Dr. Peter McCullough : Le Vatican doit présenter des excuses immédiates pour la grave erreur commise en approuvant le vaccin

Pensez-vous que le Pape, le Vatican et les évêques en général sont suffisamment informés sur ces vaccins ?

Note : Ce qui suit est une partie d’un entretien avec le Dr Peter McCullouh, l’un des plus grands experts sur le Covid, réalisé par Edward Pentin, correspondant au Vatican pour le National Catholic Register, le 15 février 2022.

 

Edward Pentin : Pensez-vous que le Pape, le Vatican et les évêques en général sont suffisamment informés sur ces vaccins ? D’après ce que vous dites, ils ne semblent pas l’être, mais pensez-vous qu’ils doivent écouter des sources plus larges, car au Vatican, ils ont maintenant certains des mandats les plus stricts du monde : vous ne pouvez pas entrer si vous n’êtes pas vacciné, ou si vous êtes guéri, et vous devez porter des masques N95. Quel conseil donneriez-vous au Vatican concernant sa politique sur le COVID ?

Dr. Peter McCullouh : Le Vatican devrait abandonner tout mandat, toute restriction et tout plaidoyer ou préoccupation pour les vaccins. Le Vatican devrait immédiatement lancer une campagne d’intérêt public sur les blessures et les décès dus aux vaccins. Il devrait s’excuser formellement d’avoir adopté une position délétère sur les vaccins et il devra rendre compte des centaines de milliers de vies perdues à cause des vaccins dans le monde entier parce que le Vatican a violé ce qu’on appelle le Code de Nuremberg le Vatican a violé un code essentiel de bioéthique et il doit immédiatement le reconnaître. Il doit immédiatement s’excuser pour cette grave erreur qu’il a commise. Le code de Nuremberg stipule que personne, quelles que soient les conditions, ne doit exercer une pression, une coercition ou une menace de représailles pour un traitement ou une procédure médicale, en particulier lorsqu’il s’agit d’une nouvelle procédure, d’une procédure expérimentale, dont nous ne connaissons pas les résultats.

Je viens de vous expliquer qu’il s’agit de matériel génétique injecté dans des corps humains, et nous n’avons aucune idée de la durée de l’opération ni de l’ampleur des lésions. Elles ont l’air catastrophiques rien qu’au vu des premiers résultats. Le Vatican doit revenir sur sa position. Il doit écouter les personnes en position d’autorité, y compris moi-même, immédiatement. Et je suis heureux de parler directement au Pape. Il ne s’agit pas d’un problème de manque d’éducation. Le Vatican et tous les chefs religieux ont toutes les informations qu’ils peuvent avoir. Ces systèmes sont des systèmes ouverts. Un groupe français a dit en mars 2021 : « Arrêtez le programme, il n’est pas sûr. » Le document que j’ai publié avec [Roxana] Bruno et ses collègues, un document mondial incluant l’Europe, implorait tous les gouvernements d’installer des conseils de sécurité et de commencer à examiner les données de sécurité. En juin 2021, un groupe de consultants britanniques fondés sur des données probantes a présenté un rapport officiel à la MHRA et a déclaré : «Arrêtez le programme». Nous avons reçu des pétitions demandant l’arrêt du programme. Ce n’est pas un problème de manque d’éducation. C’est un problème de complicité. L’histoire retiendra que le Vatican est complice de la perte massive de vies humaines par injection.

Edward Pentin : L’Académie pontificale pour la vie du Vatican a également préconisé les vaccins pour les enfants. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

Dr Peter McCullouh : Plus on rajeunit dans le groupe d’âge, plus le risque de COVID-19, la maladie virale, diminue progressivement. En fait, la plupart des enfants ne l’attrapent même pas parce qu’ils l’ont déjà eue et qu’elle est plus bénigne que le prochain rhume qu’ils auront. Cela signifie que le préjudice relatif des vaccins est encore plus grand. C’est donc odieux. Cela viole chaque parcelle de croyance sacrée et religieuse que nous avons en termes de protection de notre famille et de nos enfants, le Vatican abrogeant l’un de ses principes, les croyances de l’Ancien Testament, qui est de protéger les enfants. Ce n’est pas protéger les enfants. Cela nuit ouvertement aux enfants. Et le Vatican doit immédiatement faire marche arrière.

Edward Pentin : Le pape a qualifié la vaccination « d’acte d’amour » et « d’obligation morale ». Seriez-vous prêt à donner votre avis au Vatican ?

Dr. Peter McCullouh : J’en serais plus qu’heureux. Comme vous l’avez mentionné, j’ai 54 publications évaluées par des pairs sur COVID-19. J’ai plus de 660 publications évaluées par des pairs dans la Nationale Library of Medicine. J’ai présidé ou participé à 2000 jours de conseils de surveillance de la sécurité. J’ai moi-même eu le COVID-19 à deux reprises. Un membre de ma famille a perdu la vie à cause du COVID-19. Je suis un commentateur expert à la télévision nationale chaque semaine depuis deux ans. Je me considère comme la personne la plus qualifiée au monde pour donner mon avis sur le COVID-19 et les vaccins, et cela peut être envoyé directement au Pape. S’il veut parler à la plus haute autorité du monde, je suis ouvert à une conversation, mais elle ne sera pas confortable pour lui. Il faut donc l’en avertir. C’est important. Une vie perdue est une vie de trop. L’idée que c’est un cadeau, que le pape fait cadeau de la perte d’une vie est absolument inacceptable, et il faut lui opposer la plus forte des résistances.

Nous sommes à un moment très, très important de l’histoire de l’humanité. La gravité de ces découvertes et de ces révélations montre qu’il ne s’agit pas d’une question discutable. Des gens perdent la vie à cause de ce vaccin.

Et je peux vous dire ceci : même si le vaccin fonctionnait vraiment, ce qui n’est pas le cas, mais même s’il fonctionnait vraiment, les gens pourraient toujours faire leur choix : ils pourraient mourir avec un vaccin ou mourir avec une maladie respiratoire, et ce serait un choix. Ce serait un choix très difficile, mais ils pourraient faire un choix. Mais le fait que les vaccins ne fonctionnent pas et qu’ils offrent simplement une opportunité, une opportunité stochastique de mourir quelques jours après avoir reçu l’injection, est totalement inacceptable.

Il y a une analyse de la mortalité, et je suis heureux que nous parlions encore de la mortalité parce que je pense que c’est la chose la plus primaire que nous puissions considérer, publiée par Ron Kostoff, et le titre de l’article est « Pourquoi vaccinons-nous les enfants ». C’est dans la littérature évaluée par les pairs. Il a d’ailleurs été présenté deux fois lors des réunions de l’USFDA en septembre et en octobre par des présentateurs externes. Le coût de l’analyse indique qu’une personne âgée de 65 ans a plus de chances de mourir avec le vaccin que de tenter sa chance avec le COVID-19 et de mourir d’une maladie respiratoire du COVID-19. Il y a cinq fois plus de chances de mourir avec le vaccin. En effet, si vous tentez votre chance avec le COVID-19, vous pouvez ou non contracter la maladie. Vous pourriez être fastidieux et ne pas avoir beaucoup de contact et être peu exposé, et cela ne tient même pas compte du traitement précoce qui, selon mes estimations, permet de réduire de 90 à 95 % les hospitalisations et les décès. Vous pouvez donc imaginer que c’est un bien meilleur choix de prendre le risque de contracter une maladie respiratoire que de prendre le risque d’être vacciné. Et les gens disent, « eh bien, c’est rare ». Eh bien, je dois vous dire que lorsque nous en sommes à 21 000 Américains, c’est en fait pire qu’une guerre. Nous n’avons jamais dit que les victimes de guerre étaient «rares». Nous avons pris note de chaque victime de guerre. Chaque décès dû au vaccin doit être pris au sérieux. Nous ne pouvons pas effacer la vie humaine d’un simple trait de plume. C’est inacceptable, c’est immoral, c’est illégal.

Edward Pentin : Quel est votre avis sur les mandats ? Compte tenu de ce que vous dites sur les vaccins, les considéreriez-vous comme grossièrement injustes ?

Dr. Peter McCullouh : Il y a d’autres mandats. Dans notre système universitaire américain, nous exigeons que les étudiants reçoivent le vaccin contre la méningite à méningocoques. Il s’agit d’une norme. Il y a un système de dispense. Vous pouvez choisir de ne pas le faire, mais la plupart des gens ne le font pas, et 20 millions d’enfants par an se font vacciner contre le méningocoque. Vous ne voyez pas de protestations à ce sujet. Pourquoi ? Parce que c’est un vaccin à base d’antigènes qui ne va pas partout dans le corps. Il a un mécanisme d’action sûr. Ses antécédents en matière de sécurité sont irréprochables. Personne ne meurt du vaccin anti-méningocoque. Il élimine efficacement les risques de contracter une méningite à méningocoques. Donc nous n’avons plus d’épidémies dans les collèges. Donc je vous le dis, un vaccin parfaitement sûr et efficace que les gens accepteraient. Et si les vaccins COVID-19 étaient parfaitement sûrs et efficaces, premièrement, le COVID-19 aurait disparu, il ne serait plus là, et deuxièmement, les gens l’accepteraient largement. Il n’y aurait pas de débat. Si les vaccins étaient sûrs et efficaces, personne ne porterait de masques N95 au Vatican. Les choses devraient être évidentes à ce stade.

Edward Pentin : Quel a été le coût personnel pour vous de vous impliquer dans cette cause ?

Dr. Peter McCullouh : Je n’avais aucun intérêt à devenir une figure publique dans cette affaire. Toute ma carrière et mes finances personnelles ont été absolument détruites par cette affaire, mais je ne peux pas rester là à regarder ce qui se passe sans prendre la parole. Je ne vois pas comment un chrétien pourrait le faire. Cela se résume à cette idée de complicité. La Bible est remplie de phrases comme celle-ci. Si vous restez là et que vous vous taisez, si vous regardez ce qui se passe, vous participez au crime. C’est clair.

Edward Pentin : L’Église a donc le devoir de s’exprimer.

Dr. Peter McCullouh : Oui, il n’y a aucun doute là-dessus.

Note : Voici un lien vers l’intégralité de l’interview. La grande nouvelle est que le Vatican ne sera pas seulement tenu pour responsable des innombrables vies perdues, mais aussi de la perte de beaucoup de ces âmes, ce qui est encore plus grave. Et le même sang sera sur les mains de toutes les autres églises et institutions religieuses qui ont suivi l’exemple de Rome sur les mandats de vaccination.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !