Le sommeil, la maîtrise de soi et le COVID-19

time-to-sleep-E9G5H9K
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Problèmes de sommeil

La privation de sommeil affecte la mémoire, la cognition, la motivation, et les effets sont aggravés lorsqu’elle est de longue durée. Les adolescents ont tendance à s’endormir plus tard et à se lever plus tard. Les personnes âgées ont tendance à s’endormir plus tôt et à se lever plus tôt. Des recherches ont montré que les problèmes de sommeil chez les adolescents constituent un facteur de risque majeur de pensées suicidaires et de décès par suicide, qui se classe au troisième rang des causes de décès chez les hommes et les femmes âgés de 15 à 24 ans. Ce lien entre le sommeil et les pensées suicidaires reste fort, que l’adolescent soit déprimé ou qu’il ait des problèmes de drogue ou d’alcool.

 

Prévalence

La prévalence globale des symptômes de l’insomnie varie de 30 à 48 % chez les personnes âgées. L’insomnie est souvent classée selon la prédominance de la difficulté à s’endormir ou à maintenir le sommeil. Les symptômes de maintien du sommeil sont les plus fréquents chez les personnes souffrant d’insomnie (50 à 80 %), suivis par la difficulté à initier le sommeil (35 à 60 %). Quelle quantité de sommeil doit-on avoir chaque nuit ? Cela dépend de l’âge : Les 14-17 ans ont besoin de 8 à 10 heures, les 18-25 ans de 7 à 9 heures, les 26-64 ans de 7 à 9 heures et les 65 ans et plus de 7 à 8 heures par nuit.

 

Qualité du sommeil

Il existe plusieurs phases de sommeil. Il y a le sommeil à mouvements oculaires rapides et aussi quatre phases. Le sommeil delta, ou à ondes lentes, survient au cours des premières heures de sommeil et constitue les troisième et quatrième phases du sommeil. C’est à ce moment-là que nous connaissons la partie la plus profonde de notre sommeil. C’est la phase du sommeil pendant laquelle nous sommes le moins susceptibles d’être dérangés et de nous réveiller. Le sommeil profond ou lent est la partie la plus réparatrice de notre sommeil. Pendant cette phase, nous enregistrons de faibles niveaux de cortisol, l’hormone du stress, ainsi qu’une réduction de l’activité du système nerveux sympathique. Pendant cette phase, l’activité du système nerveux parasympathique augmente. Le système sympathique est comme lorsque nous avons beaucoup d’adrénaline et que nous sommes stressés, tandis que le système parasympathique est comme lorsque nous avons très peu d’adrénaline, que nous sommes calmes, que nous nous sentons bien et que nous ne sommes pas stressés.

 

Quand vous ne dormez pas

Six hommes en bonne santé âgés d’une vingtaine d’années ont été étudiés dans un centre de recherche. Il n’y avait ni téléphone portable ni écran. Ils ont dormi deux nuits normalement pour une base de référence. Ensuite, ils ont été amenés à rester éveillés la nuit et à dormir le jour, ainsi qu’à manger pendant la nuit. Des échantillons de sang ont été prélevés toutes les quatre heures et plus de 1 129 protéines différentes ont été analysées. Environ 10 % des protéines ont changé d’heure de pointe. Le glucagon était plus élevé la nuit, alors qu’il le serait normalement le jour. Cela présente un risque de diabète. F6F19 (une protéine qui brûle les calories) a diminué. Cela présente un risque d’obésité.

 

Le conseil d’Ellen White

Ellen G. White conseillait à ses secrétaires : « Prenez l’habitude de ne pas vous asseoir après neuf heures. Toute lumière devrait être éteinte. Cette habitude de transformer la nuit en jour est une habitude misérable, destructrice de la santé, et cette lecture par des travailleurs intellectuels, jusqu’aux heures de sommeil, est très nuisible à la santé. Elle appelle le sang vers le cerveau et ensuite il y a de l’agitation et de l’éveil, et le précieux sommeil, qui devrait reposer le corps, ne vient pas quand on le désire » (Letters and Manuscripts, vol. 5, Lt 76, 1888, par. 7 ; également Manuscript Releases, vol. 9, p. 46).

« Je sais, d’après les témoignages qui me sont donnés de temps en temps pour les travailleurs du cerveau, que le sommeil vaut beaucoup plus avant qu’après minuit. Deux heures de bon sommeil avant minuit valent plus que quatre heures après minuit. » (Ellen White, Letters and Manuscripts, vol. 5, Lt 85, 1888, par. 33 ; également Manuscript Releases, vol. 7, p. 224.3)

Des recherches ont montré que lorsqu’une personne se couche à 21 heures ou avant minuit, elle atteint le sommeil profond et réparateur. Si elle se couche plus tard, elle n’atteint pas les phases 3 et 4 du sommeil profond.

 

            La maitrise de soi

La définition de la retenue ou de la maîtrise de soi est la capacité de se retenir d’agir sur ses impulsions comportementales et émotionnelles. Le manque de maîtrise de soi est lié à presque tous les problèmes personnels et sociaux qui affligent actuellement les citoyens du monde moderne. Dans le jardin d’Eden, Adam et Eve ont perdu la parfaite maîtrise de soi. Les problèmes qui en résultent, pour n’en citer que quelques-uns, sont les maladies cardiaques, le diabète, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies sexuellement transmissibles, l’alcoolisme, le meurtre, la dépendance sexuelle, la toxicomanie, le viol, la dépression, le cancer, les grossesses non désirées, les mauvais résultats scolaires, l’échec financier, les mauvaises relations, la dépendance à la technologie et aux écrans, et la violence domestique.

Il n’existe aucune étude scientifique démontrant les conséquences indésirables d’une grande maîtrise de soi.

La plupart des actes de maîtrise de soi impliquent une réaction à la situation immédiate afin de poursuivre un événement plus important, à long terme ; la capacité à transcender la situation immédiate est donc cruciale.

Les personnes qui ne vivent que dans l’instant présent ont peu de chances de faire preuve d’une bonne maîtrise de soi ; en revanche, une attitude tournée vers l’avenir facilitera l’autorégulation.

Les commandements de Dieu sont une ligne claire. La clé ultime de la retenue ou de la maîtrise de soi est le sacrifice de soi, qui se traduit par un amour sacrificiel, qui ne vient que du seul vrai Dieu et de son Fils, Jésus-Christ.

Parmi les choses importantes en matière de maîtrise de soi, il y a le tabac. Le tabac, qu’il soit fumé ou mâché, diminue l’immunité innée. L’alcool diminue également l’immunité innée. La caféine bloque les récepteurs de l’adénosine, ce qui entraîne une augmentation de la perceptibilité et élève temporairement l’humeur. La caféine augmente le risque de maladie cardiaque, le risque d’insuffisance pondérale à la naissance et le risque d’anxiété et de dépression. La caféine diminue la qualité du sommeil et réduit le flux sanguin vers le lobe frontal du cerveau, qui affecte les fonctions exécutives, telles que la mémoire et les capacités de planification, la pensée créative et les capacités de résolution de problèmes. En outre, la caféine supprime la production de mélatonine.

 

Quelle est la solution ?

« 15 Car je n’approuve point ce que je fais, je ne fais point ce que je veux, mais je fais ce que je hais. 16 Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. 17 Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. 18 Car je sais que le bien n’habite point en moi, c’est-à-dire, dans ma chair, parce que j’ai la volonté de faire le bien; mais je ne parviens pas à l’accomplir. 19 Car je ne fais pas le bien que je veux; mais je fais le mal que je ne veux pas faire. 20 Que si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. 21 Je trouve donc cette loi en moi; c’est que quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. 22 Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; 23 Mais je vois une autre loi dans mes membres, qui combat contre la loi de mon esprit et qui me rend captif sous la loi du péché, qui est dans mes membres. 24 Misérable homme que je suis! qui me délivrera de ce fardeau de mort? 25 Je rends grâces à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur! Je suis donc assujetti moi-même, par l’esprit, à la loi de Dieu, mais par la chair, à la loi du péché. » (Romains 7 : 15-24)

Quelle est la réponse ? La réponse est : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe; si quelqu’un entend ma voix et m’ouvre la porte, j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi. » Apocalypse 3 : 20. Et le verset 21 dit : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et suis assis avec mon Père sur son trône. »

Permets-tu au témoin fidèle et véritable (Apocalypse 3:14) d’entrer dans ton cœur, qui est ton esprit, ou permets-tu à une personne appelée Dieu, l’esprit éternel, une personne et un être distinct du Père et du Fils, d’entrer dans ton cœur ?

« On m’a dit que nous devrions amener les malades de nos institutions à s’attendre à de grandes choses en raison de la foi du médecin dans le Grand Guérisseur qui, pendant les années de son ministère terrestre, a parcouru les villes et les villages du pays et a guéri tous ceux qui venaient à lui. Aucun n’était renvoyé à vide ; il les guérissait tous. Que les malades réalisent que, bien qu’invisible, le Christ est présent pour apporter soulagement et guérison. » Lettre 82, 1908 (Ellen White, Medical Missionary, p. 28.2).

Qui est Jésus-Christ ? « Il n’est pas prudent de recueillir l’esprit d’un autre. Nous voulons le Saint-Esprit, qui est Jésus-Christ » (Ellen White, Lettre 66, 1894.18).

« Aujourd’hui, aucune multitude curieuse n’afflue vers les lieux déserts pour voir et entendre le Christ. Sa voix n’est pas entendue dans les rues animées. Aucun cri ne retentit sur le bord du chemin : « Jésus de Nazareth passe par là » Luc 18:37. Pourtant, cette parole est vraie aujourd’hui. Le Christ marche sans être vu dans nos rues. Il vient dans nos foyers avec des messages de miséricorde. Avec tous ceux qui cherchent à exercer un ministère en son nom, il attend de coopérer. Il est au milieu de nous, pour guérir et bénir, si nous voulons le recevoir. » (Ellen White, The Ministry of Healing, p. 107.2)

« Combien peu se rendent compte que Jésus, invisible, marche à leurs côtés ! Combien auraient honte d’entendre sa voix leur parler, et de savoir qu’il a entendu tous leurs propos stupides et ordinaires ! » (Ellen White, Testimonies to Ministers and Gospel Workers, p. 88.1)

Je voudrais aussi partager avec vous Ecclésiaste 12 : 15, 16 : « Écoutons la conclusion de tout ce discours: Crains Dieu, et garde ses commandements; car c’est là le tout de l’homme. Car Dieu fera venir toute oeuvre en jugement, avec tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. »

Jacques 4 : 17 déclare : « Celui-là donc pèche, qui connaît le bien et qui ne le fait pas. »

« Lorsque le Christ a guéri une maladie, il a averti bon nombre des personnes affligées : « Ne pèche plus, de peur qu’il ne t’arrive quelque chose de pire. » Jean 5:14. Il enseignait ainsi qu’ils avaient attiré la maladie sur eux en transgressant les lois de Dieu, et que la santé ne pouvait être préservée que par l’obéissance. » (White, The Ministry of Healing, p. 113.5)

Nous voyons que si nous désobéissons aux lois de la santé, cela revient à désobéir aux lois de Dieu. Le verset dit : « A celui qui vaincra, je permettrai de s’asseoir avec moi sur mon trône, comme moi aussi j’ai vaincu, et je suis assis avec mon Père sur son trône. » Alors, comment vaincre ? Eh bien, c’est un don gratuit. Le message de 1888 est Christ notre justice. Il nous donne sa justice et avec cette justice vient une parfaite maîtrise de soi. C’est un don qu’il nous fait. Lorsque nous avons une parfaite maîtrise de soi, allons-nous, si nous savons que c’est dangereux pour notre santé, nous coucher tard le soir ou manger juste avant de nous coucher ? Allons-nous mettre dans notre bouche une bouchée de nourriture entre les repas et dire que cela n’a pas d’importance ? Allons-nous manger un aliment impur qui, nous le savons, endommagera notre corps, et penser que Dieu ne s’en préoccupera pas ? Eh bien, il ne l’a pas négligé lorsque le Christ a été tenté. Le diable lui a même cité les Écritures. Si le Christ lui avait dit, eh bien, tu as raison. Je vais suivre les Écritures comme tu le dis. Cela aurait été de la présomption. Cela n’aurait pas été de la foi. Il y a une question dans la Bible : Quand le Christ reviendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? Ou trouvera-t-il seulement de la présomption ?

Nous sommes son reste. Nous devons avoir la foi, la vraie foi, et la vraie foi consiste à suivre les lois de la santé, ainsi que la loi de Dieu. Dans Ecclésiaste 12, nous lisons que Dieu amènera toute œuvre en jugement, avec toute chose secrète. Quelqu’un peut ne pas vous voir vous asseoir la nuit pour manger des repas tardifs et persistants avant l’heure du coucher. Ils peuvent ne pas vous voir manger une bouchée de nourriture entre les repas. Ils ne vous verront peut-être pas manger un aliment impur que vous savez ne pas devoir manger. Ils ne vous verront pas ne pas prendre suffisamment de soleil. Ils ne vous verront peut-être pas ne pas vous coucher à l’heure. Nous n’acceptons pas la justice du Christ, et cette justice s’accompagne d’une parfaite maîtrise de soi. Nous devons nous en saisir. C’est un don gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !