La Grace révélée dans l’Ancien Testament, Partie 1

thankful-businessman-with-open-arms-at-the-field-PEBDRQD
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Lorsque de nombreuses personnes pensent aux concepts de grâce et d’obéissance, elles associent l’obéissance à l’Ancien Testament et la grâce au Nouveau Testament. Cependant, la grâce n’est pas une question exclusivement néo-testamentaire, pas plus que l’obéissance n’est une question exclusivement antique.

Lorsque nous pensons à la grâce, Éphésiens 2:8, 9 peut nous venir à l’esprit.

« Car vous êtes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi; et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu; Ce n’est point par les oeuvres, afin que personne ne se glorifie. Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour les bonnes oeuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous y marchions. »

La Bible est claire sur le fait que le salut ne vient pas par les œuvres. Les Écritures enseignent que nous sommes sauvés par la grâce, par la foi.

Quand on pense à l’obéissance, de tels textes peuvent se détacher :

« Mais Jérémie répondit: On ne te livrera pas. Je te prie, écoute la voix de l’Éternel dans ce que je te dis, afin que tu t’en trouves bien et que ton âme vive. » (Jérémie 38 : 20)

« Vous suivrez l’Éternel votre Dieu, vous le craindrez, vous garderez ses commandements, vous obéirez à sa voix, vous le servirez et vous vous attacherez à lui. » (Deutéronome 13 : 4)

Si la grâce est souvent associée au Nouveau Testament et l’obéissance à l’Ancien Testament, la vérité est, cher lecteur, qu’il y a beaucoup de grâce dans l’Ancien Testament et beaucoup d’obéissance dans le Nouveau Testament également.

Dans cette étude, la première d’une série en deux parties, nous examinerons le concept de grâce tel qu’il est révélé dans l’Ancien Testament. Dans la deuxième partie, nous examinerons l’obéissance dans le Nouveau Testament.

Les concepts de grâce et d’obéissance sont parfois présentés par certains ecclésiastiques comme étant opposés l’un à l’autre, mais ils ne sont pas l’antithèse l’un de l’autre. En fait, ils sont complémentaires.

J’ai commencé le programme de lecture de la Bible/Jésus-Christ, mentionné à la page 20 de ce numéro. Je vous encourage à suivre ce programme également ! Au cours de mes premières lectures, je suis tombé sur ce joyau qui énonce un principe essentiel :

« L’idée d’après laquelle un homme peut se sauver par ses œuvres se trouvait à la base de toutes les religions païennes; cette idée, dont Satan est l’auteur, s’était maintenant introduite dans la religion juive. Partout où elle s’établit, elle renverse les digues qui s’opposent à l’envahissement du péché. » (E. G. White, Jésus-Christ, p.27)

Le principe selon lequel l’homme peut se sauver par ses propres œuvres est à la base de toute religion païenne. La religion peut être le bouddhisme, l’hindouisme ou l’islam, mais le principe est le même : le salut par les œuvres humaines. Pourquoi Satan essaie-t-il si vigoureusement de pousser cette erreur ? C’est parce que, peu importe où elle est présente, les hommes n’ont aucune barrière contre le péché ! Voici la seule chose que nous essayons d’éviter : le péché. Nous essayons d’échapper au péché, mais si nous pensons que par nos propres œuvres nous pouvons vaincre le péché, nous scellons notre malheur pour continuer à pécher ! Incroyable.

De plus, si nous nous accrochons au principe de salut de soi, nous avons cessé d’être de vrais chrétiens et, au lieu de cela, nous sommes devenus des païens.

Ellen White, écrivant sur la grâce, a noté :

« La grâce est une faveur non méritée. Les anges, qui ne savent rien du péché, ne comprennent pas ce que c’est que d’avoir la grâce exercée à leur égard ; mais notre péché appelle l’exercice de la grâce d’un Dieu miséricordieux. C’est la grâce qui a envoyé notre Sauveur pour nous chercher comme des égarés et nous ramener au bercail. » (E. G. White, The Signs of the Times, December 19, 1892, par.2)

Une faveur non méritée ! Nous n’avons rien fait pour la mériter ou la gagner. C’est notre besoin qui exige que Dieu nous accorde cette faveur. C’est une faveur que les anges loyaux ne connaissent pas et ne peuvent pas connaître. C’est une chose qu’ils ne peuvent pas comprendre par expérience.

Quelqu’un a dit que la grâce est la richesse de Dieu aux dépens du Christ. Alors que nous pensons que la grâce est gratuite pour nous, et elle l’est, elle n’était pas gratuite pour Dieu. Pour l’humanité, la grâce a terriblement coûté à Dieu, et il a fallu que le Christ, sur la croix, donne sa vie pour fournir la grâce à l’humanité.

Ellen White a écrit sur l’appréciation que nous devrions avoir pour le sacrifice de Dieu et du Christ de cette façon :

« Nous avons des raisons de remercier sans cesse Dieu que le Christ, par sa parfaite obéissance, ait reconquis le ciel qu’Adam avait perdu par sa désobéissance. » (E. G. White, The Signs of the Times, May 19, 1890, par. 8, tous les accents dans cet article sont fournis)

Remarquez l’expression « obéissance parfaite ». Jésus a payé le prix de l’obéissance parfaite et, selon Philippiens 2 : 8, cela a amené Jésus à « la mort de la croix ».

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !