Ted Wilson et Ganoune Diop ont rencontré les agents œcuméniques de Rome en privé lors de la 61e session de la Conférence générale

Juste au moment où vous pensez que la duplicité, les postures et les faux-semblants de la 61e session de la Conférence générale ne pouvaient pas être pires, ils le sont. Un déjeuner interconfessionnel privé a eu lieu pendant la 61e session de la Conférence générale. Il n’a été annoncé, diffusé, retransmis en direct ou rendu public qu’après la fin de la session et le départ des participants. S’agissait-il d’une simple coïncidence ou d’une bonne raison ?

Ce déjeuner a eu lieu le 9 juin 2022, selon Adventist News Network. Cependant, les informations relatives à cet événement n’ont été publiées que le 16 juin 2022, bien après la fin de la session de la Conférence générale. Remarquez ce qui a été rapporté dans l’article intitulé « Refuser de se taire face au mal ». Par coïncidence, l’Église a gardé le silence sur ce déjeuner œcuménique pendant que les sessions se déroulaient :

« Jeudi après-midi, lors de la 61e session du CG à St. Louis, Missouri, la PARL a organisé un déjeuner pour renforcer les relations entre les directeurs de la PARL et s’engager auprès des fonctionnaires et des principaux chefs religieux. » [1]

Le but de ce déjeuner était de « renforcer les relations » et de « s’engager » avec des « leaders religieux clés ». Qui étaient ces « principaux chefs religieux » ? Ces hommes étaient des agents de Rome qui plaident avec ferveur pour l’unification des églises. Ce sont les ambassadeurs de Babylone qui ont été accueillis lors d’un déjeuner spécial pendant la session de la Conférence générale. Adventist News Network a poursuivi son reportage :

« Les invités spéciaux qui étaient présents et reconnus lors du déjeuner, représentant certaines des connexions significatives que le PARL a établies avec des représentants influents à travers le monde, étaient le Secrétaire du Forum Chrétien Mondial Dr. Casely Essamuah, le représentant de l’Armée du Salut Colonel Kenneth Johnson, le représentant de l’Alliance Mondiale Baptiste Rev. Everton Jackson. » [2]

Voici le Dr Casely Essamuach, secrétaire du Forum chrétien mondial et invité spécial à la 61e session de la Conférence générale à Saint-Louis. Il est un agent de Rome qui s’est engagé à travailler à « l’unité chrétienne mondiale ». Il s’attache principalement à « favoriser l’unité des chrétiens et à encourager les églises à aller au-delà de leurs différences doctrinales. » [3] Le Dr Casely Essamuach, qui est également un invité spécial du Vatican, est le même acteur qui a participé au déjeuner œcuménique organisé lors de la 61e session de la Conférence générale.

Kenneth Johnson est la personne suivante qui a participé au déjeuner œcuménique. Le colonel Kenneth Johnson est le secrétaire en chef national de l’Armée du Salut. [4] Il a été nommé au siège national de l’Armée du Salut par le général Brian Peddle, le plus haut dirigeant de l’Armée du Salut. [5] L’Armée du Salut s’est engagée à « célébrer, travailler et témoigner ensemble » avec d’autres religions et a engagé les adventistes du septième jour et les catholiques romains dans un dialogue œcuménique. [6]

Everton Jackson a également participé au déjeuner œcuménique spécial avec Ted Wilson et Ganoune Diop à St. Louis. Il est le directeur de la mission intégrale de l’Alliance baptiste mondiale. Ils ont eu plusieurs rencontres œcuméniques spéciales avec Rome afin de favoriser une plus grande unité. [7] En fait, Everton Jackson a rencontré des représentants du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, une organisation dirigée par le Vatican, il y a tout juste six mois, afin de « trouver des moyens de travailler ensemble au-delà de leurs divisions pour offrir un témoignage commun à leur Seigneur Jésus-Christ ». [8] Everton Jackson est le « Ganoune Diop » de l’Alliance baptiste mondiale. Il s’efforce de mettre fin aux divisions entre les églises et recherche une unité plus étroite avec Rome.

Ce sont les agents de Rome qui ont été invités en tant qu’« invités spéciaux » aux 61e sessions de la Conférence générale dans le but de « renforcer les relations » et de « s’engager » avec eux. Ted Wilson était présent à ce déjeuner exclusif. La Conférence générale des adventistes du septième jour a fait venir des chefs religieux d’autres églises qui poussent le monde chrétien vers Rome, et Ted Wilson a déjeuné avec ces personnes.

Cela s’est passé le jeudi. Puis samedi, Ted Wilson a fait un sermon sur les dangers de l’oecuménisme. Quoi ? Il est sérieux ? Est-ce que vous vous moquez de moi ? Ted Wilson aurait dû garder son sermon et délivrer ce message pendant qu’il déjeunait avec les ambassadeurs de Babylone le jeudi. Mais il ne l’a pas fait. Au lieu de cela, il a souligné aux délégués mondiaux et aux membres de l’Église adventiste du septième jour, dans son sermon du samedi, l’importance de rejeter l’œcuménisme.

Le fait d’inviter et de rejoindre la famille œcuménique le jeudi, ainsi que de leur offrir un déjeuner spécial, puis de prêcher contre l’œcuménisme le samedi était complètement insincère et malhonnête. Ses paroles de samedi n’étaient qu’une mascarade. C’était une escroquerie, et les membres conservateurs de l’Eglise ont mordu à l’hameçon, à la ligne et au plomb, parce que c’était pour le spectacle et pour les apaiser.

Nous avons atteint un point dans l’adventisme où nous nourrissons la famille œcuménique toujours plus nombreuse d’un déjeuner pendant une session mondiale de la Conférence générale. Alors que les ambassadeurs de Babylone abondent dans nos événements, alors que le drapeau du Vatican est hissé par les organisateurs de la session, ne vous y trompez pas : notre précieuse foi est en train d’être ajustée théologiquement pour accommoder ces agents de Rome en conséquence.

Adventist News Network a déclaré ce qui suit au sujet des remarques de Ted Wilson lors de ce déjeuner œcuménique :

« Ted N.C. Wilson a déclaré : ‘Quel privilège pour les adventistes du septième jour et les autres chrétiens d’être des épîtres du Christ, des représentants de la plus haute autorité de l’univers.’ Il a ensuite précisé que le service et la représentation fidèles du Christ impliquent une lutte constante pour la liberté religieuse, la justice et la liberté de conscience. » [9]

C’est ce qu’il a dit à ceux qui étaient présents au déjeuner œcuménique. Ted Wilson a déclaré que c’était un privilège de rencontrer « d’autres chrétiens » et « des représentants de la plus haute Autorité de l’univers. » Ce n’est pas ce que Ted Wilson a dit dans son sermon du sabbat deux jours plus tard. Il a mis en garde contre les dangers de l’œcuménisme. Comment peut-on faire l’éloge des dirigeants de l’œcuménisme le jeudi, puis mettre en garde le peuple de Dieu contre le mouvement œcuménique en gardant un visage impassible le matin du sabbat ? Il est intéressant de noter que Ted Wilson s’est vu remettre un prix lors de ce déjeuner par Ganoune Diop.

Ouvrez les yeux. Ganoune Diop et Ted Wilson se servent de la liberté religieuse comme d’un stratagème pour dissimuler leur théologie et leurs activités œcuméniques. Cela leur permet de renforcer leurs fausses notions d’unité religieuse sous couvert de défendre la liberté religieuse et de s’élever contre le mal. Ils ont appelé ce déjeuner œcuménique « Refuser de se taire face au mal ».

Les dirigeants de l’Église adventiste du septième jour sont en fait silencieux face au mal. La vérité existe, et l’erreur théologique existe. L’erreur et la fausse doctrine existent. Pourtant, pas un mot n’est dit à ce sujet lors de ces rencontres œcuméniques. La vérité a été minimisée, ignorée et rejetée, tandis que l’erreur a été autorisée à se développer sans contrôle.

Comment pouvons-nous nous prononcer publiquement contre l’œcuménisme tout en soutenant, louant et donnant une tribune aux dirigeants du mouvement à huis clos lors d’une session de la Conférence générale ? Il n’est pas possible de faire venir ces agents œcuméniques qui poussent le monde chrétien tout entier vers Rome à notre plus important rassemblement d’adventistes du septième jour. Leur travail est en conflit avec la mission du peuple du reste. Pourquoi cela n’a-t-il pas été discuté avec les délégués mondiaux ? Pourquoi n’ont-ils pas été autorisés à voter sur ce sujet ? Pourquoi ont-ils été tenus dans l’ignorance ?

Il est vraiment choquant de travailler à huis clos pour forger un lien de fraternité plus fort avec le mouvement œcuménique, puis de mettre en garde la famille adventiste mondiale du septième jour contre les dangers de l’œcuménisme. Tout cela s’est déroulé en l’espace de trois jours lors de la 61e session de la Conférence générale. J’ai l’impression que certains dirigeants de la Conférence générale considèrent les délégués mondiaux de l’Église adventiste du septième jour comme des petits bébés dans une crèche, qui ne sont utilisés que lorsqu’ils sont nécessaires et rapidement jetés lorsqu’ils ne le sont pas.

Comme si cela ne suffisait pas, Adventist News Network poursuit en décrivant la nouvelle orientation du travail de Ganoune Diop au département des affaires publiques et de la liberté religieuse (PARL) :

« Le PARL est également un défenseur actif des questions de politique publique. Parmi ces questions figurent la santé, l’éducation, la conservation de l’environnement, les droits des femmes et des enfants, les droits des prisonniers, l’aide et le développement. »

Le travail de la liberté religieuse vient d’être redéfini. La justice sociale vient de remplacer notre travail de longue date qui consistait à réclamer la liberté religieuse afin que nous puissions prêcher le message du troisième ange. Il y a une raison pour laquelle, au sein de l’adventisme, nous avons maintenant l’évangile de la justice sociale, l’évangile arc-en-ciel, l’évangile vert du changement climatique, l’évangile féministe et l’évangile œcuménique. Tout cela remplace l’évangile éternel d’Apocalypse 14:6-12. Et aujourd’hui, l’église sert d’abord les « nouvelles » attitudes et les « nouvelles » politiques et ensuite la foi historique, voire pas du tout !

« Mon peuple a des enfants pour oppresseurs, et des femmes dominent sur lui. Mon peuple, tes guides t’égarent et t’ont fait perdre le chemin que tu dois suivre. » (Ésaïe 3 : 12)

 

[1] https://adventist.news/news/refusing-to-be-silent-in-the-face-of-evil
[2] Idem
[3] https://www.bu.edu/cgcm/2020/07/01/casely-essamuah-03-describes-his-work-for-global-christian-unity/
[4] https://www.linkedin.com/in/kenneth-johnson-362bb71b9
[5] http://www.qgdigitalpublishing.com/publication/?i=627954&article_id=3508201&view=articleBrowser&ver=html5
[6] https://www.salvationarmy.org.uk/our-faith/ecumenical
[7] https://goodfaithmedia.org/baptist-catholic-delegations-meet-to-promote-christian-unity/
[8] https://myemail.constantcontact.com/NEWS-RELEASE–Baptist-Catholic-Dialogue-Convenes-in-Durham–North-Carolina.html?soid=1102288672315&aid=Z7GMcxgGjhU
[9] https://adventist.news/news/refusing-to-be-silent-in-the-face-of-evil

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !