Le cardinal jésuite et président de la COMECE : L’Église est « prête à jouer un rôle encore plus actif » pour le NOM

Le cardinal jésuite Jean-Claude Hollerich, S.J., est le président de la Commission des épiscopats de l’Union européenne (COMECE). Il s’agit de l’agence dirigée par le Vatican qui représente le pape François dans l’Union européenne. Le 9 mai 2022, le Cardinal Jean-Claude Hollerich, S.J. a annoncer que « l’Église catholique en Europe continuera à être un compagnon fidèle et honnête » sur le chemin de « l’unification européenne. »

Dans sa lettre, le cardinal Hollerich appelle à l’unification de toute l’Europe. Travailler à l’unification de l’Europe n’est « rien à craindre », a-il dit, mais « doit être abordé avec courage et détermination ». Il a ajouté que pour que ce processus réussisse, des changements doivent être apportés sur la base de « valeurs communes » et que Rome est prête à jouer un rôle clé dans la réalisation de ces changements. Quels sont ces changements attendus ?

Remarquez ce que le principal dirigeant des Jésuites a souligné :

« En tant qu’Église, nous sommes prêts à y jouer un rôle encore plus actif. La plupart des propositions et des idées de la Conférence concernent l’environnement et le changement climatique, la transformation numérique, une économie sociale de marché forte et le rôle de l’UE dans le monde. Maintenant que la Conférence a passé le relais aux institutions de l’Union européenne, les attentes sont grandes quant à leur capacité à concrétiser ces idées et propositions. Les Européens souhaitent une économie respectueuse, responsable, sociale et durable. » [1]

L’Église est-elle prête à participer activement aux politiques relatives à l’environnement, au changement climatique, à la transformation numérique, à un marché social fort et à une économie durable ? S’agit-il des valeurs communes du nouvel ordre mondial ? Le message est clair. Les Jésuites indiquent qu’ils sont prêts à prendre le commandement et à nous diriger dans des politiques internationales qui modifieraient fondamentalement notre monde à jamais.

Ils sont prêts à imposer leur volonté aux dirigeants gouvernementaux en ce qui concerne les politiques climatiques (Laudato Si’) et l’économie (Fratelli Tutti). Fratelli Tutti, comme vous vous en souvenez peut-être, prône la création d’une économie mondiale qui abolit la propriété privée et impose la « destination universelle des biens de la terre ».

« J’observe que » la tradition chrétienne n’a jamais reconnu le droit à la propriété privée comme absolu ou inviolable, et a souligné la finalité sociale de toutes les formes de propriété privée « … Le droit à la propriété privée ne peut être considéré que comme un droit naturel secondaire, dérivé du principe de la destination universelle des biens créés. » (Fratelli Tutti #120)

« Le droit à la propriété privée est toujours accompagné du principe primaire et antérieur de la subordination de toute propriété privée à la destination universelle des biens de la terre, et donc du droit de tous à leur usage. » (Fratelli Tutti n°123).

« Le dimanche, notre participation à l’Eucharistie revêt une importance particulière. Le dimanche, comme le sabbat juif, est censé être un jour qui guérit nos relations avec Dieu, avec nous-mêmes, avec les autres et avec le monde. Le dimanche est le jour de la Résurrection, le « premier jour » de la nouvelle création, dont les prémices sont l’humanité ressuscitée du Seigneur, gage de la transfiguration finale de toute la réalité créée. Il proclame aussi le repos éternel de l’homme en Dieu… Ainsi, le jour du repos, centré sur l’Eucharistie, éclaire toute la semaine et nous incite à une plus grande attention à la nature. » (Laudato Si’ #237).

Rome est prête à utiliser son poids politique pour promouvoir des politiques qui favorisent le dimanche dans leur nouvelle économie, ce qui entraînera la tyrannie. Ils opèrent leurs changements de manière très subtile et cachée. Le but ultime est d’accroître le pouvoir et l’influence du pape dans le monde entier. Qui se soucie de ce qui arrive aux gens, à leur propriété privée ou à leurs droits individuels, tant que Rome triomphe et devient dominante. Tant que les agents et diplomates catholiques contrôleront la politique mondiale, il n’y aura jamais de paix, d’harmonie, d’unité ou de progrès dans aucun pays.

Le cardinal jésuite Hollerich termine sa lettre par la déclaration effrayante suivante :

« L’Église catholique, ses papes successifs depuis Pie XII, les évêques européens, les ordres religieux et de nombreux mouvements chrétiens de laïcs n’ont jamais cessé d’embrasser de tout cœur le processus d’unification européenne et les valeurs qui le sous-tendent. Le fait d’exprimer parfois des réserves sur des questions politiques isolées ne peut rien y changer. En ce 9 mai, nous souhaitons encourager les dirigeants politiques des institutions et des États membres de l’Union européenne à relever les nouveaux défis et à saisir les opportunités qui se présentent. » [2]

Nous assistons à l’un des principaux accomplissements de la prophétie biblique de ces derniers temps, alors que la bête d’Apocalypse 13 cherche à unir l’Europe autour de ses valeurs communes partagées. L’objectif d’unité semble être en bonne voie. Il peut réussir pendant un court moment, mais il est certain qu’il échouera à la fin. Cette désunion se produira non pas en raison de nos propres connaissances ou raisonnements, mais en raison de notre foi dans la prophétie biblique.

« Et comme tu as vu les pieds et les doigts en partie d’argile et en partie de fer, ce sera un royaume divisé; mais il y aura en lui de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l’argile; et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d’argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile. Quant à ce que tu as vu le fer mêler à l’argile, c’est qu’ils se mêleront par des alliances humaines; mais ils ne seront pas unis l’un à l’autre, de même que le fer ne s’allie point avec l’argile. Et dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit; et ce royaume ne passera point à un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. » Daniel 2 : 41, 44.

Depuis des siècles, empereurs, généraux, dictateurs, papes, politiciens et mondialistes ont tous essayé, d’une manière ou d’une autre, d’unir l’Europe en une seule grande superpuissance. Tous ces efforts, cependant, ont échoué. « Ils ne s’attacheront pas les uns aux autres », dit la parole de Dieu, donc l’Europe ne peut pas et ne sera pas unie. Ceux qui ont tenté d’unir l’Europe n’ont jamais été en mesure de comprendre pourquoi leurs efforts ont échoué. Charlemagne, Louis XIV, Napoléon, Guillaume II (Kaiser Bill), Hitler, Jean Monnet, ou des jésuites comme le cardinal Jean-Claude Hollerich, S.J., ont tous essayé et échoué à unir l’Europe. Elle peut sembler s’unir pendant un bref instant, mais le fer ne peut être mélangé à l’argile, et elle finira par s’effondrer.

Est-il décourageant de savoir que les plans de l’homme finiront par échouer ? Certainement pas. Cela nous donne des raisons d’espérer. Notre espoir réside dans les promesses de Dieu, et non dans les hommes, car la parole de Dieu continue de nous dire que le Christ reviendra à l’époque d’une Europe divisée :

« Et dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit; et ce royaume ne passera point à un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. » Daniel 2 : 44.

L’Europe et le monde entier seront unis un jour, mais seulement lorsque le Christ reviendra. Dieu établira un royaume qui durera toujours sur les cendres de la vieille terre, et il n’y aura plus de méchanceté, de tyrannie, d’oppression, de guerre, de violence, de haine ou de péché. Louons Dieu !

 

[1] https://www.comece.eu/wp-content/uploads/sites/2/2022/05/2022-05-09-Statement-President-Europe-Day.pdf
[2] Idem

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !