Le retour à la cathédrale de Trente par amour hérétique

Trent
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

C’est l’œcuménisme à son pire. C’est à cela que mènera le mouvement interconfessionnel de Rome. Peu importe combien de fois les dirigeants de l’église nous disent aujourd’hui qu’il est bon de se mêler à Rome, la vérité est que ces gardiens infidèles ne sont plus disposés à condamner toute apostasie, toute hérésie ou toute erreur théologique grave. Il n’y a rien à rejeter car la vérité n’est plus prise au sérieux. Il n’y a pratiquement plus personne pour dénoncer ou exposer les véritables dangers auxquels cette génération est confrontée.

Si nous pouvions résumer l’état actuel de l’adventisme en une seule phrase, ce serait : « Nos dirigeants ont la nostalgie de l’hérésie ! ». Les erreurs et les fausses doctrines qui prévalent aujourd’hui sont rarement abordées ; elles sont tout simplement ignorées. Aucune clarification ou explication n’est jamais donnée sur les dogmes dangereux qu’épousent les différents membres du mouvement œcuménique. Par conséquent, nous vivons à une époque qui aime l’hérésie.

 

Ce que le Concile de Trente n’a pas pu faire, l’œcuménisme l’a

finalement fait. Grâce en partie à nos dirigeants.

 

Le 10 octobre 2021, les adventistes du septième jour se sont joints à un événement œcuménique à la cathédrale de Trente, le même bâtiment catholique romain où s’est tenu le Conseil de Trente. Le Concile de Trente (1545-1563) a été la réponse officielle de l’Église catholique romaine à la Réforme protestante. Ce concile a affirmé la suprématie de la papauté, condamné les réformateurs protestants, revitalisé l’Inquisition, maintenu la tradition au-dessus des Écritures et placé la Bible sur une liste de livres interdits.

Quatre cent soixante-seize ans plus tard, en 2021, dans la même cathédrale où Rome s’est réunie pour planifier la fin du mouvement protestant, des adventistes du septième jour, des orthodoxes, des luthériens, des vaudois, des pentecôtistes et des catholiques romains se sont réunis pour une célébration œcuménique et une cérémonie de signature destinées à apporter la « guérison » et la « réconciliation » et à mettre fin aux divisions. L’Église catholique était représentée par le prêtre catholique Cristiano Bettega, membre du Conseil œcuménique de l’archidiocèse catholique local. L’Église adventiste du septième jour était représentée par le pasteur Patrizio Calliari, un pasteur qui a participé à des événements œcuméniques nationaux et internationaux.

 

 

Le prêtre catholique Cristiano Bettega a accueilli les participants avec les mots suivants qui, selon l’Apocalypse, sont un accomplissement de la prophétie :

« Minute 7:09 – Nous pensons que c’est un moment significatif mais aussi important, aussi précisément, parce que c’est un peu le point d’arrivée d’un parcours que depuis plusieurs décennies, avec la grâce de Dieu, nos Églises réalisent un chemin de rencontre, un chemin de reconnaissance mutuelle, un chemin aussi de guérison des blessures, ces blessures que l’histoire a produites et dont nous voyons encore aujourd’hui les conséquences à travers de nombreuses divisions. Un chemin dans lequel la beauté d’être frères et sœurs est continuellement redécouverte, même au-delà des distinctions entre les églises de tradition orthodoxe, de tradition protestante ou de tradition catholique. C’est un parcours qui se poursuit ici depuis des décennies, comme dans de nombreuses autres régions d’Italie, d’Europe et du monde, et pour nous, ici à Trente, c’est précisément ce moment qui se produit. »

Guérir les blessures ? C’est exactement ce que la prophétie a dit qu’il se produirait (Apocalypse 13:3). L’agent de Rome a clairement déclaré qu’il voulait mettre fin aux « nombreuses divisions ». Il a dit que cela peut se produire lorsque nous « dépassons » la distinction entre catholiques et protestants. C’est exactement ce que fait le mouvement œcuménique. Ils ignorent ces différences. Malheureusement, nous nous sommes tus lorsqu’il s’agit de vérité et de droiture et nous fermons les yeux sur l’erreur et les superstitions.

Le Dr Vicintini, du Conseil des églises chrétiennes de Vérone, en Italie, a déclaré lors de cet événement dans la cathédrale de Trente que les églises doivent s’éloigner des relations « antagonistes » pour aller vers une nouvelle « vision transformée » de l’unité parfaite :

« Minute 13:09 – Trente représente une situation dans ce processus en particulier. C’est à partir de ce concile tenu entre 1545 et 1553 que commence la définition des frontières entre les Eglises catholique et protestante au sens antagoniste, mais c’est toujours à Trente, en 1943, que naît le mouvement focolare pour la collaboration, la compréhension et le partage spirituel entre toutes les religions et confessions. C’est précisément dans cette vision transformée des relations entre les Eglises et les religions que la volonté du Seigneur s’exprime peut-être de manière plus explicite comme base et fondement de la vie œcuménique telle qu’elle est exprimée dans l’Evangile de Jean au chapitre 17 … pour qu’ils deviennent un, moi en eux et vous en moi, afin qu’ils soient parfaits dans l’unité. »

 

 

Le prêtre catholique Cristiano Bettega a ensuite apporté une salutation spéciale de l’évêque de Trente, Mgr Laurel, et a lu les mots suivants de l’évêque local. Ces paroles sont également prophétiques :

« Minute 16:00 – « Pour que vous soyez tous un en Christ.

« Minute 16:50 – « Tous savent comment notre ville en particulier, cette cathédrale a été témoin de la division au cours des siècles passés. Que la miséricorde de Dieu éduque et demande le pardon mutuel à l’accueil sincère à la collaboration généreuse pour dessiner des liens de paix et d’harmonie. Et que cette même cathédrale représente un souhait de ténacité et de confiance, car les pierres millénaires qui construisent cette cathédrale nous disent aussi à nos églises … que tous sont vraiment un en Jésus-Christ.

« Minute 18:28 – Cette église cathédrale qui, au XVIe siècle, était témoin et silencieuse d’un fossé entre les croyants, nous nous réunissons aujourd’hui comme témoins d’un chemin de rapprochement et de communion que nous nous engageons à soutenir pour le promouvoir et l’intensifier.

« Minute 19:45 – « La prochaine étape est une demande de pardon que, en tant que sœurs et frères, nous voulons élever au Seigneur. »

Le groupe œcuménique a ensuite proposé des prières pour apporter le « pardon » et la « guérison » entre les différentes religions. Ces prières ont été combinées avec un chœur catholique et présentées d’une manière similaire à la façon dont la liturgie catholique est exécutée pendant la messe. Et oui, notre représentant de l’Église adventiste du septième jour y a également participé :

« Minute 20:48 – Pardonne Seigneur notre indifférence à ta prière pour l’unité et à la souffrance causée par nos séparations.

« Minute 21:21 – « Pardonne Seigneur notre suffisance et nos préjugés envers les autres divisions chrétiennes envers leurs dons et leurs richesses.

« Minute 21:51 – « Pardonne Seigneur nos refus et notre violence envers les autres églises chrétiennes envers leur tradition et leur liturgie.

« Minute 22:25 – Pardonne Seigneur les résistances de notre médiocrité, l’endurcissement de nos certitudes et la dureté de nos comparaisons.

« Minute 22:55 – Seigneur pardonne les obstacles que nous avons créés à l’évangélisation de toute l’humanité à l’annonce de ton salut.

« Minute 23:329 – Ensemble, souviens-toi, notre Dieu, de ton Église, libère-la de toute division et accorde-lui la perfection dans ton amour. »

 

Représentant des adventistes du septième jour, le pasteur Patrizio Calliari.

 

Le pasteur Patrizio Calliari, représentant des adventistes du septième jour, a fait les remarques suivantes lors de l’événement interconfessionnel :

« Minute 27:42 – L’acceptation par la foi du sacrifice de Jésus rend tous les êtres humains égaux les uns aux autres.

« Minute 28:16 – Toutes les distinctions sont éliminées et c’est la splendide vérité que nous avons malheureusement du mal à vivre pleinement. Nous devons en prendre acte et demander à notre père céleste que nous puissions avoir une attitude inclusive réciproque.

« Minute 27:43 – L’Église Adventiste du Septième Jour que je représente a toujours cru et croit au dialogue fraternel avec toutes les réalités religieuses dans une attitude de respect des différentes positions, et je participe dans l’église en qualité précisément comme cela a été dit par Don Cristiano (prêtre catholique Cristiano Bettega) en tant qu’observateur à toutes ces rencontres interreligieuses à différents niveaux internationaux ou même locaux. Dans ce sens, je participe au Conseil des Églises adventistes, au Conseil des Églises chrétiennes de Trente, en donnant certainement mon avis et la contribution de ma communauté, mais nous ne signerons pas le document. Nous resterons à la table en tant qu’observateurs et nous apporterons certainement notre contribution. Merci à tous. »

Si l’on prend au pied de la lettre les paroles du représentant des Adventistes du Septième Jour, il apparaît que les Adventistes n’avaient rien à voir avec le document ou avec ce qui se passait. Il n’était qu’un observateur. C’est ce qu’ils disent tous. Mais il y a beaucoup plus que cela. Le représentant catholique romain révèle plus de détails sur la contribution des adventistes du septième jour au document qui a été signé par les différents dirigeants. Le prêtre catholique Cristiano Bettega a déclaré ce qui suit :

« Minute 9:07 – Le statut (document) dans lequel plusieurs églises participent sont le diocèse orthodoxe roumain, les diocèses orthodoxes russes, l’église de Luther, l’église vaudoise, l’église indienne pakistanaise, l’église catholique, l’église Foursquare Gospel (pentecôtiste) et à sa manière l’église adventiste du septième jour a participé à tout le chemin de la composition du statut (document) et même s’ils participent en tant qu’observateur, cependant, pleinement. »

Il n’y a pas d’autre façon de le dire, mais beaucoup de nos dirigeants dans l’Église adventiste du septième jour sont tout simplement malhonnêtes. Ils nous disent qu’ils ne sont que des observateurs du mouvement œcuménique. Cependant, l’Église catholique affirme que ce dirigeant adventiste du septième jour a non seulement participé « ENTIÈREMENT » à ce voyage œcuménique à Trente, mais aussi à la création du document.

 

Il s’agit du document signé par les églises qui a été préparé en partie

par l’Église adventiste du septième jour.

 

En fait, le même document signé par les différentes églises explique le rôle que les adventistes du septième jour ont joué dans cet acte de réconciliation et de guérison des blessures. Si vous regardez au bas du document, il est dit ceci à propos des Adventistes du Septième Jour :

« L’Église chrétienne adventiste du septième jour du district de Bolzano – Trento, ayant participé à la rédaction du présent statut (document), tout en partageant ses principes en général, a préféré ne pas signer le statut lui-même et a donc participé aux travaux ultérieurs en simple qualité d' »observateur » » (Document).

En d’autres termes, les adventistes du septième jour ont « participé » pleinement à la « rédaction » du document et « partagent » pleinement ses « principes généraux2. Mais ils ont choisi de ne pas le signer. Comment peut-on participer pleinement à la rédaction d’un document avec lequel on est entièrement d’accord mais qu’on refuse ensuite de signer ? Est-ce ainsi que nous nous lavons les mains et que nous absolvons notre culpabilité ? Nous créons le document. Nous sommes d’accord avec le document. Nous soutenons le document. Mais nous ne le signons pas ? Non, mes frères et sœurs, nous ne sommes pas exempts de notre responsabilité puisque nous collaborons activement avec Rome pour créer ce document.

Nous ne pouvons pas nous laver les mains et dire que nous ne sommes que des « observateurs ». Ne laissons personne nous tromper. Lorsque quelqu’un conspire activement avec Rome et d’autres pour créer un document de travail pour les Eglises, il ne s’agit PAS de simples « observateurs ». Ce sont des partenaires. C’est de la politique. Nous soutenons Rome dans ses efforts d’unité et nous travaillons avec eux pour préparer leurs documents, mais nous voulons toujours le soutien du reste de l’adventisme, donc nous ne signons rien. Ensuite, nos dirigeants sortent de ces événements interconfessionnels et ne disent pas un mot sur ce qu’ils faisaient. Les adventistes ne rapportent jamais ce qu’ils font. Une fois encore, c’est Rome qui a révélé tous ces faits, tant la vidéo que le document. Et lorsqu’ils sont confrontés aux faits concernant ces engagements œcuméniques, nos dirigeants sourient et disent : « Eh bien, nous n’en faisons pas partie, nous ne sommes que des observateurs. »

Pilate a également essayé de se laver les mains en disant qu’il n’avait rien à voir avec la mort de Jésus, même s’il a agi avec indifférence et s’est associé aux Juifs pour le livrer à la crucifixion. C’est exactement ce que font les dirigeants de l’adventisme. Ils trahissent à la fois le mouvement adventiste et le Christ lui-même en nous livrant à Rome avec ces documents qu’ils ont eux-mêmes contribué à préparer. Il est malhonnête de dire que nous ne sommes que des « observateurs ». Pilate a également prétendu n’être qu’un « observateur ».

« Pilate, voyant qu’il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l’eau et se lava les mains devant le peuple, en disant: Je suis innocent du sang de ce juste; c’est à vous d’y penser. » (Matthieu 27 : 27, OST)

Cependant, Jésus a dit à Pilate qu’il n’était ni innocent ni libre de toute culpabilité lorsqu’il a dit :

« Tu n’aurais aucun pouvoir sur moi, s’il ne t’avait été donné d’en haut; c’est pourquoi celui qui m’a livré à toi est coupable d’un plus grand péché. » (Jean 19 : 11)

Tant ceux qui ont signé ce document œcuménique que ceux qui l’ont préparé sont également coupables. Les dirigeants adventistes du septième jour ne sont pas innocents après tout. Ils contribuent à l’accomplissement de la prophétie biblique, plus précisément à la guérison de la blessure mortelle. Et les dirigeants de notre église ont aidé à préparer ces documents, ils sont entièrement d’accord et les soutiennent, ils ignorent les avertissements de la Bible et de l’Esprit de prophétie, mais se lavent ensuite les mains en ne signant pas.

Non, ça ne marche pas comme ça. Leurs mains sont encore couvertes de sang. Ils ont crucifié le Christ. Ils ont trahi la Réforme et les millions de chrétiens sincères qui ont été tués pendant l’Inquisition. Ils ne sont pas exempts de culpabilité juste parce qu’ils n’ont pas signé. Ils l’ont préparé. Ils l’ont confessé. Ils sont en harmonie avec elle. Et au Jour du Jugement, ils devront le reconnaître et répondre de la trahison de la Réforme, du Mouvement de l’Adventisme et de la nouvelle crucifixion du Christ.

Ce sont les principes du document qu’ils ont signé dans la cathédrale catholique de Trente et dans lequel ils se sont engagés à faire allégeance à Rome et l’un à l’autre :

1) témoigner ensemble de l’Évangile de Jésus-Christ ;

2) mettre en œuvre une connaissance réciproque et fraternelle des Eglises ;

3) cultiver une mentalité œcuménique dans les Eglises ;

4) proposer et soutenir ensemble, surtout dans la région du Trentin, des initiatives et des activités œcuméniques ;

5) diffuser des informations sur les activités du mouvement oecuménique ;

6) rechercher des réponses communes aux problèmes et aux défis qui interpellent la foi chrétienne ;

7) discuter et clarifier les éventuels malentendus entre les Églises ;

8) favoriser le dialogue interreligieux ;

9) promouvoir l’intégration contre toutes les formes de racisme et de discrimination ;

10) participer au débat public sur des questions d’actualité, lorsque l’occasion se présente ou lorsque cela est jugé opportun, en exprimant les spécificités qui caractérisent les Églises.[1]

Comme si cela ne suffisait pas, pour souligner cette nouvelle relation de travail avec Rome, toutes les Églises, y compris le représentant de l’Église adventiste du septième jour, ont commencé à chanter le célèbre chant intitulé 2Laudate Omnes Gentes », qui est un ancien chant de messe catholique traditionnel utilisé par Rome.[2] À partir de la minute 58:45, le chant de messe latin est utilisé comme un chant et les mots sont répétés encore et encore. Ils chantent le chant de messe en latin 6 fois au total ! Voir la vidéo ci-dessous.

 

 

Le pasteur Patrizio Calliari, le représentant de l’Église adventiste du septième jour, chantait en fait le même chant de messe en latin que Ganoune Diop chante lors des événements œcuméniques. Dans la vidéo ci-dessus, vous verrez le pasteur Patrizio Calliari et Ganoune Diop, de la Conférence générale, chanter ce que la théologie catholique appelle la messe tridentine ou messe traditionnelle. Le mot Tridentin est le nom latin de la ville de « TRENTE ». Le Conseil de Trente a décrété que la messe ne devait être célébrée qu’en latin, même lorsque les protestants pratiquaient leur culte dans la langue du peuple. Et les dirigeants adventistes du septième jour chantent maintenant la même liturgie catholique dédiée à la destruction du protestantisme.

Par solidarité avec Rome, les responsables de nos églises récitent l’ancien rite catholique romain pour la messe et, tragiquement, l’église soutient cette pratique. Ils nous disent qu’il n’y a rien de mal à faire cela. Ils veulent que nous suivions leur voie et que nous embrassions leur exemple. Quelqu’un de sain d’esprit peut-il justifier cela et dire que c’est acceptable ? Malheureusement, l’église d’aujourd’hui récompense ce comportement. Elle adore participer à d’interminables services interconfessionnels et dialogues avec Rome. C’est la raison pour laquelle nos dirigeants ont la nostalgie de l’hérésie !

Tout est en train de mûrir pour l’accomplissement final de la prophétie biblique. Plus l’influence de cette union d’églises est grande dans le monde, plus Rome reçoit de pouvoir. Nous sommes témoins de la plus grande consolidation de pouvoir que ce monde ait jamais connue. Des forces sont à l’œuvre qui vont bientôt nous priver de nos libertés individuelles et nous forcer à obéir aux diktats d’une tyrannie ecclésiastique qui dépassera en puissance et en influence tout ce qui a été connu jusqu’ici dans l’histoire.

Que la guérison de la « blessure mortelle » soit achevée et que l’union de toutes les religions soit consommée, et immédiatement s’accomplira la prophétie qui dit : « Et elle faisait que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, prenaient une marque à la main droite, ou au front. Et personne ne pouvait acheter ni vendre, s’il n’avait la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom. » Apocalypse 13 : 16, 17.

On prépare déjà l’esprit des hommes et des femmes à renoncer à leurs droits et à leurs croyances individuels pour le bien commun. Si nous voulons préserver notre liberté individuelle, freinons la croissance de ces confédérations religieuses et politiques, et ne nous y joignons PAS. Prenons la parole et disons ce que Dieu a dit à ce sujet. Si nous apprécions notre liberté comme il se doit, nous ferons tout ce qui est possible pour arrêter toute tentative de destruction de notre liberté de conscience. Ces confédérations religieuses mondiales sont à craindre, car nous savons que cette consolidation du pouvoir ne s’unira que pour écraser la voix de la minorité.

« Le monde est contre nous, les églises populaires sont contre nous, les lois du pays seront bientôt contre nous. S’il y a jamais eu un moment où le peuple de Dieu doit se presser ensemble, c’est maintenant. Dieu nous a confié les vérités spéciales de ce temps pour les faire connaître au monde. Le dernier message de miséricorde est en train de se répandre. Nous avons affaire à des hommes et des femmes qui sont liés par le jugement. Combien nous devons être attentifs, dans chacune de nos paroles et chacun de nos actes, à suivre de près le modèle, afin que notre exemple puisse conduire les hommes à Christ. Avec quel soin devrions-nous chercher à présenter la vérité de telle sorte que les autres, en voyant sa beauté et sa simplicité, puissent être amenés à la recevoir. Si nos caractères témoignent de sa puissance sanctifiante, nous serons une lumière continuelle pour les autres – des épîtres vivantes, connues et lues de tous les hommes. Nous ne pouvons pas nous permettre maintenant de céder à Satan en entretenant la désunion, la discorde et les querelles » (Testimonies, Vol. 5, p. 236).

 

[1] https://www.diocesitn.it/site/e-nato-il-consiglio-di-chiese-di-trento-in-cattedrale-preghiera-ecumenica-e-firma-dello-statuto/

[2] https://en.wikipedia.org/wiki/Laudate_omnes_gentes

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !