Quand le Nouveau Testament a-t-il été écrit ?

2021_12_22
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Nous nous proposons de donner quelques faits historiques, montrant l’accomplissement des lignes de prophétie des Écritures ; mais avant d’entrer directement dans ce sujet, nous avons pensé qu’il valait mieux présenter quelques faits qui montrent les temps où les livres prophétiques ont été écrits. Nous nous proposons de traiter des faits ; nous aurons très peu à faire avec des opinions quelconques.

C’est un fait que la Bible existe aujourd’hui. C’est aussi un fait que des livres sont écrits en opposition avec elle. Personne ne peut le nier. Il est également indéniable qu’il y a près de cent ans, Thomas Paine a écrit un livre contre la Bible, ce qui prouve que la même Bible qui existe aujourd’hui existait à l’époque. Il y a environ trois cent soixante-cinq ans, Luther en Allemagne, Zwingle en Suisse et Faber en France, se sont tous opposés à la corruption de l’église de Rome, et cette opposition était entièrement basée sur la Bible. La Bible était prêchée, elle était traduite, elle était imprimée et distribuée en grand nombre. On ne peut nier que la Bible existait alors. Nous pouvons remonter près de deux cents ans plus loin, et Wycliffe, en Angleterre, avait une Bible, la présentait au peuple, l’exhortait à l’étudier par lui-même, et l’a même traduite en langue anglaise.

Mais, pour ne pas être fastidieux, nous allons tout de suite revenir plus de quinze cents ans en arrière, à l’an 331-361. Julien était empereur de l’empire romain, et il a écrit pour s’opposer au christianisme, et bien sûr aux doctrines du Nouveau Testament. Mais il n’a jamais prétendu « nier la vérité de l’histoire de l’évangile, en tant qu’histoire, bien qu’il ait nié la divinité de Jésus-Christ affirmée dans les écrits des évangélistes ; il a reconnu les principaux faits de l’évangile ainsi que les miracles de notre Sauveur et de ses apôtres ». Il mentionna Matthieu et Luc par leur nom, et présenta l’objection à la généalogie du Christ telle qu’elle est donnée par eux, objection qui est soutenue jusqu’à ce jour. « Il a récité les paroles du Christ dans les termes mêmes des évangélistes ; il a aussi témoigné que l’évangile de Jean a été composé plus tard que les autres évangélistes, et à une époque où un grand nombre de personnes étaient converties à la foi chrétienne, tant en Italie qu’en Grèce ; il a fait allusion plus d’une fois aux faits rapportés dans les Actes des Apôtres. » « Il indique expressément les dates anciennes de ces documents ; il les appelle par les noms qu’ils portent maintenant. Il n’a jamais cessé de supposer, mais n’a jamais mis en doute, leur authenticité ; il n’a pas non plus donné la moindre indication qu’il soupçonnait l’ensemble ou une partie de ces documents d’être des faux. »[1]

Ce témoignage d’un ennemi est la preuve la plus forte en faveur du Nouveau Testament et prouve qu’il existait en l’an 331. Mais nous avons d’autres preuves du même genre. Cent ans avant Julien, en l’an 233, vivait Porphyre, « l’adversaire le plus sensible et le plus sévère de la religion chrétienne que l’antiquité ait pu produire ». « Il avait conversé avec les chrétiens à Tyr, en Sicile et à Rome. » « De tous les adversaires de la religion chrétienne, il était le plus qualifié pour enquêter sur l’authenticité des écrits sacrés. Il possédait tous les avantages que les capacités naturelles ou la situation politique pouvaient lui offrir, pour découvrir si le Nouveau Testament était une œuvre authentique des apôtres et des évangélistes, ou s’il avait été imposé au monde après la mort de ses prétendus auteurs. Mais on ne trouve nulle part trace de ce soupçon, et il n’est jamais venu à l’esprit de Porphyre de supposer qu’il était faux. Il ne niait pas la vérité de l’histoire évangélique, mais considérait les miracles de Jésus-Christ comme des faits réels ». Il remarque également la différence entre Paul et Pierre dans Gal. 2 : 11. Mais les objections de Porphyre ne se limitaient pas au Nouveau Testament ; il attaquait aussi l’Ancien Testament, en particulier la prophétie de Daniel, déclarant qu’elle avait été écrite « après le temps d’Antiochus Epiphanes »[2]

Cela prouve que la Bible était déjà largement connue en 233 après J.-C., car comment un homme aurait-il pu écrire pour s’opposer à une chose qui n’existait pas ?

Mais nous pouvons remonter soixante ans plus loin, jusqu’en 176 environ, et nous trouvons Celse, un autre « écrivain infidèle, et l’un des plus grands ennemis avec lesquels le christianisme a dû lutter. Il mentionne non seulement par leur nom, mais cite des passages des livres du Nouveau Testament, de sorte que nous savons que nous avons les livres identiques auxquels il se référait. » « La conception miraculeuse est mentionnée dans le but d’accuser la Vierge Marie d’adultère ; nous reconnaissons également l’intention de Joseph de la répudier, et l’apparition consécutive de l’ange l’avertissant en rêve de la prendre pour épouse ; Nous rencontrons une référence à l’étoile qui a été vue à sa naissance, et à l’adoration que les Mages ont rendu au nouveau-né Sauveur à Bethléem ; le meurtre des enfants par Hérode, en conséquence de sa tromperie par les sages, est noté, ainsi que la réapparition de l’ange à Joseph, et sa fuite en Égypte. Voici donc des références à tous les faits de la naissance de notre Sauveur. Nous sommes informés de la descente de l’Esprit sous la forme d’une colombe et de la voix du Ciel lors du baptême de notre Sauveur dans le Jourdain ; nous entendons aussi parler de la tentation dans le désert ; on nous dit que le Christ était constamment accompagné d’un certain nombre de disciples, bien que le nombre ne soit pas exact. Il y a une allusion à la conversation de notre Sauveur avec la femme de Samarie au puits ; et une référence, moins distincte, à la tentative des gens de Nazareth de le jeter en bas du rocher sur lequel leur ville était construite. Voici donc un ample témoignage de son baptême et des faits qui l’ont immédiatement suivi. »

Il « prétend aussi croire aux miracles du Christ ; ceux de la guérison des malades, du repas des cinq mille hommes et de la résurrection des morts sont expressément mentionnés, bien qu’ils soient attribués à une influence magique. Plusieurs passages du sermon de notre Sauveur sur la montagne sont également cités textuellement, et ses prédictions concernant ses souffrances, sa mort et sa résurrection sont enregistrées. Les scènes finales de la vie du Sauveur sont également décrites avec moins d’exactitude. Nous rencontrons la trahison de Judas et le reniement de son Maître par Pierre ; nous sommes informés que le Christ a été lié, insulté, battu de verges et crucifié ; nous lisons qu’on lui a donné du fiel à manger et du vinaigre à boire ; et nous sommes insultés par une plaisanterie insensible sur le sang et l’eau qui ont coulé du côté de notre Rédempteur mourant. Il mentionne certaines paroles qui ont été prononcées par le Christ sur la croix, et fait allusion au tremblement de terre et aux ténèbres qui ont immédiatement suivi la crucifixion. Il est également fait mention de l’apparition des anges au sépulcre, et de la manifestation du Christ à Marie-Madeleine et aux disciples, après sa résurrection. » « La difficulté d’un ange ou de deux, » au tombeau, « est remarquée. » « On reproche à Jésus d’avoir eu besoin que la pierre soit roulée par un ange. » Maintenant il dit : « Ces choses viennent de vos propres écrits, ce dont nous n’avons pas besoin d’autre preuve, car vous vous en remettez à votre propre autorité. »[3]

Il ne peut certainement pas y avoir de controverse sur l’existence du Nouveau Testament à l’époque de Julien, de Porphyre et de Celse, et, comme on l’a fait remarquer, aucun de ces habiles écrivains n’a prétendu mettre en doute l’authenticité des récits de la vie, de la mort et de la résurrection du Christ. Il serait tout aussi raisonnable pour nous aujourd’hui de nier les faits de la Réforme par Luther, que de s’attendre à ce que Julien nie l’existence des annales du ministère de Jésus ; tout aussi raisonnable pour nous aujourd’hui de nier les faits du débarquement des Pères pèlerins, que de supposer que Porphyre puisse nier la fidélité de l’histoire du Nouveau Testament. Tout aussi sagement pourrions-nous rejeter toutes les preuves de la Révolution américaine, que de supposer que Celse ait pu rejeter les preuves de la vie de Jésus dans le monde.

Ce serait certainement la plus grande folie pour tout homme de nier la réalité de l’un de ces trois événements qui ont bouleversé le monde. Il aurait été tout aussi insensé pour l’un de ces trois hommes de nier l’événement qui bouleversait alors le monde comme il ne l’avait jamais fait. Un événement dont les résultats menaçaient l’existence même de l’empire de Julien tel qu’il avait existé pendant des centaines d’années, ne pouvait pas bien être nié. Chacun de ces hommes, et plus particulièrement Celse, avait amplement les moyens et la capacité, ainsi que la volonté, de réfuter l’authenticité de ces documents sacrés, si cela avait été possible ; et le fait même qu’aucun d’entre eux n’ait même prétendu tenter une telle chose, prouve que cette chose était impossible. Nous terminerons ce paragraphe par l’observation finale du principal Cairn sur Celse, déjà citée. Il dit :

« Son témoignage ici est évidemment du plus grand poids ; et sa position, en tant qu’écrivain succédant immédiatement et en tant qu’ennemi, donne aux évangiles une reconnaissance qui n’aurait pu venir d’aucun autre endroit, même de l’incrédulité ultérieure des siècles précédents. Il est impossible à l’incrédulité moderne d’ébranler ce fondement, ou de réduire ces matériaux que Celse a attestés comme si solides et documentés, au brouillard et à la poussière d’une tradition changeante. Ce qu’il attaque n’est pas un nuage, mais une forteresse bien définie, et la marque d’une attaque et d’un siège étudiés. Il est trop tard maintenant pour oblitérer ses lignes et ses parallèles, qui ont même été ajoutés aux retranchements contre lesquels ils étaient dirigés. »

Nous présentons Gibbon, le prince des historiens, comme la dernière autorité, mais non la moindre, pour confirmer la date précoce du Nouveau Testament. Il dit : « La Révélation chrétienne a été consommée sous le règne de Nerva. »[4]

Cette autorité incontestable nous ramène soixante ans en arrière par rapport à Celse, car le règne de Nerva a commencé en 96 et s’est terminé en 98. Voilà une chaîne d’autorités dont pas un seul maillon ne peut être brisé et qui, prises ensemble, prouvent avec une certitude absolue que le Nouveau Testament a été écrit à l’époque où il prétend l’avoir été.

Voilà pour le Nouveau Testament. Maintenant pour l’Ancien.

 

[1] Horne’s Introduction, vol. 1, chap. 2, sec. 2.

[2] Horne’s Introduction, vol. 1, chap. 2, sec. 2; et Unbelief in the Eighteenth Century, par Principal Cairns, Lecture 1, sec. 8. 8.

[3] Horne’s Introduction, vol. 1, chap. 2, sec. 2; et Unbelief in the Eighteenth Century, by Principal Cairns, Lecture 1, sec. 8.

[4] Decline and Fall, chap. 21, sec. 7. 7.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !