Un officiel de Biden prévient qu’il ne faut jamais laisser une crise se gâcher

Une haute responsable de Biden a déclaré le 1er mai 2022 que la guerre russo-ukrainienne offre l’occasion de procéder aux changements nécessaires pour promouvoir une alimentation et une énergie vertes et durables. « Ne jamais laisser une crise se gâcher », a-t-elle déclaré dans une interview accordée à ABC News, laissant entendre que la crise actuelle est une occasion de « hâter les transitions » et de commencer à mettre en œuvre les objectifs idéologiques mondialistes de la grande réinitialisation.

Samantha Power a fait les remarques suivantes, selon Fox News :

« Les pénuries d’engrais sont réelles maintenant parce que la Russie est un gros exportateur d’engrais. Même si les engrais ne sont pas sanctionnés, il y a moins d’engrais qui sortent de Russie », a-t-elle expliqué. « Par conséquent, nous travaillons avec les pays pour réfléchir à des solutions naturelles comme le fumier et le compost et cela peut accélérer des transitions que les agriculteurs auraient eu intérêt à faire de toute façon. Il ne faut donc jamais laisser une crise se perdre. » [1]

Nous avons ici des dirigeants politiques qui admettent qu’ils ne se soucient pas du résultat du peuple tant que leur agenda politique est respecté. Quelle preuve avons-nous de cela ? Eh bien, au Sri Lanka, l’utilisation de compost et d’autres engrais naturels au lieu d’engrais chimique commercial a déjà été expérimentée, avec des résultats agricoles désastreux. Le Sri Lanka a fait exactement ce que Samantha Power suggère au reste du monde de faire. La production alimentaire a chuté de plus de 80 %, ce qui a entraîné une montée en flèche des prix des denrées alimentaires, une inflation galopante et une crise alimentaire majeure dans cette nation insulaire. Comme il n’y avait plus assez de nourriture pour nourrir sa population, le pays a dû revenir sur sa décision de passer au vert. Le Sri Lanka a été contraint d’acheter de la nourriture à crédit auprès des pays voisins. [2]

Les agriculteurs du Sri Lanka n’ont pu récolter que 10 sacs de riz par deux acres de terre en raison de l’interdiction des engrais chimiques, contre 60 sacs avant cette interdiction. La production alimentaire a diminué de plus de 80 %. Selon les agriculteurs, lorsque le Sri Lanka a décidé de se mettre au vert et d’opter pour une production alimentaire 100 % biologique pour le bien de l’environnement, ils n’ont pu « se souvenir d’aucun moment dans le passé » où ils «ont dû se battre autant pour obtenir une récolte décente. » Et par conséquent, il n’y avait pas de nourriture pour la population.

C’est peut-être ce que les mondialistes, comme ceux de l’administration Biden, veulent vraiment. Peut-être veulent-ils épuiser nos réserves alimentaires, affamer les gens et dépeupler le monde afin de sauver la santé de la planète. Malheureusement, les méthodes d’agriculture biologique, par opposition aux pratiques modernes d’agriculture industrielle, seraient incapables de nourrir les populations actuelles qui vivent dans nos villes, et nous pensons qu’ils en sont conscients.

Pour utiliser le compost et le fumier pour l’agriculture biologique, comme le suggère Samantha Power, il faudrait un cauchemar logistique pour accomplir cet exploit. Sur un seul acre de terrain, il faudrait des tonnes de fumier pour pouvoir fertiliser la terre. Où allez-vous trouver tout ce fumier ? Il vous faudrait plusieurs chargements de camions provenant des élevages de porcs, de poulets et de bovins locaux. Le coût du transport du fumier, le coût du carburant et le coût de l’épandage de tout cela sur des milliers et des millions d’hectares seraient astronomiques.

Les techniques modernes de fertilisation commerciale, en revanche, utilisent des liquides ou des granulés contenant de l’azote, du phosphore et du potassium, et vous n’avez besoin que de quelques centaines de livres de ce type d’engrais par acre. Il n’est pas surprenant qu’en Oklahoma, certaines exploitations qui utilisent des engrais 100 % biologiques produisent environ 5 boisseaux de blé par acre, alors que les exploitations qui utilisent des engrais chimiques commerciaux (azote, phosphore et potassium) produisent environ 50 boisseaux de blé par acre. Cela représente une augmentation de 90 % de la production de blé. C’est pourquoi, lorsque les engrais commerciaux ont été interdits au Sri Lanka, l’agriculture du pays a chuté de 80 %. Si vous souhaitez uniquement nourrir votre famille ou une poignée de familles, vous pouvez opter pour une agriculture 100 % biologique. Cependant, sans un modèle agricole plus commercial, il sera impossible de nourrir les centaines de millions de personnes qui vivent dans les villes.

Si les bureaucrates de notre pays interdisent les engrais commerciaux et obligent les agriculteurs à utiliser du compost et du fumier pour sauver l’environnement, la question la plus importante devrait être : Quels sont les 90 % de la population qui auront faim parce que nous ne pourrons plus nous nourrir ou exporter suffisamment de nourriture vers le reste du monde ? Alors, qui allons-nous cesser de nourrir ? Nos élus seront-ils prêts à se porter volontaires pour se priver de nourriture ? Peut-être devraient-ils être ceux qui auront faim. Et une fois qu’ils seront partis, nous pourrons revenir à une agriculture normale et nourrir les gens une fois de plus.

Nous avons des politiciens dans l’administration Biden qui n’ont jamais travaillé dans une ferme et qui croient que les fruits et légumes viennent des supermarchés. Les bureaucrates ont la capacité unique de détruire les choses plus rapidement que quiconque. Nous serons incapables de cultiver la quantité de nourriture nécessaire pour alimenter notre population si les agriculteurs sont forcés de devenir « verts ». Le prix des produits agricoles monterait en flèche, ce qui rendrait la culture de nos propres aliments incroyablement coûteuse.

Thomas Jefferson, l’un de nos Pères fondateurs, nous a mis en garde à juste titre contre ces bureaucrates de Washington :

« Si Washington nous disait quand semer et quand récolter, nous serions vite à court de pain. » [3]

Ce n’est pas pour rien que les techniques modernes d’agriculture industrielle permettent de nourrir des centaines de millions de personnes dans nos villes. Les gens mourront de faim si ces techniques sont interdites. Plus effrayant encore est le fait que le gouvernement aura alors le pouvoir de décider qui peut et ne peut pas manger. Ils sont bien conscients de cela. Peut-être que cela faisait partie du plan depuis le début. Cela fera partie de la crise mondiale à venir, selon l’Apocalypse :

« Et personne ne pouvait acheter ni vendre, s’il n’avait la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom. » Apocalypse 13 : 17.

« Et je lui dis: Seigneur, tu le sais. Et il me dit: ce sont ceux qui sont venus de la grande tribulation, et qui ont lavé leurs robes, et ont blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, et ils le servent jour et nuit dans son temple; et celui qui est assis sur le trône étendra sur eux son pavillon. Ils n’auront plus faim, et ils n’auront plus soif; et le soleil ne frappera plus sur eux ni aucune chaleur. » Apocalypse 7 : 14-16 

 

[1] https://www.foxnews.com/media/biden-official-says-food-shortages-will-push-farmers-green-energy-never-let-crisis-go-waste
[2] https://www.reuters.com/markets/commodities/fertiliser-ban-decimates-sri-lankan-crops-government-popularity-ebbs-2022-03-03/
[3] https://quotefancy.com/quote/918032/Thomas-Jefferson-Were-we-directed-from-Washington-when-to-sow-and-when-to-reap-we-should

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !