Le pape François appelle à l’évangélisation en vue du Jubilé 2025

Le 11 février 2022, le pape François a appelé à la nécessité d'une « nouvelle évangélisation », invitant le monde à se préparer au prochain Jubilé de 2025.

Nous vivons dans un monde qui nous trompe. De nombreuses erreurs fatales passent inaperçues parce qu’elles semblent inoffensives. Les erreurs les plus dangereuses sont celles qui apparaissent sous l’apparence de la vérité et de la droiture après avoir tenté de nier la vérité du ciel. Pour utiliser une figure plus familière, les pires de tous les loups sont ceux qui viennent à nous déguiser en moutons.

Le 11 février 2022, le pape François a appelé à la nécessité d’une « nouvelle évangélisation », invitant le monde à se préparer au prochain Jubilé de 2025. Le pape François a noté que la célébration du « Jubilé » a « toujours été un événement de grande signification spirituelle, ecclésiale et sociale dans la vie de l’Église. » [1] Qu’est-ce qui est inclus dans les plans du Pape pour préparer ce Jubilé ? Mettre fin aux divisions historiques entre les chrétiens, promouvoir sa fraternité universelle, s’engager sur un « chemin partagé » avec les autres à travers une « diversité harmonieuse », faire avancer les objectifs du Concile Vatican II et « construire l’unique Église. » [1]

Tels étaient certains des objectifs pour l’avenir proche de notre monde. Malheureusement, cela se passe en ce moment même sous nos yeux. Ces politiques sont en vigueur en ce moment même, et elles continueront à faire l’objet d’une attention accrue dans les jours à venir. En partie, le pape François a déclaré :

« Le Grand Jubilé de l’an 2000 a fait entrer l’Église dans le troisième millénaire de son histoire. Saint Jean-Paul II avait longtemps attendu et grandement espéré cet événement, dans l’espoir que tous les chrétiens, mettant de côté leurs divisions historiques, puissent célébrer ensemble le deux millième anniversaire de la naissance de Jésus-Christ, le Sauveur de l’humanité. »

« Ce sera effectivement le cas si nous sommes capables de retrouver un sentiment de fraternité universelle. »

« À cet égard, notre pèlerinage vers le Jubilé exprimera et confirmera le chemin commun que l’Église est appelée à parcourir, afin d’être toujours plus pleinement un signe et un instrument d’unité dans une diversité harmonieuse. »

« Il sera important de favoriser une conscience renouvelée des exigences de l’appel universel à la participation responsable en valorisant les charismes et les ministères que l’Esprit saint ne cesse de conférer pour la construction de l’unique Église. »

« Les quatre Constitutions du Concile œcuménique Vatican II, ainsi que le Magistère de ces dernières décennies, continueront à fournir des orientations et des conseils au peuple saint de Dieu. »

« La promotion de la nouvelle évangélisation peut contribuer à faire de ce temps de grâce un stimulant significatif pour l’action pastorale des Églises particulières. »

« Comme il est d’usage, la bulle d’indiction, qui sera publiée en temps utile, contiendra les orientations nécessaires à la célébration du Jubilé de 2025. » [1]

À première vue, demander l’unification de toutes les religions peut sembler admirable et honorable. D’un autre côté, contribuer à l’œuvre d’unification de ce que le Christ tente de séparer va en fait à l’encontre de la volonté de Dieu. Tout mouvement qui contredit l’enseignement clair de l’Écriture ne devrait pas être soutenu ou approuvé. Il ne fait aucun doute qu’ignorer la vérité, mélanger les religions et tenter de fusionner les églises avec la politique ne servira qu’à favoriser un scénario futur négatif et troublant.

« Le grand péché reproché à Babylone est d’avoir « fait boire à toutes les nations le vin de la fureur de sa fornication ». Cette coupe d’ivresse qu’elle présente au monde, représente les fausses doctrines qu’elle a acceptées comme résultat de sa liaison illicite avec les grands de la terre. L’amitié avec le monde corrompt sa foi, et à son tour elle exerce une influence corruptrice sur le monde en enseignant des doctrines qui sont opposées aux déclarations les plus claires de l’Écriture sainte. » (Great Controversy, p. 388).

Ce système sera en opposition avec le Dieu du ciel, comme décrit dans Apocalypse 13, 17 et 18. Le but ultime est de défaire l’œuvre de Dieu et de contrecarrer ses plans pour sauver l’humanité. La liberté de croire ou de suivre sa conscience sera violée par un culte forcé pendant la crise de la marque de la bête, et les esprits des gens seront embrouillés en buvant le vin spirituel de Rome. Ceux dont l’esprit a été embrouillé par les traditions humaines, les faux principes et les théories mondaines ne sont en aucun cas préparés à prendre des décisions qui affectent leur vie spirituelle et déterminent leur destinée éternelle.

En général, les gardiens des murs de la Sion moderne ont omis de faire retentir les avertissements effrayants d’Apocalypse 14, et le sang des âmes perdues sera requis de leurs mains (Ézéchiel 33 : 8). À tous ceux qui refusent de donner les messages d’avertissement contenus dans l’Apocalypse, la dénonciation suivante s’appliquera :

« Et si quelqu’un retranche des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part du livre de vie, et de la sainte cité, et des choses qui sont écrites dans ce livre. » Apocalypse 22 : 19

Grâce au mouvement œcuménique, des hommes et des femmes se détournent des paroles du livre de cette prophétie en omettant de proclamer l’avertissement de la chute de la Babylone moderne et la nécessité d’en sortir. En conséquence, leurs noms seront effacés du livre de vie et l’accès à la Cité sainte de Dieu leur sera refusé. C’est une chose terrible que d’ignorer ou de rejeter tout message du ciel :

« Le plus grand besoin de notre époque est le besoin d’hommes, d’hommes qui ne seront ni achetés ni vendus ; d’hommes qui sont vrais et honnêtes au plus profond de leur âme ; d’hommes qui ne craignent pas d’appeler le péché par son nom et de le condamner, en eux-mêmes ou chez les autres ; d’hommes dont la conscience est aussi fidèle au devoir que l’aiguille au poteau ; d’hommes qui défendront le droit, même si les cieux tombent. » (Signs of the Times, 4 mai 1882).

 

[1] press.vatican.va

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !