« Son esprit, épuisé par l’agitation et la confusion de la ville surpeuplée, fatigué d’être associé à des hommes rusés et hypocrites, a trouvé le repos et la paix dans la société des ENFANTS INNOCENTS. Sa présence ne les a jamais repoussés. »[1]

Question : L’esprit des « enfants innocents » n’a pas été repoussé de la pureté du Christ […] alors, quel esprit doit être avec eux ?

« Plus humainement traités étaient ceux qui, sans armes et sans défense, tombant à genoux et se recommandant à Dieu, étaient fusillés de sang-froid. Des centaines de vieillards, de femmes inoffensives et d’enfants innocents, surpris en pleine assemblée, étaient laissés inanimés sur les lieux. »[2]

Question : Le Seigneur retirera-t-il l’accès à son royaume à une personne considérée comme un « enfant innocent » ?

« Hérode, qui massacra les innocents de Bethléhem en tentant de faire mourir le Roi d’Israël. »[3]

Question : Le Seigneur enverra-t-il des « enfants innocents » pour brûler avec des gens comme Hérode après les 1000 ans d’Apocalypse 20 ?

« Les hommes et les femmes n’ont pas le droit d’obéir à leurs impulsions, à une passion aveugle, dans leurs relations matrimoniales, et de donner au monde des êtres innocents qui pour diverses raisons ne trouveront que peu de joie, peu de bonheur dans une vie qui leur sera un fardeau. »[4]

Question : Quel genre d’enfants les personnes impulsives, aveugles et passionnées mettent-elles au monde ?

« C’est ainsi que leurs déficiences se sont perpétuées et que la malédiction de la pauvreté, de l’idiotie et de la dégradation a pesé sur leur postérité. Ces gens-là n’auraient pas dû se marier, ou du moins donner au monde d’innocentes créatures destinées à partager leur misère et à transmettre leurs propres déficiences, avec une misère croissante d’une génération à l’autre, cause principale de la dégénérescence de la race. »[5]

Question : Quel genre d’enfants les couples déficients, pauvres, imbéciles, mettent-ils au monde ?

« [Agrippa] a-t-il pensé à son arrière-grand-père Hérode et au massacre des ENFANTS INNOCENTS de Bethléem ? »[6]

« Ils ont rappelé le terrible massacre des ENFANTS INNOCENTS par le cruel Hérode dans l’espoir de détruire le roi d’Israël. » [7]

Question : Encore une fois, quel genre d’enfants ont été massacrés quand le Christ était jeune ?

« Vous connaissez ces commandements aussi bien que moi. J’aime ton âme et l’âme de ta femme et les âmes de tes ENFANTS INNOCENTS, et c’est pourquoi je m’adresse maintenant à toi. Réfléchis bien à la façon dont tes pieds se tendent. J’ai encore des choses à dire, mais pas maintenant. Voulez-vous bien me répondre, et me rendre la lettre contenant le rêve, comme je l’ai demandé. 

« Le vôtre avec beaucoup de peine, de pitié et d’amour. »[8]

Question : L’homme à qui on parle s’était égaré […] comment EGW se référait-il à ses enfants ?

« Nous avons aussi le Fr. R. et sa femme avec quatre enfants sans défense. Il fait de son mieux pour soutenir ses ENFANTS INNOCENTS, mais ils sont tout le temps dans le besoin. »[9]

Question : L’homme dont on parle est un frère fidèle avec quel genre d’enfants ?

« Satan a tenté les êtres humains à ignorer la loi du mariage comme une chose profane, mais en même temps il a ouvert la porte à l’indulgence de la passion humaine. C’est ainsi qu’ont vu le jour certains des plus grands maux qui maudissent notre monde : l’adultère, la fornication et le meurtre d’enfants INNOCENTS nés hors mariage. »[10]

Questions : Quel genre d’enfants sont tués alors qu’ils sont nés hors des liens sacrés du mariage ? Un bébé né hors mariage pourrait-il dire : « Voici, j’ai été façonné dans l’iniquité, et c’est dans le péché que ma mère m’a conçu ? » (Psaumes 51 : 5).

« Il est douloureux pour les esprits réfléchis de voir ainsi des ENFANTS INNOCENTS, ainsi que ceux d’âge mûr, habillés comme des victimes pour le sacrifice, afin de faire un étalage. »[11]

Question : Comment appelle-t-on les enfants lorsque leurs parents les habillent de façon inappropriée par temps froid ?

« Vous constaterez que les petits enfants seront de bons élèves, car ils ont l’esprit clair et peuvent reconnaître la vérité et la pureté des Écritures. Leurs pensées pittoresques éclateront de temps en temps comme des bourgeons au printemps, fraîches et originales

« Dieu aime les ENFANTS INNOCENTS. Si Jésus et les choses célestes sont liés et tissés dans leurs sentiments et leurs fantaisies, ils recevront sur les tablettes du cœur les leçons du ciel et de l’éternité. Personne ne peut recevoir le royaume des cieux si ce n’est avec l’ESPRIT D’UN PETIT ENFANT. »[12]

Question : Les enfants innocents sont-ils aptes à apprendre, à avoir l’esprit clair, à reconnaître la vérité et la pureté des Écritures ?

« Nous pensons que nous pouvons trouver un moyen de remédier à ce mal. En vous présentant cette question, je vous demande, à vous les mères, de donner à vos enfants une éducation adéquate. Il faut d’abord leur apprendre qu’ils ne peuvent pas avoir leur propre voie. Apprenez-leur dès le berceau que tous les stimulants doivent être bannis. Ils ne doivent pas être éduqués comme on le voit souvent à Bâle. Pendant que les serviteurs se promènent avec les enfants qui leur ont été confiés, on les voit souvent entrer dans les lieux où l’on peut boire du vin et de la bière, et ils donnent aux ENFANTS INNOCENTS ce qui, après des années, leur fera remplir les tombes des ivrognes. Ainsi, ils leur donnent une éducation qui pervertira leur appétit, et lorsqu’ils seront plus âgés, ils dépendront de ces stimulants. Peu à peu, ils sont dépassés et sont placés hors de portée de l’aide. »[13]

Question : Les influences du berceau affectent-elles la vie d’enfants innocents pour les conduire potentiellement dans la mauvaise direction dans les années qui suivent ?

« Nous allons maintenant parler d’un travail qui n’est pas terminé. En envoyant les enfants dans les écoles communes, les parents les soumettent à des influences démoralisantes qui corrompent la morale, des habitudes, des manières et des comportements. Ils sont, pour ainsi dire, nourris dans un repaire de voleurs, parmi les corrupteurs d’habitudes et de pratiques. Ils reçoivent une instruction d’un caractère tel qu’ils sont formés pour être des ennemis du Christ. Ils perdent de vue la vraie piété et la vertu. L’influence néfaste des garçons et des filles au cœur vil qui pratiquent les habitudes les plus dégradantes – des garçons et des filles qui sont experts vis-à-vis du péché – imprègne les écoles et a un pouvoir dégradant sur l’INNOCENCE DES ENFANTS. Et les enfants qui jouent dans la rue obtiennent également une formation et les parents apprendront parfois que cela mène à l’insouciance et à l’anarchie. »[14]

Question : L’éducation pieuse est importante, mais est-il primordial que les parents donnent à leurs enfants les meilleures influences dans leurs jeunes années pour les empêcher de corrompre la vraie piété et la vertu ?

« Les parents ont une accusation plus grave qu’ils ne l’imaginent. L’héritage des enfants est celui du péché. Le péché les a séparés de Dieu. Jésus a donné sa vie afin d’unir les liens brisés avec Dieu. Comme pour le premier Adam, les hommes ne reçoivent de lui que la culpabilité et la peine de la mort. Mais le Christ s’interpose et passe sur le sol où Adam est tombé, subissant toutes les épreuves en au nom de l’homme. Il rachète l’échec honteux et la chute d’Adam en sortant du procès sans ternir. Cela place l’homme en position avantageuse par rapport à Dieu. Il le place là où, à travers l’acceptation du Christ comme son Sauveur, il devient un participant de la nature divine. Ainsi, il devient connecté avec Dieu et le Christ. »[15]

Question : À la lumière de tout ce qui a été présenté de la Bible et d’EGW avant cela, pouvons-nous maintenant voir que, bien que les enfants aient été séparés de Dieu par le choix d’Adam, il leur a été donné un Sauveur pour qu’ils continuent d’être innocents jusqu’à ce qu’ils connaissent la différence entre le bien et le mal – ce qui leur donne le choix d’être sauvés ou perdus ?

Vous remarquerez que l’héritage n’est pas celui du péché, mais celui du péché – à travers leurs parents infidèles.

Dès qu’il y a eu péché, il y a eu un Sauveur.

« Si, avant la naissance de son enfant, elle est complaisante, égoïste, impatiente et exigeante, ces traits se refléteront dans la disposition de l’enfant. Ainsi, de nombreux enfants ont reçu comme droit de naissance des tendances presque incontrôlables au mal. Mais si la mère adhère inébranlablement à des principes justes, si elle est tempérée et renonce à elle-même, si elle est gentille, douce et désintéressée, elle peut donner à son enfant ces mêmes précieux traits de caractère. »[16]

[1] E. G. White, Gospel Worker, 1892, p.404

[2] E. G. White, La Tragédie des Siècles, p.292

[3] E.G. White, La Tragédie des Siècles, p.725

[4] E. G. White, Messages Choisis, vol.2, p.484

[5] E. G. White, Messages Choisis, vol.2, p.485

[6] E. G. White, Bible Commentary, vol.6, p.1066

[7] E. G. White, The Spirit of Prophecy, vol.2, p.34

[8] E. G. White, Testimonies, vol.5, p.628

[9] E. G. White, Welfare Ministry, p.331

[10] E. G. White, The Bible Echo, 28 Août 1899, par. 5

[11] E. G. White, Health Reformer, 1 Mars 1874, par. 9

[12] E. G. White, Letter 26, 1879 par. 3-4

[13] E. G. White, Manuscript 26, 1887, par. 12

[14] E. G. White, Manuscript 129a, 1901, par. 1

[15] E. G. White, Letter 68, 1899, par. 15

[16] E. G. White, The Adventist Home, p.256