La Papauté – Constantin et les Évêques

rome-5074421
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

L’Église entre en politique

 

Comme nous l’avons montré la semaine dernière, dès la fin du troisième siècle de l’ère chrétienne, il y eut un abandon de l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ, de sorte que la voie était toute tracée pour l’établissement de la papauté ; mais le développement parfait de cette puissance n’était pas encore achevé.

Pour son parfait développement, la papauté doit avoir l’aide de l’État. Avant que l’évêque de Rome puisse être élevé à la place qu’il devait occuper et être reconnu par le monde entier comme le chef de l’Église, les autres évêques devaient être contraints de se soumettre à lui par le bras fort du pouvoir civil, et les forces étaient à l’œuvre pour y parvenir.

Un facteur très important dans la mise en place de la papauté a été l’empereur Constantin. En montant sur le trône, Constantin a constaté que le christianisme était une puissance religieuse croissante dans l’empire, et après un certain temps, il a conçu l’idée de tourner cette nouvelle religion qui semblait supplanter le paganisme, à son propre compte ; de même, les évêques, comme nous l’avons vu, s’agrippaient au pouvoir civil. Comme le dit Draper : « Le but de Constantin était de faire de la théologie une branche de la politique ; le but des évêques était de faire une branche de la théologie. » Tous deux réussirent dans une certaine mesure.

De l’état de l’Église à cette époque, Eusèbe porte ce témoignage :

« Lorsque, en raison d’une liberté excessive, nous avons sombré dans la négligence et la paresse, les uns enviant et injuriant les autres de différentes manières, et que nous étions presque, pour ainsi dire, sur le point de prendre les armes les uns contre les autres, et que nous nous attaquions les uns aux autres avec des mots comme avec des flèches et des lances, les prélats invectivant les prélats, et le peuple s’élevait contre le peuple, et l’hypocrisie et la dissimulation avaient atteint le plus haut degré de malignité, alors le jugement divin, qui procède habituellement avec une main indulgente, tandis que les multitudes se pressaient encore dans l’église, commença à affliger son épiscopat avec une visitation douce et légère ; La persécution avait commencé par les frères qui étaient dans l’armée. Mais, comme si nous étions dépourvus de toute sensibilité, nous n’étions pas prompts à prendre des mesures pour apaiser et propitier la divinité ; certains, en fait, comme des athées, considérant notre situation comme étant ignorée et non observée par une providence, nous avons ajouté une méchanceté et une misère à une autre. Mais certains de ceux qui paraissaient être nos pasteurs, abandonnant la loi de la piété, s’enflammaient les uns contre les autres par des querelles mutuelles, ne faisant qu’accumuler les querelles et les menaces, la rivalité, l’hostilité, la haine les uns envers les autres, ne cherchant qu’à s’approprier le gouvernement comme une sorte de souveraineté. »

La persécution païenne avait fait oublier toutes ces divisions et ces disputes. Tout autre intérêt était oublié au profit de la seule et unique question des droits de la conscience contre le despotisme païen. C’est ainsi que se créa au moins une unité extérieure entre toutes les sectes, quel que soit leur nom, qui professaient la religion chrétienne sous une forme quelconque. C’est ainsi que se forma un pouvoir compact qui pénétrait dans toutes les parties de l’empire, et qui était en même temps éloigné de tous les intérêts matériels de l’empire tel qu’il était alors. Il s’agissait d’un pouvoir qui, s’il pouvait être obtenu et utilisé, assurerait le succès à celui qui le gagnerait, aussi certainement qu’il pourrait conclure l’alliance. Cet état de choses était clairement perçu à l’époque. Constantin « a compris les signes du temps et a agi en conséquence. »

Draper dit (« Développement intellectuel de l’Europe ») :

Pour Constantin, qui avait fui la garde perfide de Galère, il est naturellement apparu que s’il s’alliait au parti chrétien, des avantages ostensibles devaient immédiatement lui revenir. Il lui donnerait dans tous les coins de l’empire des hommes et des femmes prêts à affronter le feu et l’épée ; il lui donnerait des partisans non seulement animés par les traditions de leurs pères, mais, car la nature humaine s’affirme même dans le religieux, exigeant le châtiment des horribles barbaries et des injustices qui leur avaient été infligées ; il lui donnerait, et c’était le plus important de tous, des adhérents indéfectibles dans toutes les légions de l’armée. Il prit son parti. Les événements de la guerre le couronnèrent avec succès. Il ne pouvait être qu’extérieurement fidèle à ceux qui lui avaient donné le pouvoir et qui le maintenaient sur le trône.

Constantin n’était pas le seul à avoir vu cette opportunité, mais en tant que politicien accompli, il a réussi, alors que d’autres ont échoué. Outre les avantages qui s’offraient dans cette unité affirmée des Églises, il y avait un mouvement parmi les évêques, qui incitait encore plus Constantin à former l’alliance qu’il fit avec l’Église. S’il est vrai que toutes les différences, les disputes et les querelles entre les évêques et les sectes avaient été oubliées dans le conflit suprême entre le paganisme et la liberté de pensée, il est une chose mentionnée par Eusèbe qui subsistait encore. Il s’agit de l’ambition des évêques « d’affirmer le gouvernement comme une sorte de souveraineté pour eux-mêmes ». Ce n’était pas seulement le gouvernement de l’Église qu’ils voulaient affirmer, mais…

 

Le gouvernement de l’État

 

… aussi son utilisation dans l’intérêt de l’Église. En effet, comme en témoigne Neander, « Il s’était en fait élevé dans l’église… une fausse théorie théocratique, trouvant son origine, non dans l’essence de l’Évangile, mais dans la confusion des constitutions religieuses de l’Ancien et du Nouveau Testament. »

Cette théorie théocratique des évêques est la clé de toute l’histoire de Constantin et de l’Église de son temps, et de toute la période lugubre qui suivit. Elle conduisait les évêques à la plus folle extravagance dans leur culte de l’influence impériale, et coïncidait précisément avec l’idée de Constantin d’une monarchie absolue.

L’idée de la théocratie que les évêques espéraient établir apparaît plus clairement et plus complètement dans la « Vie de Constantin » d’Eusèbe que dans toute autre production de l’époque. Tout le schéma y apparaît tel qu’ils l’avaient créé, et il a été appliqué dans l’histoire de l’époque. L’Église était un second Israël dans la servitude égyptienne. Maxence, qui était empereur en Italie, et l’un des quatre souverains de l’Empire romain, chacun d’eux cherchant à obtenir le contrôle suprême, était un second Pharaon ; Constantin, qui le renversa, était un second Moïse.

Lorsque Constantin marchait contre Maxence, c’était le nouveau Moïse en route pour délivrer Israël. Lorsque l’armée de Maxence fut vaincue sur les rives du Tibre, et que des multitudes furent noyées dans le fleuve, ce fut la Mer Rouge qui engloutit le Pharaon hôte. Lorsque Maxence fut précipité du haut du pont et que, sous le poids de son armure, il coula instantanément au fond du fleuve, c’est le nouveau Pharaon et « le cheval et son cavalier » qui furent jetés dans la mer et coulèrent au fond comme une pierre.

Alors Israël fut délivré, et le chant de la délivrance fut entonné par le nouvel Israël comme par l’Israël originel lors de sa délivrance. Pour décrire cela, Eusèbe utilise ces mots :

« Chantons au Seigneur, car il a été glorifié à l’extrême : il a jeté dans la mer le cheval et son cavalier. Il est devenu mon aide et mon bouclier pour le salut ». Et encore : « Qui est semblable à toi, Seigneur, parmi les dieux ? Qui est semblable à toi, glorieux en sainteté, merveilleux en louanges, faisant des merveilles ? »

Une telle attitude adulte n’était pas sans réponse de la part de Constantin. Il s’unit étroitement aux évêques, dont Eusèbe n’était qu’un seul, et, à son tour, les flatta.

Cet article provient du 20 Février 1896 de Present Truth ayant comme titre : « Constantine and the Bishops ».

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !