Les économistes disent que les blue laws augmentent la mortalité et détruit le sociaux

« Satan accomplira les mauvaises actions qu’il a longtemps souhaité accomplir. Tempête et orage, guerre et effusion de sang, voilà ce qu’il aime, et c’est ainsi qu’il recueille sa moisson. Et les hommes seront si complètement trompés par lui qu’ils déclareront que ces calamités sont le résultat de la profanation du premier jour de la semaine. » (Review and Herald, 9/17/1901).

L’agitation sociale actuelle ouvre la voie à l’accomplissement des prophéties d’Apocalypse 13. Face à de graves troubles politiques et économiques, les dirigeants religieux, politiques et économiques chercheront à rétablir les lois bleues, également connues sous le nom de lois du dimanche, comme solution aux problèmes de l’humanité. Le but ultime est de créer un nouveau monde de paix et de sécurité durables pour toute l’humanité en limitant ou en interdisant toutes les activités séculaires le dimanche afin de contraindre les gens à aller à l’église.

Le 30 août 2022, Chad Pecknold, professeur associé de théologie à l’Université catholique d’Amérique et directeur de l’Institute for Faith & Public Culture, a publié un article intitulé « Blue Laws Needed to Reverse Our Despair ». L’article mettait en avant une nouvelle étude menée par des économistes qui prétendait montrer une « corrélation profonde entre les morts de désespoir et l’abrogation des blue laws. » L’article disait :

« Pourtant, l’aspect le plus puissant de l’étude, surtout pour les lecteurs de Postliberal Order, est que les auteurs font remonter la montée du désespoir et le déclin de la religion très précisément à l’abrogation des lois bleues. »

« Il a été démontré que ces lois sont fortement liées à la pratique religieuse, créant des changements discrets dans les incitations à assister aux services religieux…. … l’abrogation de ces lois a réduit la participation religieuse. » [1]

L’objectif des lois sur le repos dominical ne fait guère de doute. Elles visent à rendre obligatoire l’observation du dimanche et la fréquentation de l’église. Les lois bleues donnent aux forces de l’ordre le pouvoir d’ordonner aux gens de se reposer le dimanche. Selon ces économistes et l’auteur catholique, la profanation du dimanche est à blâmer pour la montée du désespoir et le déclin de la religion.

L’article poursuit en disant que la nouvelle étude montre que l’abrogation des blue laws a entraîné la destruction du « tissu social des communautés » et nous a laissés non préparés à faire face à des « chocs négatifs énormes » tels que des guerres à grande échelle et des catastrophes naturelles :

« L’abrogation de ces lois, et les législateurs et les juges qui ont procédé à l’abrogation, n’ont pas prévu à quel point la perte de ces lois serait dommageable pour « le tissu social des communautés en général ». Parmi leurs conclusions, ils ont constaté que la perte des lois bleues a déprimé la participation religieuse, et que cela a rendu à son tour une partie très importante de la population instable, manquant de la force de la ‘religiosité’, incapable de faire face à des ‘chocs négatifs énormes’ tels que des guerres à grande échelle et des catastrophes naturelles – c’est-à-dire, incapable de faire face à la souffrance. » [1]

C’est précisément ce que la messagère du Seigneur avait prédit que l’on dirait pour établir une loi sur le dimanche :

« Du haut des chaires des églises populaires, on entendra dire que le monde est puni parce que le dimanche n’est pas honoré comme il le devrait. Et il ne faudra pas beaucoup d’imagination pour que les hommes croient cela. Ils sont guidés par l’ennemi et, par conséquent, ils arrivent à des conclusions qui sont entièrement fausses » (Review and Herald, 17 septembre 1901).

Ce théologien catholique prône ouvertement l’union de l’Église et de l’État, affirmant que le rétablissement des blue laws sauverait notre génération. La persécution religieuse et le fanatisme seront très bientôt visibles aux États-Unis :

« Dans les plus grandes souffrances de Rome, les bons et les mauvais, les riches et les pauvres, tous trouvaient refuge dans les grandes basiliques catholiques de la ville. La dévotion à la vraie religion, soutenue par des lois justes sous les empereurs, n’était pas une garantie de ne pas souffrir, mais plutôt un refuge qui formait un peuple sur le chemin de la Croix, dans une école pour affronter « d’énormes chocs négatifs », afin que la souffrance ne dévaste pas un peuple par désespoir, l’amenant à fuir Dieu, mais au contraire mette à l’épreuve sa foi, l’unisse au Christ crucifié, et ainsi paradoxalement augmente en force sous la vertu même de l’humilité. Augustin en conclut que « ce qui compte, c’est la nature du souffrant, non la nature des souffrances », et que les lois soutenant la dévotion chrétienne ne sont pas contraires au bien commun de Rome, mais positivement dans son intérêt. Il en va de même pour nous aujourd’hui. »

« Je ne crois pas que nous puissions survivre en tant que pays sans rétablir quelque chose d’aussi simple que les blue laws. Même si vous étiez athée, vous pourriez au moins le voir du point de vue de l’économiste. Comme l’a dit un jour T. S. Eliot à propos du christianisme et des lois de l’Europe, si le christianisme disparaît, toute la culture disparaît aussi. Et j’en suis convaincu, écrivait-il, non seulement parce que je suis moi-même chrétien, mais aussi parce que j’étudie la biologie sociale ». Nos économistes peuvent confirmer. » [1]

Il s’agit d’un appel sans équivoque à rétablir les « blue laws » du dimanche. Les lois sur le dimanche font partie de l’histoire coloniale des États-Unis et les peines encourues en cas d’infraction comprenaient des amendes, le fouet, le pilori et, dans certains cas, la mort pour les récidivistes.

« On prétendra que la violation du dimanche est une offense faite à Dieu, un péché attirant des calamités qui cesseront seulement quand tout le monde sera contraint d’observer ce jour. Ceux qui insistent sur les droits du quatrième commandement et contestent la sainteté du dimanche seront considérés comme des agitateurs empêchant le retour de la faveur divine et de la prospérité matérielle. » (La Tragédie des Siècles, p.639)

Dans le monde entier, les appels à des lois sur le dimanche gagnent du terrain. C’est précisément ce que font ces économistes et théologiens. Ils veulent des lois qui encouragent la dévotion religieuse. Les dirigeants religieux, politiques et économiques travaillent tous ensemble pour que cela se produise. Ils voient l’agitation sociale dans notre monde et croient que la promulgation d’une loi sur le dimanche nous sauvera, nous et la planète.

Ce n’est qu’un appel de plus, parmi tant d’autres, pour faire avancer le concept du repos dominical par le biais de la législation. Il s’agit d’une tentative trompeuse de faire passer une législation religieuse qui finira par limiter notre capacité à prendre des décisions morales pour nous-mêmes. L’Église et l’État finiront par s’unir pour imposer la marque de la bête lors de la crise nationale des lois sur le dimanche. Pour relever ce défi, le peuple fidèle de Dieu doit concentrer ses efforts pour permettre à l’évangile du Christ de combattre le mal. Aucune loi religieuse ne fonctionnera dans la lutte contre le péché. Que l’église se dresse contre l’immoralité ambiante, en s’appuyant sur la puissance de l’évangile de Dieu plutôt que sur le pouvoir de l’état.

Aujourd’hui, la quasi-totalité du monde affirme que le dimanche sera la solution à nos problèmes environnementaux, moraux, économiques et sociaux. C’est le même message que l’on retrouve dans l’encyclique Laudato Si’ du pape François. Alors que le monde entier s’interroge sur la bête de l’Apocalypse et s’unit pour embrasser le bien commun (la marque de la bête), Dieu aura un peuple qui gardera ses commandements, et non ceux des hommes (Apocalypse 12:17, 14:12, 22:14). Le temps est venu et c’est maintenant que toutes les traditions humaines et papales seront embrassées (2 Thessaloniciens 2:4) en exaltant le faux jour d’adoration du soleil (Ezéchiel 8:16) au-dessus du commandement de Dieu qui dit : « Souviens-toi du sabbat pour le sanctifier » et « le septième jour est le sabbat du Seigneur ton Dieu » (Exode 20:8, 10).

Seul Dieu peut déterminer quel jour est le sabbat. Toute déclaration faite par des hommes ou par l’Église sur le jour du véritable repos du sabbat ou sur la façon dont nous honorons le Créateur n’est rien d’autre que des ajouts faits par l’homme au monde de Dieu. Les ordonnances, décrets et encycliques humains seront toujours incorrects. Seule la Parole de Dieu devrait être notre guide. Quiconque adhère aux Saintes Écritures et est instruit par Dieu ne se trompera jamais.

[1] https://postliberalorder.substack.com/p/to-reverse-our-despair

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !