Adventist Liberty Magazine : positif à l’avortement et aux mandats de vaccination

Le Magazine Adventiste Liberty prend position davantage contre la loi de Dieu.

La semaine dernière, la Cour suprême des États-Unis a entendu une affaire d’avortement dans le Mississippi qui remet directement en cause le précédent établi en 1973 par l’arrêt Roe v. Wade, qui donne à une femme enceinte la liberté d’avorter son bébé. Roe v. Wade est un meurtre de masse d’enfants innocents dans le ventre de leur mère, sanctionné, financé et protégé par le gouvernement. Il est donc possible que la Cour suprême des États-Unis rende un avis qui confirme la loi du Mississippi et renverse l’arrêt Roe v. Wade. Nous pourrions voir Roe v. Wade prendre fin de nos jours, Dieu merci. Mais ce n’est pas ainsi que les leaders de la liberté religieuse adventiste du septième jour voient les choses.

Dans le numéro de novembre/décembre 2021 de Liberty Magazine, la publication officielle de la division nord-américaine des adventistes du septième jour, Bettina Krause, rédactrice en chef de Liberty Magazine, a publié un éditorial affirmant que les restrictions à l’avortement sont inconstitutionnelles mais que les mandats de vaccination ne le sont pas car les vaccinations forcées ne violent pas la liberté religieuse. Voici ce que Bettina Krause avait à dire sur les mandats de vaccination :

« Il est clair qu’en ces temps difficiles, de nombreuses personnes sont préoccupées par les mandats de vaccination. Les mandats sont intrinsèquement coercitifs. Ou bien les gens peuvent se méfier du gouvernement, ou encore avoir des doutes sur l’efficacité ou la sécurité d’un vaccin. Ce sont toutes des questions de compréhension et de choix individuels qui devraient être abordées. Mais ce ne sont pas des questions de liberté religieuse. »[1]

Les mandats de vaccination sont-ils coercitifs ? Non, ils ne se sentent pas coercitifs, ils sont coercitifs. C’est ce que fait un mandat. Il oblige les gens à faire quelque chose. Devrions-nous nous méfier du gouvernement ? Nous devrions avoir une crainte saine du gouvernement. En fait, nos Pères fondateurs croyaient que lorsque le gouvernement craint le peuple, il y a la liberté. Mais lorsque le peuple craint le gouvernement, c’est la tyrannie. Puis Bettina Krause a parlé des « doutes » sur « l’efficacité » des vaccins. Eh bien, si ces vaccins étaient efficaces, pourquoi nécessitent-ils autant de rappels ? Elle a ensuite déclaré que les mandats de vaccination ne sont pas des « questions de liberté religieuse ». Non, ce ne sont pas des questions de science et de fait, et forcer les gens à embrasser des idéologies politiques est une violation de la liberté.

Bettina Krause a également déclaré que lorsque les membres d’une église demandent des « exemptions religieuses » pour ne pas se faire vacciner, ils ne font qu’alimenter l’hostilité :

« Dans certains secteurs de notre société, on constate une hostilité croissante à l’égard de l’existence même des exemptions religieuses dans toute une série de domaines juridiques. On assiste à un mouvement croissant en faveur de la suppression du « traitement spécial » accordé à la religion. Inévitablement, les actions de ceux qui abusent du langage de la liberté religieuse et des exemptions religieuses ne feront qu’alimenter cette hostilité. »[2]

Qu’est-ce qui alimente l’hostilité aujourd’hui ? Ce ne sont pas les personnes qui demandent des exemptions, mais le refus de notre société d’offrir des « exemptions religieuses », comme l’exige la loi fédérale, qui alimente l’hostilité. Le refus de l’administration de Joe Biden de reconnaître les « exemptions religieuses » fait que des gens perdent leur emploi. C’est la source de toute l’anxiété que nous observons aujourd’hui.

À propos de l’avortement, remarquez ce que Bettina Krause dit du projet de loi 8 du Sénat du Texas, qui interdit l’avortement après la détection des battements de cœur d’un enfant. Bettina Krause ne se concentre pas sur le fond de la loi mais sur son mécanisme :

« Au moment où j’écris cet éditorial, mon fil Twitter a été détourné par le cercle juridique entourant la loi texane sur l’avortement, qui défie ouvertement le droit constitutionnel actuel. Lorsque l’assemblée législative du Texas a adopté le projet de loi 8 du Sénat limitant les avortements en mai de cette année, cette décision a été saluée par de nombreuses personnes qui ont des convictions profondes sur le caractère sacré de la vie. Mais pour un instant, concentrons-nous uniquement sur le mécanisme de cette loi, et non sur son sujet. Voici pourquoi le mécanisme de cette loi est unique : au lieu de demander aux procureurs de l’État d’appliquer ses dispositions (ce qui est inadmissible en vertu du droit constitutionnel actuel), la loi permet aux citoyens privés de poursuivre toute personne qui soutient ou pratique un avortement ou qui a l’intention de le faire. Et il y a une incitation financière importante à le faire. En cas de succès, la loi texane prévoit un paiement de 10 000 dollars du défendeur au plaignant. »[3]

En gros, le projet de loi 8 du Sénat permet aux citoyens de l’État du Texas de poursuivre en justice toute clinique d’avortement ou tout médecin qui tue un bébé après la détection des battements de cœur de l’enfant. Cela donne aux pères, grands-parents et autres citoyens le droit de défendre la vie de bébés qui peuvent en fait être leurs parents. En donnant le pouvoir au peuple, Planned Parenthood et les autres fournisseurs d’avortement ne pourront pas poursuivre l’État du Texas, mais devront attendre que les citoyens les poursuivent pour avoir pratiqué des avortements illégaux avant de pouvoir contester cette loi. En substance, cela limiterait considérablement les avortements au Texas.

Mais selon le magazine Liberty, sauver la vie des bébés après la détection d’un battement de cœur « défie le droit constitutionnel actuel » en raison du « mécanisme », et non du « sujet ». Non, laissez-moi vous dire ce qui défie la croyance : la volonté des leaders de la liberté religieuse de soutenir le culte de la mort pro-avortement et d’être en phase avec les agendas politiques gauchistes anti-bibliques. Jusqu’où les adventistes du septième jour vont-ils descendre pour défendre et promouvoir la transgression du sixième commandement ? Ne sommes-nous plus le peuple qui garde les commandements ? Nous ne sommes pas prêts pour la marque de la bête ou la crise à venir si notre boussole morale est brisée et que nous ne pouvons même pas défendre la loi de Dieu maintenant !

La raison pour laquelle tant d’adventistes du septième jour restent à l’écart de cette question importante est que nous avons adopté l’idée que l’arrêt de l’avortement donnera aux églises un pouvoir politique et qu’une loi du dimanche viendra ensuite. C’est la réalité dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Par conséquent, mettre fin à l’avortement en Amérique serait une prémisse à la marque de la bête, et si les adventistes du septième jour soutiennent de quelque manière que ce soit l’un de ces efforts pour mettre fin à l’avortement, nous contribuerions à établir une image de la bête. Mais le soutien et l’application des mandats de vaccination sont-ils acceptables ? Selon de nombreux dirigeants de l’Église, le mandat de vaccination ne contribue pas à établir la marque de la bête, mais la fin de l’avortement le fera.

Protéger les enfants à naître, c’est défendre la loi de Dieu. Appliquer une loi du dimanche en installant une image de la bête, c’est défendre les lois de l’homme. Il ne s’agit pas de la même chose. La création des lois du dimanche profite à Rome car le dimanche est sa propre invention. Qui profite de l’abrogation des lois sur l’avortement ? Rome ? Pas du tout. Ce sont les enfants à naître qui bénéficient de l’abrogation des lois sur l’avortement, car cette loi (le sixième commandement) a été donnée dans le but de maintenir l’ordre civil au sein de la société. Dieu nous l’a donnée pour protéger la vie.

Vous pouvez adopter des ordonnances fédérales, d’État, de comté et locales toute la journée en ce qui concerne le sixième commandement de la loi de Dieu (avortement/meurtre) et vous n’établirez JAMAIS la tyrannie, la marque de la bête ou le dominionisme. Pourquoi ? Parce que cette loi a trait au respect de la vie. Maintenant, chaque fois qu’une loi est adoptée par l’homme qui traite de l’observation du dimanche, évidemment, cela ouvrirait la voie à la tyrannie et à la persécution. Qu’en est-il du « mécanisme » d’application des vaccins ? Ceux-ci sont beaucoup plus oppressifs que le « mécanisme » utilisé pour mettre fin à l’avortement dans le projet de loi 8 du Sénat du Texas. Mais d’une manière ou d’une autre, nos dirigeants ne veulent pas voir cela.

Cette idée dans l’adventisme est basée sur la « théorie du pendule », qui dit en gros que le parti démocrate est bon et protège la liberté religieuse, tandis que les républicains sont mauvais et veulent éliminer nos libertés. Et l’anarchie grandissante dans notre pays sous le contrôle démocratique de la Chambre, du Sénat et de la Présidence fera pencher le pendule dans l’autre sens afin que les Républicains puissent revenir au pouvoir et faire passer la marque de la bête. C’est ce que croient de nombreux adventistes du septième jour, bien que cette idée ne se trouve pas dans l’inspiration.

Frères et sœurs, le pendule est cassé. Joe Biden, un président démocrate catholique peut faire passer une loi sur le dimanche tout aussi facilement qu’un président républicain évangélique. Rome travaille dans les deux camps et utilisera celui qui sert ses objectifs. Peu importe qui est au pouvoir, notre devoir est de nous exprimer et de faire respecter la loi de Dieu, et de ne pas soutenir la violation de l’un de ses principes divins (l’avortement) :

« Il faut s’occuper avec soin de ceux qui se conduisent mal, avertir toute âme qui se trouve en danger, ne permettre à personne de s’abuser soi-même, appeler chaque péché par son nom, répéter ce que Dieu a dit concernant le mensonge, la violation du sabbat, le vol, l’idolâtrie, et tout autre mal. “Ceux qui commettent de telles fautes n’hériteront pas du royaume de Dieu.” (Galates 5 : 21) S’ils persistent dans leur péché, le jugement que vous aurez prononcé, conformément à la Parole de Dieu, sera ratifié dans le ciel. En donnant la préférence au péché, ils renient le Christ. L’Eglise doit montrer qu’elle n’approuve pas leurs agissements; si elle ne le fait pas, elle déshonore elle-même le Seigneur. Elle doit dire, au sujet du péché, ce que Dieu en a dit. Elle doit agir à son égard en se conformant aux directions divines, et alors ses décisions sont ratifiées dans le ciel. » (E. G. White, Jésus-Christ, p.806

Non seulement l’avortement est l’un des plus grands échecs moraux catastrophiques de notre époque, mais l’industrie de l’avortement est également engagée dans l’exploitation massive des mères pour le profit. Permettez-moi de partager avec vous ce que Dieu pense de l’industrie de l’avortement et, plus particulièrement, de l’argent de l’avortement. La liste suivante est particulièrement offensante pour Dieu, car ces actes sont destructeurs de la vie humaine.

« Il y a six choses que hait l’Éternel, même sept qui lui sont en abomination: Les yeux hautains, la langue fausse, les mains qui répandent le sang innocent, Le coeur qui forme de mauvais desseins, les pieds qui se hâtent pour courir au mal, Le faux témoin qui prononce des mensonges, et celui qui sème des querelles entre les frères. » (Proverbes 6 : 16-19)

« Les mains qui répandent le sang innocent. » C’est une abomination aux yeux du Seigneur. Dieu « déteste » cela. Mais il y a une autre composante à l’effusion de sang innocent qui aggrave encore plus ce péché. Il s’agit du cas où l’argent est impliqué. Non seulement Dieu déteste le meurtre contre rémunération, ou le prix du sang, mais il le maudit. C’est ce que Dieu pense de l’industrie moderne de l’avortement :

« Maudit celui qui reçoit un présent pour mettre à mort l’innocent! Et tout le peuple dira: Amen! » (Deutéronome 27 : 25)

Vous pouvez également lire dans Exode 1 : 15-22 que le roi d’Égypte a donné l’ordre aux sages-femmes hébraïques (prestataires de soins de santé) de tuer les bébés. Les sages-femmes hébraïques ont dit « non » et ont désobéi à la loi énoncée par le roi. De quel côté était Dieu, le roi corrompu ou les sages-femmes hébraïques qui ont respecté la loi de Dieu et sauvé les bébés ? Si vous lisez l’histoire, Dieu était du côté des sages-femmes hébraïques et les a bénies et honorées pour leur fidélité.

Tragiquement, les principaux chefs religieux de l’église d’aujourd’hui se rangent du côté du roi égyptien qui a donné l’ordre de tuer les bébés. Plus l’église s’exprimera contre ce péché national, et non moins, plus de vies seront sauvées d’une mort horrible. Plus l’église s’exprimera pour défendre la loi de Dieu, et pas moins, plus les cœurs et les esprits seront changés pour honorer le caractère sacré de la vie. Lorsque cela devient notre expérience, alors nous pouvons vraiment être le peuple décrit dans l’Apocalypse où il est dit :

« C’est ici la patience des saints, ce sont ici ceux qui gardent les commandements de Dieu, et la foi de Jésus. » (Ap. 14 : 12)

« Le dragon s’irrita contre la femme, et s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, qui gardent les commandements de Dieu, et qui ont le témoignage de Jésus-Christ. » (Ap. 12 : 17)

 

[1] https://www.libertymagazine.org/article/this-editorial-is-not-about-abortion-or-vaccine-mandates

[2] Idem.

[3] Idem.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !