La Crise Climatique : La plus grande menace selon la Division intereuropéenne Adventiste

Climate-Change-Adventist
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Un par un, ils tombent comme des mouches, rejoignant le même mouvement à la mode sur le changement climatique avec des gens comme le pape François, Greta Thunberg et d’autres mondialistes. Nous avons littéralement échangé le message du sanctuaire, le message des trois anges, le jugement investigatif et d’autres caractéristiques uniques de notre foi contre une nouvelle mission et un nouvel appel. De nombreux adventistes du septième jour consacrent désormais leurs efforts à sauver la terre, à restaurer l’écologie, à préserver l’environnement et à lutter contre le changement climatique. Nous sommes certainement en train de perdre notre vision et notre identité en embrassant le message du monde.

Le 26 novembre 2021, la Division intereuropéenne, l’organe directeur des adventistes du septième jour vivant en Andorre, en Autriche, en Belgique, en Bulgarie, en République tchèque, en France, en Allemagne, à Gibraltar, en Italie, au Liechtenstein, au Luxembourg, à Malte, à Monaco, au Portugal, en Roumanie, à Saint-Marin, en Slovaquie, en Espagne et en Suisse, a publié la déclaration officielle suivante en réponse au mouvement en faveur du changement climatique :

« ADRA au Royaume-Uni et le bureau régional d’Afrique d’ADRA ont uni leurs forces avec la mission adventiste écossaise pour lancer une initiative pilote d’intendance environnementale d’une année, connue sous le nom d’ASAP, afin de s’attaquer aux effets du changement climatique de manière stratégique et pratique tout en sensibilisant les individus à ses effets et à leur responsabilité. L’ASAP est une plateforme de collaboration internationale et interculturelle où les acteurs mondiaux, les communautés locales et les jeunes peuvent contribuer à une réponse confessionnelle à l’agenda du changement climatique. […] Le partenariat vise à réduire l’empreinte carbone d’une organisation confessionnelle nationale, à mettre en relation les communautés du Nord et du Sud pour promouvoir la gestion de l’environnement, et à créer une prise de conscience et un engagement autour de la responsabilité confessionnelle envers l’environnement. Le changement climatique nous concerne tous, et pas seulement les personnes les plus vulnérables de cette planète. Il s’agit de l’une des plus grandes menaces auxquelles l’humanité est confrontée à l’époque moderne. Il est important d’en atténuer les effets négatifs, de s’adapter aux changements rapidement et de manière affirmée, afin de garantir le bien-être de l’humanité dans les limites de la planète. »[1]

Assurer le bien-être des « frontières planétaires » et sauver la Terre n’est pas notre mission. Cette mission ne se trouve pas dans les Écritures. Vous pouvez trouver ce devoir moral dans Laudato Si’, l’encyclique sur le climat du pape François, mais il n’est pas contenu dans la commission évangélique donnée à l’église. La préservation de la planète est la responsabilité de Dieu, pas la nôtre. La parole de Dieu nous dit clairement que la terre sera gardée et réservée par la puissance même de Dieu :

« Car ils ignorent volontairement ceci, c’est que les cieux furent autrefois créés par la parole de Dieu aussi bien que la terre, tirée de l’eau, et qui subsistait au moyen de l’eau; Et que ce fut par ces choses que le monde d’alors périt, submergé par l’eau. Or, les cieux et la terre d’à présent sont gardés par la même parole, et réservés pour le feu, au jour du jugement et de la perdition des hommes impies. » (2 Pierre 3 : 5-7)

Lorsque nous examinons les Saintes Écritures, nous arrivons à la conclusion que notre monde a été créé par Dieu. Cela signifie que nous devons rejeter la théorie de l’évolution et l’hystérie de l’apocalypse climatique :

« Les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel, et toute leur armée par le souffle de sa bouche. Il amasse les eaux de la mer comme en un monceau; il met les flots dans des réservoirs. Que toute la terre craigne l’Éternel; que tous les habitants du monde le redoutent! Car il parle, et la chose existe; il commande, et elle paraît. » (Psaumes 33 : 6-9)

Pierre nous dit que les hommes sont « volontairement ignorants » de la façon dont notre monde a été créé. Notre culture rejette Dieu comme Créateur qui a parlé du ciel et qui, par sa parole, a créé toutes choses. Et les Saintes Écritures nous disent aussi que « les cieux ont été faits par la parole de l’Éternel », sont préservés pour le « jour du jugement » (2 Pierre 3, 7). Qu’est-ce que cela nous dit ? Cela nous dit que cette génération est aussi complètement ignorante du fait que Dieu est celui qui préservera ce monde et l’empêchera d’être détruit jusqu’à la seconde venue du Christ :

« Or, le jour du Seigneur viendra comme un larron dans la nuit; en ce temps-là les cieux passeront avec fracas, et les éléments embrasés seront dissous, et la terre, avec les oeuvres qui sont en elle, sera entièrement brûlée. » (2 Pierre 3 : 10)

La mission divine donnée aux adventistes du septième jour n’est pas d’essayer de préserver le cosmos, mais de préparer les gens au jugement. Ce monde est soumis au jugement et nous avons un message qui dit : « Craignez Dieu, et lui donnez gloire, car l’heure de son jugement est venue; et adorez celui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et les sources des eaux. » (Ap. 14 : 7)

Nous n’avons aucune obligation morale de préserver les « frontières planétaires ». C’est Dieu qui le fait. Notre obligation morale est de préserver l’Évangile du Christ en proclamant son mandat divin qui nous est donné dans Apocalypse 14 : 6-12. C’est le pape François, dans Laudato Si’, qui a créé une nouvelle obligation « morale » pour l’environnement et le monde répond à cet appel :

« Par conséquent, en plus d’un sens plus juste de la solidarité intergénérationnelle, il y a aussi un besoin moral urgent de renouveler le sens de la solidarité intragénérationnelle. » (Laudato Si’ n°125).

« L’écologie humaine implique également une autre réalité profonde : le rapport entre la vie humaine et la loi morale, inscrite dans notre nature et nécessaire à la création d’un environnement plus digne. » (Laudato Si’ n°155).

Cependant, malgré l’appel universel à l’église et à l’état de s’unir sur l’éco-théologie du Pape pour sauver la planète, la parole de Dieu ne soutient JAMAIS une obligation morale concernant l’environnement. Cette nouvelle, grande, universelle, préoccupation religieuse pour l’environnement n’est devenue courante qu’au cours de cette génération et constitue une énorme distraction morale qui ignore le péché, la rébellion et l’apostasie – les véritables causes des conditions déplorables sur la terre.

L’opinion populaire dit que le consumérisme, le CO2 et l’économie de marché sont responsables de toutes les inondations, incendies, tremblements de terre et catastrophes. Il n’est donc pas nécessaire de nous repentir de nos péchés et de notre rébellion, car les plus gros problèmes actuels sont d’ordre socio-économique. C’est la version du monde qui explique pourquoi notre monde est criblé de chaos. Tragiquement, de nombreux adventistes du septième jour acceptent les mêmes vues séculaires sur le changement climatique que celles proposées à la COP26. Le point de vue humaniste séculier est celui qui ignore complètement les Saintes Écritures et promeut l’hystérie radicale selon laquelle notre civilisation humaine prendra fin dans les 10 prochaines années ou moins à moins que des mesures immédiates et audacieuses ne soient prises pour réduire le CO2, et non le péché.

Notre interprétation de ce qui se passe sur terre et dans notre environnement doit être filtrée par la parole de Dieu. Au lieu d’accepter ce que Dieu dit à propos de l’environnement, nous avons adopté le message populaire, œcuménique et sans morale qui est absent de la vérité biblique. Nous réinterprétons les signes bibliques des temps (catastrophes naturelles et anthropiques) qui annoncent la venue prochaine de Jésus. Au lieu de cela, nous attribuons les signes des temps de la venue du Christ comme la nouvelle raison de s’embarquer dans une mission mondiale de sauvegarde de l’environnement. Ce nouvel accent est appelé la plus grande menace pour l’humanité. Il s’agit d’une illusion et d’une distraction créée par le grand séducteur pour nous éloigner de notre véritable vocation :

« Il faut que nous comprenions mieux l’importance du grand conflit dans lequel nous sommes engagés. Saisissons avec plus de netteté la valeur des vérités de la Parole de Dieu et le danger de consentir à nous en laisser détourner par le tentateur. » (Le Ministère de la Guérison, p.388)

Le mouvement climatique moderne est une distraction créée par le « grand trompeur » pour détourner nos esprits des véritables questions morales de notre époque. L’écologie naturelle est devenue plus importante que l’écologie humaine. Nous voulons préserver les habitats naturels des espèces animales au lieu de préserver les âmes des hommes et des femmes qui sont menacées d’extinction à cause du péché, de l’apostasie et de la rébellion contre la loi de Dieu. Où est la charge de sauver les âmes dans cette grande période d’anarchie ? Malheureusement, nous sommes détournés de cet appel sacré par de « faux éducateurs » et une « fausse science ».

« Ces faux éducateurs exaltent la nature au-dessus du Dieu de la nature et au-dessus de l’Auteur de toute vraie science. Au moment même où les enseignants auraient dû être fermes et inébranlables dans leur témoignage, au moment même où il aurait fallu manifester que leurs âmes étaient rivées au Rocher éternel, où ils auraient dû pouvoir inspirer la foi à ceux qui doutaient, ils ont fait l’aveu de leur propre incertitude quant à la véracité de la parole de Dieu ou des découvertes de la science faussement dite. » (Medical Ministry, p. 90).

Il existe de faux éducateurs et de faux scientifiques qui exaltent la nature et créent une pseudo-religion qui englobe le spiritualisme. Notre culture présente la terre et le cosmos comme le centre de tout ce que nous sommes et de tout ce que nous devons faire. La nature est présentée comme l’objet de notre révérence et de notre adoration. Les animaux, les arbres, l’eau et le monde matériel sont placés au même niveau que Dieu. Cela rejette les enseignements fondamentaux de l’Écriture, et lorsque les adventistes du septième jour se joignent à ce mouvement, nous brouillons la ligne de démarcation entre la vérité et le paganisme moderne et nous rejoignons l’œuvre des anges déchus :

« Nous devrons rencontrer les anges déchus et le prince des puissances des ténèbres. Satan n’est nullement endormi, il est bien éveillé et joue le jeu de la vie pour les âmes du peuple de Dieu. Il viendra à eux avec des flatteries de toutes sortes, dans l’espoir de les amener à dévier de leur allégeance. Il désire attirer leur attention sur de fausses théories plutôt que sur les vrais problèmes. » (Medical Ministry, p. 93).

Il existe un effort démoniaque pour tenter de nous faire oublier notre identité et ignorer les vérités éprouvantes de Dieu en ce moment solennel de l’histoire de la terre. Nous permettons aux anges déchus et au prince des ténèbres de prescrire une nouvelle compréhension et une nouvelle responsabilité pour l’environnement. Il s’agit d’une nouvelle moralité et d’une nouvelle mission qui s’appuie sur la doctrine sociale catholique. Les enseignements hérétiques de Rome nous font enterrer les enseignements du Christ que Dieu veut que nous proclamions hardiment aujourd’hui.

Nous ne pouvons pas permettre à des hommes malavisés qui n’ont pas notre meilleur intérêt à cœur de nous tromper. Nous devons résister à cet effort et ne pas permettre aux pouvoirs en place de nous intimider pour que nous nous soumettions aux dangereuses théories du nouvel ordre mondial de Rome. Cet agenda climatique n’est rien d’autre qu’une campagne de propagande répandant la désinformation et la peur et conçue pour nous distraire de notre travail de dépositaire de la loi morale de Dieu en ce moment.

Traduit de Advent Messenger

 

[1] https://news.eud.adventist.org/en/all-news/news/go/2021-11-26/environmental-stewardship-adras-response-to-uns-climate-change-summit/

1 réflexion au sujet de “La Crise Climatique : La plus grande menace selon la Division intereuropéenne Adventiste”

  1. Merci infiniment pour l’ancrage dans la parole de Dieu dans votre magistrale démonstration .
    En effet le monde va mal mais pas pour les mêmes raisons que le s écologistes croient.
    Que yah et son fils unique engendré qui est sa parole et sa sagesse et amour infini nous gardent .
    Nous avons une mission sacrée pour cette dernière génération.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !