La Grace révélée dans l’Ancien Testament, Partie 2

thankful-businessman-with-open-arms-at-the-field-PEBDRQD
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

          La grâce de Dieu se manifeste dans sa volonté de pardonner

Une autre façon pour Dieu de montrer sa grâce est sa volonté de pardonner le péché. Dieu, à travers Esaïe, dit :

« Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme injuste ses pensées; et qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, et à notre Dieu, car il pardonne abondamment. » (Ésaïe 55 : 7)

Dieu fait tout ce qu’il peut pour faciliter la venue du rebelle à lui.

Daniel, dans sa prière passionnée pour le peuple de Dieu, a dit :

« Les compassions et les pardons sont au Seigneur notre Dieu, car nous nous sommes rebellés contre lui. Nous n’avons point écouté la voix de l’Éternel notre Dieu pour marcher suivant ses lois, qu’il avait mises devant nous par le moyen de ses serviteurs les prophètes. » (Daniel 9 : 9, 10)

Remarquez que ce n’est pas simplement la compassion (au singulier) mais les compassions (au pluriel) qui appartiennent à Dieu. Ce n’est pas simplement le pardon (singulier) mais les pardons (pluriel) qui appartiennent à Dieu.

Dieu, à travers Michée, déclare son caractère et sa miséricorde dans sa volonté de pardonner les péchés.

« Qui est le Dieu semblable à toi, qui pardonne l’iniquité, et qui passe par-dessus le péché du reste de son héritage? Il ne garde pas à toujours sa colère, car il se plaît à faire miséricorde. Il aura encore compassion de nous, il mettra sous ses pieds nos iniquités. Tu jetteras tous leurs péchés au fond de la mer. Tu feras voir à Jacob ta fidélité, et à Abraham ta miséricorde, comme tu l’as juré à nos pères, dès les temps anciens. » (Michée 7 : 18-20)

Dans l’océan Pacifique, entre Guam et les Philippines, se trouve la fosse des Mariannes. Il s’agit d’un canyon qui atteint une profondeur de 10 916 mètres (35 814 pieds). Il est si profond que si le Mont Everest était placé dans la tranchée, son sommet serait encore à plus d’un mille (environ 2 km) sous l’eau. Cette cavité dans le fond de l’océan fait plus de 40 miles de large, et seule une petite poignée d’hommes a même été proche du fond de cette tranchée. Personne n’a encore plongé dans la partie la plus profonde. En raison de sa miséricorde et de sa grâce, Dieu dit qu’il va jeter tous nos péchés dans les profondeurs de la mer, symbole d’un lieu inaccessible.

 

          La grâce de Dieu manifestée en sa faveur et sa disposition

Lorsque Dieu nous montre sa faveur et qu’il pourvoit à nos besoins, c’est par grâce.

N’oubliez pas que la grâce est une faveur non méritée. Bien que cette étude porte sur la présence de la grâce dans l’Ancien Testament, il ne faut pas manquer ici un aperçu des écrits de Paul :

« Or, si c’est par grâce, ce n’est plus par les œuvres; autrement la grâce ne serait plus une grâce; au contraire, si c’est par les œuvres, ce n’est plus par la grâce; autrement les œuvres ne seraient plus des œuvres. » (Romains 11 : 6)

Dieu a choisi et sauvé son peuple par la grâce, et non par les choses qu’il a faites. Si nous pouvions devenir le peuple de Dieu par ce que nous avons fait, alors le don de la grâce de Dieu ne serait pas vraiment un don et ne pourrait pas être une grâce.

 

          Dieu a fait connaître sa grâce aux individus

Tout au long de la Bible et en particulier dans l’Ancien Testament, nous avons des exemples d’individus qui ont été couverts sous la couche de la grâce. Leur vie n’était pas bonne et était même mauvaise, et pourtant Dieu a accordé la grâce. Pensez à Jacob. Par une grande fausseté, il avait trompé son frère Ésaü du droit d’aînesse en mentant à son père, Isaac. Cependant, Dieu avait encore de la pitié pour Jacob. Bien qu’il ait passé de nombreuses années loin de la maison et qu’il ne reverra plus jamais sa mère, qui avait comploté avec lui dans sa malhonnêteté, Dieu a accordé à Jacob la grâce et lui a permis de revenir :

« Puis Jacob dit: Dieu de mon père Abraham, et Dieu de mon père Isaac! Éternel, qui m’as dit: Retourne en ton pays, et vers ta parenté, et je te ferai du bien; Je suis trop petit pour toutes les faveurs et pour toute la fidélité dont tu as usé envers ton serviteur; car j’ai passé le Jourdain avec mon bâton, et maintenant je forme deux camps. » (Genèse 32 : 9, 10)

Jacob a reconnu qu’il n’était pas digne de la moindre des miséricordes de Dieu, et pourtant c’est cette repentance et l’acceptation de son indignité qui ont permis d’appliquer la grâce de Dieu à sa vie.

Alors que Jacob revenait de Mésopotamie et se préparait à rencontrer Ésaü, il est allé prier et a eu une rencontre personnelle avec le Christ. Par cette grâce, Jacob est passé du statut de tricheur à celui de prince, qui l’emporte sur Dieu et est un vainqueur. Ainsi, Jacob est devenu Israël.

Un autre grand personnage de l’Ancien Testament qui a reçu la grâce a été Joseph :

« Et le maître de Joseph le prit, et le mit dans la forteresse, lieu où les prisonniers du roi étaient enfermés. Il fut donc là dans la forteresse. Mais l’Éternel fut avec Joseph, et il étendit sa bonté sur lui, et lui fit trouver grâce aux yeux du commandant de la forteresse. » (Genèse 39 : 20, 21)

La femme de Potiphar avait faussement accusé Joseph d’infidélité, mais Potiphar connaissait l’intégrité de Joseph et savait qu’il ne ferait jamais ce dont il était accusé. Pour tenter de sauver sa réputation, il mit Joseph en prison, mais Yahvé était avec Joseph et lui fit grâce aux yeux du gardien de la prison. Par cette grâce, Joseph devint plus tard le premier ministre de l’Égypte.

Moïse doit certainement être pris en considération, lorsque nous pensons aux personnes dignes de l’Ancien Testament qui ont reçu la grâce. Moïse a décidé qu’il pouvait tuer un Égyptien et commencer l’émancipation du peuple de Dieu par sa propre force et sa sagesse. Cette erreur lui fit fuir l’Égypte, mais Dieu eut pitié de Moïse et, des années plus tard, Moïse demanda :

« Maintenant donc, je te prie, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, fais-moi connaître tes voies; que je te connaisse, afin que je trouve grâce à tes yeux; considère aussi que cette nation est ton peuple. » (Exode 33 : 13)

Dieu répondit :

« Et l’Éternel dit: Ma face ira, et je te donnerai du repos. » (Exode 33 : 14)

Un roi qui a certainement reçu la grâce lors d’une maladie mortelle était Ézéchias.

« En ce temps-là, Ézéchias fut malade à la mort; et le prophète Ésaïe, fils d’Amots, vint vers lui, et lui dit: Ainsi a dit l’Éternel: Mets ordre à ta maison; car tu vas mourir, et tu ne vivras plus. Alors Ézéchias tourna son visage contre la muraille, et pria l’Éternel; Et il dit: O Éternel, souviens-toi que j’ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de coeur, et que j’ai fait ce qui est agréable à tes yeux! Et Ézéchias répandit beaucoup de larmes. » (2 Rois 20 : 1-3)

Dieu a envoyé Esaïe avec le message qu’il donnerait à Ézéchias quinze ans de plus, et il lui a dit de prendre des figues et de les mettre sur l’abcès d’Ézéchias.

Le roi aurait pu rappeler des directives aussi simples que celles-ci. Il était atteint d’une maladie mortelle. L’infection due à son abcès s’était probablement répandue et menaçait de lui ôter la vie rapidement. Dans le cas d’Ézéchias, la maladie avait cependant atteint un stade où aucun remède ordinaire ne pouvait lui être administré. Le roi aurait pu penser que le Seigneur devait faire quelque chose d’extraordinaire pour lui sauver la vie, mais lorsque les instructions ont été données pour l’emploi d’un simple organisme de soins, elles ont été suivies, et le roi a été guéri. L’homme peut ne pas comprendre les raisons des voies du Seigneur, mais c’est toujours la part de sagesse que de prêter attention à ses ordres.

Il y a là une autre. La présentation d’un cas de guérison divine n’exclut pas l’utilisation de remèdes naturels. L’emploi de tels moyens ne révèle pas un manque de foi. Il est de notre devoir, après la présentation d’une demande de guérison, de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soulager la souffrance et arrêter la maladie par des moyens naturels.

« J’ai vu tant de choses aller jusqu’à l’extrême, en priant pour les malades, que j’ai senti que cette partie de notre expérience nécessite une réflexion solide et sanctifiée, de peur que nous ne fassions des mouvements que nous pourrions appeler foi, mais qui ne sont en réalité rien de moins que de la présomption. Les personnes épuisées par la maladie doivent être conseillées avec sagesse, afin qu’elles puissent se déplacer discrètement ; et si elles se placent devant Dieu pour bénéficier de la prière en vue de leur guérison, elles ne doivent pas adopter la position selon laquelle les méthodes de rétablissement de la santé conformément aux lois de la nature doivent être négligées.

« S’ils adoptent la position qu’en priant pour la guérison, ils ne doivent pas utiliser les simples remèdes fournis par Dieu pour soulager la douleur et aider la nature dans son travail, de peur que cela ne soit un déni de foi, ils adoptent une position peu judicieuse. Il ne s’agit pas d’un déni de foi, mais d’une stricte harmonie avec les plans de Dieu. Quand Ézéchias était malade, le prophète de Dieu lui a apporté le message qu’il devait mourir. Il a crié au Seigneur, et le Seigneur a entendu son serviteur et a fait un miracle en son nom, lui envoyant un message selon lequel quinze ans devraient être ajoutés à sa vie. Maintenant, une seule parole de Dieu, une seule touche du doigt divin, aurait guéri Ézéchias instantanément, mais des instructions spéciales ont été données pour prendre une figue et la déposer sur la partie affectée, et Ézéchias a été relevé à la vie. Dans tout ce que nous devons faire, nous devons suivre la voie de la providence de Dieu. » (E. G. White, Counsels on Health, p.381.1, 2)

Pour en revenir à Ézéchias, il voulait un signe pour que le Seigneur permette au cadran solaire de reculer de dix degrés, ce qui aurait été l’équivalent d’une vingtaine de minutes, et c’était suffisant pour voir pour ceux qui voulaient croire et être convaincus, et pourtant ce n’était pas assez prononcé pour ceux qui voulaient douter. Dieu fonctionne souvent comme ça. Il permet à ceux qui veulent douter d’avoir « un moyen pour accrocher leurs doutes » (E. G. White, Letters and Manuscripts, vol. 3, Lt 16, 1880, par. 4).

Ézéchias n’est pas la seule personne à avoir vu le cadran solaire reculer. C’était un phénomène mondial, et le roi de Babylone et ses astronomes l’ont également vu se produire. La nouvelle de la guérison du roi de Juda se répandit rapidement à Babylone, et le roi de Babylone envoya donc des ambassadeurs pour féliciter Ézéchias. Au lieu de donner à Dieu toute la gloire, Ézéchias a montré à ces ambassadeurs sa richesse et les richesses du royaume. Quel est le commentaire inspiré sur Ézéchias ?

« En ces jours-là, Ézéchias fut malade à la mort, et pria l’Éternel, qui l’exauça et lui accorda un prodige. Mais Ézéchias ne fut pas reconnaissant du bienfait qu’il avait reçu; car son cœur s’éleva, et il y eut de l’indignation contre lui, et contre Juda et Jérusalem. » (2 Chroniques 32 : 24, 25)

Ce texte dit que le cœur de Ézéchias a été élevé. Pourtant, dans deux Rois, Ézéchias a prié, disant qu’il avait un cœur parfait. Il semble y avoir une différence ici. Les deux récits sont vrais. 2 Rois enregistre avec précision la prière d’Ézéchias. Il a dit, en effet, « Éternel, souviens-toi que j’ai marché devant ta face avec fidélité et intégrité de cœur. » (2 Rois 20 : 3). Il est vrai que c’est ce qu’Ézéchias a prié, mais le commentaire divin dit que son cœur a été élevé. Ézéchias ne connaissait pas son propre cœur. Il aurait bien fait de comprendre ce que Jérémie allait écrire plus tard :

« Le cœur est trompeur par-dessus tout, et désespérément malin; qui le connaîtra ? » (Jérémie 17 : 9)

Le fait est que nous ne pouvons pas connaître notre propre cœur. Ézéchias ne connaissait pas son propre cœur. Il pensait qu’il avait une merveilleuse marche avec le Seigneur. Il pensait que tout était bon. C’était un Laodicéen parfait, mais quand l’épreuve lui est arrivée, il a échoué ; pourtant, Dieu, dans sa bonté et dans sa grâce, a eu pitié d’Ézéchias.

« Mais Ézéchias s’humilia de l’élévation de son cœur, lui et les habitants de Jérusalem, et l’indignation de l’Éternel ne vint pas sur eux pendant la vie d’Ézéchias. » (2 Chroniques 32 : 26)

Dans la dernière partie, nous allons voir l’aide divine apportée à Ézéchias et ce que nous devons en tirer d’Ézéchias. De plus, nous allons voir d’autre personnage biblique à propos de la grâce qu’ils ont reçus de Dieu.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !