Le Vatican a déclaré qu’il était prêt à « faciliter les négociations entre la Russie et l’Ukraine », y compris les « désaccords entre les Églises »

02-Mars-2022
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Nous entendons un appel à embrasser la doctrine sociale catholique dans presque toutes les crises que nous voyons aujourd’hui. Rome ne laisse pas une bonne crise se perdre. Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, a déclaré à quatre journaux distincts, le lundi 28 février 2022, que Rome est prête à résoudre les conflits politiques et théologiques entre la Russie et l’Ukraine. Le Vatican a conçu une stratégie visant à transformer radicalement les systèmes politiques et religieux du monde. Ils estiment que la meilleure approche pour résoudre les difficultés politiques de la société est d’éliminer toutes les différences religieuses.

Le Vatican News a rapporté :

« Le cardinal Parolin a appelé à éviter toute escalade militaire, à mettre fin à la violence et à ouvrir des pourparlers de paix, insistant sur le fait qu' »il n’est jamais trop tard » pour négocier. Il a déclaré que le Saint-Siège est « prêt à faciliter les négociations entre la Russie et l’Ukraine.

« Pour écarter ce danger, a déclaré le cardinal Parolin, « il faut éviter toute escalade, arrêter les affrontements et négocier. » Il a également exprimé son inquiétude quant au « retour possible à une nouvelle guerre froide avec deux blocs opposés ». Un tel « scénario inquiétant », a déclaré le cardinal, « va à l’encontre de la culture de la fraternité que le pape François propose comme seul moyen de construire un monde juste, solidaire et pacifique.«

« Le secrétaire d’État a également évoqué les désaccords entre les Églises : « Dans l’histoire de l’Église, malheureusement, les particularités n’ont jamais manqué et elles ont conduit à de nombreuses et douloureuses divisions, comme en témoigne saint Paul à l’origine même du christianisme, et qui en même temps nous exhorte à les surmonter. En ce sens, nous voyons des signes encourageants dans les appels des chefs des Églises orthodoxes, qui montrent une volonté de laisser de côté le souvenir des blessures mutuelles et d’œuvrer pour la paix […] ce qui peut jouer un rôle fondamental pour éviter que la situation ne s’aggrave davantage. » [1]

Le Vatican vient de déclarer qu’il souhaite mettre fin aux conflits militaires entre la Russie et l’Ukraine ainsi qu’à leurs différends religieux. L’Église ukrainienne gréco-catholique est la religion la plus populaire du pays. Elle reconnaît le pape comme son chef et est en pleine communion avec l’Église catholique romaine. L’Église orthodoxe russe est la religion dominante en Russie et bénéficie d’un statut spécial au sein de l’État russe, bien qu’elle ne soit pas en pleine communion avec Rome. L’Église orthodoxe russe reconnaît le pape François comme un chef religieux, mais rejette la doctrine de la suprématie papale, selon laquelle il est le chef spirituel de tous les chrétiens.

Le plus troublant dans tout cela, c’est lorsqu’ils prétendent que pour mettre fin aux guerres et aux conflits, il faut unir les divers systèmes de croyance et qu’il ne peut y avoir de divisions ecclésiales. Pour le dire autrement, ces guerres politiques existent parce que nous ne sommes pas unis. La fraternité universelle du pape n’a pas été acceptée par nous. Et plus longtemps les églises seront séparées, plus ces conflits politiques s’aggraveront.

Peut-être écartez-vous toute suggestion selon laquelle le Vatican gouvernerait le monde comme une simple théorie de la conspiration. Certains affirment que la suprématie papale appartient au passé et que nous ne devrions pas nous en préoccuper car nous disposons désormais de libertés civiles et religieuses. En conséquence, de nombreuses personnes pensent qu’elles peuvent parfaitement adopter l’encyclique du pape sur la fraternité œcuménique universelle (Fratelli Tutti) et ses solutions environnementales (Laudato Si’).

Que les gens veuillent le croire ou non, Apocalypse 13 décrit une puissance qui est rusée et qui jouera un rôle de premier plan dans les affaires des nations. Il nous est dit que quelqu’un conspire à la domination du monde en ces derniers jours :

« Il lui fut aussi donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné puissance sur toute tribu, langue, et nation. » (Ap. 13 : 7)

N’imaginez pas que Fratelli Tutti et Laudato Si’ ne constituent pas la base de cette nouvelle réinitialisation mondiale. Prophétiquement parlant, Rome est destinée à accomplir encore plus en cette fin des temps. Elle ne fait que commencer. La seule question qui se pose est la suivante : les nations et les églises se prosterneront-elles aux pieds de Rome ? Elles le font déjà. Toutes les nouvelles actuelles et les événements mondiaux indiquent que nous nous dirigeons dans cette direction. En fait, Dieu nous avertit de la direction que prend notre monde :

« Elle exerçait toute la puissance de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la plaie mortelle avait été guérie. » (Ap. 13 : 12)

Tragiquement, certains de nos concitoyens ne croient pas que la guérison de la blessure mortelle est en cours, et par conséquent, ils ne ressentent aucune urgence à lancer un avertissement contre cette puissance bestiale. Mais je veux vous assurer que la reconnaissance universelle de Rome comme arbitre principal des politiques, économiques, environnementales et religieuses est l’un des grands signes que nous vivons maintenant dans la période finale de l’histoire de cette terre.

C’est le scénario qui se déroule, et dans ce contexte, un message mondial de Dieu sera entendu disant : « Et un troisième ange les suivit, en disant d’une voix forte: Si quelqu’un adore la bête et son image, et s’il en prend la marque au front, ou à la main, Il boira aussi du vin de la colère de Dieu […] » Apocalypse 14 : 9-10.

 

[1] vaticannews.va

1 réflexion au sujet de “Le Vatican a déclaré qu’il était prêt à « faciliter les négociations entre la Russie et l’Ukraine », y compris les « désaccords entre les Églises »”

  1. Barbara Valmont

    Nous devons être vigilants en priant et en étudiant la Bible et l’Esprit de Prophétie afin de nous préparer ; pour ne pas être parmi ceux qui adorent la bête et son image.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !