L’Australie n’est plus libre !

Australia-Used-to-be-Free
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Les techniques d’intervention antiterroriste généralement réservées à la perturbation des activités terroristes à l’intérieur de l’Australie sont désormais utilisées contre les citoyens de ce pays. L’Australie était autrefois un pays libre ; aujourd’hui, les gens sont enfermés chez eux 23 heures par jour. Les restrictions sont parmi les plus sévères au monde, mais les gens s’y conforment depuis 18 mois. Cependant, les choses se sont rapidement détériorées lorsque le gouvernement a commencé à cibler l’industrie de la construction.[1]

Il y a eu une explosion d’indignation lorsque le gouvernement du Victoria a arbitrairement fermé tous les chantiers de construction dans le but d’arrêter la propagation du Covid-19. Ce nouveau mandat sanitaire a été perçu comme une insulte par les travailleurs de la construction qui ont réagi en protestant contre leurs droits. Des milliers de travailleurs de la construction sont descendus dans la rue. 99,99% de ces manifestants étaient des membres de syndicats vivant de chèque en chèque et étaient sur le point de perdre leur salaire.

Pour aggraver les choses, les dirigeants syndicaux, le gouvernement et même les médias ont qualifié les manifestants de nazis de droite, fous et anti-vaccins. Ce n’était pas des nazis, c’était juste des citoyens qui en avaient assez des mandats et des fermetures sans fin. Ils voulaient simplement retrouver leurs libertés. Ils sont donc descendus dans la rue et ont commencé à s’exprimer. Pour la plupart, les milliers de manifestants étaient pacifiques. Il y a eu quelques cas où des bouteilles d’eau et d’autres objets ont été jetés sur la police, mais l’écrasante majorité d’entre eux marchaient pour leurs droits civils et voulaient que leur voix soit entendue.

Il y a des vidéos de la police attaquant la marche majoritairement pacifique. Surgissant de nulle part, la police a commencé à tirer INDISCRIMEMENT des balles en caoutchouc sur la foule de civils. Elle a même tiré dans le dos de personnes qui tentaient de fuir. Des mesures antiterroristes ont été utilisées contre les citoyens australiens, qui ont été battus et arrêtés. Ils ont utilisé du gaz lacrymogène, du poivre de cayenne, des matraques de police et des balles en caoutchouc sur tous ceux qui, dans la rue, ressemblaient à des ouvriers du bâtiment.

On nous dit que tout cela a été fait pour protéger la santé publique de la population. C’est de la pure tyrannie et un abus de pouvoir. Lorsque vous devez utiliser des troupes armées pour faire respecter vos politiques Covid-19 dans n’importe quel pays, c’est le signe que nos ministres de la santé sont devenus des dictateurs. Cela ne représente pas la volonté du peuple qui a voté pour ces dirigeants politiques.

Avant de devenir une nation, l’Australie était à l’origine un camp de prisonniers pour les criminels.[2] [Tragiquement, les Australiens ont bouclé la boucle et sont à nouveau prisonniers, tout cela au nom de la « santé publique », mais cette fois, ce sont les criminels qui sont au pouvoir. Ceux qui osent s’exprimer seront traités comme des terroristes. Toute personne surprise dans la rue pendant un couvre-feu risque d’être battue et arrêtée, et si elle tente de s’enfuir, elle risque de recevoir une balle dans le dos. C’est le genre de violations des droits de l’homme que l’on voit à Cuba et en Chine communistes.

Malheureusement, cette même tyrannie s’abat sur la civilisation occidentale et entraînera la perte de la liberté civile et religieuse. Le chaos et l’oppression atteignent toutes les nations qui ont adopté des confinements sans fin, des couvre-feux et des passeports vaccinaux. Nous prions pour que cela prenne fin, mais les balles en caoutchouc, le poivre de cayenne, les arrestations, les brutalités et les mandats forcés ne feront qu’augmenter à mesure que nous nous rapprocherons de la fin.

Ces édits sanitaires totalitaires ne sont pas seulement émis en Australie. Les autorités canadiennes de la Saskatchewan créent de nouveaux « pouvoirs d’urgence » pour lutter contre le Covid-19 qui permettront à l’État de pénétrer dans les propriétés privées, d’arrêter les gens sans mandat et de « saisir les propriétés privées à volonté. »[3] Nous avons ensuite le gouvernement italien qui vient d’émettre un mandat ordonnant à toutes les entreprises de ne plus verser de salaire à ceux qui ne sont pas vaccinés.[4] Comment les chefs de gouvernement s’en tirent-ils ? Et qu’est-il arrivé à la Constitution qui est censée nous protéger des abus du gouvernement ? Nos documents fondateurs ne signifient plus rien en cas de « crise ». Ces choses n’arrivent que lorsque nous n’avons plus un monde libre.

« La transgression a presque atteint sa limite. La confusion remplit le monde, et une grande terreur s’abattra bientôt sur les êtres humains. La fin est très proche. Nous, qui connaissons la vérité, devrions nous préparer à ce qui va bientôt frapper le monde comme une surprise écrasante… Sommes-nous, en tant que peuple, endormis ? Oh, si les jeunes gens et les jeunes filles de nos institutions qui ne sont pas prêts pour l’apparition du Seigneur, qui ne sont pas aptes à devenir membres de la famille du Seigneur, pouvaient seulement discerner les signes des temps, quel changement on verrait en eux ! ». (Témoignages, vol. 8, p. 28)

 

[1] https://www.theguardian.com/australia-news/2021/sep/21/victoria-covid-update-rubber-bullets-fired-on-second-day-of-construction-protests-which-block-freeway

[2] https://theculturetrip.com/pacific/australia/articles/why-great-britain-sent-its-prisoners-to-australia/

[3] https://www.lifesitenews.com/news/canadian-provinces-orwellian-ministerial-order-allows-officials-to-enter-ones-personal-property-without-a-warrant/

[4] https://www.rte.ie/news/coronavirus/2021/0916/1247112-italy-coronavirus/

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !