Un évêque déclare que le pape a besoin d’une nouvelle encyclique sur le climat

Puisque la COP26 n'a pas tenu compte des avertissements de Laudato Si', un évêque catholique romain éminent de l'Amazonie appelle à une encyclique « Jour de colère ».

Puisque la COP26 n’a pas tenu compte des avertissements de Laudato Si’, un évêque catholique romain éminent de l’Amazonie appelle à une encyclique « Jour de colère ». L’évêque Erwin Kräutler, qui a servi dans la région amazonienne pendant 56 ans, a donné son évaluation de la COP26 dans une interview publiée par le Conseil épiscopal latino-américain (CELAM), une commission de haut niveau d’évêques catholiques romains qui représente officiellement les catholiques d’Amérique latine lors des conférences internationales. Il a déclaré qu’il attendait « beaucoup plus » de la COP26, soulignant l’importance de renforcer leur détermination et leur engagement à lutter contre le changement climatique et à mettre en œuvre les politiques de Laudato Si’.

L’évêque Erwin Kräutler a ensuite proposé que le pape François adopte une position beaucoup plus ferme sur la crise climatique, suggérant qu’au lieu d’utiliser l’expression «Laudato Si », un terme emprunté aux « Cantiques de saint François », la prochaine encyclique du pape sur le climat s’intitule « Dies Irae », ou « Jour de colère ». Ce terme fait référence au jour du jugement de Dieu. Le moine franciscain Thomas de Celano a écrit l’hymne latin « Dies Irae » en 1256 [1], qui est utilisé aujourd’hui lors des cérémonies de la messe catholique pour les morts. [2]

L’évêque Erwin Kräutler a déclaré ce qui suit lors de l’interview :

Question : Le pape François peut être considéré comme l’un des grands promoteurs de la défense de la Maison commune. Peut-on dire que les conseils qu’il donne ont une force politique ? Dans quelle mesure ses paroles influencent-elles la prise de décision ?

Mgr Erwin Kräutler : Je me souviens avec émotion de la journée du 4 avril 2014, où j’étais avec le pape François et où il m’a révélé qu’il était en train d’écrire une encyclique sur l’écologie… J’en ai profité pour insister sur le fait que l’encyclique promise ne pouvait pas ne pas faire de larges références à l’Amazonie et aux peuples indigènes. Et le pape a accepté ma demande dans les articles 37/38 et 145/146. « Laudato si, mi Signore » !

Dans l’encyclique Laudato Si’, le pape François entend franchir toutes les frontières confessionnelles, politiques, raciales et idéologiques et s’adresser à toute l’humanité sur tous les continents.

La présence du pape (à la 26e session de la Conférence des parties) aurait certainement éclipsé celle de tous les autres chefs d’État. Dommage qu’il ne l’ait pas fait. Je le dis précisément en raison de l’avertissement qu’il a lancé à propos de la COP26 : « Le temps presse ; il ne faut pas laisser passer cette occasion ».

Mais, d’après les résultats, nous constatons que la COP26 n’a pas pris l’avertissement papal très au sérieux. Par rapport à la COP21 de Paris 2015, il me semble qu’elle continue à fixer des délais après des délais, repoussant toujours à des décennies le respect d’accords qui devraient être observés immédiatement.

Peut-être le pape François prépare-t-il déjà une nouvelle encyclique pour exprimer sa solidarité avec les familles et les peuples qui ont souffert des malheurs causés par le changement climatique, et pour appeler une fois de plus les nations riches du monde à venir en aide aux opprimés et aux affamés. Au lieu d’emprunter le refrain Laudato Si’ au « Cantique des Créatures » de Saint François d’Assise, il faut peut-être, pour une nouvelle encyclique, choisir une strophe de la séquence « Dies Irae » qui date de la même époque : « Lacrimosa dies illa, qua resurgence ex favilla judicandos homo reus ! » («Ce jour douloureux, où surgira des charbons ardents l’homme accusé pour être jugé !») [3]

Qu’est-ce que le jour du jugement a à voir avec la durabilité et l’écologie intégrale ? Absolument rien ! Mais selon l’évêque Erwin Kräutler et la doctrine sociale catholique, ils sont intimement liés. Rome établit un lien entre le Jour du Jugement de Dieu, un chant de messe funèbre catholique et la crise climatique. Elle tente d’utiliser l’hystérie pour effrayer les gens afin qu’ils adoptent les principes énoncés dans Laudato Si’.

Il y a une raison à l’utilisation de cette rhétorique de l’apocalypse climatique. Ils espèrent détourner l’attention des vrais péchés auxquels nous devrons faire face le jour du jugement. Au lieu d’embrasser le message des premiers anges d’Apocalypse 14 qui prépare les gens à l’heure du jugement de Dieu, Rome a remplacé le jour du jugement biblique et la loi morale de Dieu par le nouveau péché écologique et la nouvelle apocalypse climatique. La nouvelle évangélisation consiste à sauver la planète, et non à sauver les pécheurs perdus.

Les vrais péchés et le mal qui seront jugés par Dieu viendront des dirigeants politiques et religieux qui imposent le péché. Ce sont ceux qui ont libéré les hommes et les femmes de l’obligation de la loi morale de Dieu. C’est de là que vient la méchanceté, et non des discours idéologiques sur l’écologie intégrale. Les péchés écologiques n’existent pas dans toute la Bible. Ce sont des concepts qui sont complètement étrangers à la révélation divine. Tout cela n’est qu’une distraction pour ignorer les vrais problèmes de notre monde et pour déculpabiliser les églises d’avoir négligé leur devoir chrétien :

« Ceux qui enseignent au peuple à considérer avec légèreté les commandements de Dieu sèment la désobéissance, pour récolter la désobéissance. Que la contrainte imposée par la loi divine soit entièrement rejetée, et les lois humaines seraient bientôt méprisées » (The Great Controversy, p. 585).

« Connaîtrions-nous le résultat de l’annulation de la loi de Dieu ? L’expérience a été tentée. Terribles furent les scènes qui se déroulèrent en France lorsque l’athéisme devint la puissance dominante. Il fut alors démontré au monde entier que se débarrasser des contraintes que Dieu a imposées, c’est accepter le règne du plus cruel des tyrans. Lorsque la norme de la justice est mise de côté, la voie est ouverte au prince du mal pour établir son pouvoir sur la terre. Partout où les préceptes divins sont rejetés, le péché cesse d’apparaître comme un péché, ou la justice comme une chose désirable… Déjà la doctrine selon laquelle les hommes sont libérés de l’obéissance aux exigences de Dieu a affaibli la force de l’obligation morale, et ouvert les vannes de l’iniquité sur le monde. L’anarchie, la dissipation et la corruption s’abattent sur nous comme une marée écrasante » (The Great Controversy, pp. 584, 585).

Nos églises ne doivent pas s’empêtrer dans la propagande écologique mais se concentrer sur la mission que le Christ nous a donnée. Au lieu de cela, le monde est entraîné dans de graves erreurs et des hérésies païennes. Cela amène les gens à considérer le dimanche comme la solution à la crise climatique. Au lieu de réfléchir davantage et d’étudier la Bible, les soi-disant responsables d’église exaltent les idéologies climatiques au-dessus de la véritable foi chrétienne. Et comme il n’y a aucune référence à des péchés écologiques, cela signifie que le programme de Rome sur le changement climatique entre dans la catégorie des traditions créées par l’homme.

« Mais ils m’honorent en vain, en enseignant des doctrines qui sont des commandements d’hommes. » Matthieu 15 : 9.

Les dirigeants catholiques ont atteint le pic de l’hystérie climatique avec leurs nouvelles remarques sur le jugement de Dieu. Cette tactique de la peur est destinée à manipuler et à influencer les dirigeants mondiaux. Ils ont fait de la crise climatique le plus grand problème moral de notre époque. Où est l’environnement exprimé dans les 10 commandements ? Il semble que toute l’hystérie et les prédictions apocalyptiques sur la fin du monde en raison de la crise climatique n’aient pas réussi à produire le changement souhaité lors de la COP26. Tous les soi-disant arguments sur la «science» et la fonte des calottes glaciaires, les sécheresses historiques, les méga-incendies et autres catastrophes naturelles n’ont pas suffi à effrayer les gens pour qu’ils agissent en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre (CO2). La hiérarchie catholique menace maintenant d’apporter le «jugement de Dieu» sur ceux qui n’agissent pas rapidement sur les combustibles fossiles.

Encore une fois, où la loi de Dieu parle-t-elle des combustibles fossiles ? L’utilisation du charbon, du pétrole et du gaz naturel entraînera-t-elle le jugement de Dieu sur nous ? Est-ce là le nouvel évangile, et «l’énergie» est-elle devenue la «grande question morale» d’aujourd’hui ? C’est le message qui est communiqué au monde. Pourquoi ces dirigeants «chrétiens» insistent-ils pour détruire l’évangile du Christ avec ce nouvel évangile vert ? Ce n’est pas ce que dit la parole de Dieu. La colère de Dieu ne s’abattra pas sur le monde parce que nous alimentons nos maisons et nos véhicules avec de l’énergie à base de carbone. C’est déformer délibérément la vérité biblique tout en ignorant les véritables problèmes moraux d’aujourd’hui :

«Car la colère de Dieu se déclare du ciel contre toute l’impiété et l’injustice des hommes, qui retiennent la vérité dans l’injustice, parce que ce qu’on peut connaître de Dieu est manifesté parmi eux, car Dieu le leur a manifesté. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. De sorte qu’ils sont inexcusables, parce qu’ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces: au contraire, ils sont devenus vains dans leurs raisonnements, et leur coeur destitué d’intelligence a été rempli de ténèbres.Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en des images qui représentent l’homme corruptible, et les oiseaux, et les quadrupèdes, et les reptiles.» Romains 1 : 18-23.

Les jugements de Dieu s’abattront sur le péché et la désobéissance. L’Évangile du Christ s’attaque à la méchanceté morale de l’homme. C’est un message qui réprouve les péchés à la mode de l’époque et appelle les hommes et les femmes à s’en détourner. Mais ce n’est pas ce que font les églises populaires aujourd’hui. On ne met plus l’accent sur nos obligations morales envers Dieu en gardant ses commandements. Et lorsque les chrétiens apostats ne donneront pas ces avertissements bibliques et utiliseront plutôt leur influence pour répandre l’hystérie climatique, ils seront eux aussi les destinataires des jugements de Dieu.

«Et toi, fils de l’homme, je t’ai établi comme sentinelle pour la maison d’Israël; écoute la parole de ma bouche, et avertis-la de ma part. Lorsque je dis au méchant: « Méchant, tu mourras certainement! » si tu ne parles pas pour détourner le méchant de sa voie, ce méchant mourra à cause de son iniquité, mais je te redemanderai son sang.» Ezéchiel 33 : 7,8

 

[1] britannica.com

[2] catholic.com

[3] prensacelam.org

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !