Le Centre mondial pour les relations adventistes-musulmans invite l’Église à prier pour les musulmans pendant le ramadan

Le 12 avril 2022, le Global Center for Adventist-Muslim Relations (GCAMR), un ministère de la Conférence générale, exhorte les adventistes du septième jour à « prier pour les musulmans du monde entier pendant 30 jours au cours du mois de jeûne du ramadan ». Selon Adventist Press Service, un service de nouvelles de l’Église adventiste du septième jour en Allemagne, « le ramadan, qui a commencé le 2 avril et se termine le 2 mai cette année, est une période spéciale où les musulmans consacrent leur vie à des causes religieuses, selon le calendrier de prière du ramadan publié par GCAMR. »  Le service de presse adventiste a rapporté ce qui suit :

« Le Centre mondial pour les relations adventistes-musulmans (GCAMR) de la Conférence générale adventiste du septième jour (direction de l’Église mondiale) appelle les membres et les dirigeants de l’Église à prier pour les musulmans du monde entier pendant 30 jours au cours du mois de jeûne du ramadan… Le directeur du GCAMR, Petras Bahadur, a exhorté les adventistes du monde entier à prier pour les musulmans en particulier pendant le ramadan. « Nous encourageons à prier pour eux et pour les régions musulmanes afin que Dieu se révèle d’une manière particulière. » En utilisant le calendrier de prière comme guide, les congrégations adventistes pourraient se concentrer sur une ville musulmane différente chaque jour du ramadan. » [1]

La Conférence générale déclare qu’il est acceptable de prier pendant 30 jours durant le ramadan. Ce serait une façon de montrer aux musulmans notre soutien et notre solidarité. Lorsque les musulmans nous verront prier pendant le ramadan, ils penseront que nous sommes des personnes qui veulent obéir à Allah. Mais est-il approprié d’utiliser le mois sacré du ramadan, qui est une observance sacrée pour les musulmans, pour construire une solidarité avec eux ? Non, car nous exploitons leur foi dans le but de créer des liens sociaux non religieux.

Pendant le ramadan, les musulmans prient au nom d’Allah. Étant donné que ce mois appartient à Allah, au nom de qui allons-nous prier ? Si nous le faisons par solidarité, alors nous devrions apprendre l’arabe, fréquenter la mosquée, nous agenouiller avec les musulmans, prier Allah et répéter «Allah est le plus grand.» Si nous faisons cela pour leur salut, nous devrions prier au nom de Jésus et chercher leur conversion et leur repentir tout au long de l’année, et pas seulement pendant le ramadan. Sinon, cela apparaîtra comme un exercice œcuménique bidon.

Le ramadan est un mois de pur culte islamique qui dure 30 jours. Cette fête est inextricablement liée à ses origines musulmanes. On ne peut les séparer. Les musulmans observent le ramadan afin d’adorer une fausse divinité. Tenter de fusionner des aspects chrétiens en priant pendant le ramadan est un compromis. Nous ne pouvons pas embrasser les aspects d’un faux Dieu ou d’un faux évangile. Avec l’erreur, nous ne pouvons pas être en solidarité œcuménique.

Le passage du samedi au dimanche a été provoqué par ce mélange constant de vérité et d’erreur. L’église fait aujourd’hui ce que Constantin a fait pour réunir le christianisme et le paganisme :

« Le jour du soleil était vénéré par ses sujets païens et honoré par les chrétiens ; la politique de l’empereur était d’unir les intérêts contradictoires du païen et du chrétien. Il y fut incité par les évêques de l’église qui, inspirés par l’ambition et la soif de pouvoir, avaient compris que si le même jour était observé par les chrétiens et les païens, cela favoriserait l’acceptation nominale du christianisme par les païens, et donc la puissance et la gloire de l’église… Par l’intermédiaire de païens à moitié convertis, de prélats ambitieux et d’hommes d’Église amoureux du monde, il parvint à ses fins. De vastes conciles furent tenus de temps à autre, dans lesquels les dignitaires de l’Église étaient convoqués du monde entier. Dans presque tous les conseils, le sabbat que Dieu avait institué fut abaissé un peu plus bas, tandis que le dimanche était exalté en conséquence. C’est ainsi que la fête païenne fut finalement honorée comme une institution divine, tandis que le sabbat biblique était considéré comme une relique du judaïsme et que ses observateurs étaient déclarés maudits. » (Great Controversy, p. 53)

La célébration du ramadan ne sert que les ambitions du mouvement œcuménique. Lorsque les chrétiens observent la fête du ramadan, ils obéissent à un commandement qui est donné dans le Coran. Cet acte donne du crédit et de la légitimité aux écrits du prophète Mahomet. La Conférence générale place le Coran au même niveau de révélation divine que la Bible.

Ces festivals religieux interconfessionnels ne sont pas conçus pour nous aider à accomplir notre travail, mais plutôt pour l’arrêter. Le décor est planté pour que les religions du monde s’unissent. Le mouvement œcuménique est utilisé par Rome pour provoquer une résurgence de l’adoration de la première bête d’Apocalypse 13. Ne vous y trompez pas – l’objectif est d’unir toutes les religions en un seul corps, puis de les amener à travailler avec Rome. Cela se passe sous nos yeux. Nous devrions faire retentir les messages d’avertissement aux multitudes qui se laissent aveuglément entraîner dans l’apostasie finale.

[1] https://www.apd.info/2022/04/12/adventisten-beten-waehrend-des-ramadan-fuer-muslime-in-aller-welt/

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !