Prier pour la Nation ?, Partie 1

international-flags-of-the-world-united-nations-fl-QGT89BK
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Emanuel Cleaver II, membre du Congrès de Kansas City, a fait l’actualité lorsqu’il a prononcé la prière d’ouverture du 117e Congrès des États-Unis. Cleaver est un ministre ordonné, qui a déjà été le pasteur de l’église méthodiste unie St. James à Kansas City, dans le Missouri. Je souhaite relever quelques éléments de sa prière, qu’il a appelé une prière d’unité. Il a prié :

« Dieu éternel…

« Maintenant, que le Dieu qui a créé le monde et tout ce qu’il contient nous bénisse et nous garde. Que le Seigneur fasse briller sa face sur nous et qu’il nous fasse grâce. Que le Seigneur lève sur nous la lumière de sa face et qu’il nous donne la paix [Nombres 6:24-26] – la paix dans nos familles, la paix à travers ce pays et j’ose demander, Seigneur, la paix même dans cette Chambre, maintenant et pour toujours. Nous le demandons au nom du Dieu monothéiste et de Brahma et du Dieu connu sous de nombreux noms par de nombreuses confessions différentes.

« Amen, et une woman (femme).[1] »

La plupart des chrétiens savent que le mot amen n’est pas un mot de genre. Ce n’est pas parce qu’un mot ou un nom contient les lettres m-a-n ou m-e-n qu’il est masculin. Par exemple, les mots manuscrit, manifeste, mental, et même le nom Emmanuel ne sont pas de genre à cause de leur orthographe. Amen vient du mot hébreu אָמֵן (amen) et signifie vérité ou véracité. Sur les trente fois où il est utilisé dans l’Ancien Testament, il n’est traduit que trois fois. Il est généralement simplement translittéré amen. Ce mot est utilisé, par exemple, dans le Psaume 89 : 53 :

« Béni soit l’Éternel à toujours! Amen, oui, amen! »

Ici amen est utilisé pour affirmer la véracité, ou vérité, de la première partie du verset. Amen a été passé au grec et, comme en hébreu, il signifie véracité ou vérité. Par exemple :

« En vérité, en vérité je vous le dis: Celui qui croit en moi a la vie éternelle. »[2]

Ici, le mot grec ἀμήν (amēn) est traduit par vérité. Du grec, le mot est passé au latin, puis à la langue anglaise.

Le membre du Congrès Cleaver a pris une correction sur la fin de sa prière. Il a noté :

« Trois cent mille personnes sont mortes du COVID, et certaines personnes s’inquiètent parce que j’ai utilisé deux mots – une femme. C’est ahurissant. »[3]

KCTV5 a poursuivi :

« Cleaver a déclaré à KCTV5 que sa phrase « une femme » n’était qu’un jeu de mots léger, compte tenu du nombre record de femmes au Congrès.

Avec un tel degré de parité et d’inclusion au sein du Congrès, le Congrès le plus diversifié de l’histoire, j’ai terminé ma prière en disant « une femme », a-t-il déclaré. »[4]

Dieu trouve très offensante une prière conçue pour être un jeu de mots, surtout lorsqu’elle est prononcée dans l’une des plus hautes chambres de notre gouvernement. Cela ne doit pas être pris à la légère.

Il est intéressant de noter que la députée Nancy Pelosi a présenté un nouveau règlement de la Chambre, qui, selon elle, aidera l’organe à devenir plus inclusif. Un ensemble de quarante-cinq pages supprime toute mention des pronoms et termes spécifiques au genre, tels qu’homme, femme, mère et fils, entre autres. Nous vivons une époque grave et folle.

Passons maintenant au deuxième point de la prière. Le député Cleaver a adressé sa prière au Dieu éternel. Il l’a défini comme celui qui a créé le monde et tout ce qu’il contient. Puis il a donné une paraphrase de la bénédiction Aaronique de Nombres 6 : 24-26, donc il a dû prier au Dieu chrétien, n’est-ce pas ? Cleaver est un ministre méthodiste ordonné, et il a appelé Dieu le Dieu monothéiste dans sa prière, mais il a terminé sa prière en appelant Dieu Brahma et Dieu connu sous de nombreux noms par de nombreuses confessions différentes. Je ne pourrais jamais m’incliner et me joindre à la prière devant un tel dieu et vous non plus, si vous êtes un croyant de la Bible et de ses enseignements sur Dieu et Jésus.

Il y a un seul Dieu, mais ce n’est pas le dieu du bouddhisme, de l’hindouisme, de l’islam ou d’une autre fausse religion. Il est un seul Dieu, avec une seule foi, pas plusieurs. Jésus a dit :

« Et j’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie; il faut aussi que je les amène; et elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau et un seul berger. »[5]

Jésus dit qu’il y a un seul bercail. Il n’y a pas de nombreux berceaux dans lesquels Dieu est « connu sous de nombreux noms par de nombreuses croyances différentes » (Cleaver, Congressional Record). En outre, Paul écrit :

« Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême; Un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et par tous, et en vous tous. »[6]

« Toutefois, nous n’avons qu’un seul Dieu, le Père, duquel procèdent toutes choses, et nous sommes pour lui; et un seul Seigneur, Jésus-Christ, par lequel sont toutes choses, et nous sommes par lui. »[7]

Selon les écritures de la vérité, le Dieu unique est le Père, et non Brahma ou toute autre fausse divinité.

Alors que Dieu mentionne les noms de faux dieux, tels que Moloch, Baal, Nabû, Tammuz, Mercure et Diane dans la Bible, Dieu note également :

« Vous prendrez garde à tout ce que je vous ai dit. Vous ne ferez point mention du nom des dieux étrangers; on ne l’entendra point sortir de ta bouche. »[8]

Quand nous lisons la Bible et quand nous avons des lectures publiques de la Bible, comment devons-nous comprendre Exode 23 : 13 parce que Dieu mentionne plusieurs fausses divinités par leur nom dans la Bible. Josué a la clé pour nous aider :

« Ne vous mêlez point avec ces nations qui sont restées parmi vous; ne prononcez point le nom de leurs dieux, et ne l’employez point en jurant; ne les servez point, et ne vous prosternez point devant eux. »[9]

Ce commandement doit faire référence au fait de jurer par eux et de les adorer ou de les louer. Prier comme l’a fait Cleaver est une abomination pour Dieu, et cela doit être dit clairement.

Considérons également que si Cleaver a prié pour le Congrès et pour la démocratie, il n’a jamais prié spécifiquement pour les États-Unis, notre pays. Peut-être s’agissait-il d’un simple oubli. Il ne pouvait pas savoir ce qui allait se passer deux jours plus tard, lorsque le Capitole des États-Unis a été pris d’assaut par des manifestants. Peut-être pensait-il qu’il priait pour le pays, quand il priait pour la démocratie, mais cela nous amène à une considération.

Dans Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21, Jésus a donné des signes de sa venue et de la fin du monde. Une partie qui a été terriblement négligée se trouve dans Luc 21 : 24 :

« Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis. »[10]

Nous acceptons les chapitres de Matthieu 24 et de Marc 13 comme une prophétie littérale. Donc, pouvons-nous prendre ce verset de Luc comme littéral et si non, pourquoi ?

Dans cette prophétie, Jésus parle de Jérusalem, la ville littérale. Plus tôt, Jésus a dit :

« Lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, sachez alors que sa désolation est proche. »[11]

Nous relions Luc 21 : 20 comme parallèle à Matthieu 24 : 15, qui déclare :

« C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le[12] prophète Daniel, établie en lieu saint, que celui qui lit fasse attention ! »

Nous n’interprétons pas Jérusalem dans ce verset comme quelque chose de symbolique, mais plutôt comme la ville littérale. Cette prophétie s’est réalisée lorsque, en 66 après J.-C., Cestius Gallus a tenté de prendre Jérusalem et a échoué. Il se retira, et la voie fut ouverte aux chrétiens pour fuir la ville, ce qu’ils firent, se rendant dans la région de Pérée.

Mais que s’est-il passé ensuite ? En 70 après J.-C., Titus, fils de l’empereur Vespasien, a assiégé la ville de Jérusalem et, à partir de ce moment, la ville de Jérusalem est restée aux mains des Gentils jusqu’en 1967.

Le mot grec que nous traduisons Gentil est issu de ἔθνος (ethnos), d’où vient notre mot français ethnie. Il signifie « nations ».

 

 

Si ethnos est traduit par Gentils quatre-vingt-treize fois, il est également traduit par nation(s) soixante-quatre fois, païen(s) cinq fois, et peuple deux fois. (Voir le graphique de traduction ci-dessus.) Par exemple :

« Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre. »[13]

Dans l’esprit des Juifs, il n’y avait que deux catégories de personnes les Juifs (les croyants au vrai Dieu) et les nations. Il y avait les Juifs et puis tous les autres peuples du monde en tant que nations ; ainsi, Luc 21 : 24 pourrait être traduit par :

Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, et seront emmenés captifs dans toutes les nations ; Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis. »

La version de la New Century Version (Bible du Nouveau Siècle) déclare :

« Ils seront tués par l’épée et emmenés comme prisonniers dans toutes les nations. Jérusalem sera écrasée par des non-Juifs jusqu’à ce que leur temps soit écoulé. »[14]

Ici, les traducteurs ont saisi le sens du mot ethnos tel que les Juifs l’auraient compris.

De 70 à 1967, Jérusalem a été foulée aux pieds par les nations, les non-Juifs. Les Romains ont été les premiers, suivis par les musulmans, puis les croisades, les Turcs, les Britanniques et, enfin, les Jordaniens.

En 1967, malgré les appels d’Israël à la neutralité de la Jordanie pendant la guerre des Six Jours, la Jordanie, qui avait conclu un accord de défense avec l’Égypte le 30 mai de cette année-là, a attaqué Jérusalem-Ouest, tenue par les Israéliens, dès le deuxième jour de la guerre. Quel a été le résultat ? Après de furieux combats rapprochés entre soldats israéliens et jordaniens sur le Mont du Temple, les Forces de défense israéliennes ont capturé Jérusalem-Est, ainsi que toute la Cisjordanie. Le 27 juin, trois semaines après la fin de la guerre, dans le cadre de la réunification de Jérusalem, Israël étend sa loi et sa juridiction à Jérusalem-Est (la vieille ville).

En juillet 1980, Israël a adopté une loi déclarant que Jérusalem était la capitale complète et unie d’Israël. Le 6 décembre 2017, le président des États-Unis Donald Trump a officiellement reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël et a annoncé en même temps son intention de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem. Le 14 mai 2018, les États-Unis ont officiellement déplacé l’emplacement de leur ambassade à Jérusalem.

Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement que les temps des nations, ou des corporations, sont terminés. Ils ont été jugés dans les balances du sanctuaire céleste. Au Jour des Expiations, il y avait un protocole, une procédure, qui devait être strictement suivie. On faisait d’abord une expiation pour le lieu très saint, puis une expiation pour le lieu saint et, enfin, une expiation pour les individus.

Il est intéressant de noter qu’une offrande pour le péché n’était jamais apportée dans le lieu très saint pendant l’année. Pourquoi, alors, une expiation était-elle nécessaire pour le lieu très saint ? Dans le lieu très saint se trouvait la gloire de la Shekinah. C’était la présence de Dieu. Elle représentait son trône sur terre. Lorsque Satan s’est rebellé contre Dieu, il a entraîné un tiers des anges célestes dans sa rébellion. Paul écrit :

« Il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. »[15]

Dans la partie 2, Pasteur Allen pourra continuer avec le sujet de cette prophétie révélé dans Luc au sujet des Nations et d’Israël.

 

[1] Emanuel Cleaver II, Congressional Record, Vol. 167, No. 1; https://www.congress.gov/117/crec/2021/01/03/CREC-2021-01-03-pt1-PgH1.pdf; all emphasis supplied, unless otherwise noted.

[2] Jean 6 : 47, OST.

[3] Emanuel Cleaver II; https://www.kctv5.com/news/local_news/congressman-cleaver-explains-ending-prayer-with-amen-a-woman/article_cf0f6724-4eeb-11eb-9335-b776dc374c34.html.

[4] Ibid.

[5] Jean 10 : 16, OST.

[6] Éphésiens 4 : 5, 6, OST.

[7] 1 Corinthiens 8 : 6, OST.

[8] Exode 23 : 13, OST.

[9] Josué 23 : 7, OST.

[10] Luc 21 : 24, OST.

[11] Luc 21 : 20, OST.

[12] Matthieu 24 : 15, OST.

[13] Matthieu 24 : 7, OST.

[14] Luc 21 : 24, NCV.

[15] Colossiens 1 : 20, OST.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !