Les Sabbats Lunaire : Trouver le sabbat dans les Écritures

Image_17_11_21
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

J’ai entendu pour la première fois le terme de sabbats lunaires en 2003, et j’ai d’abord été choqué lorsqu’on m’en a donné l’explication. On m’a dit que le samedi n’était pas le vrai sabbat et que le vrai sabbat devait être compté à partir de la nouvelle lune et pouvait tomber n’importe quel jour de la semaine. Certains mois, m’a-t-on dit, le sabbat tomberait sur ce que nous appelons communément le lundi, le mois suivant il pourrait être le mardi ou le mercredi, et cela continue de changer de mois en mois. Le cycle lunaire dure environ 29,5 jours, de sorte que le mois lunaire dure alternativement vingt-neuf et trente jours. Comme le temps qui s’écoule entre une nouvelle lune et la suivante n’est pas divisible par sept, il y a un ou deux jours de plus à la fin de chaque mois, ce qui explique que les sabbats lunaires changent chaque mois. (Si la lune tournait autour de la terre en exactement vingt-huit jours, alors le sabbat pourrait être calculé par les phases de la lune, puisque vingt-huit est divisible par sept, ce qui donne quatre semaines par mois. Cependant, comme nous l’avons noté, la lune tourne autour de la terre environ tous les 29,5 jours ou tous les 29,53059 jours, pour être plus exact). Le premier et le trentième jour d’un calendrier lunaire du sabbat sont considérés comme ne comptant pas pour la semaine et ne faisant partie d’aucune semaine de sept jours. Ainsi, l’écart entre le dernier sabbat du mois et le premier sabbat du mois suivant est de sept ou huit jours chaque mois. C’est inhabituel, comparé à l’écart de six jours entre tous les autres sabbats.

 

À droite, un exemple de calendrier lunaire du sabbat. Remarquez que les huitième, quinzième, vingt-deuxièmes et vingt-neuvièmes jours figurent dans la colonne de la septième rangée, et l’on prétend qu’il doit en être ainsi chaque mois. Veuillez garder à l’esprit que ce calendrier ne coïncide pas avec le calendrier grégorien commun. Le premier jour d’un mois lunaire peut tomber n’importe quel jour du mois grégorien de janvier à décembre, et il peut tomber n’importe quel jour de la semaine du dimanche au samedi. Les Juifs, jusqu’à ce jour, utilisent un calendrier lunaire pour calculer leurs jours de fête annuels, mais ils n’utilisent pas de calendrier lunaire pour déterminer le sabbat hebdomadaire.

Lorsque j’ai entendu pour la première fois la théorie du sabbat lunaire, de nombreuses objections se sont élevées dans mon esprit, et je n’arrivais pas à comprendre comment on pouvait y croire. Cependant, après avoir étudié le sujet plus en profondeur, j’ai fini par comprendre comment certaines personnes peuvent y croire. Il existe une certaine quantité de pseudo-preuves qui peuvent sembler raisonnables pour soutenir cette conclusion, si l’on ne regarde que la surface de ces soi-disant preuves. Rappelez-vous que la Bible est utilisée comme preuve par certains pour soutenir même des pratiques abominables, comme l’homosexualité, il ne faut donc pas s’étonner que la Bible soit donnée comme preuve d’un faux sabbat. Comme pour tous les sujets, il est dangereux d’arriver à une conclusion sur ce sujet sans examiner toutes les preuves. Trop souvent, les gens abordent un sujet et n’en étudient qu’un seul aspect, fondant leur conclusion sur des preuves qui ne sont peut-être même pas authentiques et, dans le même temps, ils passent à côté de preuves solides qui réfutent la théorie. Lorsque cela se produit, il est facile de devenir déséquilibré. La Bible met en garde contre cette pratique en disant : « Celui qui répond à un propos avant de l’entendre, c’est la folie et honte pour lui. » (Proverbes 18 : 13).

Avant d’arriver à une conclusion sur le jour du sabbat, il vaut mieux prendre le temps d’examiner toutes les preuves pour voir si elles sont factuelles et les étudier du point de vue de Dieu. Toute citation biblique ou historique doit être lue dans son contexte pour voir si elle dit bien ce qu’on prétend qu’elle dit. Vous serez peut-être surpris par ce que vous trouverez.

 

Le jour béni par Dieu

 

La Bible dit : « 2 Et Dieu eut achevé au septième jour son oeuvre qu’il avait faite; et il se reposa au septième jour de toute son oeuvre qu’il avait faite. 3 Et Dieu bénit le septième jour, et le sanctifia, parce qu’en ce jour-là il se reposa de toute son oeuvre, pour l’accomplissement de laquelle Dieu avait créé. » (Genèse 2 : 2, 3). Il n’y a aucun autre jour que Dieu a béni et sanctifié. Lorsque Dieu bénit quelque chose, la nature de cette chose change. Elle ne peut pas rester la même. S’il bénit un champ, il peut produire davantage, être plus vert ou être amélioré d’une manière ou d’une autre. Si Dieu bénit une caisse de pétrole, ce pétrole peut être de meilleure qualité ou ne pas s’épuiser. S’il bénit des chaussures ou des vêtements, il se peut qu’ils ne s’usent pas, comme Dieu l’a fait pour les Israélites pendant leur marche de quarante ans dans le désert (Deutéronome 29 : 5).

La nature même du temps sacré du septième jour de la semaine est différente de tout autre temps. Jésus a dit : « Le sabbat a été fait pour l’homme… » (Marc 2 : 27), et c’est une bénédiction pour l’homme. Mais ce n’est pas une bénédiction pour l’homme qui ne recherche pas ce jour-là. Si vous manquez le jour, vous manquez la bénédiction. Il est impossible de sanctifier un autre jour, car il n’y a pas d’autre jour qui soit saint. Et si vous manquez ce jour, ne serait-ce que d’un jour, vous enfreignez l’un des commandements de Dieu, un commandement spécifique qui lui tient à cœur.

Pour nous donner une idée de la façon dont Dieu considère jalousement son jour saint, notons ce qu’il a dit par l’intermédiaire de Moïse : « On travaillera pendant six jours, mais le septième jour sera pour vous une chose sainte, le sabbat du repos consacré à l’Éternel. Quiconque travaillera en ce jour-là sera puni de mort. » (Exode 35 : 2). C’est très sérieux ! Dieu ne veut pas que nous manquions son jour saint ; la violation de ce commandement était passible de la peine de mort.

 

Le sabbat dans la Bible

 

Il est vrai que les Écritures mentionnent un autre type de sabbat que le sabbat hebdomadaire. Il y avait certaines dates qui devaient être observées d’une manière similaire au sabbat hebdomadaire et qui étaient appelées « sabbat ». Elles étaient en relation avec les jours de fête et étaient typiques ou prophétiques de points spécifiques du plan du salut. Mais il y a quelque chose qui distingue clairement le sabbat hebdomadaire de ces sabbats annuels (cérémoniels). Le commandement concernant le sabbat hebdomadaire stipulait clairement qu’ils ne devaient faire « aucun travail » ce jour-là (Ex 20 : 8-11). L’interdiction concernant le travail lors de ces sabbats annuels, cependant, interdisait simplement le « travail servile ». Lévitique 23 : 24 : « Parle aux enfants d’Israël, et dis: Au septième mois, au premier jour du mois, il y aura pour vous un jour de repos, une commémoration publiée au son des trompettes, une sainte convocation. » Remarquez maintenant le commandement de restriction de travail de ce verset : « Vous ne ferez aucune oeuvre servile; et vous offrirez à l’Éternel des sacrifices faits par le feu. » Remarquez que tout travail n’était pas interdit en ce jour, seul le travail servile était interdit. Le travail servile est un travail de service, un travail que vous feriez en tant que service pour recevoir un revenu.

Le mot service est un mot qualificatif. Il qualifie le type de travail qui est interdit. Par exemple, je pourrais dire à mon fils : « Tu ne peux pas manger de nourriture aujourd’hui. » Cette déclaration n’a rien pour la qualifier et, par conséquent, il n’est pas autorisé à manger n’importe quel type de nourriture. Mais si je lui dis : « Tu ne peux pas manger d’aliments verts aujourd’hui », il sait qu’il peut manger n’importe quel aliment tel que des pommes de terre, des carottes, des bleuets, etc. tant qu’il n’est pas vert. Le seul type de nourriture qui lui était interdit était la nourriture verte. Ceci est similaire à ce que Dieu a fait en ajoutant le qualificatif « servile » au type de travail qui était interdit lors d’un sabbat annuel. Si Dieu avait voulu qu’aucun travail ne soit effectué ce jour-là, il n’aurait pas ajouté le qualificatif servile avant le mot travail. Il existe donc une distinction claire entre le sabbat hebdomadaire et les sabbats annuels.

Le premier jour des pains sans levain (le quinze d’Abib) est soumis à la même interdiction de travail servile. La Bible dit : « Le premier jour vous aurez une sainte convocation; vous ne ferez aucune oeuvre servile. » (Lévitique 23 : 7). Cette interdiction n’incluait pas la préparation des aliments, car la Bible dit : « Au premier jour [des pains sans levain, le quinzième jour d’Abib], il y aura une sainte convocation; vous en aurez aussi une au septième jour [le vingt-et-unième jour d’Abib]. Il ne se fera aucune oeuvre en ces jours-là; on vous apprêtera seulement ce que chaque personne doit manger. » (Exode 12 : 16).

Pourtant, les jours de sabbat hebdomadaire, la préparation des aliments n’était pas autorisée. La Bible dit : « Et il leur répondit: C’est ce que l’Éternel a dit: Demain est le repos, le sabbat consacré à l’Éternel; faites cuire ce que vous avez à cuire, et faites bouillir ce que vous avez à bouillir, et serrez tout le surplus, pour le garder jusqu’au matin. » (Exode 16 : 23). Nous commençons à voir une différence claire entre la vision de Dieu du sabbat hebdomadaire et un sabbat annuel qui se produisait à certaines dates du calendrier. Pourquoi cette différence est-elle importante ? Elle est importante car, comme nous allons le voir, l’enseignement du sabbat lunaire nécessite de faire coïncider régulièrement les jours du sabbat hebdomadaire et du sabbat annuel pour deux de ces sabbats annuels. Mais, comme nous l’avons vu, les restrictions sont différentes, ce qui montre qu’ils ne pouvaient pas parler de la même chose !

 

Comparaison des jours

 

 

L’agneau pascal

 

Exode 12 : 3, 6 déclare : « Parlez à toute l’assemblée d’Israël et dites: Qu’au dixième jour de ce mois ils prennent chacun un agneau […] Et vous le garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois, et toute la communauté d’Israël assemblée l’égorgera entre les deux soirs. » Le Deutéronome précise l’heure à laquelle l’agneau de la Pâque devait être tué. « tu sacrifieras la Pâque, le soir, dès que le soleil sera couché […] » (Deutéronome 16 : 6). Dans la Bible, les jours commençaient et se terminaient au coucher du soleil. Récemment, certains partisans du sabbat lunaire ont contesté ce fait. Mais que dit la Bible ?

 

Quand commence une journée ?

 

Remarquez comment cette terre a commencé :

« 1 Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. 2 Or la terre était informe et vide, et les ténèbres étaient à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux. 3 Et Dieu dit: Que la lumière soit; et la lumière fut. 4 Et Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. 5 Et Dieu nomma la lumière, jour; et il nomma les ténèbres, nuit. Et il y eut un soir, et il y eut un matin; ce fut le premier jour. » (Genèse 1 : 1-5)

Les ténèbres précédaient la lumière, et ensemble, elles formaient un jour. Le mot jour a deux significations dans la Bible : il peut désigner la partie claire d’un jour (environ douze heures), ou il peut désigner le jour entier, y compris la partie sombre (vingt-quatre heures). Lorsque l’obscurité régnait et que « l’Esprit de Dieu se mouvait sur les eaux », cela faisait partie du premier jour. Ensuite, Dieu a créé la lumière, et ensemble, il a appelé les ténèbres et la lumière le premier jour.

Certains partisans du sabbat lunaire ont observé que le terme soir peut signifier coucher du soleil et le terme matin peut signifier lever du soleil et en concluent que le premier jour dans Genèse 1 a dû commencer par la partie du jour et se terminer lorsque la partie sombre s’est achevée au lever du soleil le lendemain matin. Ils proposent donc qu’un jour complet dans la Bible va du lever du soleil au lever du soleil, et non du coucher du soleil au coucher du soleil. Certains proposent même que, puisque Dieu a dit « souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier », Dieu ne veut que nous sanctifiions la partie du sabbat où il fait jour. Par conséquent, ils essaient de respecter le sabbat du lever au coucher du soleil (environ douze heures). L’une des théories les plus bizarres liées à la doctrine du sabbat lunaire est l’idée que Dieu a créée le soleil et la lune la veille du premier jour de la création, parfois appelé jour zéro. Or, la seule partie de la Bible que Dieu a écrite de son propre doigt sur des tables de pierre dit : « Car l’Éternel a fait en six jours les cieux et la terre, la mer et tout ce qui est en eux, et il s’est reposé le septième jour; c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du repos et l’a sanctifié. » (Exode 20 : 11). Selon Dieu lui-même, toutes les choses que Dieu a créées dans le ciel et sur la terre ont été créées en six jours littéraux.

La raison pour laquelle les partisans du sabbat lunaire veulent croire que Dieu a créé le soleil et la lune au jour zéro est que si le monde a été créé en six jours, avec la lune créée le quatrième jour comme le dit la Bible (Genèse 1 : 14-19), cela ne permettrait pas au premier sabbat de tomber le huitième jour du mois, comme ils le maintiennent avec tant de ténacité. (Cela ne fonctionne que si la lune a été créée dans la nouvelle phase.) Mais aucun verset biblique ne suggère que la lune ait été créée un jour quelconque avant le quatrième jour de la création, ni qu’il ait existé un jour zéro qui pourrait être appelé le premier jour du mois.

L’une des principales raisons qui poussent à l’interprétation d’un jour commençant au lever du soleil est que la théorie du sabbat lunaire devient un problème lorsqu’elle est appliquée au quinzième jour du premier mois, lorsque les enfants d’Israël ont quitté l’Égypte (nous y reviendrons plus tard). Même si cette interprétation d’un jour n’élimine pas complètement les problèmes de l’Exode, elle est présentée comme une façon d’essayer de concilier certaines des contradictions introduites par la théorie du sabbat lunaire. Nous examinerons l’Exode plus en détail plus loin dans cette étude, mais voyons d’abord comment la Bible définit un jour.

En ce qui concerne le jour des expiations, Dieu a donné l’instruction suivante : « Le dixième jour de ce septième mois sera le jour des expiations; vous aurez une sainte convocation, vous humilierez vos âmes, et vous offrirez à l’Éternel des sacrifices faits par le feu. Le neuvième jour du mois, au soir, d’un soir à l’autre soir, vous célébrerez votre sabbat. » (Lévitique 23 : 27, 32). Ici, Dieu a indiqué que le Jour des Expiations devait avoir lieu le dixième jour du septième mois. Puis, pour définir ce jour, il explique qu’il commence le soir du neuvième jour et précise qu’il doit être célébré d’un soir à l’autre. Nous voyons donc que le dixième jour du mois commence le soir du neuvième jour et se poursuit jusqu’au soir du dixième jour. C’est la définition biblique d’un jour. Il commence le soir et se termine le jour suivant le soir. La Bible définit également ce que signifie le terme « soir » : « c’est là que tu sacrifieras la Pâque, le soir, dès que le soleil sera couché » (Deutéronome 16 : 6). Un jour va du coucher du soleil au coucher du soleil.

 

Soir et matin

 

Pour prouver qu’un jour va du lever au coucher du soleil, certains postulent que les mots hébreux ereb, traduit par soir, et boqer, traduit par matin, doivent se référer au coucher et au lever du soleil, plutôt qu’à la nuit entière ou à la totalité des heures du jour. Par conséquent, le premier jour a dû avoir un coucher de soleil, puis un lever de soleil avant que le jour ne soit terminé. Puisque la lumière a été créée le premier jour, ils proposent que le soleil n’ait pu se coucher avant ce soir-là et ne se soit levé que le lendemain matin. Cette interprétation néglige le fait que le soleil n’existait pas le premier jour, ni le deuxième et le troisième jour de la création. (Il semble étrange qu’il puisse y avoir des jours clairs et des jours sombres pendant trois jours avant que Dieu ne crée le soleil et la lune. C’est un domaine de la Bible que Dieu n’a pas expliqué (Deutéronome 29 : 29). Certains ont proposé que Dieu ait créé la lumière le premier jour, puis qu’il l’ait rassemblée sous forme de soleil le quatrième jour. La Bible est silencieuse sur ce point, donc personne ne peut être sûr de la façon dont cela s’est passé et lorsque la Bible est silencieuse sur un sujet, la sagesse nous dicte de nous taire, mais nous pouvons être certains que le soleil n’a pas existé avant le quatrième jour de la création car c’est ce que Dieu a dit). Dieu n’a pas créé le soleil avant le quatrième jour (Genèse 1 : 14-19). Par conséquent, les mots hébreux boqer et ereb ne peuvent pas signifier lever et coucher du soleil dans Genèse 1 : 5, 8, 13.

Le soir et le matin de Genèse 1 : 5 ne posent pas de problème puisque la Bible utilise ereb pour désigner la nuit entière et boqer pour désigner un jour. Voici quelques exemples : « Si je suis couché, je dis:  Quand me lèverai-je? Quand finira la nuit (ereb) ? Et je suis rassasié d’inquiétudes jusqu’au point du jour. » (Job 7 : 4). « Car il n’y a qu’un moment dans sa colère, mais une vie dans sa faveur; les pleurs logent le soir (ereb), et le chant de triomphe revient le matin. » (Psaumes 30 : 6) Il est clair dans ces versets que le mot hébreu ereb fait référence à la nuit entière, plutôt qu’au seul coucher du soleil. Dans Nombres 16:5, 16, Dieu a utilisé boqer de manière interchangeable avec machar (demain), qui signifie le jour après aujourd’hui. Lorsque Dieu a dit : « Et il y eut un soir, et il y eut un matin; ce fut le premier jour. » (Genèse 1 : 5), il voulait dire que la partie sombre et la partie claire constituaient ensemble le premier jour, sans référence à la position du soleil qui n’existait même pas ce jour-là.

Il peut sembler élémentaire ou insignifiant de discuter de la signification d’un jour, mais c’est important car des malentendus sur ce point ont conduit certains à accepter une fausse doctrine dans d’autres domaines. Plusieurs fois, lorsque Dieu a décrit des activités qui devaient avoir lieu à des jours particuliers, il a expliqué que les jours commençaient et se terminaient au coucher du soleil.

Dieu a dit aux enfants d’Israël : « Et le quinzième jour de ce mois, sera la fête des pains sans levain à l’Éternel; vous mangerez des pains sans levain pendant sept jours. » (Lévitique 23 : 6). La fête des pains sans levain devait se dérouler pendant sept jours, du quinzième jour du premier mois au 21e jour du mois.

Remarquez comment Dieu a expliqué cela : « 18 Au premier mois, au quatorzième jour du mois, vous mangerez, le soir, des pains sans levain, jusqu’au vingt et unième jour du mois, au soir. 19 Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons; car toute personne qui mangera du pain levé, sera retranchée de l’assemblée d’Israël, que ce soit un étranger ou quelqu’un né dans le pays. » (Exode 12 : 18, 19). Selon Dieu, une période de sept jours, du quinzième au vingt-et-unième, commençait au coucher du soleil après la partie claire du quatorzième jour, et se poursuivait jusqu’au coucher du soleil après la partie claire du vingt-et-unième jour.

Un autre exemple est donné lorsque Samson a donné une énigme aux Philistins. La Bible dit : « Or Samson leur dit: Je vais vous proposer une énigme. Si vous me l’expliquez pendant les sept jours du festin, et si vous la devinez, je vous donnerai trente tuniques et trente robes de rechange; […] Les hommes de la ville lui dirent donc le septième jour, avant que le soleil se couchât: Quoi de plus doux que le miel, et quoi de plus fort que le lion? Et il leur dit: Si vous n’aviez pas labouré avec ma génisse, vous n’auriez pas trouvé mon énigme. » (Juges 14 : 12, 18). Toutes les personnes présentes à la fête savaient que les sept jours s’achèveraient au coucher du soleil le septième jour. Les jours commencent et se terminent au coucher du soleil.

Exode 12:6 déclare : « Et vous le garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois, et toute la communauté d’Israël assemblée l’égorgera entre les deux soirs. »  L’hébreu pour « le soir » est littéralement entre les deux soirs. Le soleil commence visiblement à décliner de son zénith vers midi. Ce début de soirée est le premier soir, le deuxième soir étant le coucher du soleil. Entre les deux soirs, ce serait à trois heures de l’après-midi (ou à la « neuvième heure »). (Voir 1 Corinthiens 5 : 7 ; Matthieu 27 : 45-50).

 

 

Après que l’agneau ait été tué, la Bible dit alors : « Et ils prendront de son sang […] Et cette nuit-là, ils en mangeront la chair rôtie au feu; ils la mangeront avec des pains sans levain et des herbes amères. […] ce qui en restera au matin, vous le brûlerez au feu. » (Exode 12 : 7, 8, 10). Remarquez que le brûlage des restes avait lieu le quinzième jour du premier mois, alors que le travail servile n’était pas autorisé.

Remarquez maintenant ce que Dieu dit à propos du sabbat :

« Vous n’allumerez point de feu, dans aucune de vos demeures, le jour du sabbat. » (Exode 35 : 3). Cela démontre qu’il y avait des exigences différentes pour le sabbat hebdomadaire et pour les jours de sabbat annuels. Nous lisons également à propos du quinzième jour d’Abib : « Et ils firent cuire en gâteaux sans levain la pâte qu’ils avaient emportée d’Égypte, car elle n’était pas levée; car ils avaient été chassés d’Égypte, sans pouvoir s’attarder, et ils ne s’étaient même préparé aucune provision. » (Exode 12 : 39). Remarquons à nouveau une comparaison.

 

Le seul Sabbat annuel

 

Le Jour des Expiations, le dixième jour du septième mois, était le moment le plus solennel de l’année, car il signifiait l’élimination de tout péché du camp d’Israël. Ce jour est la seule fête annuelle qui est appelée en hébreu un jour de Shabbat, et toute forme de travail était strictement interdite.

« 28 Vous ne ferez aucune oeuvre ce jour-là; car c’est le jour des expiations, où doit être faite pour vous l’expiation devant l’Éternel votre Dieu. 29 Car toute personne qui ne s’humiliera pas ce jour-là, sera retranchée du milieu de son peuple. 30 Et toute personne qui fera ce jour-là une oeuvre quelconque, je la détruirai du milieu de son peuple. 31 Vous ne ferez aucune oeuvre; c’est une ordonnance perpétuelle pour vos générations, dans toutes vos demeures. 32 Ce sera pour vous un sabbat, un jour de repos, et vous humilierez vos âmes. Le neuvième jour du mois, au soir, d’un soir à l’autre soir, vous célébrerez votre sabbat. » (Lévitiques 23 : 28-32)

La fête suivante de l’année était la fête des Tabernacles, du quinzième au vingt-deuxième jour du septième mois.

« 39 Mais le quinzième jour du septième mois, quand vous aurez recueilli le produit de la terre, vous célébrerez une fête à l’Éternel pendant sept jours. Le premier jour sera un jour de repos, et le huitième sera aussi un jour de repos. 40 Et le premier jour vous prendrez du fruit des beaux arbres, des branches de palmiers, des rameaux d’arbres touffus et des saules de rivière; et vous vous réjouirez pendant sept jours devant l’Éternel, votre Dieu. » (Lévitiques 23 : 39, 40)

Le quinzième jour du septième mois, les Israélites ont reçu l’ordre de ramasser des branches et de construire des habitations temporaires, une tâche qui serait considérée comme un « travail servile ».

Le jour du sabbat hebdomadaire, cependant, ce genre d’activité aurait entraîné une mort subite : « Or, les enfants d’Israël, étant au désert, trouvèrent un homme qui ramassait du bois, le jour du sabbat. […] Toute l’assemblée le fit donc sortir du camp, et le lapida, et il mourut, comme l’Éternel l’avait commandé à Moïse. » (Nombres 15 : 32, 36).

 

Départ d’Égypte

 

Après que la première Pâque ait été immolée et que le sang ait été appliqué sur les poteaux des portes, l’ange de la mort traversa l’Égypte et tua tous les premiers-nés des maisons dont les poteaux n’avaient pas été recouverts du sang du sacrifice. « 29 Et il arriva qu’à minuit l’Éternel frappa tout premier-né dans le pays d’Égypte, depuis le premier-né de Pharaon, assis sur son trône, jusqu’aux premiers-nés des captifs qui étaient dans la prison, et tous les premiers-nés des bêtes. 30 Et Pharaon se leva de nuit, lui et tous ses serviteurs, et tous les Égyptiens; et il y eut un grand cri en Égypte, car il n’y avait point de maison où il n’y eût un mort. 31 Il appela donc Moïse et Aaron, de nuit, et leur dit: Levez-vous; sortez du milieu de mon peuple, vous et les enfants d’Israël; allez, servez l’Éternel, comme vous l’avez dit. 32 Prenez aussi vos brebis et vos boeufs, comme vous l’avez dit; allez, et bénissez-moi aussi. 33 Et les Égyptiens pressèrent le peuple, pour le faire vite sortir du pays; car ils disaient: Nous sommes tous morts! » (Exode 12 : 29-31, 33).

Cette nuit-là, après que les premiers-nés eurent été tués à minuit, Pharaon et les Égyptiens contraignirent de toute urgence les Israélites à partir. « Il arriva donc, en ce même jour-là [le quinze d’Abib], que l’Éternel retira du pays d’Égypte les enfants d’Israël selon leurs armées. l’Éternel fit sortir les enfants d’Israël du pays d’Égypte par leurs armées. » (Exode 12 : 51). « […] c’est dans le mois des épis que l’Éternel ton Dieu t’a fait sortir d’Égypte, pendant la nuit. » (Deutéronome 16 : 1). « Les enfants d’Israël partirent de Ramsès le premier mois, au quinzième jour du premier mois, le lendemain de la Pâque; ils sortirent à main levée, à la vue de tous les Égyptiens. »  (Nombres 33 : 3). Il est clair que les Israélites ont quitté l’Égypte le jour même où l’ange est passé en Égypte pour tuer les premiers-nés, c’est-à-dire le quinzième jour du premier mois. La Bible dit qu’il y avait « au nombre d’environ six cent mille hommes de pied, sans les petits enfants. » (Exode 12 : 37). En comptant les femmes et les enfants, ce sont bien plus de deux millions de personnes qui sont sorties d’Égypte ce jour-là, plus une quantité innombrable de moutons, de chèvres et de bétail. Cela représentait un travail immense pour tous ces gens de rassembler tous leurs biens et d’entreprendre un tel voyage. Cela était parfaitement acceptable le quinzième jour du premier mois, même si aucun travail servile n’était autorisé. Pourtant, cette même activité était strictement interdite le jour du sabbat hebdomadaire.

Dieu a dit : « 21 Ainsi a dit l’Éternel: Prenez garde à vos âmes, et ne portez aucun fardeau le jour du sabbat, et n’en faites point passer par les portes de Jérusalem; 22 Et ne transportez hors de vos maisons aucun fardeau, le jour du sabbat; et ne faites aucune oeuvre; mais sanctifiez le jour du sabbat, comme je l’ai commandé à vos pères. » (Jérémie 17 : 21, 22). Si porter un fardeau hors de votre maison était considéré comme une violation du sabbat, alors sortir tous vos biens de votre maison le jour du sabbat serait certainement une violation du sabbat. La solution est simple : le quinzième jour du premier mois n’était pas un sabbat.

 

Comparaison des jours

 

         

 

Conclusions jusqu’à présent

 

Si chaque quinzième jour est déjà un sabbat hebdomadaire, pourquoi Dieu ajouterait-il une restriction moindre à une restriction plus forte déjà existante ? Il existe clairement une restriction plus forte concernant le sabbat du septième jour, par rapport aux restrictions concernant le quinzième jour du premier et du septième mois. Si Dieu s’attendait à ce que les Israélites considèrent le quinzième jour de chaque mois comme un sabbat au cours duquel aucun travail ne devait être effectué, pourquoi leur aurait-il dit de ne faire aucun « travail servile » le quinzième jour du premier et du septième mois ? Ce serait comme si je disais à mon fils : « Ne mange pas d’aliments entre les repas » et que je lui disais ensuite : « Ne mange pas d’aliments verts entre les repas ». Cela n’aurait aucun sens et contredirait les instructions précédentes. Dieu a donné l’instruction, très clairement, qu’aucun travail ne doit être fait le jour du sabbat hebdomadaire. Cette instruction comprenait l’interdiction de préparer des aliments, d’allumer des feux, de ramasser des bâtons et de porter des fardeaux hors de votre maison. Dieu a ensuite donné des instructions concernant les quinzièmes et vingt et unième jour du premier mois, le jour de la Pentecôte, et les premier, quinzième et vingt-deuxième jour du septième mois, selon lesquelles aucun travail servile ne devait être effectué ces jours-là. Si tout travail était déjà interdit le quinzième et le vingt-deuxième jour de chaque mois, Dieu n’aurait pas ajouté une restriction qui ne concernait que les travaux serviles. Une telle instruction ne serait absolument pas nécessaire, à moins que les quinze et vingt-deux jours du mois ne soient normalement des jours de travail.

 

         Enseigner le sabbat aux Israélites

 

Lorsque Dieu a enseigné le sabbat aux Israélites après leur sortie d’Égypte, il n’a pas utilisé l’observation de la lune comme guide, mais plutôt la manne. (Voir Exode 16.) Dieu a utilisé la chute de la manne pendant six jours, suivie d’une absence de manne le septième jour, de façon continue pendant quarante ans. De plus, Dieu n’a pas prévu de chute de manne pendant deux ou trois jours chaque mois, comme cela serait nécessaire si aucun travail ne devait être effectué pendant deux ou trois jours consécutifs à la fin de chaque mois. Certains ont dit que les Israélites jeûnaient pendant ces jours supplémentaires, mais il n’y a aucune trace de cela dans la Bible, et vous pouvez être sûr que les Juifs se seraient plaints de ce jeûne obligatoire chaque mois, et que cela aurait été enregistré. Pourtant, il n’existe aucune trace de manne ne tombant pas pendant deux ou trois jours d’affilée, ni de manne tombant pendant sept ou huit jours consécutifs. Il y avait six jours de manne, avec une double portion tombant le sixième jour, et pas de manne le septième pendant quarante ans.

Selon les Écritures, Dieu a créé le monde en six jours, et le jour suivant était le sabbat, et il en est resté ainsi depuis. Chaque septième jour est le sabbat. Si quelqu’un, d’Adam à Noé, s’est demandé quel jour était le sabbat, il est certain que Noé avait le bon jour. La Bible dit qu’il a envoyé des oiseaux hors de l’arche à intervalles de sept jours (Genèse 8 : 10), ce qui indique qu’il respectait un cycle hebdomadaire de sept jours. Si quelqu’un a été confondu de Noé à Abraham, il est certain qu’Abraham avait le bon jour parce qu’il gardait les commandements de Dieu (Genèse 26 : 5). Il est probable que de nombreux Israélites aient perdu de vue le sabbat pendant leur esclavage en Égypte, mais nous sommes certains qu’ils ont été instruits correctement par le miracle de la manne à l’époque de Moïse. Si quelqu’un a perdu de vue le sabbat entre l’époque de Moïse et celle d’Esdras et de Néhémie, après la captivité à Babylone, nous pouvons être sûrs que Dieu l’a remis sur le droit chemin, puisque le réveil de l’époque était centré sur le sabbat (voir Néhémie 9 : 14 ; 10 : 31 ; 13 : 15-22). Le récit biblique indique que Jésus n’a offert aucune rectification aux Juifs concernant le jour où ils célébraient le sabbat, mais plutôt sur la manière dont ils le célébraient. À l’époque du Christ, les Juifs observaient le bon jour.

 

Une fondation fragile

 

Ceux qui défendent l’idée de compter le sabbat en fonction de la lune sont obligés de s’appuyer sur une base très fragile pour découvrir quel jour est le sabbat. Ils vantent les avantages de la lune comme moyen très fiable de découvrir le bon jour de la semaine, mais ils sont forcés d’admettre qu’il existe de nombreuses opinions sur la façon de le compter. Il existe un site Web consacré au sabbat lunaire qui répertorie les associations de sabbat lunaire dans le monde entier et qui a ajouté la clause de non-responsabilité suivante : « Veuillez noter que les associations de sabbat lunaire peuvent, et c’est souvent le cas, différer dans leur compréhension de la façon dont elles croient que le compte fonctionne et dans d’autres opinions variées qui s’y rapportent. » (lunarsabbath.com/lunar_Sabbath_fellowships.htm). Même avec une liste d’associations pour le sabbat lunaire, si un croyant de cette doctrine souhaitait participer à l’un de ces groupes le jour du sabbat lunaire, il serait possible qu’il se présente un jour différent de celui de la réunion du groupe. Ceci est vrai pour plusieurs raisons : 1) Les partisans du sabbat lunaire ne s’accordent pas sur la phase de la lune qui est considérée comme la nouvelle lune. Certains prétendent qu’il faut compter la nouvelle lune lorsque la lune est complètement noire (le contraire d’une pleine lune), tandis que d’autres prétendent qu’il faut compter à partir du moment où le premier croissant du nouveau mois lunaire est visible. 2) Dans chaque camp de théories, il peut y avoir un jour ou deux de différence dans la façon dont on calcule ou voit la nouvelle lune. 3) Il n’y a pas de verset biblique qui indique comment nous devons déterminer la nouvelle lune.

La lune est très peu fiable pour vous indiquer quand commence le sabbat. Si vous vous fiez uniquement à l’observation, vous vous tromperez certainement au moins un ou deux mois par an. Cela signifie que vous manquerez le sabbat au moins 8 à 16 % du temps, et il est tout à fait possible que ce chiffre atteigne 50 % du temps, voire 100 % du temps, selon que vous comptez la nouvelle lune par le croissant visible ou par la partie sombre de la lune. C’est très peu fiable. J’ai un ami qui observe le cycle lunaire du sabbat et il m’a raconté qu’il avait appelé un de ses amis à l’autre bout du pays, qui observe également le cycle lunaire du sabbat, et lui avait dit : « Joyeux sabbat. » Son ami lui a répondu : « Ce n’est pas aujourd’hui le sabbat, c’est demain. »

Sur le même site Internet mentionné ci-dessus, on trouve le témoignage suivant : « Je respecte le shabbat scripturaire depuis 4 ans, sans calendrier ni ordinateur, par simple observation. Certains mois, je suis décalé d’un jour ou moins, mais j’espère recevoir de la correspondance de la part d’autres croyants » (Ibid.). Si Dieu considère le sabbat comme si important qu’il a assorti sa violation d’une peine de mort, laisserait il à son peuple un moyen aussi peu fiable de savoir quel jour il est ? Nous pensons que non !

On pourrait argumenter qu’avec nos télescopes et nos ordinateurs, nous pouvons aujourd’hui déterminer l’heure exacte de la nouvelle lune à la seconde près. C’est vrai, mais le plan de Dieu a-t-il jamais nécessité un équipement sophistiqué pour que son peuple puisse lui obéir ? Et si c’est le cas, qu’en est-il des gens des années passées ou de ceux qui vivent dans des cultures dépourvues de tels équipements ?

Le soleil est un moyen beaucoup plus précis de déterminer quand survient le septième jour de la semaine. Il est très simple d’observer quand un jour s’est écoulé. Je crois savoir que les Juifs avaient une corde attachée à leurs vêtements qu’ils utilisaient pour compter sept jours. Chaque jour, ils faisaient un nœud à leur ficelle, jusqu’à ce qu’ils atteignent sept nœuds, puis ils les défaisaient et recommençaient. Même les personnes dans les camps de concentration ont pu garder la trace du passage des jours.

Certains ont affirmé qu’il était impossible de conserver un cycle continu de sept jours au cours des six mille dernières années. Ils supposent qu’il aurait été perdu. Pourtant, vous êtes-vous déjà réveillé le matin en oubliant quel jour de la semaine nous sommes ? Moi, oui. Cela ne m’est arrivé que très rarement. À quel point serait-il difficile de savoir quel jour nous sommes, même avant les calendriers et les horloges numériques ? Vous pourriez simplement demander à votre voisin ! Quelles sont les chances que votre voisin vous réponde : « Je ne sais pas, je me suis réveillé ce matin et j’ai aussi oublié quel jour nous sommes ? » Aussi improbable que cela puisse être, cela pourrait arriver. Mais supposons ensuite que vous alliez tous deux demander à votre voisin le plus proche et qu’il réponde également « J’ai oublié aussi », et que tous ceux que vous connaissez aient mystérieusement oublié quel jour de la semaine nous sommes le même jour. Les chances que cela se produise à n’importe quel moment de l’histoire sont pratiquement nulles. Le moment le plus probable pour que cela se produise aurait été sur l’Arche de Noé, lorsque seulement huit personnes étaient en vie, mais même dans ce cas, les chances que cela arrive à huit personnes le même jour sont astronomiquement élevées. Et la Bible nous dit que Noé comptait les jours et savait exactement combien de jours s’étaient écoulés quand la pluie a commencé et s’est arrêtée, et quand l’arche a atterri, etc. Il n’y a aucune chance que le cycle hebdomadaire ait été oublié par tous les habitants du monde au même moment.

Le plan de Dieu est simple. Même un enfant peut comprendre le passage des jours en observant le soleil. Dieu a créé la terre en six jours, puis s’est reposé le septième. Dieu nous a dit de compter les semaines de la même manière. Il a dit : « On travaillera six jours; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos; il y aura une sainte convocation; vous ne ferez aucune oeuvre; c’est le sabbat de l’Éternel dans toutes vos demeures. »  (Lévitique 23 : 3). Dieu aurait pu très facilement dire que les huitième, quinzième, vingt-deuxième et vingt-neuvième jours de chaque mois sont des sabbats, mais il ne l’a pas fait. Dieu a simplement dit « le septième jour est le repos de l’Éternel ton Dieu » (Exode 20 : 10), et il ne peut être question ici d’une autre unité de temps que le septième jour de la semaine. Il est certain que le septième jour du mois ou de l’année ne peut être compris comme remplissant le commandement.

Mes amis, Dieu désire que vous gardiez ses commandements. Il veut que vous sachiez quel jour est le sabbat. La crise de la marque de la bête va bientôt s’abattre sur ce monde, et elle divisera ceux qui gardent les commandements de ceux qui ne les gardent pas (Apocalypse 14 : 12 ; Matthieu 7 : 21-23). Je prie pour que vous « éprouviez toutes choses » et que vous « reteniez ce qui est bon » (1 Thessaloniciens 5 : 21). Ne vous contentez pas de théories créées par l’homme, mais « défendez avec ardeur la foi qui a été autrefois transmise aux saints » (Jude 1 : 3).

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !