » (Genèse 1 : 29)

 

L’ère 2 – Herbes ajoutées après le péché

 

Le régime alimentaire que Dieu a prescrit à l’homme après le péché a été élargi pour inclure des légumes.

« Et il te produira des épines et des chardons; et tu mangeras l’herbe des champs. » (Genèse 3 : 18)

 

L’ère 3 – La chair est autorisée mais pas le sang

 

La troisième ère diététique a commencé juste après le déluge, lorsque toutes les plantes vivantes avaient été détruites. Pour faire face à l’urgence, Dieu a élargi le régime alimentaire de l’homme pour y inclure la chair. Cette autorisation avait également pour but de donner une illustration du plan de rédemption en harmonie avec le système sacrificiel déjà pratiqué (qui fut ensuite étendu et donné plus en détail à l’époque de Moïse). Cela se voit dans la restriction incluse avec la permission de manger de la chair.

« 3 Tout ce qui se meut et qui a vie, vous servira de nourriture; je vous donne tout cela comme l’herbe verte. 4 Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, c’est à dire son sang. » (Genèse 9 : 3, 4)

Il leur était interdit de manger le sang, car il était le symbole de la vie, et c’est avec le sang que l’expiation devait être faite.

« Car l’âme de la chair est dans le sang; je vous l’ai donné sur l’autel, pour faire l’expiation pour vos âmes; car c’est pour l’âme que le sang fait l’expiation. » (Lévitique 17 : 11)

 

L’ère 4 – Manne, végétarien

 

La quatrième ère diététique a commencé lorsque Dieu a délivré Israël de l’esclavage égyptien. Dieu a donné aux Israélites un régime pratiquement végétarien, à la seule exception des portions d’animaux sacrifiés.

« Et les enfants d’Israël mangèrent la manne quarante ans, jusqu’à ce qu’ils fussent venus dans un pays habité; ils mangèrent la manne, jusqu’à ce qu’ils fussent venus à la frontière du pays de Canaan. » (Exode 16 : 35)

Mais il y a une leçon que nous pouvons tirer de l’attitude du peuple en réponse au régime alimentaire que Dieu leur a miraculeusement fourni.

« Et les enfants d’Israël leur dirent: Ah! que ne sommes-nous morts par la main de l’Éternel au pays d’Égypte, quand nous étions assis près des potées de viande, quand nous mangions du pain à satiété! Car vous nous avez amenés dans ce désert, pour faire mourir de faim toute cette assemblée. » (Exode 16 : 3)

Un mois seulement après qu’Israël ait quitté l’Égypte, ses provisions commençaient à manquer. Ils ont commencé à se demander où ils allaient trouver de la nourriture dans le désert, mais ils ne désiraient pas n’importe quelle nourriture. Ils voulaient surtout de la chair. Dieu, dans sa miséricorde, leur a fourni des cailles ce soir-là, et le matin, il a commencé à faire pleuvoir la manne sur eux, ce qu’il a continué à faire pendant quarante ans.

Un incident survenu juste un an plus tard a montré que ce n’était pas seulement la peur de mourir de faim qui motivait leurs plaintes. Ils avaient également un désir intense de chair.

« 4 Et le ramassis d’étrangers qui était parmi eux se livra à la convoitise; et même les enfants d’Israël se mirent de nouveau à pleurer, et dirent: Qui nous fera manger de la chair? 5 Il nous souvient des poissons que nous mangions en Égypte, pour rien; des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et des aulx. 6 Et maintenant, notre âme est desséchée; il n’y a rien du tout! Nos yeux ne voient que la manne. » (Nombres 11 : 4-6)

Dieu n’était pas content d’eux. La première fois qu’ils avaient convoité la chair, Dieu les avait excusés, se rendant compte qu’ils pouvaient être inquiets à l’idée d’avoir faim, qu’ils venaient de sortir de l’esclavage et n’étaient pas encore familiers avec ses relations avec eux, et qu’il leur faudrait un certain temps pour renforcer leur foi en lui ; mais cette fois-ci, c’était différent. Ils avaient reçu la manne pendant un an. Ils n’avaient pas peur d’avoir faim. Maintenant, il s’agissait simplement d’une insatisfaction par rapport à la nourriture que Dieu leur fournissait. Il n’y avait pas d’excuse cette fois-ci. Maintenant, cela révèle un cœur rebelle. Cette fois-ci, Dieu a traité leurs murmures de manière significative.

« 33 La chair était encore entre leurs dents, elle n’était pas encore mâchée, que la colère de l’Éternel s’embrasa contre le peuple, et l’Éternel frappa le peuple d’une très grande plaie. 34 Et l’on nomma ce lieu-là Kibroth-Hatthaava (tombeaux de la convoitise car on ensevelit là le peuple qui avait convoité. » (Nombres 11 : 33, 34)

Commentant le même cas, David nous dit :

« 29 Ils mangèrent et furent abondamment repus; il leur accorda ce qu’ils désiraient. 30 Ils n’en avaient pas perdu l’envie, les mets étaient encore dans leur bouche, 31 Que la colère de Dieu monta contre eux, qu’il tua leurs hommes forts, et abattit l’élite d’Israël. » (Psaumes 78 : 29-31)

Nous apprenons ici que Dieu nous donne parfois ce que nous désirons, même s’il sait que ce n’est pas le mieux pour nous.

 

L’ère 5 – La Chair

 

Dieu avait prévu que lorsqu’Israël entrerait en Canaan, il continuerait à convoiter la chair. À cause de cette convoitise et parce qu’ils n’étaient pas satisfaits du régime que Dieu avait choisi pour eux, Dieu a consenti à leur donner leur propre désir, c’est-à-dire qu’après être entrés en Canaan, ils pourraient manger de la chair.

« Quand l’Éternel ton Dieu aura élargi ta frontière, comme il t’en a parlé, et que tu diras: Je voudrais manger de la chair! parce que ton âme souhaitera de manger de la chair, tu pourras en manger selon tous tes désirs. » (Deutéronome 12 : 20)

Toutefois, cette permission était assortie de certaines restrictions. Le sang était toujours interdit, de même que la graisse.

« Seulement garde-toi de manger le sang; car le sang c’est l’âme, et tu ne mangeras point l’âme avec la chair. » (Deutéronome 12 : 23)

« C’est une ordonnance perpétuelle pour vos descendants, dans tous les lieux de votre habitation: vous ne mangerez ni graisse ni sang. » (Lévitique 3 : 17)

Il y avait également une limitation quant au type d’animaux qu’ils étaient autorisés à manger. Ils étaient limités à ce que Dieu appelait les animaux purs, parmi lesquels se trouvaient les animaux sacrifiés. Ceux-ci étaient décrits en détail dans des passages du Deutéronome et du Lévitique. Voici un exemple de l’une de ces restrictions.

« 3 Tu ne mangeras aucune chose abominable. 4 Voici les animaux que vous mangerez: le boeuf, le mouton et la chèvre,» (Deutéronome 14 : 3, 4)

Je crois que c’est l’un des moments auxquels Dieu faisait référence dans le passage suivant :

« Aussi leur ai-je donné des statuts qui n’étaient pas bons, et des lois par lesquelles ils ne devaient pas vivre. » (Ezéchiel 20 : 25)

Dieu leur a accordé la permission de manger de la chair et a donné des lois limitant leur régime alimentaire à certaines sortes de chair, mais pas parce que c’était bon pour eux ou parce que c’était sa volonté. Il l’a fait par permission à cause de leur rébellion, à cause de l’entêtement de leur cœur et à cause de leur soif de chair. Dieu appelle ces lois, « pas bonnes », « par lesquelles ils ne devraient pas vivre ».

Même pendant cette période, où la chair était autorisée, certains ont vu au-delà de la permission de Dieu et ont réalisé et suivi la volonté parfaite de Dieu. Daniel et ses trois amis étaient tellement déterminés à être végétariens qu’ils ont risqué le mécontentement du roi et même leur vie pour rester fidèles à leurs convictions alimentaires.

« Daniel résolut dans son coeur de ne pas se souiller par les mets du roi, ni par le vin qu’il buvait; et il pria le chef des eunuques de ne pas l’obliger à se souiller. » (Daniel 1 : 8)

Daniel a pu obtenir une période de test afin d’évaluer leur régime alimentaire.

« Éprouve, je te prie, tes serviteurs pendant dix jours, et qu’on nous donne des légumes à manger et de l’eau à boire; » (Daniel 1 : 12)

À la fin de la période test de dix jours, les preuves ont montré clairement que leurs choix étaient supérieurs à tous égards ; ils ont donc été autorisés à poursuivre leur régime.

« Et au bout de dix jours, on leur vit meilleur visage et plus d’embonpoint qu’à tous les jeunes gens qui mangeaient les mets du roi. » (Daniel 1 : 15)

 

À suivre au cours des prochaines semaines

 

[1] S. N. Haskell, Christ In His Sanctuary, p 223 ; 1914.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !