Les Trois Jugements

Les trois jugement - image2
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Dans la bible on nous parle de jugement, mais nous devrions nous poser comme question : qu’est-ce qu’un jugement ? Un jugement selon le Larousse est : « Action de juger quelqu’un, une affaire, dans le respect des lois et règlements en vigueur. Décision rendue par une juridiction du premier degré, etc. »[1] Si l’action de juger dans le respect des lois et des règles en vigueur s’applique pour nous être humain alors, qui fait le jugement au ciel et selon quelle loi ?

Notre juge est le Père de Christ, Dieu. Sœur White l’affirme dans Tragédie des Siècles : « Maintenant, “c’est Dieu qui est juge ”, et les décisions de la terre sont revisées. “Il fait disparaître de toute la terre l’opprobre de son peuple.” “On les appellera peuple saint, rachetés de l’Eternel.” Dieu a décidé de “leur donner un diadème au lieu de la cendre, une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu ”. »[2]

Dieu est le juge de la terre, mais il a aussi Christ, son fils qui fait le plus gros du travail en tant que grand sacrificateur, avocat de l’homme. J. N. Andrews nous explique : « Dieu le Père est à lui seul le Juge suprême des hommes et des anges. Il se propose d’amener toute l’humanité au jugement. Mais cette tâche n’est que partiellement accomplie par lui-même en personne. C’est par Jésus-Christ que Dieu doit accomplir la plus grande partie de son immense travail. »[3]

Dieu a tout laissé au Fils même le jugement, mais il reste que c’est le Père qui sait tout. Christ la dit à plusieurs reprises dans les Évangiles, prenons l’exemple dans Matthieu 24 : 36. Ce Dieu compatissant donne autorité à son fils unique. C’est ce que Daniel nous affirme aussi dans son livre au chapitre 9 versets 9 à 14 : « Je regardai, jusqu’à ce que des trônes furent placés, et que l’Ancien des jours s’assit. Son vêtement était blanc comme la neige, et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure. Son trône était comme des flammes de feu; ses roues, comme un feu ardent. Un fleuve de feu sortait et se répandait de devant lui. Mille milliers le servaient, et dix mille millions se tenaient devant lui. Le jugement se tint, et les livres furent ouverts. Je regardai alors, à cause du bruit des paroles orgueilleuses que la corne proférait; je regardai jusqu’à ce que la bête fut tuée et que son corps périt, et qu’elle fut livrée au feu pour être brûlée. Quant aux autres bêtes, la domination leur fut aussi ôtée, quoiqu’une prolongation de vie leur eût été accordée jusqu’à un temps déterminé. Je regardais, dans ces visions de la nuit, et je vis comme le Fils de l’homme qui venait sur les nuées des cieux, et il vint jusqu’à l’Ancien des jours, et on le fit approcher de lui. Et on lui donna la domination, la gloire et le règne, et tous les peuples, nations et langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera point détruit. »

En donnant tout cela à son fils, il mit égale son fils avec lui-même. Nous n’avons tout de même pas émis qu’elle est la loi en question. Ellen White répond à cette question : « Toute œuvre humaine passe en revue devant Dieu pour être classée comme acte de fidélité ou d’infidélité. En face de chaque nom, dans les registres du ciel, sont couchés avec une redoutable exactitude toute parole mauvaise, tout acte égoïste, tout devoir négliger, tout péché secret, toute dissimulation. Les avertissements du ciel oubliés, les moments perdus, les occasions non utilisées, les influences exercées, bonnes ou mauvaises, avec leurs résultats les plus éloignés : tout est fidèlement inscrit par l’ange enregistreur. La loi de Dieu est la norme par laquelle les caractères et les vies seront éprouvés au jour du jugement. “Crains Dieu et observe ses commandements, dit le Sage. C’est là ce que doit tout homme. Car Dieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal 3.” “Parlez et agissez comme devant être jugés par une loi de liberté”, dit à son tour l’apôtre Jacques. »[4]

Elle est la norme de son jugement, mais toute œuvre passe en revue ce qui veut dire que nous ne serons pas seulement jugés par la loi de Dieu, mais par nos œuvres. D’où le fait que certains ne connaissant pas Dieu, mais pratiquant sa loi pourront être sauvés. Il ne faut pas seulement obéir à la loi de Dieu pour avoir la vie éternelle, car la bible dit : « Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renoncent par leurs œuvres; car ils sont abominables, et rebelles, et réprouvés pour toute bonne œuvre. » (Tite 1 : 16) La loi de Dieu est importante, mais sans le Christ elle ne pourra être pleinement pratiquée. Seul Christ peut nous emmener à faire les œuvres de l’Esprit, les œuvres bouillantes. Là est le jugement investigatif. Chaque parole, acte et pensée sont examinés devant Christ. Quand nous venons à Christ et demandons pardon il efface nos péchés et quand nous serons sauvés les mauvaises actions, actes ou pensées ne seront plus trouvés dans le livre, car nous serons trouvés sans tâche devant Dieu.

Nous pouvons donc passer à travers les deux autres jugements que la bible nous parle. Selon Apocalypse 20 : 4 où il est dit : « Et je vis des trônes, sur lesquels s’assirent des personnes, et il leur fut donné de juger. Je vis aussi les âmes de ceux qui avaient été décapités pour le témoignage de Jésus, et pour la parole de Dieu, et ceux qui n’avaient point adoré la bête, ni son image, et qui n’avaient point pris sa marque sur leurs fronts, ou à leurs mains. Et ils vécurent et régnèrent avec Christ mille ans. » Pendant ces 1000 ans, nous aurons à juger tous les humains de la terre. Nous serons là pour voir comment Dieu est un Dieu d’amour et que le jugement est parfaitement juste. Nous allons voir pourquoi certains sont sauvés et d’autres non. Nous allons ouvrir les livres du ciel. Sœur White exprime ce jugement que l’on nomme le jugement circonstanciel comme suite : « Au cours des mille ans qui s’écoulent entre la première et la seconde résurrection, a lieu le jugement des méchants. L’apôtre Paul parle de ce jugement comme devant suivre le retour du Seigneur. “C’est pourquoi ne jugez de rien avant le temps, jusqu’à ce que vienne le Seigneur, qui mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et qui manifestera les desseins des cœurs.” Daniel déclare que c’est au moment où l’Ancien des jours vient qu’il “donne droit aux saints du Très-Haut ”, alors que les justes règnent comme rois et sacrificateurs de Dieu. “Et je vis des trônes; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. … Ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans.” C’est alors que, selon la déclaration de Paul, “les saints jugeront le monde ”. Conjointement avec Jésus-Christ, ils jugent les méchants en comparant leur vie avec les préceptes du saint Livre, et se prononcent sur le cas de chacun. »[5]

Ce jugement durera 1000 ans, puis il viendra un dernier jugement. Celui de l’exécution du jugement final sur les méchants et Satan. Le jugement exécutif sera bref, mais sera aussi la fin du mal sur terre et de la restauration de la paix sur terre par la formation d’une nouvelle terre où règneront les animaux et les humains conjointement. Il nous a parlé de ce jugement dans Apocalypse 20 : 13-15 : « Et la mer rendit les morts qu’elle contenait; la mort et l’enfer rendirent aussi les morts qui y étaient, et chacun fut jugé selon ses œuvres. Et la mort et l’enfer furent jetés dans l’étang de feu; c’est la seconde mort. Et quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie, fut jeté dans l’étang de feu. » Ce jugement permettra de démontrer la méchanceté de Satan qui sera toujours présente jusqu’à sa destruction.

Pour ce qui est de nous, le plus important est de comprendre parfaitement la position de Christ au ciel et son travail. Il est présentement en jugement, plus particulièrement celui d’investigation envers nous. Nous devons accepter Christ, nous convertir et suivre sa loi en ayant l’amour du Père en nous.

 

[1] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/jugement/45112

[2] Ellen White, La Tragédie des Siècles, p.706

[3] J. N. Andrews, The Judgment, Its Events and Their Order, p.25

[4] Ellen White, La Tragédie des Siècles, p.524

[5] Ellen White, La Tragédie des Siècles, p.717

1 réflexion au sujet de “Les Trois Jugements”

  1. Pardon seigneur pardon….
    Change notre coeur de pierre en coeur de chair…rend nous semblable a toi……
    Tout est si difficile sur cette terre de fou!!!!
    Donne nous la force de s’oublier et de de te céder toute la place en ce temps de jugement. Merci pour ta patience infini et ton amour incomparable et TA JUSTICE!!
    Chantal

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !