Appeler le Mal Bien, Partie 1

wong-tai-sin-hong-kong-28-august-2018-top-view-of--BH5GM5S
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Il est intéressant de voir comment les gens peuvent se tromper à ce point sur des choses dont ils sont sûrs qu’elles sont toutes bonnes.

Le photographe Abel Niépce de Saint-Victor, qui expérimentait divers produits chimiques, dont des composés d’uranium, a découvert la radioactivité en 1857. Ce concept n’a été approfondi et compris qu’en 1896, lorsque le physicien français Henri Becquerel a découvert par hasard la radioactivité et a commencé à partager sa découverte avec la communauté scientifique. En quelques années, la radioactivité est devenue le nouveau grand phénomène du XXe siècle.

Au début des années 1900, les gens croyaient que la radioactivité était bonne pour la santé. Des objets radioactifs étaient vendus, notamment des pendentifs au radium pour les rhumatismes, des couvertures à l’uranium pour l’arthrite, des cosmétiques radioactifs anti-âge, de l’eau radioactive, etc. Des dentifrices radioactifs étaient fabriqués, et des horloges étaient préparées avec des visages radioactifs rayonnants.

Saviez-vous que le sirop contre la toux à base d’héroïne a été mis au point par les laboratoires Bayer en 1898 ? Bayer a cessé de fabriquer de l’héroïne en 1910, lorsque les propriétés de dépendance de la drogue ont été déterminées comme étant plus élevées que ce que l’on pensait au départ. Ce n’est qu’en 1924 que les États-Unis ont interdit la production d’héroïne !

Au XVIe siècle, le mercure était utilisé dans le traitement de la syphilis. Vous voyez, John Hunter était un médecin qui pensait s’être guéri lui-même de la syphilis en utilisant du mercure. Ce que Hunter n’avait pas réalisé, c’est que la syphilis se présente en trois phases, avec des périodes de rémission entre les deux, qui peuvent durer entre deux et trois ans. Ces phases de rémission sont probablement ce qui a amené Hunter à croire qu’il était guéri.

Au XVe siècle, l’usage du tabac a été observé pour la première fois chez les peuples indigènes du Nouveau Monde. Il était utilisé pour le plaisir de fumer, mais on pensait aussi qu’il s’agissait d’un grand remède curatif, qui pouvait aider à tout, de la désinfection au soulagement des maux de tête, des rhumes et de l’asthme, en passant par la prévention des maladies et de la fatigue, et même l’utilisation comme anesthésique. La plante est devenue connue comme la plante sacrée et le remède de Dieu ! Les lavements à base de tabac ont été utilisés entre le XVIIe siècle et le début du XIXe siècle. On disait que ces lavements étaient efficaces en raison des propriétés stimulantes du tabac, et même jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, les stars de cinéma et les célébrités sportives faisaient la publicité des cigarettes comme étant bonnes et saines.

L’une des choses les plus bizarres à faire au nom de la santé s’est produite dans les années 1950, lorsque les gens ont commencé à s’infecter avec des ténias pour perdre du poids ! L’idée était que le ténia est un parasite qui se nourrit des aliments que vous mangez. Cela signifie que vos calories seraient réparties entre vous et le ver solitaire. Le problème est que le fait d’avoir des ténias peut entraîner des douleurs abdominales, de la faiblesse, des maux de tête, des nausées, de la diarrhée, de la constipation, des ballonnements et des carences en vitamines. De plus, il arrive que les ténias ne restent pas dans votre estomac. Ils se déplacent dans certaines parties de votre corps, y compris le cerveau, ce qui peut avoir des conséquences mortelles, et d’ailleurs, vous portez toujours le poids des ténias !

Dans notre liste d’idées notoirement mauvaises pour la santé, nous ne devrions pas exclure la boisson non alcoolisée, le Coca-Cola, dont l’un des ingrédients était à l’origine la cocaïne.

Nous vivons aujourd’hui une époque éclairée, n’est-ce pas ? Aujourd’hui, la bière et le vin rouge avec modération et le café sont considérés comme sains par certains soi-disant experts.

Il a été dit que la route de l’enfer est pavée de bonnes intentions. Il fut un temps où un couple vivant ensemble en dehors du mariage était considéré non seulement comme tabou, mais aussi comme néfaste et mauvais. Aujourd’hui, c’est devenu aussi normal que le mariage. En fait, je connais un frère dans un pays de l’Union européenne dont la femme l’a quitté et qui vit avec un autre homme. La femme demande le divorce et demande au tribunal la garde complète de leur enfant. L’avocat du mari fidèle lui a dit que le tribunal serait plus favorable à la femme et à sa situation, même si elle vit dans l’adultère, car ils forment une famille complète, avec une figure masculine et féminine. L’avocat a conseillé au mari de commencer à vivre avec une femme, afin qu’il puisse avoir la même considération. Bien sûr, il ne peut pas faire cela.

La Bible condamne inconditionnellement le péché d’homosexualité (Lévitique 18 : 22 ; 20 : 13). À une certaine époque, la grande majorité des gens considérait l’homosexualité comme un péché. Cependant, dans la société libérale actuelle, le fait de ne pas accepter l’homosexualité, ainsi que les modes de vie transsexuels et autres perversions, est considéré comme un péché social.

Le mal a été appelé bien, et le bien est maintenant appelé mal. Comment en sommes-nous arrivés là ? Eh bien, une telle pensée perverse n’est pas une idée nouvelle. Au temps d’Esaïe, la même chose se produisait en principe. Esaïe a écrit :

« Malheur à ceux qui appellent le mal bien et le bien mal; qui font des ténèbres la lumière, et de la lumière les ténèbres; qui font l’amer doux, et le doux amer! »[1]

Dieu prononce un malheur sur ceux qui appellent le mal bien et le bien mal. Le mot hébreu traduit malheur est הוֹי (hoy). Hoy est défini comme :

« Une interjection, généralement de lamentation. Elle se produit cinquante fois chez les prophètes et une fois ailleurs. Six usages font référence au deuil des morts (comme 1 Rois 13 : 30), et quarante impliquent des avertissements négatifs ou des menaces de châtiment physique de Dieu. »[2]

En général, le hoy implique un avertissement ou une menace négative, et il est utilisé vingt et une fois dans Ésaïe et six fois dans Ésaïe 5. Nous nous attendons à de mauvaises nouvelles.

Dans le prochain article, pasteur Stump entrera en profondeur dans le sujet du bien qui est pris pour le mal dans notre monde.

 

[1] Ésaïe 5 : 20, OST.

[2] R. Laird Harris, Gleason L. Archer Jr, Bruce K. Waltke, Theological Word Book of the Old Testament, p. 212

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !