Une Prière pour la Nation, Partie 2

international-flags-of-the-world-united-nations-fl-QGT89BK
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Voici la deuxième partie d’une prière pour la nation.

L’apôtre nous parle de choses dans le ciel qui devaient être réconciliées. Satan et ses anges ont été chassés, et seuls les anges qui n’avaient pas péché sont restés dans le ciel. Ils n’avaient pas péché ; ils n’avaient donc pas besoin d’expiation au titre du pardon, mais il y avait encore un doute dans l’esprit de certains des anges loyaux qui devait être dissipé.

« Satan avait accusé Dieu d’exiger l’abnégation des anges, alors qu’il ne savait pas lui-même ce que cela signifiait, et qu’il ne voulait pas lui-même se sacrifier pour les autres. C’est l’accusation que Satan a portée contre Dieu dans le ciel ; et après que le malin ait été expulsé du ciel, il a continuellement accusé le Seigneur d’exiger un service qu’il ne voulait pas rendre lui-même. Le Christ est venu dans le monde pour répondre à ces fausses accusations et pour révéler le Père. »[1]

Le seul péché qui était apporté dans le lieu saint était une offrande faite soit pour le péché du grand prêtre, soit pour un péché collectif, dans lequel toute la congrégation, ou nation, d’Israël avait péché. Le sang de l’offrande pour le pécheur individuel n’était jamais apporté dans le tabernacle, mais était administré sur l’autel d’airain dans la cour.

Le fait est que, à l’exception du grand prêtre, le péché collectif devait être traité avant les péchés individuels du peuple. Puisque l’Église adventiste du septième jour est un corps corporatif (non pas dans le sens d’un corps juridique, ce qu’elle est, mais dans le sens d’un corpus ou d’un corps de personnes, voire d’une nation comme Israël était une nation), elle doit faire partie de ces nations ou groupes jugés au temps des Gentils ou des nations. Comment se comporterait l’Église adventiste du septième jour dans un tel jugement ?

En 1967, l’Église adventiste du septième jour a, pour la première fois, été représentée au sein de la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises.

En 1980, lors de la session de la Conférence générale à Dallas, au Texas, la personne morale, la nation des adventistes du septième jour, a officiellement accepté le faux dieu de la trinité dans son culte.

Ainsi, en rapport avec ces deux dates pivotantes modernes concernant Jérusalem (1967 et 1980), le corps corporatif adventiste a démontré qu’on ne pouvait plus lui faire confiance avec la vérité qui lui avait été confiée.

Alors que la clôture de cette période approche, en 1979, le président Jimmy Carter accueille le pape Jean-Paul II à la Maison Blanche. Depuis, le pape François, le 24 septembre 2015, s’est adressé au Congrès des États-Unis !

Lorsque Jésus a prononcé le discours qui est rapporté dans Matthieu 24, Marc 13 et Luc 21, il a donné plusieurs parties à la prophétie, et le temps des nations, ou des Gentils, était la dernière partie de la prophétie en soi. En gardant cela à l’esprit, nous devons examiner attentivement ce que Jésus a voulu dire en terminant son discours :

« Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive. Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. »[2]

Qu’est-ce que Jésus a pu vouloir dire par là ? Il a donné des séries de signes, comme l’encerclement de Jérusalem. Ceux qui ont assisté à l’encerclement de Jérusalem ont également vu la destruction de Jérusalem.

 

 

Il y avait aussi des signes concernant le soleil, la lune et les étoiles. Ceux qui ont vu les signes du jour noir et la chute des étoiles faisaient partie de la génération qui a vécu pour voir le début du Jour des Expiations.

 

 

À la fin, il y a le signe du retour de Jérusalem aux mains des Juifs, et la génération qui voit cela verra aussi le retour de Jésus.

 

 

Ellen White a parlé de la venue du Christ et l’a reliée à Jérusalem et au vingt-et-unième chapitre de Luc. Dans une lettre écrite à John Harvey Kellogg le 28 janvier 1901, elle écrit :

« Dans le vingt-et-unième chapitre de Luc, le Christ a prédit ce qui devait arriver à Jérusalem, et il a relié à cela les scènes qui devaient se dérouler dans l’histoire de ce monde juste avant la venue du Fils de l’homme sur les nuées du ciel avec puissance et grande gloire. »[3]

Pourquoi Ellen White a-t-elle spécifiquement mentionné le vingt-et-unième chapitre de Luc ? Il y a des récits dans Matthieu et Marc sur Jérusalem et la seconde venue, mais qu’est-ce qui est différent dans Luc concernant Jérusalem ? Une et une seule chose : les temps des Gentils.

Moins d’une décennie avant cela, Ellen White a écrit :

« Le temps de l’épreuve est à nos portes, car le grand cri du troisième ange a déjà commencé par la révélation de la justice du Christ, le Rédempteur qui pardonne les péchés. C’est le début de la lumière de l’ange dont la gloire remplira toute la terre. »[4]

Dieu se préparait à agir et à terminer les événements sur la terre. Il commençait à déverser la pluie de l’arrière-saison. Il est intéressant de noter que peu de temps après, du 29 au 31 août 1897, le premier État juif a été proposé au Congrès sioniste de Bâle, en Suisse. Dieu préparait la fin, mais, malheureusement, le grand cri fut rejeté et coupé.

Dans une lettre à Percy T. Magan, datée du 7 décembre 1901, Ellen White écrit :

« Il se peut que nous devions rester dans ce monde à cause de notre insubordination pendant de nombreuses années encore, comme l’ont fait les enfants d’Israël ; mais pour l’amour du Christ, son peuple ne devrait pas ajouter le péché au péché en chargeant Dieu des conséquences de sa propre mauvaise conduite. »[5]

C’était il y a plus d’un siècle. Dans notre génération, Dieu est en train de faire bouger les choses à nouveau, et cette fois nous verrons les choses se terminer, car la prophétie de Luc 21 : 24 n’est pas future pour nous, comme elle l’était pour nos pionniers, mais elle est, en fait, passée ! La parole de Dieu ne peut être brisée. Cette génération a vu le dernier des signes donnés par Jésus ; nous verrons donc la seconde venue du Christ.

Certains peuvent trouver cela difficile à croire ou souhaiter le classer dans la catégorie de ceux qui fixent les temps. Nous ne fixons pas de temps ici. Il n’y a pas de temps spécifique pour la seconde venue, seulement qu’elle est proche, au sein de la génération qui a vu le dernier des signes. C’est exactement ce que Jésus a dit. Il n’y avait pas de prophétie indiquant quand Jérusalem serait restituée aux mains des Juifs, mais l’histoire nous dit que cela s’est produit.

Pour plus de preuves, veuillez considérer les témoignages suivants :

« Après que la vérité aura été proclamée comme un témoignage à toutes les nations, toutes les puissances imaginables du mal seront mises en action, et les esprits seront confondus par de nombreuses voix criant : « Voici le Christ, voici qu’il est là. C’est la vérité, j’ai le message de Dieu, il m’a envoyé avec une grande lumière. » Il y aura alors une suppression des repères, et une tentative d’abattre les piliers de notre foi. Un effort plus décidé sera fait pour exalter le faux Sabbat, et pour jeter le mépris sur Dieu lui-même en supplantant le jour qu’il a béni et sanctifié. Ce faux sabbat sera imposé par une loi oppressive. Satan et ses anges sont bien éveillés et intensément actifs, travaillant avec énergie et persévérance par le biais d’instruments humains pour atteindre son but d’effacer de l’esprit des hommes la connaissance de Dieu. Mais pendant que Satan opère avec ses prodiges mensongers, le temps s’accomplira, prédit dans l’Apocalypse, et l’ange puissant qui illuminera la terre de sa gloire, proclamera la chute de Babylone, et appellera le peuple de Dieu à l’abandonner. »[6]

Remarquez qu’Ellen White commence par déclarer que c’est « après que la vérité ait été proclamée comme un témoignage à toutes les nations » que certains événements doivent se produire. Beaucoup proclameront : J’ai le message de Dieu. Il m’a envoyé avec une grande lumière. S’il vous plaît, arrêtez-vous et considérez, à l’intérieur de l’adventisme, combien de ministères et de groupes indépendants ont surgi après 1980, « après que la vérité ait été proclamée comme un témoignage à toutes les nations », qui prétendent avoir la vérité.

« Il y aura alors une suppression des points de repère, et une tentative de démolir les piliers de notre foi. »[7]

Maintenant, je demande à toute personne qui a même la connaissance d’un débutant concernant l’histoire et les événements adventistes, particulièrement depuis la crise de Kellogg, s’il y a eu une suppression des repères et une tentative de démolir les piliers de notre foi. Très certainement, c’est le cas ; par conséquent, le temps de proclamer la vérité pour les nations en tant que corps corporatifs est terminé.

Mais Dieu s’occupe-t-il vraiment des personnes morales ? Ne traite-t-il pas simplement avec les gens en tant qu’individus ? Remarquez ce que nous lisons à propos des Amorites :

« Et l’Éternel dit à Abram: Sache que ta postérité sera étrangère dans un pays qui ne lui appartiendra point, et qu’elle en servira les habitants, et qu’ils l’opprimeront pendant quatre cents ans. Mais je jugerai aussi la nation à laquelle tes descendants seront asservis; et ensuite ils sortiront avec de grandes richesses. Et toi, tu t’en iras en paix vers tes pères, tu seras enseveli dans une heureuse vieillesse. Et à la quatrième génération ils reviendront ici; car l’iniquité de l’Amoréen n’est pas encore à son comble. »[8]

Puis, dans les Témoignages, nous lisons :

« Sur les Amorites, le Seigneur a dit : « A la quatrième génération, ils reviendront ici, car l’iniquité des Amorites n’est pas encore complète ». Bien que cette nation se soit fait remarquer par son idolâtrie et sa corruption, elle n’avait pas encore rempli la coupe de son iniquité, et Dieu ne donnerait pas l’ordre de la détruire complètement. Le peuple devait voir la puissance divine se manifester d’une manière marquée, afin qu’il soit laissé sans excuse. Le Créateur compatissant était disposé à supporter leur iniquité jusqu’à la quatrième génération. Ensuite, si aucun changement n’était constaté, ses jugements devaient s’abattre sur eux. »[9]

Nous voyons que Dieu a certainement traité les Amorites en tant que nation, mais Dieu change-t-il ? Est-il le même Dieu aujourd’hui ? Nous lisons dans les deux paragraphes suivants de ce témoignage :

« Avec une précision infaillible, l’Infini tient toujours un compte avec toutes les nations. Tant que Sa miséricorde est offerte avec des appels au repentir, ce compte reste ouvert ; mais lorsque les chiffres atteignent un certain montant que Dieu a fixé, le ministère de Sa colère commence. Le compte est clos. La patience divine cesse. Il n’y a plus de plaidoyer de miséricorde en leur faveur.

« Le prophète, regardant à travers les âges, avait ce temps présenté devant sa vision. Les nations de ce siècle ont été les bénéficiaires de miséricordes sans précédent. Les plus belles bénédictions du ciel leur ont été accordées, mais l’orgueil croissant, la convoitise, l’idolâtrie, le mépris de Dieu et la basse ingratitude sont écrits contre elles. Ils sont en train de fermer leur compte avec Dieu. »[10]

En 1882, Ellen White a écrit que les nations « clôturaient rapidement leur compte ». C’était il y a cent trente-neuf ans ! D’ailleurs, les chiffres des autres nations et personnes morales, comme l’Église adventiste du septième jour, ont-ils atteint le même seuil que Dieu a fixé ? La réponse pour l’adventisme n’est pas difficile à trouver. Y a-t-il eu une suppression des repères et une tentative de démolir les piliers de notre foi ? Si c’est le cas, alors la vérité a été proclamée comme un témoignage à toutes les nations, au moins en tant que personnes morales et nations, et leurs temps sont terminés.

Bien que les Écritures nous ordonnent de prier pour les dirigeants, la prière de Salomon arrive trop tard pour les États-Unis d’Amérique et pour d’autres personnes morales :

« Et que mon peuple, sur lequel mon nom est invoqué, s’humilie, prie, et cherche ma face, et qu’il se détourne de ses mauvaises voies, alors je l’exaucerai des cieux, je pardonnerai ses péchés, et je guérirai son pays. »[11]

Qu’est-ce qui doit encore se produire, selon la prophétie biblique ? La loi oppressive de la papauté exigeant l’observation du dimanche et l’accomplissement de Daniel 11 : 45.

« Il dressera les tentes de son palais entre les mers, vers la montagne glorieuse et sainte. Puis il viendra à sa fin, et personne ne lui donnera de secours. »[12]

Il est question du roi du nord qui implante, ou établit, des tabernacles, des demeures temporaires, dans la glorieuse montagne sainte qui se trouve entre les mers. Certains ont essayé d’interpréter les États-Unis comme la glorieuse terre sainte, mais laissons l’Écriture répondre au lieu de conjectures et de suppositions. Dans la prière de Daniel, il a dit :

« Seigneur, que selon toutes tes justices, ta colère et ton indignation se détournent de ta ville de Jérusalem, de ta montagne sainte; car, à cause de nos péchés et à cause des iniquités de nos pères, Jérusalem et ton peuple sont en opprobre à tous ceux qui nous entourent. »[13]

Remarquez que c’est Jérusalem qui est la montagne sainte de Dieu, et que géographiquement elle se trouve entre la mer Méditerranée, à l’ouest, et la mer Morte, à l’est. Paul nous dit de ne pas « nous étonner, car Satan lui-même se transforme en ange de lumière » (2 Corinthiens 11 : 14). Plus loin, nous lisons :

« Pour couronner le grand drame de la tromperie, Satan lui-même incarnera le Christ. L’Église a longtemps professé qu’elle attendait l’avènement du Sauveur comme l’aboutissement de ses espoirs. Maintenant, le grand séducteur fera croire que le Christ est venu. Dans différentes parties de la terre, Satan se manifestera parmi les hommes sous la forme d’un être majestueux, d’un éclat éblouissant, ressemblant à la description du Fils de Dieu donnée par Jean dans l’Apocalypse. Apocalypse 1:13-15. La gloire qui l’entoure est inégalée par tout ce que les yeux des mortels ont encore pu voir. Le cri de triomphe retentit dans les airs : « Le Christ est venu ! Le Christ est venu ! » Le peuple se prosterne en adoration devant lui, tandis qu’il lève les mains et prononce une bénédiction sur eux, comme le Christ a béni ses disciples lorsqu’il était sur la terre. Sa voix est douce et discrète, mais pleine de mélodie. Sur des tons doux et compatissants, il présente quelques-unes des mêmes vérités gracieuses et célestes que le Sauveur a prononcées ; il guérit les malades du monde, puis, dans son rôle de Christ, il prétend avoir changé le sabbat en dimanche, et ordonne à tous de sanctifier le jour qu’il a béni. Il déclare que ceux qui persistent à sanctifier le septième jour blasphèment son nom en refusant d’écouter ses anges qui leur sont envoyés avec la lumière et la vérité. C’est l’illusion forte, presque dominante. Comme les Samaritains qui furent trompés par Simon le Magicien, les multitudes, du plus petit au plus grand, prêtent attention à ces sorcelleries, en disant : C’est là « la grande puissance de Dieu ». Actes 8 : 10. »[14]

Où Satan personnifiera-t-il le Christ pour la première fois ? L’inspiration ne nous le dit pas spécifiquement, mais Jérusalem est considérée comme une ville sainte par le judaïsme, l’islam et le christianisme. C’est là que se trouvera le « représentant spécial de Satan – l’évêque de Rome » (Ibid., p. 50.2). Nous ne devons pas négliger de veiller !

Dans l’article de suivi de cette étude, nous discuterons des implications pour l’Église adventiste du septième jour et de la ligne de conduite que Dieu a maintenant pour son peuple, mais d’abord je veux vous parler de Tammie Jo Bonnell. Tammie est née le 2 novembre 1961 et a grandi dans un ranch près de Tularosa, au Nouveau-Mexique, près du parc national de White Sands. C’est important car entre Tularosa et le White Sands National Park se trouve la base aérienne de Holloman. Enfant, Tammie Jo regardait les avions à réaction s’entraîner à des manœuvres dans le ciel au-dessus de chez elle. L’observation de ces manœuvres et la lecture de l’histoire d’un pilote missionnaire, Nate Saint, lui ont donné envie de devenir pilote. Pendant sa dernière année de lycée, elle a étudié la possibilité de faire carrière dans l’aviation, mais on lui a dit qu’il n’y avait pas de femmes pilotes professionnelles. Alors qu’elle était à l’université MidAmerica Nazarene, elle a rencontré une femme qui s’était qualifiée comme pilote pour l’armée de l’air des États-Unis, et Tammie a décidé de voir si l’armée de l’air accepterait sa demande de service. Après avoir été refusée par l’armée de l’air, elle a décidé d’essayer la marine, tout en faisant des études supérieures à la Western New Mexico University.

Tammie a été acceptée dans la marine et a appris à piloter des F -18A Hornets, mais, en raison des politiques de l’époque, elle n’a pas été autorisée à voler au combat. Ainsi, pendant la tempête du désert, elle a volé en tant que pilote d’entraînement, formant d’autres personnes à faire ce que la marine ne lui permettait pas de faire.

Après avoir quitté la marine, Tammie Jo a rejoint Southwest Airlines en tant que pilote, volant à temps partiel huit à dix jours par mois, afin de pouvoir également élever une famille, car elle avait épousé un autre aviateur de la marine, Dean Shults.

Le 17 avril 2018, Tammie Jo Shults était le commandant de bord du vol 1380 de Southwest entre New York et Dallas. Peu après le décollage, une pale de la turbine du moteur du Boeing 737 s’est rompue, et des débris volants ont endommagé le moteur, l’aile gauche et le côté gauche du fuselage, y compris une fenêtre latérale. L’endommagement de la fenêtre a provoqué la décompression de l’avion. Malheureusement, le passager assis près de la fenêtre a été partiellement aspiré par la fenêtre et son décès a été constaté à l’hôpital.

La cabine s’est remplie de fumée et, au début, Tammie ne pouvait même pas voir les indicateurs de l’avion, mais Tammie s’est appuyée sur sa foi et sur ses années d’entraînement intensif en tant qu’ancien aviateur de la marine pour prendre le contrôle du Boeing 737.

Shults effectue une descente d’urgence et atterrit à Philadelphie. Ses actions, son comportement calme et sa compétence pendant l’urgence sont devenus célèbres. Même Chesley Sullenberger a noté la grande compétence dont elle a fait preuve. À un moment donné, sachant que les passagers pensaient que l’avion allait s’écraser, elle a annoncé : « Nous ne descendons pas, nous allons à Philadelphie. »

Shults a écrit un livre sur le vol 1380 de Southwest Airlines, intitulé Nerves of Steel. Dans une interview, elle a déclaré :

« Je me souviens avoir pensé : bonne nouvelle, mauvaise nouvelle, et la mauvaise nouvelle, c’est que je ne pensais pas que tout resterait sur l’avion pour que nous puissions le poser au sol. Et cela m’a amené à me demander si… ce serait le jour où je rencontrerais mon Créateur. Et c’est là que je me suis arrêtée – la précipitation s’est arrêtée – et j’ai eu un moment de calme parce que j’ai réalisé que je ne rencontrerais pas un étranger, que je le rencontre tous les jours et c’est là que je me suis éloignée avec un calme dans mon cœur. »[15]

Le calme dans la crise que Tammie a eu, vous pouvez l’avoir aussi, si vous rencontrez Dieu chaque jour et le connaissez comme un ami. Bien que nous vivions des temps troublés, Dieu est toujours un refuge et une force pour tous ceux qui ont confiance en lui. Alors que nous attendons que les derniers mouvements s’accomplissent, nous pouvons aussi faire confiance à celui que nous rencontrons chaque jour, car il n’est pas un étranger pour nous.

 

[1] Ellen White, The Review & Herald, 18 février 1890, par. 2.

[2] Luc 21 : 32, 33, OST.

[3] Ellen White, 16LtMs, Lt 20, 1901, par. 32 ; voir aussi Counsels to Writers and Editors, p.23.3.

[4] Ellen White, The Review and Herald, 22 novembre 1892, par. 7.

[5] Ellen White, 16LtMs, Lt 184, 1901, par. 17 ; voir aussi Maranatha, p.19.4.

[6] Ellen White, The Review and Herald, 13 décembre 1892, par. 2.

[7] Ibid.

[8] Genèse 15 : 13-16, OST.

[9] Ellen White, Testimonies for the Church, vol. 5, p. 208.1.

[10] Ibid., par. 2, 3 ; 1882.

[11] 2 Chroniques 7 : 14, OST.

[12] Daniel 11 : 45, OST.

[13] Daniel 9 : 16, OST.

[14] E. G. White, The Great Controversy, p.624.2.

[15] Tammie Jo Shults, https://www.youtube.com/wsatch?v=RjJXxurSZ8o.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !