COVID-19 : Nutrition et exercice

sport-life-concept-T9MSYYR
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Lors de la pandémie de grippe de 1918, ce n’est pas seulement l’hydrothérapie qui a apporté un changement, la nutrition et les huit remèdes naturels ont également joué un rôle dans l’obtention de bons résultats. Il existe un concept de stress oxydatif. Il s’agit d’un déséquilibre entre les oxydants et les antioxydants, lorsque l’organisme est exposé à des stimuli négatifs. Ce que nous voulons faire, c’est bien optimiser le système immunitaire pour le stress. Non seulement les événements qui se produisent avant la venue du Christ soumettent les gens à un stress, mais il existe également des organismes avec lesquels les gens entrent en contact et qui soumettent le corps à un stress. De même, le battage médiatique autour du COVID-19 stresse les gens, et tout cela affecte le système immunitaire. Ça le met à l’épreuve. Or, si la cellule n’a pas la capacité de combattre le stress oxydatif, elle s’use et peut mourir. Votre corps est composé de toutes sortes de cellules différentes. Il y a des cellules de cheveux sur le sommet de votre tête, des cellules cérébrales à l’intérieur de votre cerveau, des cellules du muscle cardiaque, des cellules musculaires dans vos bras et vos jambes, des cellules qui ont à voir avec le système digestif, et diverses autres cellules, et toutes ces cellules doivent combattre le stress oxydatif lorsque le corps est soumis à un stress.

 

         Espèces réactives de l’oxygène (ERO)

Ces espèces entraînent une modification des mitochondries. La mitochondrie dans la cellule fabrique des protéines. Ces espèces oxydantes peuvent entraîner des dommages mitochondriaux, une induction auto-immune, une signalisation pro-inflammatoire, une hyper-sécrétion de mucus, une constriction bronchique, des dommages à l’ADN, une mort cellulaire, un remodelage tissulaire, un dysfonctionnement musculaire, une altération de la fonction phagocytaire et une altération de la fonction stéroïdienne. Vous ne savez peut-être pas à quoi correspondent tous ces termes, mais ils ont tous un rapport avec les dommages causés à la cellule et à sa fonction. Une fois que l’accumulation de ERO dépasse l’élimination de l’oxyde, l’équilibre entre le système oxydatif et le système antioxydant est rompu, ce qui entraîne l’aggravation des neutrophiles, des infiltrats inflammatoires, l’augmentation des sécrétions de protéase et l’accumulation des intermédiaires d’oxydation, provoquant finalement des dommages tissulaires, une réponse inflammatoire et la mort cellulaire.

En termes simples, si la cellule contient trop d’oxydants et pas assez d’antioxydants, elle ne peut pas fonctionner et le résultat final est la mort cellulaire. Pratiquement toutes les maladies connues sont liées au stress oxydatif.

 

         Vitamines antioxydantes

Il existe des vitamines antioxydantes, mais il est préférable de puiser nos antioxydants dans les aliments que nous mangeons et de ne pas prendre de compléments, sauf en cas de carence avérée. Le Human Nutrition Laboratory du Maryland a classé les légumes en fonction de leur capacité antioxydante : le numéro 1 est l’ail, le numéro 2 le chou frisé, le numéro 3 les épinards, le numéro 4 les choux de Bruxelles, le numéro 5 les fleurs de brocoli, le numéro 6 les betteraves, le numéro 7 le poivron rouge, le numéro 8 l’oignon, le numéro 9 le maïs et le numéro 10 l’aubergine. Si vous n’avez aucune allergie à l’un de ces légumes, c’est une bonne idée d’en consommer au moins une fois par semaine.

 

         L’Ail

Des études en double aveugle ont été réalisées sur l’ail. Un essai aléatoire avec placebo visant à étudier les maladies virales sur une période d’un an a montré que le groupe qui prenait de l’ail présentait une réduction de 60 % du nombre de maladies virales. S’ils ont contracté une maladie virale, ils ont été infectés pendant moins de jours et ont eu moins de jours d’arrêt de travail. Si le groupe de l’ail a eu un rhume, il s’est rétabli plus rapidement, ne souffrant que de 1,5 jour d’arrêt de travail contre 5 jours pour le groupe placebo.

 

         Fruits riches en antioxydants

Les fruits les plus riches en antioxydants sont les suivants : myrtilles (1), mûres (2), fraises (3), framboises (4), prunes (5), oranges (6), raisins rouges (7), cerises (8), kiwis (9) et pamplemousses roses (10). Vous ne consommerez peut-être pas tous ces aliments quotidiennement, mais si vous pouviez les alterner et les consommer au moins une fois par semaine, cela serait bénéfique pour votre santé.

 

         Régime riche en graisses

D’autre part, il a été démontré qu’un régime riche en graisses modifie la composition microbienne des intestins en augmentant le rapport entre Firmicutes et Bactéroïdes. Or, il y a dans les intestins des bactéries amies et des bactéries ennemies, et il y a un rapport entre les deux. Un régime riche en graisses le fait pencher vers les mauvais micro-organismes qui causent la maladie. Ce qui se passe, c’est qu’il y a un changement dans la perméabilité de l’intestin. Il existe un syndrome appelé « leaky gut syndrome ». En d’autres termes, les aliments ne sont pas très bien absorbés, et vous avez beaucoup de diarrhée, ce qui entraîne une malnutrition et une mauvaise absorption. Il augmente les niveaux de lipopolysaccharides, ce qui peut induire une maladie inflammatoire systémique. L’intestin fait partie du système immunitaire. Il a beaucoup à voir avec votre système immunitaire, et ce que vous mangez influence votre système immunitaire. Tout commence dans la zone intestinale.

Un régime riche en graisses induit des modifications de la microflore intestinale, qui ont été associées à une surexpansion de la perméabilité aux endotoxines et à la promotion de la translocation de bactéries gram-négatives vivantes à travers la muqueuse intestinale vers la circulation et le tissu adipeux mésentérique. En gros, cela signifie que vous avez des bactéries amies et des bactéries ennemies, et que lorsque vous suivez un régime riche en graisses et surtout en viande et en protéines animales, la quantité de bonnes et de mauvaises bactéries est modifiée. Il y a plus de mauvaises bactéries, et vous êtes plus sensible aux maladies. Si vous mangez davantage des légumes et des fruits mentionnés précédemment, vous aurez une flore bactérienne plus saine dans votre intestin et votre système immunitaire sera plus sain.

 

         Les Probiotiques

 

Les fires alimentaires sont un substrat pour les microbes intestinaux, et une faible consommation de fibres alimentaires entraîne une réduction des niveaux d’acides gras à chaîne courte. L’association entre une faible consommation de fibres et une fonction pulmonaire réduite a été décrite par la National Health and Nutrition Examination Survey, qui a débuté dans les années 1960 et se poursuit encore aujourd’hui. Une augmentation de la consommation de fibres alimentaires a été associée à une diminution de 40 à 50 % des décès liés à des problèmes respiratoires. La consommation de fibres solubles diminue l’inflammation des voies respiratoires et améliore la fonction pulmonaire chez les sujets asthmatiques. Il est très important de consommer les bonnes fibres. Quelle quantité de fibres une personne consomme-t-elle dans le cadre d’un régime riche en viande ? La réponse est zéro.

 

Le Zinc

Le zinc est un autre nutriment important. Il agit comme cofacteur pour de nombreuses enzymes importantes impliquées dans le bon fonctionnement du système de défense antioxydant, et il réduit également l’inflammation. Le zinc protège les cellules contre les dommages oxydatifs. Le zinc agit dans la stabilisation des membranes, en partie en supprimant le cuivre. Le zinc induit la synthèse des métallothionéines, qui sont des protéines efficaces pour réduire les radicaux hydroxyles et séquestrer les espèces réactives de l’oxygène dans les situations de stress. Le zinc est très important dans votre alimentation. Un manque de zinc rend presque impossible la lutte contre les infections, tant virales que bactériennes.

De multiples études fournissent des preuves solides du rôle de l’oxyde de zinc dans la protection contre le stress oxydatif dans plusieurs maladies. Le zinc supprime ou stoppe la réplication de plusieurs virus. De multiples méta-analyses et analyses groupées d’essais contrôlés aléatoires ont montré que les suppléments oraux de zinc réduisent de 35 % l’incidence des infections respiratoires, raccourcissent d’environ deux jours la durée des symptômes grippaux et améliorent le taux de guérison.

Il existe des aliments qui contiennent du zinc. Les mesures suivantes correspondent à ce que l’on trouve dans une tasse de chacun de ces aliments : Pois à œil noir-2,2 mg, graines de chanvre-9 mg, graines de citrouille-6 mg, pignons de pin-6 mg, noix de cajou-6 mg, graines de tournesol-6 mg, noix de pécan-6 mg, graines de chia ou de lin-3 mg, noix du Brésil ou amandes-3 mg. Il n’est pas nécessaire de consommer une tasse entière de ces aliments pour en tirer un bénéfice.

 

         La Mélatonine

La mélatonine est un puissant antioxydant. Six milligrammes par jour diminuent la tempête de cytokines. Une tempête de cytokines se produit lorsque vous êtes soumis à des stimuli dus au stress ou à une infection. La mélatonine peut être augmentée par une habitude de se coucher tôt et de se lever tôt. Le tryptophane est important pour la production de mélatonine. On trouve du tryptophane dans les pois à œil noir, les noix noires, les amandes, les graines de sésame, la farine de gluten, les graines de citrouille grillées et le tofu. Les aliments également riches en mélatonine sont l’orge, les bananes, les tomates, le gingembre, le riz, le maïs, l’avoine, les canneberges et les pistaches.

 

         L’Exercice physique et le stress oxydatif

Un exercice vigoureux entraîne la production de radicaux libres. Cinq minutes d’exercice vigoureux endommagent l’ADN. Les marathoniens présentent des dommages importants à l’ADN de toutes les cellules immunitaires, des cellules tueuses naturelles, des neutrophiles et des macrophages du système immunitaire inné. Un exercice modéré et moins vigoureux peut être sain. La superoxyde dismutase extracellulaire est induite par l’exercice d’endurance dans la réduction du stress oxydatif dans divers tissus. À mon avis, le meilleur exercice est une marche rapide pendant au moins trente à soixante minutes par jour ou deux fois par jour. Le jogging peut être plus modéré. On dit qu’il faut faire monter son rythme cardiaque jusqu’à un certain point, mais on peut le faire en marchant d’un bon pas, et cela a moins de dommages sur les articulations. Si vous faites du jogging, surtout sur une surface dure, les articulations sont mises à rude épreuve, et les principales articulations – les hanches, les genoux et même les chevilles – s’usent à force de jogging répété.

 

         Épigénétique

Il existe un tel concept de modification du mode de vie dans les gènes. En épigénétique, si vous adhérez aux huit remèdes naturels, il n’y a pas de modification des cellules codées par les gènes, mais il y a une modification de l’expression des gènes. Vous pouvez hériter du gène d’une certaine maladie, et le mode de vie peut modifier l’expression de ce gène, et vous n’aurez jamais à contracter cette maladie. Les deux parents peuvent être diabétiques et vous transmettre ce gène, et si vous utilisez tous les remèdes naturels, vous n’aurez peut-être jamais de diabète, et il en va de même pour plusieurs autres maladies courantes.

 

         COVID-19

Des études ont maintenant montré que le coronavirus se fixe sur l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) et peut provoquer des modifications de l’épithélium vasculaire. Les reins surveillent en permanence le niveau de votre tension artérielle. Si votre tension artérielle est basse ou si le système dit qu’elle est basse alors qu’elle ne l’est pas vraiment, il libère une enzyme qui convertit l’angiotensinogène, qui est produit par le foie, et qui se transforme en angiotensine 1, puis dans divers autres tissus, et l’un d’eux est celui qui se transforme en angiotensine 2 par une enzyme de conversion. C’est à cette enzyme de conversion, qui se trouve dans les poumons, que le coronavirus s’attache, puis il altère la paroi du système vasculaire, et c’est là que l’on observe une grande partie des infiltrats dans les poumons et le syndrome de détresse respiratoire aiguë. Les modifications de l’épithélium vasculaire varient selon que la personne se trouve du côté du stress oxydatif ou du côté antioxydatif de la chimie du corps. Ainsi, une personne qui subit moins de stress oxydatif, qui a une bonne alimentation et qui observe les huit remèdes naturels, aura moins de problèmes avec l’épithélium vasculaire et le système de coagulation de l’organisme lorsqu’elle sera infectée par le coronavirus.

Un apport calorique excessif provenant d’un régime riche en glucides ou en lipides entraîne l’entrée d’un plus grand nombre de substrats dans la respiration mitochondriale. Par la suite, le nombre d’électrons donnés à la chaîne de transport d’électrons peut augmenter lorsque le seuil de tension est atteint, les électrons supplémentaires peuvent être donnés à l’oxygène moléculaire, ce qui produit des niveaux élevés de superoxyde. En termes simples, un bon régime alimentaire qui n’est ni un apport calorique élevé, ni un régime riche en glucides ou en graisses vous mettra du côté des antioxydants et vous serez en mesure de survivre au défi du coronavirus, si jamais il se présente.

 

         Conclusion

Les recherches disponibles suggèrent fortement qu’un régime alimentaire riche en glucides et en protéines animales produit des espèces réactives de l’oxygène (ERO) et conduit ensuite au stress oxydatif. Les meilleurs conseils alimentaires pour la prévention et la gestion de l’obésité et d’autres troubles métaboliques consistent à remplacer les glucides raffinés par des céréales complètes, à augmenter la consommation de fruits et de légumes, à remplacer les graisses totales et saturées par des acides gras monoinsaturés (AGMI) et à consommer une quantité modérée de calories dans le but ultime de maintenir un poids idéal. Les acides gras monoinsaturés sont présents dans l’huile d’olive et l’huile d’avocat. Ceux-ci sont plus souhaitables que les autres types d’huile.

L’exercice doit être léger à modéré et non vigoureux. De courtes séances plusieurs fois par jour sont plus idéales.

Question posée au Dr Waite : quel est le meilleur exercice pour une personne en fauteuil roulant ?

Réponse – Pour ceux qui ont l’usage des extrémités supérieures, il existe des roues de bicyclette à utiliser avec les bras. C’est comme un vélo pour vos mains au lieu de vos pieds. Les personnes qui utilisent un fauteuil roulant manuel peuvent en fait avoir des muscles très robustes dans les bras. Certaines personnes en fauteuil roulant absorbent des calories supplémentaires et obtiennent des tissus adipeux supplémentaires dans la zone abdominale, ce qui leur confère le même risque de maladie cardiaque. Ces personnes ont plus de maladies cardiaques que les personnes qui n’ont pas de graisse dans la zone abdominale. Des études ont montré ce point.

Question posée au Dr. Waite : le séchage ou la cuisson affectent-ils les niveaux d’antioxydants dans les aliments ?

Réponse – Le séchage ne le fait généralement pas. Le séchage consiste en fait à déshydrater le légume ou le fruit. La cuisson altère les enzymes et enlève une partie de la valeur nutritive. Vous devez donc éviter, autant que possible, de trop cuire les légumes. Il se peut que vous deviez les réchauffer, mais vous ne devez pas trop cuire un légume, car vous perdez sa valeur nutritive. Les légumes frais sont meilleurs que les surgelés.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !