Dieu approuve-t-il l’éducation ministérielle de Babylone ?

Jesuits-at-the-Vatican
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Les parents d’enfants adventistes du septième jour devraient-ils envoyer leurs enfants chez des prêtres jésuites pour qu’ils apprennent la Bible et les préparent au ministère ? Si non, pourquoi ? Si, comme le prétendent certains responsables de l’Église adventiste du septième jour, il n’y a rien de mal à recevoir une éducation jésuite, pourquoi n’inscrivons-nous pas nos enfants dans des écoles jésuites de la maternelle à l’université et au-delà ?

Si les pasteurs adventistes du septième jour ordonnés peuvent suivre une formation jésuite pour se préparer au ministère, pourquoi pas les enfants ? Pourquoi ne pas fermer nos académies et envoyer tout le monde se former chez les prêtres jésuites locaux ? Parce que c’est ce qui se passe aujourd’hui, alors que certains dirigeants de l’église affichent fièrement leur éducation catholique/jésuite pour que le monde entier puisse les voir, ignorant le fait qu’ils influencent les autres à suivre leurs traces.

Dans le livre Testimonies for the Church, Vol. 6, chapitre 20, Dieu fournit des principes importants sur l’éducation et aborde particulièrement le type d’éducateurs que les Adventistes du Septième Jour devraient rechercher. Le chapitre s’intitule « Les paroles d’un instructeur céleste » et décrit un rêve qu’Ellen White a fait au sujet d’individus voulant changer le caractère du plan de Dieu pour l’éducation. Remarquez ce que Dieu dit à ce sujet :

« Le monde reconnaît comme enseignants des personnes que Dieu ne peut approuver comme instructeurs sûrs. » (Testimonies, Vol. 6, p. 164)

Je vous affirme que Dieu n’a pas approuvé ou reconnu l’éducation jésuite comme une place pour tout Adventiste du septième jour. Quelle preuve avons-nous ? Jetez un coup d’œil à ce qu’on nous a dit d’autre :

« Si le message du troisième ange était proclamé dans toutes les directions à un grand nombre d’éducateurs, il ne serait pas compris par eux. » (Testimonies, Vol. 6, p. 165)

Malheureusement, le message du troisième ange n’est pas accepté par l’ordre des Jésuites. Ils ont été fondés à l’origine pour lutter contre les vérités révélatrices de la Bible, telles que le Message du Troisième Ange, qui expose les erreurs de Rome. Remarquez le genre d’éducateurs qui sont approuvés et reconnus par Dieu pour enseigner notre peuple :

« Qui, parmi nos enseignants, est éveillé et, en tant que fidèles intendants de la grâce de Dieu, donne à la trompette un certain son ? Qui proclame le message du troisième ange, appelant le monde à se préparer pour le grand jour de Dieu ? » (Témoignages, vol. 6, p. 166).

Où sont les éducateurs qui croient vraiment au message du troisième ange et le prêchent ? Et qu’est-ce qui rend ces enseignants si recherchés ? Eh bien, ce sont les instructeurs qui ont l’approbation de Dieu. L’ordre des Jésuites est, une fois de plus, absolument disqualifié. Ellen White conseille également notre peuple sur la manière de protéger nos enfants des institutions éducatives qui pourraient avoir une « influence contaminante » sur eux.

« Comment protéger notre jeunesse de ces influences contaminantes ? Il doit y avoir des écoles établies sur les principes et contrôlées par les préceptes de la parole de Dieu. Un autre esprit doit régner dans nos écoles, pour animer et sanctifier chaque branche de l’éducation. » (Signs of the Times, 22 juin 1882)

Dieu approuve les institutions éducatives qui sont fondées et guidées par les principes de sa parole. L’éducation jésuite, une fois de plus, n’est pas conforme au mandat de Dieu. Remarquez ce qu’Ellen White a à dire à nos « dirigeants » au sujet de la véritable éducation et de la réception de la bénédiction de Dieu :

« Les écoles des prophètes étaient établies lieu après lieu avant qu’Élie ne monte au ciel. Il allait partout pour voir les écoles de prophètes. Et là, l’Esprit de Dieu venait sur ces étudiants, et ils prophétisaient. Et c’était juste avant qu’Élie ne soit transféré au ciel. Si nous voulons voir les leaders, nous devons voir et dire aux gens que nous devons dépendre d’une éducation de ceux qui ont un vrai sens de ce qu’est la véritable éducation, c’est-à-dire comment s’assurer cette vie qui est à la mesure de la vie de Dieu, cette vie qui leur procure la politique de la vie éternelle. C’est cela que nous voulons que tous aient, la vie éternelle par l’obéissance à la Parole de Dieu. » (Manuscrit 118, 1909).

Elle demande à nos dirigeants d’église d’étudier les écoles des prophètes, car c’est là que les vrais éducateurs ont reçu les vraies méthodes de Dieu. Où trouve-t-on la preuve que Dieu a dit aux futurs chefs spirituels d’Israël qu’ils étaient libres de fréquenter soit les écoles des prophètes, soit les écoles de Baal ? Où Dieu dit-il que ses futurs prêtres ou prophètes pouvaient étudier sous la direction attentive des prophètes de Baal afin d’être préparés au ministère ?

Mais il y a une autre question à laquelle nous devons répondre lorsque nous discutons de l’éducation jésuite. Comment comprendre le message du deuxième ange, un message qui est au centre du message des trois anges ? Le message du deuxième ange est la principale justification de l’existence du mouvement adventiste. En tant que peuple, croyons-nous vraiment le deuxième ange qui dit « Babylone est tombée » ? Babylone est-elle tombée ou non ? Dieu dit qu’elle est tombée, alors qu’est-ce que cela signifie ? Eh bien, Dieu nous donne la réponse, et elle se trouve dans Apocalypse 18, qui est le message du grand cri/pluie de l’arrière-saison qui dit : « Sortez d’elle, mon peuple ». Il est maintenant temps de sortir de l’Église adventiste qui est une fille de Babylone.

Croyons-nous encore à cela ? Ou cela ne s’applique-t-il pas chaque fois que l’un de nos pasteurs veut obtenir un diplôme de Babylone dans le cadre d’une « éducation supérieure » ? Donnons-nous le message de Dieu « Sortez » et nous préparons-nous à donner cet appel au monde entier ? Ou devons-nous d’abord recevoir le diplôme de Babylone ? Frères et sœurs, nous savons que nous serons dénoncés pour nos croyances, mais que cette dénonciation n’inclue pas l’accusation que nous sommes trompeurs et hypocrites parce que le message de Dieu de « sortir » est un commandement et non une suggestion. Et l’appel est « Sortez d’elle », ce qui inclut ses églises, son mouvement œcuménique et ses institutions éducatives.

harles Fitch, un prédicateur Millérite, a prêché avec puissance les paroles suivantes qui ont donné naissance au mouvement de l’Avent en 1843 :

« Mais je le dis, si vous êtes chrétien, sortez de Babylone ! Si vous avez l’intention d’être trouvé chrétien lorsque le Christ apparaîtra, sortez de Babylone, et sortez maintenant ! Débarrassez-vous de ce misérable mélange d’absurdités ridicules et spiritualisées avec lequel des multitudes ont si longtemps rendu la parole de Dieu sans effet, et osez croire la Bible. Elle contient la sagesse du Dieu infini telle qu’elle est, et n’a besoin d’aucune altération ou modification de la part des hommes, comme s’ils pouvaient dire ce que Dieu veut dire, mieux qu’Il n’a pu l’exprimer dans sa propre langue. » (Charles Fitch, prédicateur Millerite, 1843 « Come Out of Her My People », paragraphe 19.1)

Où est le Saint-Esprit qui donnera à notre peuple la force et l’encouragement nécessaires pour partager et vivre ce message ? Ou avons-nous plus de connaissances que Dieu ? Allons-nous choisir les parties de la parole de Dieu que nous voulons suivre ? Allons-nous, comme Ève, ignorer les avertissements de Dieu parce que nous ne voyons rien de mal à manger le fruit défendu ? Allons-nous adapter la parole de Dieu à nos besoins ? Remarquez ce que Charles Fitch a continué à dire sur la nécessité de faire son coming out :

« Dieu ne modifiera jamais sa parole pour l’adapter à vos désirs charnels. Il l’a écrite, et comme il l’a écrite, il l’accomplira ; et si vous en avez honte, il aura honte de vous. Osez-vous croire la Bible ? Osez-vous la prêcher ? Oserez-vous mettre en évidence son témoignage clair concernant la manière, les objets et le moment de la venue du Christ, et dire au monde que c’est la vérité, et en assumer les conséquences ? Ou bien vous détournerez-vous en ricanant, en l’appelant Millérisme, et continuerez-vous à prêcher un règne spirituel du Christ ? Je vous le dis, si vous continuez dans cette voie, vous serez comptés avec l’Antéchrist, lorsque le glorieux Fils de David viendra prendre son trône. « Sortez d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés et que vous ne receviez pas ses fléaux. » » (Charles Fitch, prédicateur Millerite, 1843 « Come Out of Her My People », par. 20.2).

La difficulté réside dans l’obéissance. Suivrons-nous le message ou le rationaliserons-nous ? Le second ange et Apocalypse 18 sont les derniers appels à ce monde, et ils seront prêchés avec puissance sous la pluie de l’arrière-saison. De quelle preuve supplémentaire avons-nous besoin ? Que peut-on dire de plus pour vous convaincre de la vérité et de notre devoir ? Si les commandements de Dieu ne sont pas suffisants pour guider l’église, alors qu’utiliserons-nous ? Des hommes déchus et non inspirés ? Des conseils d’église ? Des credos de l’Église ? Des théologiens jésuites ? Des papes ?

Soit Dieu a appelé un peuple à sortir, soit il ne l’a pas fait. Cette question décidera du sort de l’ensemble du mouvement. Si Dieu n’a PAS appelé un peuple à sortir, alors pourquoi perdons-nous notre temps ? Rejoignons tous la fraternité universelle du Pape François et inscrivons nos enfants à l’éducation jésuite. Maintenant, si Dieu a appelé un peuple à sortir, il s’ensuit qu’il nous a également donné un message pour appeler les autres à sortir également. Et nous devons nous tenir seuls dans la puissance de Dieu, toujours prêts à donner toutes les raisons bibliques pour lesquelles nous devons être séparés.

C’est la preuve que l’église moderne a changé par rapport à ce qu’elle croyait auparavant. C’est une autre indication que la fin est proche. Les derniers chapitres du livre, La grande controverse, ce trouve parmi nous. Et c’est l’union des églises avec Rome qui permet au conflit final de commencer. Dans ce conflit, le peuple de Dieu ne peut être œcuménique ou rester neutre. Nous devons nous tenir seuls dans la puissance et la force de Dieu ; alors les mots « Sors d’elle, mon peuple » retentiront dans le monde entier et le Christ viendra.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !