Le pape n’est pas un monarque religieux, mais un véritable Jésuite

2022-01-26-image
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Le Pape François (Pope Francis en anglais) est devenu Jésuite le 12 mars 1960. Depuis 2013 il est le nouveau pape de l’Église catholique romaine.

Il est donc le premier pape jésuite et cela est significatif, car quel est le but des Jésuites ? Pour quelle raison sont-ils présents ?

J’aimerais pouvoir parler de leur origine, mais aussi de leur but. Je ne pourrais pas bien sûr vous parler de tout, car il faudrait beaucoup de temps et de pages pour cela. Je vous conseille donc trois ouvrages pour vous renseigner :

  • L’Histoire secrète des Jésuites de Edmond Paris
  • Les Crimes du Vatican de Alberto Rivera
  • Cinquante années dans l’Église de Rome Charles Chiniquy

Avec ces trois livres, vous aurez une base solide sur la connaissance de cette société catholique pernicieuse et satanique. 

Le fondateur de la Société de Jésus, le Basque espagnol don Inigo Lopez de Recalde, né au château de Loyola, dans la province de Guipuzcoa, en 1491, est une des plus curieuses figures de moine-soldat qu’ait engendré le monde catholique, et de tous les fondateurs d’ordres religieux, celui peut-être dont la personnalité a le plus profondément marqué l’esprit et le comportement de ses disciples et successeurs.

Sa conception et ses pratiques spirituelles étaient centrées sur le spiritisme (appelé exercices spirituels) et le gnosticisme. Pour arriver à ces fins, ils pénétraient au sein même de ses adversaires pour semer la confusion et le désordre. Cela lui permettait de mieux prendre le contrôle par une personne désignée et de changer la conception de l’organisation quelconque.

On en a la preuve historique de cela par leurs œuvres pour détruire les protestants. En 1546, allait commencer la carrière politico-religieuse de la Compagnie, par le choix que fit le pape, de Lainez et de Salmeron, pour le représenter au Concile de Trente, en qualité de « théologiens pontificaux ».

« Voici l’une des affirmations du président des États-Unis Thomas Jefferson à ce sujet : “La résurrection des Jésuites ne me plaît pas, avait déjà écrit en 1816 l’ancien président de l’Union John Adams, à son successeur Thomas Jefferson. N’en aurons-nous pas ici des nuées qui se présenteront sous autant d’aspects et de travestissements que n’en a jamais pris un chef de bohémiens, déguisés en typographes, en éditeurs, en écrivains et en maître d’école ? Si jamais une association de gens a mérité la damnation éternelle sur terre et en enfer, c’est bien cette Société de Loyola. Pourtant avec notre système de liberté religieuse nous ne pouvons que leur offrir un asile à eux aussi… Et Jefferson avait répondu à son prédécesseur: “Comme vous, Je désapprouve le rétablissement des Jésuites, car ce fait marque un recul de la lumière vers l’obscurité ». (1)

Les Jésuites allaient ramener la lumière des protestants dans l’ombre. La première étape fut de mettre en place une Bible pour contre-attaquer le protestantisme grandissant. Cela sans résultat, vous voyez aujourd’hui le résultat d’une autre approche, le changement directement des Bibles protestantes en utilisant les manuscrits catholiques corrompus.

Ellen White écrivait sur ce sujet : “En fonction de leur ordre, ils revêtaient une apparence de sainteté, visitaient les prisons et les hôpitaux, secouraient les malades et les pauvres, professaient avoir renoncé au monde et se réclamaient du nom de ce Jésus qui allait de lieu en lieu en faisant du bien. Mais cet extérieur irréprochable cachait souvent les desseins les plus noirs et les plus odieux. L’un des principes fondamentaux de cet ordre était que “la fin justifie les moyens”. En vertu de ce principe, le mensonge, le vol, le parjure, le meurtre étaient non seulement pardonnables, mais méritoires quand ils servaient les intérêts de l’Église. Sous des déguisements divers, les Jésuites s’insinuaient dans les bureaux de l’État, devenaient conseillers des rois et dirigeaient la politique des nations. Ils se faisaient serviteurs pour espionner leurs maîtres. Ils fondaient des collèges pour les fils des princes et des nobles et, pour le peuple, des écoles, où ils attiraient les enfants de parents protestants, qu’ils accoutumaient à observer les rites de l’Église. Toute la pompe des cérémonies romaines était mise à réquisition pour éblouir et captiver les imaginations, et il arrivait ainsi que des fils trahissaient la foi pour laquelle leurs pères avaient souffert. L’ordre des Jésuites se répandit rapidement dans toutes les parties de l’Europe, et partout on assistait à une recrudescence du papisme.” ». (2)

Nous pourrions raconter toutes les choses horribles qu’ont commises les Jésuites. Ils sont partout aujourd’hui :

  • Éducation (UNESCO)
  • Santé (ONU)
  • Politique (franc-maçon)
  • Divertissement (Illuminati)
  • Religion (Oecuménisme)
  • Etc.

Ce sont eux qui sont derrière cela, mais nous pourrions encore parler sur ce sujet, mais ce serait peut-être préférable d’en faire une vidéo (si vous nous le désirez bien sûr).

Mais quel est le lien avec le Pape François ? Le Pape est un Jésuite. Il démontre par ses oeuvres qu’il en ait un. 

Il a écrit trois encycliques qui marquent son but en tant que dirigeant de l’Église catholique, mais aussi dans l’oecuménisme et dans le monde entier.

  1. Lumen Fidei pour la philosophie panthéiste
  2. Laudato si` pour le changement climatique
  3. Fratelli tutti pour un gouvernement mondial

Tout cela est une démonstration du désir que le pape veut pour le monde entier. En tant que jésuite, il a ce but, mais il y prendra toutes les dispositions pour y arriver. Voyez par vous-même les rencontres du Pape :

 

  • Albert Bourla (Pfizer CEO)
  • Melinda Gates (coprésidente, Bill et Melinda Gates Foundation)
  • Rajiv Shah (président de la Fondation Rockefeller)
  • Brian Moynihan (président du conseil d’administration et PDG, Bank of America)
  • Alex Gorsky (président du conseil d’administration et PDG, Johnson & Johnson)
  • Ajay Banga (président et chef de la direction, Mastercard)
  • Alfred Kelly Jr. (président-directeur général, Visa)
  • Joe Biden
  • Donald Trump
  • Vladimir Poutine
  • Président du Kenya
  • Président de la Slovaquie 
  • Vice-président de l’Équateur 
  • Premier ministre d’Espagne
  • Président de la Pologne
  • Président du Congrès juif européen 
  • Premier ministre irakien 
  • Président de la Hongrie 
  • Président malien 
  • Antonio Guterres (secrétaire général de l’ONU)
  • Etc.

Tout cela a un but précis. Un chef religieux a-t-il un lien avec le président de Mastercard ? Avec Pfizer ? Il y a un lien s’il est plus qu’un monarque de l’Église catholique romaine. 

Je vous prie donc de porter attention au chapitre 13 de l’Apocalypse, car il va s’accomplir à la lettre et même si le COVID va s’arrêter, le but du pape restera le même. Le COVID a permis de faire avancer plusieurs choses dans l’ordre du Pape.

Restons attachés à la parole de Dieu et demeurons fermes dans la conviction du retour de Christ.

 

(1)Edmond Paris, Histoire Secrète des Jésuites, p.81.

(2)E. G. White, La Tragédie des Siècles, p.249-250.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !