Prier pour l’Église ? Partie 2

church-5Y6ZEQQ
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Données modernes et historique

Vous vous souvenez des dates de 1967 et 1980 ?

En 1967, l’Église adventiste du septième jour a été représentée pour la première fois au sein de la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises, mais il y a plus, beaucoup plus.

En 1967, la Conférence générale a retenu les services d’un conseiller en investissement professionnel, Lionel D. Edie & Company Inc. de New York, qui opère toujours aujourd’hui. C’est à ce moment-là que l’Église adventiste a fait un grand plongeon dans le marché boursier.

Du 27 au 29 juin 1967, la Conférence générale a rejeté définitivement le manuscrit 1888 Réexaminée de Robert Wieland et Donald Short.

En 1980, lors de la session de la Conférence générale à Dallas, au Texas, la personne morale, l’Église adventiste du septième jour, a officiellement accepté le faux dieu de la trinité dans son culte.

La déclaration sur Dieu, telle que votée, se lit comme suit :

« Il y a un seul Dieu : Père, Fils et Saint-Esprit, une unité de trois personnes coéternelles. »

La déclaration sur l’église se lit comme suit :

« L’église est la communauté des croyants qui confessent Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur. »

Ces deux concepts sont empruntés à la constitution du Conseil Œcuménique des Églises. Le premier article de cette constitution est le suivant :

« Le Conseil oecuménique des Eglises est une communauté d’Eglises qui confessent le Seigneur Jésus-Christ comme Dieu et Sauveur selon les Ecritures et qui cherchent donc à accomplir ensemble leur vocation commune à la gloire du Dieu unique, Père, Fils et Saint-Esprit. (Article premier de la Constitution du Conseil œcuménique des Eglises ; »[1]

D’où vient l’idée d’ « un seul Dieu : Père, Fils et Saint-Esprit, une unité de Trois Personnes co-éternelles » ?

  1. N. D. Kelly, dans son livre, Early Christian Doctrines, déclare :

« L’Église a dû attendre plus de trois cents ans pour une synthèse finale, car ce n’est qu’au concile de Constantinople (381) que la formule d’un seul Dieu existant en trois Personnes co-égales a été formellement ratifiée. »[2]

Théodose a convoqué le deuxième concile œcuménique de l’Église catholique à Constantinople en 381. À propos de Théodose, A. T. Jones a noté :

« Dans l’établissement de l’Église catholique, la place de Théodose n’est dépassée que par celle de Constantin. Au début de l’année 380, il fut baptisé par l’évêque catholique de Thessalonique, et immédiatement après, il publia l’édit suivant… »[3]

« … le concile a procédé à un nouveau règlement de la foi catholique. »[4]

Le Concile de Constantinople a finalement et formellement déclaré la doctrine trinitaire de l’égalité du Saint-Esprit avec le Père et le Fils. Non seulement le Christ serait homoousion (de la même substance) avec le Père, mais le Saint-Esprit serait homoousion, aussi, et certainement pas homoiousion (d’une substance similaire).

De même, en 1979, le président Carter a accueilli le pape Jean-Paul II à la Maison Blanche. Depuis, le pape François, le 24 septembre 2015, s’est adressé au Congrès des États-Unis !

En 1975, dans l’affaire juridique EEOC contre PPPA, l’église a déclaré dans des mémoires juridiques :

« Bien qu’il soit vrai qu’il y ait eu une période dans la vie de l’Église adventiste du septième jour où la dénomination adoptait un point de vue nettement anti-catholique romain, et où le terme « hiérarchie » était utilisé dans un sens péjoratif pour désigner la forme papier de gouvernance de l’Église, que cette attitude de l’Église n’était rien d’autre qu’une manifestation de l’antipopularité répandue parmi les dénominations protestantes conservatrices au début de ce siècle et à la fin du siècle dernier, et qu’elle est désormais reléguée aux oubliettes de l’histoire en ce qui concerne l’Église adventiste du septième jour. »[5]

Vers la fin du mémoire, nous lisons :

« […] Il est vrai que pendant une période de son histoire, l’Église adventiste du septième jour a eu une aversion pour le catholicisme romain et en particulier pour la forme papale de gouvernement de l’Église. […] il n’est pas bon pour l’adventisme du septième jour d’exprimer, comme l’a fait Mme Tobler, une aversion pour le catholicisme romain en tant que tel. »[6]

En 1971, B. B. Beach a donné au pape Paul VI un médaillon en or de l’Église adventiste du septième jour, remettant ainsi l’Église, en symbole, au pape.

Comment Dieu a-t-il pu, comment a-t-il voulu, comment a-t-il réagi à ces événements ? On nous le dit :

« Dans les balances du sanctuaire, l’Église adventiste du septième jour doit être pesée. Elle sera jugée selon les privilèges et les avantages qu’elle a eus. Si son expérience spirituelle ne correspond pas aux avantages que le Christ, à un coût infini, lui a accordés, si les bénédictions conférées ne l’ont pas qualifiée pour accomplir le travail qui lui a été confié, sur elle sera prononcée la sentence : « Trouvée insuffisante ». C’est en fonction de la lumière accordée, des occasions données, qu’elle sera jugée. »[7]

Une église a-t-elle reçu plus de lumière ou d’avantages que l’Église adventiste du septième jour ? Comment Dieu pourrait-il la juger autrement qu’en la déclarant « défaillante » ?

 

Plus de parallèles

Remarquons encore une fois les points historiques mentionnés précédemment et d’autres parallèles dans l’histoire entre les événements dans le monde et au sein du peuple professé de Dieu.

1888 – En 1888, la Conférence des évêques de Lambeth de l’Église anglicane a adopté quatre principes comme base de l’unité de l’Église. Ces principes sont connus sous le nom de « quadrilatère de Lambeth ». C’est la première étape qui a conduit au mouvement Foi et Constitution, puis, finalement, au Conseil œcuménique des Églises.

1888 – En 1888, la session de la Conférence générale de Minneapolis et le message de la justice par la foi via Jones et Waggoner ont eu lieu. Ellen White a dit que cela devait être le début du grand cri et du retentissement du quatrième ange (l’ange d’Apocalypse 18).

1896-1897 – Proposition d’un État juif ; le premier congrès sioniste se tient à Bâle, en Suisse.

1896 – Dieu révèle sa réaction au traitement du message de 1888 :

« Mais tout l’univers du ciel a été témoin du traitement honteux de Jésus-Christ, représenté par le Saint-Esprit. Si le Christ avait été devant eux, ils l’auraient traité d’une manière semblable à celle dont les Juifs ont traité le Christ. »[8]

1901 – Lettre à P. T. Magan :

« Il se peut que nous devions rester ici dans ce monde à cause de l’insubordination encore de nombreuses années, comme l’ont fait les enfants d’Israël. […] »[9]

1903 – Juste après la Conférence générale d’Oakland, où la présidence de la Conférence générale a été réinstallée, le prophète écrit :

« À moins que l’Église, qui est maintenant souillée par son propre égarement, ne se repente et ne se convertisse, elle mangera le fruit de ses propres actions, jusqu’à ce qu’elle se déteste. »[10]

1927 – Première conférence mondiale de Foi et Constitution à Lausanne, en Suisse.

1929 – Mussolini et Gasparri signent l’historique Pacte romain, et la plaie mortelle est guérie.

1931 – La nouvelle déclaration de croyances des adventistes du septième jour, bien qu’elle n’ait pas été votée par la Conférence générale, inclut le terme Trinité, supprime les déclarations sur l’importance et la place de la prophétie, et supprime également la déclaration selon laquelle le pape est l’homme du péché !

1948 – Formation du Conseil œcuménique des Églises et création de la nation d’Israël en Palestine.

1950 – Robert Wieland et Donald Short présentent leur manuscrit, 1888 Re-Examined.

1955-1956 – Conférences Adventiste/évangéliques. Les croyances sont de nouveau niées et compromises.

1957 – Publication du livre apostat intitulé Seventh-day Adventists Answer Questions on Doctrine (Les adventistes du septième jour répondent aux questions sur leur doctrine).

1967 – Reprise de Jérusalem et rétablissement de la souveraineté juive lors de la guerre des Six Jours, du 5 au 10 juin. L’Église adventiste du septième jour a un représentant à la Commission Foi et Constitution du Conseil œcuménique des Églises (30 juillet). L’Église adventiste entre dans le Conseil des Églises libres de Hongrie. Cette année marque l’entrée majeure de l’église dans le marché boursier de Wall Street. L’élément libéral de l’Église est reconnu par le magazine Spectrum. Le rejet final de 1888 Re-Examined est donné du 27 au 29 juin.

La période finale des temps des Gentils ou des nations commence. Cela pourrait être comparé à la dernière semaine des soixante-dix semaines de Daniel 9 pour la nation ou l’église juive.

1971 – Publication de Movement of Destiny (Mouvement de la destinée), avec la bénédiction officielle de Robert H. Pierson et de Neal C. Wilson. Le pape donne à l’Église adventiste du septième jour le symbole d’un médaillon d’or par B. B. Beach.

1975 – Aucune aversion pour le catholicisme romain n’est donnée par les plus hauts niveaux de l’institution corporative adventiste du septième jour.

1979 – Le pape est accueilli à la Maison Blanche par le président Jimmy Carter qui lui serre la main. Le Conseil annuel approuve la déclaration des croyances de l’Université Andrews qui sera recommandée à la Conférence générale de Dallas.

1980 – La Conférence générale de Dallas vote l’apostasie des Croyances Fondamentales (25 avril). Après le déménagement de l’église, Dieu a retiré sa main de contrôle, et la Knesset d’Israël a voté le déménagement du gouvernement de Tel Aviv à Jérusalem (30 juillet).

2015 – Le pape, le 24 septembre 2015, s’est adressé au Congrès américain.

2017 – Le 6 décembre 2017, le président Donald Trump reconnaît officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël et annonce son intention de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem.

2018 – Le 14 mai 2018, les États-Unis ont officiellement déplacé l’emplacement de leur ambassade en Israël à Jérusalem.

2020 – Les dirigeants socialistes, dont beaucoup haïssent Dieu, sont élus au pouvoir dans les branches exécutive et législative du gouvernement des États-Unis. La nation est prête pour la dernière partie de sa chute morale.

Pouvons-nous prier pour une église déchue, une église que Dieu a fait peser dans la balance et a trouvée léger ? Si vous ne pouvez pas croire que la structure corporative de l’Église adventiste du septième jour a été pesée dans la balance et trouvée léger, demandez-vous, s’il vous plaît, ce qu’il faudrait faire ? Combien de choses doivent encore être faites ?

Pendant la période de l’Alpha de l’apostasie, Ellen White a écrit sur un oméga à venir. Elle a donné la prophétie suivante :

« L’ennemi des âmes a cherché à introduire la supposition selon laquelle une grande réforme doit avoir lieu parmi les adventistes du septième jour : cette réforme devrait consister à renoncer aux doctrines qui constituent les piliers de notre foi et entreprendre un travail de réorganisation. Si une telle réforme avait lieu, qu’est-ce qui s’ensuivrait ? Les principes de vérité que Dieu dans sa sagesse a donnés à l’Église du reste seraient rejetés. Notre religion subirait un changement. Les principes fondamentaux qui ont soutenu l’œuvre pendant les cinquante dernières années seraient tenus pour autant d’erreurs. Une nouvelle organisation serait établie. Des livres d’un ordre différent seraient écrits. On introduirait un système de philosophie intellectuelle. Les fondateurs de ce système se rendraient dans les villes pour y accomplir une œuvre magnifique. Il va sans dire que le sabbat serait peu respecté, tout comme le Dieu qui l’a établi. Ce nouveau mouvement ne tolérerait aucune opposition. Ses chefs enseigneraient que la vertu est préférable au vice, mais du moment que Dieu serait écarté, on ne dépendrait plus que de la force humaine qui est impuissante sans Dieu. On construirait sur le sable, et tout l’édifice s’écroulerait à la première tempête. »[11]

Cette soi-disant réforme a-t-elle eu lieu ? Nous savons que oui, car les doctrines qui constituaient les piliers de notre foi ont été abandonnées et/ou modifiées. Avec ces nouvelles doctrines, une nouvelle organisation et une nouvelle religion ont été formées. Aujourd’hui, les principes fondamentaux qui ont soutenu le travail pendant les cinquante premières années du mouvement sont considérés comme des erreurs. La vérité sur le Père et le Fils est remplacée par la doctrine de la Trinité. L’expiation finale au ciel est niée, et il est dit que l’expiation a été achevée sur la croix. Des livres d’un nouvel ordre, comme Seventh-day Adventists Answer Questions on Doctrine, Movement of Destiny, Seventh-day Adventists Believe, etc. et la plupart des nouvelles publications enseignent des vues fausses de Dieu et du Christ et d’autres erreurs. Un système de philosophie intellectuelle a été introduit. Aujourd’hui, la plupart des ministres ne peuvent être ordonnés sans avoir fréquenté l’université Andrews ou une université similaire, et beaucoup doivent également obtenir une maîtrise.

Si ces choses devaient arriver, qu’est-ce qui devait suivre ? Le prophète dit : « mais Dieu étant enlevé ». Ce n’est pas simplement que Dieu retire sa présence, mais lui, le Créateur de tout, est retiré. Dieu est écarté en faveur du dieu de Babylone. Et, bien-aimés, il y a pire à venir, car maintenant que l’église corporative a accepté le dieu de Babylone, ce n’est qu’une question de temps jusqu’à ce qu’ils adorent le jour dédié à la Trinité : LE DIMANCHE !

Dans 1 Chroniques 12, nous lisons le « nombre des bandes qui étaient prêtes à faire la guerre et qui vinrent auprès de David à Hébron, pour lui remettre le royaume de Saül ». Sur les enfants d’Issacar, nous lisons :

« Des enfants d’Issacar, qui savaient discerner les temps, pour savoir ce qu’Israël devait faire, deux cents de leurs chefs, et tous leurs frères sous leurs ordres. » (1 Chroniques 12 : 32)

Nous avons besoin aujourd’hui d’Issacar qui ont une compréhension des temps et qui savent ce qu’Israël devrait faire. Il est certain et établi par la prophétie que soutenir et prier pour une église apostate n’est pas quelque chose que le peuple de Dieu doit faire aujourd’hui.

 

Caractéristiques de la véritable église de Dieu aujourd’hui

1-Après 1798, elle sort de sa caverne pendant l’âge des ténèbres :

« Mais deux ailes du grand aigle furent données à la femme, pour qu’elle s’envolât au désert, en son lieu, où elle fut nourrie un temps, et des temps, et la moitié d’un temps, loin de la présence du serpent. » (Apocalypse 12 : 14)

538 AP. J.-C. —————-1798 AP. J.-C.

  1. Elle arrive dans une région clairsemée qui donne la liberté de religion :

« Et le serpent, de sa gueule, lança de l’eau, comme un fleuve, après la femme, afin qu’elle fût entraînée par le fleuve. Mais la terre secourut la femme, et la terre ouvrit son sein et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa gueule. » (Apocalypse 12 : 15, 16)

  1. Elle respecte les dix commandements :

« Le dragon s’irrita contre la femme, et s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, qui gardent les commandements de Dieu, et qui ont le témoignage de Jésus-Christ. » (Apocalypse 12 : 17)

« Car, quiconque aura observé toute la loi, s’il vient à pécher dans un seul point, devient coupable de tous. » (Jacques 2 : 10)

C’est le même groupe qui donne le message des trois anges. Ils sont mentionnés dans Apocalypse 14 : 12.

  1. Ils partagent les messages avec le monde :

« Et je vis un autre ange qui volait au milieu du ciel, portant l’Évangile éternel, pour l’annoncer à ceux qui habitent sur la terre, à toute nation, et tribu, et langue, et peuple. » (Apocalypse 14 : 6)

  1. Ils prêchent le message de l’heure du jugement (le sanctuaire) et citent le quatrième commandement :

« En disant d’une voix forte: Craignez Dieu, et lui donnez gloire, car l’heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et les sources des eaux. » (Apocalypse 14 : 7)

  1. Ils prêchent sur Babylone, la bête, l’image de la bête, et la marque de la bête :

« Et un autre ange le suivit, en disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone, la grande ville, parce qu’elle a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité. Et un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte: Si quelqu’un adore la bête et son image, et s’il en prend la marque au front, ou à la main. » (Apocalypse 14 : 8, 9)

  1. Ils ont le témoignage de Jésus :

« Le dragon s’irrita contre la femme, et s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, qui gardent les commandements de Dieu, et qui ont le témoignage de Jésus-Christ. » (Apocalypse 12 : 17)

Le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie :

« Or, je me jetai à ses pieds pour l’adorer; mais il me dit: Garde-toi de le faire; je suis ton compagnon de service et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu, car le témoignage de Jésus, c’est l’esprit de prophétie. » (Apocalypse 19 : 10)

Avoir l’esprit de prophétie, c’est plus qu’enseigner la prophétie ou l’interpréter. Cela signifie être un prophète.

« Et moi, Jean, je suis celui qui ai vu et entendu ces choses. Et après les avoir entendues et vues, je me jetai aux pieds de l’ange qui me les montrait, pour l’adorer. Mais il me dit: Garde-toi de le faire; car je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. Adore Dieu. » (Apocalypse 22 : 8, 9)

La Bible enseigne que l’église ne doit être en retard dans aucun don, y compris les prophètes :

« Selon que le témoignage de Christ a été confirmé en vous; De sorte qu’il ne vous manque aucun don, à vous qui attendez la manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ. » (1 Corinthiens 1 : 6, 7)

« C’est pourquoi, il est dit: Étant monté en haut, il a emmené captive une multitude de captifs, et il a distribué des dons aux hommes. » (Éphésiens 4 : 8)

« C’est aussi lui qui a établi les uns apôtres, les autres prophètes, les autres évangélistes, et les autres pasteurs et docteurs; » (Éphésiens 4 : 11)

Le témoignage de Jésus note également ce qui suit, concernant la véritable église de Dieu :

« Dieu a une église. Ce n’est pas la grande cathédrale, ni l’établissement national, ni les diverses dénominations ; c’est le peuple qui aime Dieu et qui garde ses commandements. « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux » (Matthieu 18 : 20). Là où le Christ est même parmi les humbles, c’est l’église du Christ, car la présence du Haut et Saint qui habite l’éternité peut seule constituer une église. »[12]

 

[1] https://www.oikoumene.org/resources/documents/constitution-and-rules-of-the-world-council-of-churches

[2] J. N. D. Kelly, Early Christian Doctrines, pp. 87, 88.

[3] A. T. Jones, The Two Republics, p. 388.1.

[4] Ibid., p. 395. 3.

[5] Civ. No. 74-2025 CBR dans EEOC vs PPPA.

[6] Ibid.

[7] Ellen White, Testimonies for the Church, vol. 8, p. 247.2.

[8] Ellen White, Special Testimonies, Series A, no., 6, p. 19.2.

[9] Ellen White, 16LtMs, Lt 184, 1901, par. 17.

[10] Ellen White, Testimonies for the Church, vol. 8, p. 250.3.

[11] Ellen White, Messages choisis, Vol.1, p.238, 239.

[12] Ellen White, The Upward Look, p. 315.5.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !