Afin d’obtenir une nouvelle accréditation gouvernementale, l’université adventiste du Chili adopte le langage non binaire LGBT+

« Alumnes » est le nouveau terme, qui comprend un « e » et est non-binaire.

Le terme « non-binaire » n’existe pas. Dans l’adventisme, cela n’a jamais existé. Il s’agit d’une nouvelle construction sexuelle qui exige que tout le monde apprenne un nouveau langage approuvé par les LGBT+ et beaucoup plus « inclusif ». Ceux qui ne parviennent pas à légitimer ces nouvelles constructions seront licenciés ou annulés pour avoir refusé d’utiliser les bons pronoms, tels que déterminés par la nouvelle classe « non-binaire ».

Ce qui a toujours existé dans les institutions adventistes, c’est le système binaire à deux classes. D’une part, vous avez les hommes et d’autre part, les femmes, et le sexe biologique est ce qui détermine de quel côté vous vous trouvez. Certains hommes sont plus masculins que d’autres, et certaines femmes sont plus féminines que d’autres. Mais cet éventail ne change rien aux désignations sexuelles. Aujourd’hui, le sexe et le genre, ainsi que le langage que nous utilisons pour les définir, sont confondus. Ce n’est pas compliqué, mais ce sont les consultants en diversité qui ont envahi l’église et qui créent de nouvelles catégories qui rendent cette question confuse.

Depuis environ 900 ans, la langue espagnole a toujours fait l’unanimité. Ce n’est plus le cas. Le mot « alumnos » a toujours fait référence aux étudiants masculins tandis que « alumnas » fait référence aux étudiantes. Cela a toujours été le cas depuis le début de la langue espagnole. Les deux mots se trouvent dans n’importe quel dictionnaire espagnol et sont définis comme tels, masculin et féminin.

Le doyen de l’Université adventiste du Chili (UNACH), le pasteur Mauricio Comte, vient d’introduire un nouveau mot pour décrire tous les étudiants de l’université. C’est un mot qui n’est pas connu et qui ne se trouve même pas dans un dictionnaire officiel espagnol. Sur trois vidéos différentes et lors de trois cérémonies différentes, le doyen de l’UNACH, un ministre ordonné, n’a pas utilisé les termes masculins ou féminins traditionnels pour s’adresser aux étudiants, mais a opté pour le nouveau terme non binaire, approuvé par les LGBT+ et inclusif. Le « o » masculin dans « alumnos » et le « a » féminin dans « alumnas » ont été abandonnés.

« Alumnes » est le nouveau terme, qui comprend un « e » et est non-binaire. Personne ne sait ce que ce mot signifie car il n’apparaît dans aucun livre ou document historique officiel. Il pourrait désigner un garçon, une fille, les deux, aucun des deux, ou autre chose. Cependant, ce nouveau mot va à l’encontre d’un précédent établi de longue date et est poussé par les activistes LGBT+ comme un changement linguistique pour assurer l’égalité et l’inclusion des genres.

Le gouvernement chilien a pris un virage politique à gauche et impose son programme pro-LGBT+ à toutes les écoles. Dans la vidéo ci-dessous, vous verrez le pasteur Mauricio Comte, doyen de l’Université adventiste du Chili, faire les remarques suivantes :

 

 

« Cette année, votre université sera soumise à une nouvelle évaluation et accréditation institutionnelle de la part de la CNA (Commission nationale d’accréditation). Et nous attendons votre soutien pour la qualité des alumnes (étudiants non binaires). Merci de faire partie de l’UNACH. » (vidéo YouTube).

« Alumnes » est devenu le choix préféré des jeunes, des membres de la communauté LGBT+ et de ceux qui promeuvent les nouvelles langues inclusives.(1) (2) (3) (4) Ainsi, dans certains endroits de l’adventisme, nous n’utilisons plus les termes espagnols binaires de longue date « alumnos » ou « alumnas ». Ils sont maintenant tous « alumnes », non binaires et sans distinction de genre. Quelle sera la prochaine étape ? N’aurons-nous plus d' »amigos » (amis garçons) ou d’« amigas » (amis filles) ? Allons-nous commencer à nous appeler « amiges » ? Il en va de même pour l’abandon des expressions « hermanos » et « hermanas » (frères et sœurs) en Christ. Nous pouvons désormais tous être des « hermanes » non binaires.

La vérité est censée être expliquée par des mots. Courir n’implique pas que l’on dorme. Marcher n’est pas la même chose que voler. Les mots que nous utilisons doivent être cohérents avec ce qui a été établi culturellement et historiquement. Si nous ne suivons pas ces principes simples, nous commençons à véhiculer des mensonges et des informations erronées, et le langage commence à se désagréger, comme lorsque j’utilise le mot « froid » pour décrire quelque chose de « chaud ». Cela se produit que je sois confus ou que je dise simplement des mensonges.

Nous faisons la même chose lorsque nous désignons les hommes par « elle » et les femmes par « il ». C’est le problème de toute l’idéologie LGBT+ de gauche, ainsi que de leur subversion et de leur confusion de la langue et de la culture. Où cela s’arrête-t-il ? Jamais. Une fois que nous commencerons à nous plier aux exigences de l’agenda LGBT+, la liste des attentes continuera à s’allonger jusqu’à ce que nous ne reconnaissions plus nos écoles et nos églises.

 

(1) https://chequeado.com/el-explicador/hola-chiques-datos-sobre-uso-del-lenguaje-inclusivo-en-la-argentina/

(2) https://www.diariohuarpe.com/nota/2018-6-12-21-53-48–nosotres-les-alumnes-el-lenguaje-inclusivo-que-usan-los-jovenes

(3) https://elpais.com/cultura/2018/10/09/babelia/1539083839_285133.html

(4) https://elpais.com/cultura/2019/12/21/actualidad/1576920741_401325.html

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !