Une Invitation Divine

panorama-austria-styria-wine-producing-country-old-HALYX8M
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Le titre a été choisi afin d’influencer votre choix, dans le but de vous pousser à quitter votre centre urbain. Dieu nous a créés libre, nous avons la liberté de répondre positivement ou négativement à son invitation. Une chose est certaine si nous voulons plaire à quelqu’un, nous devons l’écouter quand il nous parle, qu’il nous conseille et qu’il nous invite. Si Dieu nous invite, c’est qu’il nous attend à un endroit. Ce point de rendez-vous précis est à la campagne, dans les montagnes, loin des villes et des centres urbains, ou l’immoralité bloque notre sanctification.

Essayons de faire à l’image de ce ministère : « Lignes sur Ligne », des lignes du temps. La première concernera les serviteurs vaillants de l’Éternel qui ont œuvré dans le ministère évangélique, la seconde visera la racine de notre mouvement. La dernière concernera, bien entendu, notre époque actuelle.

Espérons que les deux premières lignes puissent nous motiver à répondre positivement à l’invitation de Dieu, et qu’Il nous facilite ce déménagement tout à fait essentiel.

Quitter les villes pour vivre en campagne est bénéfique pour la famille entière. Bien que nous soyons habitués à ce mode de vie, qui nous procure un confort sucré, elle est un poison violent pour l’âme du chrétien qui doit mener une vie sanctifiée. La vie à la campagne peut sembler amère, néanmoins, elle est un puissant remède qui contribue à sauver la vie contre le sucre qui nous empoisonne. L’Éternel nous donne ce conseil, parce qu’Il connaît d’avance toutes les conséquences que peut engendrer un poison mortel.

La servante du Seigneur dans Testimonies for the Church nous dit ceci : « Les parents s’entassent avec leur famille dans les grands centres urbains parce qu’ils s’imaginent que la vie y est plus facile qu’à la campagne. Les enfants qui n’ont rien à faire quand ils ne sont pas à l’école grandissent dans la rue. Par suite de mauvaises fréquentations, ils acquièrent des habitudes de vice et de désordre. Les parents s’en rendent compte, mais pour corriger leur erreur, ils devraient consentir à un sacrifice ; aussi restent-ils là où ils sont jusqu’à ce que Satan domine totalement sur leurs enfants. Mieux vaudrait tout sacrifier et renoncer à tous les avantages du monde que de mettre en péril les précieuses âmes qui nous sont confiées. —Testimonies for the Church 5:232 (1882). EMS1 151.3 »

La servante du Seigneur nous conseille de renoncer volontairement aux avantages du monde, qui mettent en péril notre âme si précieuse aux yeux de l’Éternel. Menons une vie de privations. C’est une illusion de penser que la vie est meilleure dans les villes. Laisser les villes, c’est mettre de côté les mauvaises habitudes, les vices, et le désordre.

La Bible nous a donné l’exemple de plusieurs serviteurs de Dieu qui nous ont tracé l’exemple en quittant les villes pour la campagne et les montagnes (loin des centres urbains, de mauvaises fréquentations et de lieux où la moralité est inexistante). La prise de cette décision judicieuse a été bénéfique spirituellement et moralement pour ces hommes et leur entourage.

Voici les hommes Dieu sur qui nous devrions prendre exemple en ces derniers temps. Il y a Hénoc, Élie, Jean-Baptiste, sans oublier le patriarche Abraham. Ces hommes sont des modèles pour nous, qui vivons à la fin de l’histoire de l’humanité. Il est primordial d’agir comme ils l’ont fait auparavant.

Les deux premiers (Hénoc & Élie) représentent ceux qui ne passeront pas par la mort et qui seront glorifiés à la seconde venue de Jésus-Christ, Fils littéral et engendré de Dieu. Jean-Baptiste représente ceux qui sont morts pour la cause du Christ.

Nous vous conseillons d’apprendre sur la vie de ces hommes, qui ont mis toute leur confiance en Dieu.

 

La première ligne

Genèse 5 : 24 « Hénoc marcha avec Dieu ; puis il ne fut plus, parce que Dieu le prit. »

2 Rois 2 nous raconte l’enlèvement au ciel de Élie.

Le chapitre 13 de Genèse nous trace la séparation d’Abraham d’avec son neveu Lot. Ce dernier a choisi la plaine. Référons-nous aux versets 12 et 13 : « Lot habita dans les villes de la plaine, et dressa ses tentes jusqu’à Sodome. 13. Les gens de Sodome étaient méchants, et de grands pécheurs contre l’Éternel. » Le verset 18 nous fait part du contraste, entre Lot et le patriarche. Il nous dit : « Abram leva ses tentes, et vint habiter parmi les chênes de Mamré, qui sont près d’Hébron. Et il bâtit là un autel à l’Éternel. »

Au temps d’Hénoc, et d’Abraham, le monde était pervers. La perversité dans le mal était abondante. Cependant, Hénoc a pris la ferme décision de marcher avec Dieu et de fuir l’iniquité et l’immoralité qui régnaient dans les villes. Abraham a fait la même chose en se réfugiant parmi les chênes de Mamré. Or, ces hommes de Dieu ne restaient pas isolés dans leurs coins reculés. De temps en temps, ils quittaient leur campagne pour aller travailler dans les villes, afin de gagner des âmes.

Lorsque l’iniquité abonde dans une nation, il y a toujours des voix qui se font entendre pour donner des avertissements et des directives. La voix d’homme comme Hénoc, avertissait et appelait les gens à la repentance.

Ces hommes de Dieu marchaient avec Lui. Ils n’ont jamais dans un milieu urbain corrompu par toutes sortes de violences et de perversités, comme il en fut pour Lot à Sodome. Ils ont fermé la porte à de multiples tentations qui risqueraient de submerger leur esprit et celui de leur entourage.

 

La deuxième ligne

Pour tracer la deuxième ligne, l’histoire du Mouvement adventiste sera utilisée.

En fouillant dans l’histoire de l’Adventisme, nous voyons que Dieu a choisi un homme pour annoncer un message prophétique destiné pour son époque. Cet homme s’appelait William Miller. Le chapitre 18 du livre de la Tragédie des Siècles nous présente ce réformateur et son rôle important dans la proclamation du retour du Christ.

L’introduction de ce chapitre nous fait comprendre que William Miller était un fermier au cœur honnête et droit.

L’Adventisme, ayant été un mouvement prophétique, avait un message de même nature à proclamer. Sa naissance eut lieu dans une ferme par un fermier qui avait une soif ardente de la Parole. Dieu dans son amour lui a fait grâce en donnant des vérités pertinentes et essentielles qui doivent être proclamées aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple (Apo. 14 : 6).

 

Notre époque

Puisque l’histoire se répète, aujourd’hui, Dieu nous appelle à agir comme Hénoc, Abraham, Élie et Jean-Baptiste. Par la connaissance de la vérité présente, et du message prophétique à proclamer, comme a fait William Miller, avant le retour en gloire de notre Sauveur Jésus-Christ. C’est notre devoir de quitter les villes corrompues pour aller en campagne et dans les montagnes, afin de maintenir une relation constante avec notre créateur et son Fils Jésus-Christ. — Et comme Hénoc, nous avons aussi la mission de nous rendre dans les villes régulièrement pour partager la vérité de l’heure.

Dans le livre Conseil aux Éducateurs aux parents et aux étudiants. Sr. White nous mentionne ceci : « Dans la mesure du possible, que le foyer soit à la campagne, où les enfants auront de l’espace pour cultiver. Qu’ils aient chacun un bout de terrain. En leur enseignant comment jardiner, comment préparer la terre avant le semis et combien il est nécessaire d’arracher les mauvaises herbes, montrez-leur combien il importe d’écarter de sa vie les habitudes nocives. Qu’ils apprennent à les ôter comme ils ôtent les mauvaises herbes de leur jardin. Ces leçons prendront du temps, mais cela en vaut la peine. » CEPE 103.1

Pour mettre fin à cet article, nous vous appelons à être les disciples de l’heure. Répondons positivement à l’invitation de l’Éternel.

Que le Seigneur vous bénisse et qu’il vous facilite ce déménagement.

N.B. : Cet article ne porte pas le nom: Vivre à la Campagne, parce que je n’ai aucune expérience en ce mode de vie. Je sais seulement que c’est le meilleur endroit pour vivre, parce que le conseille est divin.

1 réflexion au sujet de “Une Invitation Divine”

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !