Le Vatican offrira son « soutien moral » aux autres États pour qu’ils suivent les Nations Unis dans le changement climatique

Le Vatican a annoncé le 8 juillet 2022 qu’ils adhéreront au cadre juridique des Nations unies sur le changement climatique. L’annonce a été faite par le Bureau de presse du Vatican et a déclaré que l’État de la Cité du Vatican répondra à toutes les exigences juridiques de l’Accord de Paris de 2015 sur le changement climatique. Le Vatican a également annoncé que l’encyclique du pape, Laudato Si’, justifiait cette démarche et aussi que Rome, en tant que puissance religieuse, entendait « coopérer » avec les différents États et utiliser son « soutien moral » pour les aider à remplir leurs devoirs et à relever les « défis posés par le changement climatique. » Le Vatican a indiqué ce qui suit :

« Le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l’État de la Cité du Vatican, adhère à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). À la date la plus proche possible, compte tenu des exigences juridiques de l’Accord de Paris, le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l’État de la Cité du Vatican, déposera l’instrument d’adhésion à cette dernière. »

« Le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l’État de la Cité du Vatican, entend contribuer et apporter son soutien moral aux efforts de tous les États pour coopérer, conformément à leurs responsabilités communes mais différenciées et à leurs capacités respectives, à une réponse efficace et appropriée aux défis que le changement climatique pose à l’humanité et à notre maison commune. Ces défis ont une portée non seulement environnementale, mais aussi éthique, sociale, économique et politique, et touchent surtout la vie des plus pauvres et des plus fragiles. Ils font ainsi appel à notre responsabilité de promouvoir, par un engagement collectif et conjoint, une culture de la sollicitude, qui place la dignité humaine et le bien commun au centre. Dans ce concours, le Saint-Siège rappelle l’appel urgent du pape François « pour un nouveau dialogue sur la façon dont nous façonnons l’avenir de notre planète. Nous avons besoin d’une conversation qui inclut tout le monde, car le défi environnemental que nous subissons, et ses racines humaines, nous concernent et nous affectent tous » (Lettre encyclique Laudato Si’ sur le soin de notre maison commune, § 14). » [1]

Cette citation exacte est tirée de Laudato Si. Bien que cette action du Vatican ne soit qu’un geste, elle a des ramifications importantes pour le reste du monde. Le Vatican est le plus petit pays du monde, donc même s’il décidait de transformer toutes ses terres en zone verte, cette contribution à la planète n’aurait aucun effet sur le monde. Ce qui compte vraiment et ce qui devrait nous préoccuper, c’est la déclaration d’intention du Vatican. Rome a déclaré qu’elle utilisera son « soutien moral » pour persuader d’autres États d’adhérer à l’accord de Paris, simplement parce que cet agenda climatique coïncide avec Laudato Si’.

Le Vatican s’est engagé à soutenir le programme mondialiste radical du Forum économique mondial et des Nations unies pour la prochaine grande réinitialisation. Ils veulent que tout le monde les rejoigne également. La mission la plus sacrée du Nouvel Ordre Mondial est de répandre l’évangile du changement climatique. L’agenda du Bureau de presse du Vatican ne se limite pas à l’environnement. En outre, ils ont mentionné le remodelage de l’ensemble de nos systèmes politiques, sociaux, économiques et éthiques.

Les églises embrassent tout ce qui est politiquement correct au lieu de défendre les droits des chrétiens qui sont persécutés pour avoir défendu les valeurs bibliques. Contrairement aux apôtres du Christ, qui se consacraient uniquement à la prédication de l’Évangile, le pape François met en avant un programme mondialiste, socialiste et marxiste. Au lieu de prêcher contre le péché et la désobéissance et d’appeler à la repentance et à la conversion, le pape François et la plupart des églises d’aujourd’hui se font les champions de la conversion écologique, de l’unité œcuménique, de la maison et du témoignage communs.

Le pape François a changé la mission de l’église. Le changement climatique est la nouvelle priorité. Les protestants et les catholiques du monde entier sont exhortés à participer à cette nouvelle initiative. Ils pensent désormais que la plus grande menace pour la vie humaine est le changement climatique, et non les péchés abominables qui détruisent le mariage, les familles, les églises et la société.

Ce mouvement mondial de sensibilisation aux questions environnementales n’est pas soutenu par la Bible. Le but de l’évangile de Jésus-Christ est de sauver les âmes qui sont « esclaves du péché », et non de changer les systèmes politiques extérieurs du monde (Jean 8 : 34). Toute église ou tout pasteur qui oserait altérer le véritable message et la mission de l’église serait sous le coup d’une malédiction divine.

« 8 Mais quand nous-mêmes, ou un ange du ciel vous annoncerait un évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème! 9 Comme nous l’avons déjà dit, je le dis encore maintenant: Si quelqu’un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème! » (Galates 1 : 8, 9)

« Nous, nous prêchons Christ crucifié, scandale pour les Juifs, et folie pour les Grecs; » (1 Corinthiens 1 : 23)

 

[1] https://press.vatican.va/content/salastampa/en/bollettino/pubblico/2022/07/08/220708a.html

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !