L’échec des excuses du pape envers les amérindiens

Le lundi 25 juillet 2022, le pape François a imploré le pardon pour le « mal » infligé aux enfants indigènes par l’Église catholique romaine. Le New York Times a rapporté que les enfants indigènes ont été « abusés sexuellement et physiquement » et que « beaucoup sont morts. » [1] Le pape François est au Canada pour un voyage de six jours dans le cadre d’un « pèlerinage pénitentiel » au cours duquel il effectue une tournée d’excuses, demandant le pardon pour les atrocités commises par l’Église catholique à l’encontre des enfants autochtones. Il espère que cette initiative contribuera à la guérison et à la réconciliation.

 

 

Le pape François n’est cependant pas allé assez loin dans ses excuses. Selon Brandi Morin, une journaliste amérindienne, le discours du pape François n’a pas été à la hauteur en omettant de mentionner que les « abus sexuels » étaient « répandus » dans ces « écoles catholiques assimilatrices ». [2]

 

 

En outre, Brandi Morin affirme dans la vidéo ci-dessus, à la minute 1:15, que la réaction des populations autochtones a été mitigée. Elle dit que certains survivants ne veulent « rien avoir à faire avec le pape » ou avec « l’église catholique ». Beaucoup de ceux qui ont perdu des membres de leur famille aux mains de Rome ne veulent rien avoir à faire avec le pape François. Mais il y a aussi d’autres survivants qui accueillent la visite et les excuses du pape François à « bras ouverts ».

En conséquence, le pape François a exprimé des regrets pour le « mal » que sa prétendue église apostolique unique et sainte avait commis. Comment une église peut-elle être considérée comme sainte si ses prêtres, religieuses, évêques, frères et missionnaires violent et tuent systématiquement de jeunes enfants dans leurs internats ? Et pourquoi n’y a-t-il pas une condamnation universelle contre Rome ?

Aussi, pourquoi le Canada ne déclare-t-il pas le pape François « persona non grata » ou indésirable au Canada avant qu’il ne monte à bord de son vol papal appelé « l’unique berger » ? Le Vatican appelle les vols internationaux du pape « l’unique berger » parce qu’ils croient qu’il est le berger de Dieu, accomplissant l’œuvre du Christ. [3] Comment accomplir la mission du Christ tout en présentant des excuses pour le « mal » commis par votre propre église ?

Rome connaît une crise de relations publiques avec tous les scandales qui éclaboussent l’église depuis des siècles. Il ne fait aucun doute que l’Église catholique romaine est le groupe de pédophiles le plus important, le mieux financé et le plus organisé de l’histoire du monde. Aucune autre organisation ne s’en approche. Le nombre total de cas d’abus sexuels sur des enfants aux États-Unis qui ont été vérifiés sur une période de 50 ans seulement est d’au moins 100 000. [4]

Nous pourrions faire le tour du monde pour relater la quantité de personne toucher par le fléau pédophile de l’Église catholique romaine :

  • France : 200 000 cas en 70 ans [5]
  • Pologne : 625 cas en 30 ans [6]
  • Australie : 4445 cas en 30 ans [7]
  • États-Unis : 100 000 cas en 50 ans (cité en haut)
  • Allemagne : 3600 cas en 50 ans [8]

Au total, dans plus de 50 pays il y eut des cas d’abus sexuel sur mineurs. Les prêtres ont violé de jeunes enfants pendant des siècles, voire des millénaires, et tout est balayé sous le tapis et couvert par les hauts responsables. Où est le tollé national ? Où est le mouvement #metoo ? Rien qu’en Amérique, en 2015, Rome a payé près de 4 milliards de dollars pour régler des accusations d’abus sexuels sur des enfants. [9]

Les mots sont bon marché, et les excuses ne peuvent pas changer le passé. Comment s’excuser auprès d’enfants qui ont été violés et tués et qui ne sont plus parmi nous ? À ce stade, la seule chose que l’on puisse faire est de commencer à indemniser les survivants et leurs familles. Le pape François a-t-il apporté son chéquier lors de sa tournée d’excuses ? Si non, pourquoi ? Les fonds de l’Église devraient être utilisés par le pape pour couvrir leur indemnisation. Si le pape est vraiment désolé, il devrait indemniser chaque victime d’au moins un million de dollars et, dans le cas d’une victime décédée, sa famille devrait être indemnisée. Même si cela ne résoudra pas tout, c’est un début, et cela aidera ceux qui souffrent.

Alors ne tombons pas dans le panneau. Ces « excuses » ne sont qu’un geste creux. La souffrance de ces personnes n’est pas un sujet de préoccupation pour le pape ou l’Église catholique romaine. Le pape François se sert simplement de cette affaire comme d’un gadget politique pour améliorer l’image de son église. Comment le savons-nous ? Parce que le pape s’est assis à côté du Premier ministre Trudeau lors de son premier jour au Canada. Justin Trudeau est une marionnette pour le Forum économique mondial, et le pape François en est le marionnettiste. Quand Trudeau, le dictateur mondialiste, présentera-t-il des excuses pour ses crimes contre la liberté civile et religieuse ? Ce seul fait aurait dû vous convaincre que la prétendue tournée d’excuses du pape François était une fraude lorsqu’il a donné au dictateur Trudeau un siège à côté de lui. La messagère du Seigneur nous dit :

« L’Eglise romaine se présente aujourd’hui devant le monde sous un air de candide innocence et couvre d’apologies le récit de ses cruautés. Mais sous sa livrée chrétienne, elle est inchangée. Tous les principes professés autrefois par la papauté sont encore les siens. Elle conserve des doctrines inventées dans les siècles les plus enténébrés. Que personne ne s’y trompe. La papauté à laquelle le monde protestant est aujourd’hui si enclin à rendre hommage est encore celle qui dominait sur le monde aux jours de la Réformation, alors que des hommes de Dieu dénoncèrent ses iniquités au péril de leur vie. Elle maintient toujours les prétentions orgueilleuses qui la poussèrent à s’élever au-dessus des rois et des princes, comme à se réclamer des prérogatives de la divinité. Elle n’est ni moins cruelle ni moins despotique qu’aux jours où elle supprimait la liberté humaine et livrait à la mort les saints du Très-Haut. » (La Tragédie des Siècles, p.619)

Le pape a commencé sa tournée d’excuses en se rangeant du côté d’un despote qui a brutalement supprimé les libertés au Canada pendant la pandémie en utilisant des pouvoirs de guerre d’urgence. Ne tombez donc pas dans le panneau lorsque vous voyez le pape François faire le pieux en s’excusant pour l’injustice tout en restant silencieux sur l’oppression de son pays par Justin Trudeau. Non seulement le gouvernement canadien était complice, parce qu’il était au courant de ce qui se passait dans ces écoles catholiques ; mais sous la direction de Trudeau, la politique de Rome visant à assujettir les peuples indigènes a été étendue à tous les Canadiens qui ont assisté à l’effondrement de leurs libertés au cours des deux dernières années.

Ce qui s’est passé dans les pensionnats catholiques devrait horrifier non seulement les Canadiens mais le monde entier. Au nom de Dieu et avec le soutien financier total du gouvernement canadien, un mal terrible a été commis contre des enfants sans défense. Mais même aujourd’hui, les gouvernements les plus oppressifs trembleraient devant la façon dont l’administration Trudeau a traité ses manifestants pacifiques, qui ont été privés des libertés les plus fondamentales. Trudeau a fermé le Parlement, gelé les comptes bancaires, saisi des biens privés et utilisé des chevaux pour écraser des manifestants pacifiques. Nous savons maintenant pourquoi le pape François s’est assis avec le tyran. Le dictateur brutal a reçu la visite du pape marxiste. Il n’est pas surprenant qu’ils s’entendent si bien.

La venue du pape, est une venu pour l’unification du monde entier. Dans le journal du Devoir il nous ait dit :

« Ce qui est devenu évident, c’est que cette visite et ces excuses ont évolué pour être davantage au profit des paroissiens catholiques canadiens et de la communauté chrétienne mondiale et moins sur des mesures réelles de réparation et de réconciliation avec la communauté des Premières Nations, qui a été lésée par les institutions d’assimilation et de génocide. » [10]

 

[1] https://www.nytimes.com/live/2022/07/25/world/pope-francis-canada-visit
[2] https://twitter.com/Songstress28/status/1551667284485124097?s=20&t=VjDxb-q1JlMu45UCwPnktg
[3] https://edition.cnn.com/2015/09/22/politics/pope-francis-shepherd-one-visit-united-states/index.html
[4] https://www.monitor.co.ug/News/World/Catholic-Church-faces-fresh-child-abuse-charges-/688340-4020850-view-asAMP-s1p2iuz/index.html
[5] https://www.aljazeera.com/news/2021/10/5/french-catholic-church-abused-216000-children-since-1950-report
[6] https://abcnews.go.com/International/wireStory/polish-church-reports-recent-clergy-abuse-368-children-78532446
[7] https://australiancatholichistoricalsociety.com.au/history-resources/the-sexual-abuse-crisis/
[8] https://www.bbc.com/news/world-europe-45500072
[9] https://www.ncronline.org/news/accountability/ncr-research-costs-sex-abuse-crisis-us-church-underestimated
[10] https://www.ledevoir.com/societe/737502/le-pape-francois-est-arrive-a-edmonton

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Bienvenue.

Recevez un soutien pour améliorer votre connaissance du Père et de son Fils qui est la vie éternelle (Jean 17 : 3). Vous pouvez vous désabonner en un clic, et nous ne partagerons jamais votre adresse électronique.

Newsletters

Rejoindre la préparation !